Mis à jour le 

Château de Beynac

Un voyage à : Château de Beynac

Château de Beynac sur nos forums
Monuments
Un peu d'histoire...
Le château de Beynac a été érigé au XIIe siècle, sur un piton rocheux dominant la Dordogne de cent cinquante mètres. Il est alors la propriété des barons de Beynac. En 1194, il revient en héritage au Duc d'Aquitaine qui n'est autre que Richard Coeur de Lion.

Au XIIIe siècle, Simon de Monfort est l'une des figures principales de l'armée des Croisés, combattant les Cathares. Il réussit à gagner le château de Beynac lors de la croisade du Quercy. Mais la situation du château attire les convoitises. En 1259, suite au Traité de Paris, le château devient anglais ; avant de redevenir français en 1328.

Au XIVe siècle, débute la guerre de Cent Ans. Elle fait des ravages dans la région. Le château de Beynac va alors changer plusieurs fois de mains. Ainsi, en 1360, il repasse entre les mains des Anglais, suite au Traité de Brétigny. Mais cela ne va pas durer. En 1368, les Français le reconquièrent définitivement.

Au XVIIIe siècle, le château est laissé à l'abandon. Ce n'est qu'en 1961 qu'il est racheté. Depuis cette date, grâce à son propriétaire passionné, le château a été restauré. Il est aujourd'hui classé aux Monuments Historiques. Le château de Beynac a été choisi comme cadre pour de nombreux films, parmi lesquels Les Visiteurs II, La fille de d'Artagnan et Jeanne d'Arc.

Visite guidée dans les dédales du château
En pénétrant dans l'enceinte du château, vous pourrez admirer la majesté de ses formes rectilignes. Vous apprendrez par le guide que Beynac fut longtemps en guerre contre Castelnaud, situé non loin de là. En effet, alors que Beynac fut toujours fidèle aux Français, tandis que les Caumont, propriétaires de Castelnaud, soutenaient les Anglais. L'avant-poste de Beynac, pour surveiller Castelnaud, n'était autre que Marqueyssac.

La première salle dans laquelle vous entrerez est la salle des gardes. Elle est particulièrement sombre. C'est dans cette pièce que se reposaient les gardes. Elle est munie de plusieurs ouvertures : le poste de surveillance, le brasero - par lequel s'échappait la fumée - et la porte d'entrée. Il faut savoir que les chevaux aussi mangeaient dans cette pièce.

Au XIIIe siècle, est construit un escalier en pierre pour remplacer l'échelle en bois. A cette époque, l'escalier était un système de défense à part entière. Il était très étroit et la hauteur de ses marches irrégulières, par conséquent très difficile à monter. Vous verrez également dans cette salle une collection d'armes de jet. Ces armes, très lourdes, ne tuaient généralement pas leurs cibles sur le coup mais les blessaient gravement, entraînant leur mort.

Vous pénétrerez ensuite dans une salle dont l'origine remonte au XIVe siècle. Il s'agissait probablement d'une cuisine ou d'une salle à manger. A cette époque, les techniques de guerre ont évolué, entraînant des modifications dans l'architecture des châteaux. Ainsi, les murs sont moins épais, les salles sont équipées de cheminées, de fenêtres. Au sol, la technique de dallage utilisée est un héritage des Croisés. Dans une petite salle, juste à côté, se trouvent les toilettes, que l'on appelait alors latrines.

Au dessus de la salle des gardes, se trouve la salle des Etats du Périgord. Elle date du XVe siècle. Elle ne possédait alors pas de fenêtres, ces dernières ayant été rajoutées au XVIIe.

Rendez-vous ensuite au donjon. Pour y accéder vous devrez gravir les soixante et une marches de deux escaliers, dont l'un est particulièrement étroit. Ce donjon carré est la partie la plus ancienne du château. Il débouche sur une terrasse crénelée, vous offrant une très belle vue sur la région. Vous pouvez également admirer les toits en lauze du château. Cette pierre calcaire très plate est fréquemment utilisée dans le Périgord. Son espérance de vie est de cinq à six siècles.

Vous redescendez ensuite par un escalier très sombre, simplement éclairé par des bougies. Puis, vous arrivez dans la cuisine. Elle abrite des tables d'époque, au bout desquelles on pouvait placer des épées. Tout comme le château, ces deux tables ont une histoire cinématographique. En effet, sur l'une d'entre elles, Sophie Marceau s'est battue dans La fille de d'Artagnan, tandis que Christian Clavier s'est allongé sur la seconde pour Les Visiteurs II.

Puis, vous ressortez de la salle par le pont Levis, arrivant ainsi dans la barbacane. Celle-ci est munie d'une porte de huit cent cinquante kilos. Elle pouvait s'avérer être un véritable piège pour les ennemis. En effet, une fois coincés là, ils étaient ébouillantés par la poix bouillante qui coulait des gargouilles.

Partir à : Château de Beynac

Carte Château de Beynac

Latitude : 44.84 - Longitude : 1.14

Réserver vos vacances

Recherche d'hôtel

Ville

Arrivée

Départ

Booking.com

Magazine