Le sang : première preuve du dopage

Révélations des effets dopants

La prise de sang permet de réaliser des tests beaucoup plus fiables surtout pour l'EPO. Seul bémol : son coût. Les tests sanguins permettent de mettre en évidence pas forcément la molécule incriminée mais les effets de celle-ci sur l'organisme.

Prenons encore l'exemple de l'EPO ou de la transfusion, elles augmentent sensiblement le nombre de globules rouges pour améliorer l'oxygénation. Les scientifiques vont pouvoir quantifier leur concentration : on parle d'hématocrite. Si elle est supérieure à 50%, le résultat est considéré comme suspicieux. Il est donc indispensable de se renseigner sur le dossier médical et les lieux d'entraînement du sportif avant la compétition, car certains peuvent présenter une hématocrite élevée naturellement.