Partager cet article

RSS
L'Internaute > Mer et Voile 
> Les Grandes Découvertes > Bartolomeu Dias
 EXPLORATEURS 
Décembre 2005

Bartolomeu Dias découvre le Cap de Bonne-Espérance

Bartolomeu DiasBartolomeu Dias est un navigateur portugais boudé par l'histoire des Grandes Découvertes. C'est pourtant lui qui, au cours d'une tempête, franchit le Cap de Bonne-Espérance, apportant la preuve d'une route maritime vers les Indes.
Envoyer à un ami | Imprimer cet article

A l'époque de Bartolomeu Dias, dans la seconde partie du XVème siècle, les Européens croient que la terre est plate et que l'univers tourne autour d'elle. Naviguer en haute mer est insensé et ils ne conçoivent pas encore qu'il existe Bartolomeu Diasune quelconque route maritime menant aux Indes.
Contourner le Cap de Bonne-Espérance, la pointe sud de l'Afrique, est donc un véritable exploit intellectuel, technique, et humain, qu'ont relevés les aventuriers du Portugal, petite nation d'un million d'habitants. Etapes par étapes, et pendant quatre générations, les Portugais longent les côtes africaines pour atteindre l'Océan Indien, loin d'imaginer la longue navigation qui les mènera jusqu'aux Indes.

Traverser l'Equateur noircirait la couleur de la peau
L'expansion lusitanienne a été initiée par l'Infant Henri le Navigateur, fils du roi Jean Ier de Portugal. Le prince a pour ambition d'explorer d'autres territoires pour des motifs religieux et économiques, tels que le négoce des épices, tout en se désengageant de l'emprise des Turcs ottomans sur le commerce européen. Même si Henri le Navigateur est décédé avant la première mission de Bartolomeu Dias, ce dernier a bénéficié directement de l'élan donné par l'Infant pour découvrir le globe.
En 1415, Henri le Navigateur mène sa première campagne. Il traverse le détroit de Gibraltar et conquiert Ceuta, enclave espagnole au Maroc. A partir de cette date, il fallut 73 ans pour franchir le Cap de Bonne-Espérance, au prix d'un effort collectif et continu des savants du pays. Autre prouesse, le franchissement du Cap Bojador en 1434. Situé à 300 km au sud des Canaries, ce lieu était la limite du monde connu. Les Portugais le considèrent comme le lieu de légendes terrifiantes, dans lesquelles des monstres tapis dans les profondeurs marines font surface.

La caravelle
Caravelle
Réplique de la caravelle de Bartolomeu Dias, construite en 1987 afin de commémorer l'exploit du navigateur. Longueur : 23.5 m
Largeur : 6.52 m
La caravelle est adaptée des navires côtiers de l'Algrave. Elle comporte plusieurs mâts et cinq voiles, au maximum, et est manœuvrée par 25 hommes d'équipage. Surtout, elle peut naviguer contre le vent, avantage indéniable pour parcourir de longues distances.

Afin d'améliorer la navigation, l'Infant Henrique fonde une académie qui réunit des astrologues, des cartographes et des navigateurs, venus de toute l'Europe. Ensemble, ils inventent la navigation astronomique, les cartes océaniques et une nef plus légère : la caravelle. L'importance de leurs travaux permet la conquête des océans. Pour financer ces innovations, l'Infant, nommé gouverneur de l'Ordre des Chevaliers du Christ, reçoit du pape Calixte III les droits spirituels sur le littoral africain. L'Ordre commandite ainsi les voyages des caravelles, dont les voiles portent leur croix rouge. En 1454, le prince obtient aussi l'approbation du pape pour traiter en esclaves les Africains.
Dernier obstacle avant le Cap de Bonne-Espérance, l'Equateur, qui inspire des mythes effrayants. Les navigateurs craignent que leurs navires s'y calcinent, qu'ils soient ébouillantés, ou encore que leur peau devienne noire. En 1474, il est franchi et l'exploration se poursuit.

Bartolomeu Dias de Novaes, rival de Christophe Colomb
Bartolomeu DiasBartolomeu Dias est le premier explorateur à relier l'Océan Atlantique et l'Océan Indien par la voie des eaux, et ceci quatre ans avant la découverte du Nouveau Monde par Christophe Colomb, révélation qui a terni le succès des navigateurs portugais. Né en Algrave en 1450, Bartolomeu Dias apprend la navigation au contact du géographe et cosmographe allemand Martin Benhaim. Il participe à sa première expédition à l'âge de 16 ans, mais ce n'est qu'à 37 ans que ses efforts sont couronnés d'une formidable réussite : la découverte du Cap de Bonne-Espérance, la pointe sud du continent africain. C'est lors d'un naufrage au cours d'une expédition suivante, en mai 1500, qu'il s'y noie.

L'expédition au Cap de Bonne-Espérance en 1488
Cette découverte est capitale pour les prochains voyages des explorateurs portugais et espagnols. En effet, elle apporte la preuve qu'il existe une route maritime vers les Indes et que le continent africain a bien une fin. Pour la première fois, les cartographes conçoivent les océans comme des espaces reliés. L'horizon du monde s'agrandit.
Conduite par Bartolomeu Dias, cette exploration le long des côtes africaines est assurée par deux caravelles et une nef dédiée au transport du ravitaillement, afin de prolonger la durée des traversées au large. L'équipage est confronté à la bascule des vents dominants entre l'hémisphère nord et l'hémisphère sud. La nef, peu rapide, gêne leur progression. Elle est laissée en arrière avec neuf hommes de garde.
Aux alentours du sud du continent africain, les caravelles sont prises dans une tempête qui les amène à la côte, à hauteur de la baie Saint-Blaise (appelé aujourd'hui baie Mossel), à 370 km à l'est de la pointe de l'Afrique du Sud. Ils yStatue de Bartolomeu Dias font escale le 3 février 1488, et s'aperçoivent qu'ils sont parvenus dans l'Océan Indien et ont doublé, sans le voir, le Cap de Bonne-Espérance. Bartolomeu Dias veut poursuivre l'exploration, mais son équipage, épuisé, se rebelle. En faisant demi-tour, il reconnaît la pointe et la nomme Cap des tempêtes. Le roi la rebaptisera Cap de Bonne-Espérance, car il y voit la preuve que cette route maritime mènera les explorateurs portugais aux Indes. Neuf mois après l'avoir quittée, il retrouve la nef avec à son bord 3 survivants. L'un d'eux, malade, meurt "de joie" en les voyant revenir.

Fin 1488, après 16 mois de voyage, le Portugais fait un retour triomphal à Lisbonne. Dans la foule qui les accueille se trouve un Gênois alors inconnu, Christophe Colomb, venu proposer ses services au roi du Portugal. Devant le succès de Bartolomeu Dias, le roi souhaite alors exploiter cette route qui évite les terres musulmanes. Il refuse l'équipée de Christophe Colomb, qui voulait trouver un passage vers les Indes, par l'ouest.

TOUTES LES EXPEDITIONS DE BARTOLOMEU DIAS
DestinatIon Départ Participants Souverain  
Sud du Congo en 1466 Pédrarias Davila, accompagné de Bartolomeu Dias qui a seulement 16 ans Alphonse V
Ghana en 1481 Bartolomeu Dias Jean II
Cap de Bonne Espérance en août 1487 Bartolomeu Dias a 37 ans Jean II
Calicut, en Inde le 8 juillet 1497 Vasco de Gama, accompagné de Bartolomeu Dias Manuel Ier
Brésil, puis Calicut, en Inde le 9 mars 1500 Pedro Alvarez Cabral, accompagné de Bartolomeu Dias Manuel Ier

En savoir plus Les événements clés des Grandes Découvertes
 
 Adeline Kayser, L'InternauteMer & Voiles
 
Autour du même sujet
Magazine Mer & Voile
Envoyer | Imprimer
Haut de page
 
 
newsletter
Mer & Voile Voir un exemple
Photo numérique Voir un exemple
L'Internaute Voir un exemple
Toutes nos newsletters