Pourquoi la musique nous donne la chair de poule ?

Des scientifiques canadiens ont observé que l'écoute de la musique pouvait provoquer la sécrétion de dopamine dans le cerveau, une molécule impliquée dans le plaisir.

Mozart vous colle des frissons ? Apparemment rien d'inquiétant. Des chercheurs de l'Université McGill de Montréal (Canada) ont mené une étude sur l'effet "jouissif" de la musique sur l'homme. Le responsable de cet état de plaisir extrême serait lié à la sécrétion par le cerveau d'un neurotransmetteur : la dopamine. Cette dernière est impliquée dans le "système de récompense" servant à renforcer certains comportements indispensables à la survie (alimentation), ou jouant un rôle dans la motivation (récompense secondaire via l'argent). Les résultats de l'étude ont été publiés dans la revue scientifique Nature Neuroscience.

Dix volontaires âgés de 19 à 24 ans ont été retenus sur les 217 personnes ayant répondu à l'annonce des scientifiques demandant des individus ayant déjà éprouvé des frissons à l'écoute de musique.

Leur sécrétion dopaminergique et leur activité cérébrale ont été enregistrées par différents appareils d'imagerie (TEP, IRM fonctionnelle). Leur rythme cardiaque ainsi que leur respiration et la température corporelle sont également contrôlés.

Les résultats révèlent que la dopamine est secrétée en anticipation du plaisir lié à la musique écoutée et lors du "frisson" de plaisir lui-même. Lors de ce plaisir ultime, la molécule chimique agit sur le noyau accumbens, zone cérébrale impliquée dans l'euphorie provoquée par les psychostimulants comme la cocaïne.

Plaisir abstrait, la musique contribuerait, grâce à la dopamine, au renforcement des émotions, en faisant appel à des notions d'attente (de la prochaine note, d'un motif préféré), de surprise, d'anticipation. Source : AFP

Article le plus lu : Ramadan 2017 : la date de début du jeûne dévoilée : voir les actualités

Molécule / Rythme cardiaque