Rentrée scolaire : combien ça coûte ? Quelles sont les aides ?

Rentrée scolaire : combien ça coûte ? Quelles sont les aides ? RENTRÉE SCOLAIRE 2018 - De nombreux changements sont attendus pour cette rentrée scolaire 2018. Entre les aides, les nouveaux programmes et la date du jour J, Linternaute fait le point.

[Mis à jour le 17 août 2018 à 12h32] La sonnerie de la rentrée des classes n'a pas encore retenti mais elle ne saurait tarder. Que ce soit pour les élèves de primaire, de collège ou de lycée, la date fatidique tombera le lundi 3 septembre. L'allocation de rentrée scolaire, elle, a déjà commencé à être versée en métropole hier, le jeudi 16 août. La bonne nouvelle, c'est qu'elle permettra aux parents d'acheter plus de matériel pour leur(s) enfant(s) puisque le coût de la rentrée 2018 serait moins élevé que celui de l'année précédente.

En effet, d'après une étude publiée par la Confédération syndicale des familles , il a diminué de 2,91% en un an. "Cette baisse s'explique principalement par des pratiques d'achat différentes pour les familles. Elles sont plus attentives à la nature de leurs achats et sont de moins en moins enclines à faire des achats 'superflus'. Les marques (pour les affaires de sport par exemple), bien que toujours présentes, sont moins plébiscitées par les familles", est-il constaté dans l'étude. 

Toutefois, si le coût de la rentrée en général est en baisse, le budget devra tout de même être revu à la hausse pour certaines classes comme le CP : +10,64% pour les dépenses d'un élève entrant en primaire cette année. Le budget moyen d'un élève de CP pour la rentrée scolaire passerait en effet de 149,76 euros à 165,7 euros. Une légère hausse serait également observée du côté des CM1 et CM2 (+1,05%). En revanche, au collège et au lycée, -4,14 et -3,9% sont annoncés.

De nombreux changements attendus pour la rentrée 2018

Comme à chaque rentrée, certaines choses évoluent. Du côté de la grammaire tout d'abord, sachez que la rentrée 2018 sera marquée par le grand retour des termes COI et COD. Les CP, eux, se frotteront dès leurs arrivées en primaire à toutes sortes d'opérations, de l'addition à la multiplication, rien ne leur échappera plus. Et au lycée, les secondes seront notamment les premiers à préparer le nouveau baccalauréat. 

Le ministre de l'Éducation, Jean-Michel Blanquer, a fait en sorte que tout soit prêt dès le 3 septembre 2018. D'ailleurs, comme l'an dernier, les élèves du primaire, du collège et du lycée auront droit à une rentrée...en musique ! L'objectif : mettre les nouveaux arrivants dans de bonnes conditions alors que sonne la fin de grandes vacances. Les collégiens pourront d'ailleurs pousser la chansonnette dans une chorale tout au long de l'année s'ils le souhaitent. Le chant devient en effet un enseignement facultatif. Découvrez tous les changements de l'année scolaire ci-dessous :

  • Le programme de maths : les élèves de CP devront aborder l'addition, la soustraction, la multiplication et la division, et même s'ils ne maîtrisent pas tout, ils devront être capables de comprendre le sens de ces quatre opérations.
  • La semaine de quatre jours : les établissements scolaires qui le souhaitent pourront revenir à la semaine de quatre jours.
  • Classes allégées : du côté du réseau d'éducation prioritaire, après les classes de CP, ce sera au tour des classes de CE1 d'être divisées pour lutter contre le décrochage scolaire. L'objectif est de diviser les effectifs par deux.
  • Interdiction du téléphone portable : les écoles primaires et les collèges pourront interdire les téléphones portables cette année. Le règlement intérieur de chaque établissement précisera les conditions et les lieux d'utilisation s'il est autorisé.
  • Réforme du Bac : Les élèves qui entreront en seconde à la rentrée seront les premiers en 2021 à passer le nouveau baccalauréat. Celui-ci souhaite mieux préparer les élèves à leur orientation et favoriser leur réussite dans l'enseignement supérieur. Au programme : quatre matières obligatoires (trois écrites et une orale).

Lire aussi notre page spéciale Parcoursup

Date de la rentrée scolaire

Les dates de la rentrée scolaire comme les dates des vacances sont définies par le ministère de l'Éducation nationale sur une période de trois ans. Pour les élèves du primaire et du secondaire, la prochaine "grande" rentrée scolaire aura lieu tout début septembre, le lundi 3 septembre 2018. La majorité des enseignants retrouveront, eux, comme d'habitude, le chemin de l'école plus tôt que les enfants. Quant aux universités et autres établissements supérieurs, ils établissent généralement leur propre calendrier. La reprise des cours se situe la plupart du temps entre la mi-septembre et la mi-octobre dans le supérieur. L’année scolaire 2015-2016 a été marquée par des changements sur les zones de vacances scolaires concernant les écoles, collèges et lycées, pour cause de réforme territoriale. Le ministère de l’Éducation nationale a ainsi décidé d’un calendrier triennal concernant les années scolaires 2015-2016, 2016-2017 et 2017-2018. Parmi les principes retenus pour le choix de date des rentrées scolaires, le premier concerne la rentrée : elle a lieu au plus tôt le 1er septembre, mais peut être repoussée de quelques jours si un week-end se présente immédiatement après cette date.

Rentrée scolaire 2018

La date officielle de la rentrée scolaire 2018-2019 "tombe" le lundi 3 septembre 2018. Cette date permet aux familles et à l’industrie touristique de bénéficier d’un dernier week-end avant la reprise. Sauf pour les enseignants, que la prérentrée oblige à faire leur retour en classe avant les élèves. Cette date de rentrée scolaire 2018 concerne toutes les académies (zone A, zone B et zone C).

La rentrée 2017 a été repoussée de quelques jours pour gagner un week-end. © Maria Kraynova_123RF

En France, la dernière "grande" rentrée scolaire a eu lieu un lundi 4 septembre pour environ 12 millions d'élèves de la primaire au lycée, après les vacances scolaires d'été. Parmi les grands changements de la rentrée, qui touchent aussi quelques 800 000 enseignants de l'Hexagone, figuraient : le passage de 24 à 12 élèves par classe de CP dans les zones défavorisées REP+ ; le retour possible au rythme scolaire des 4 jours ; l'enseignement facultatif d'une deuxième langue vivante pour les 6e et celui de "langues et cultures européennes" pour les élèves de 5e - 4e - 3e. A noter également, le programme "Devoirs faits" d'aide aux devoirs ou encore des ''évaluations diagnostiques" pour tous les CP et 6e en début d'année, en français et maths. Enfin, une hausse du budget de l'Education nationale de 49,3 milliards à 50,5 milliards d'euros sur 2018, dixit le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer.

Allocation de rentrée scolaire (CAF)

À partir du jeudi 18 août et jusqu'à novembre, 2,8 millions de familles ont reçu l'an passé l'allocation annuelle de rentrée scolaire (ARS), selon le ministère des Affaires sociales. Organisé par les caisses d'allocation familiale (CAF), son versement concerne toutes les familles dont au moins l'un des enfants, âgé de 6 à 18 ans, est scolarisé à la rentrée suivante. Et dont les revenus ne dépassent pas un certain montant (voir ci-dessous). Chaque année, trois millions de familles bénéficient de l’allocation de rentrée scolaire (ARS), souvent appelée "prime de rentrée". Créée en 1974 pour aider les foyers à passer ce cap difficile pour les finances personnelles, l'ARS a théoriquement pour objectif d’aider à l’achat de fournitures scolaires ou de vêtements. L'attribution de la prime de rentrée est liée aux revenus des parents et au nombre d'enfants. Ils ne doivent ainsi pas dépasser, en montant de revenu net imposable, dans le foyer et au titre de l'avis d'imposition 2016 (revenus 2015), les plafonds suivants :

  • 24 404 euros pour 1 enfant
  • 30 036 euros pour 2 enfants
  • 35 668 euros pour 3 enfants
  • + 5 632 euros par enfant supplémentaire

Retrouvez les nouveaux montants dès qu'ils sont disponibles.

Une aide dégressive pouvait également être accordée à des familles dont les revenus étaient légèrement supérieurs à ces plafonds. Légèrement revalorisée pour la rentrée 2018-2019, l’ARS s’élève à :

  • 367,73 euros pour un enfant de 6 à 10 ans (dans l'année de ses 6 ans ou de ses 10 ans, pour un enfant situé aux extrémités de la tranche d'âge)
  • 388,02 euros pour un enfant de 11 à 14 ans
  • 401,47 euros pour un enfant de 15 à 18 ans

Les montants de l'ARS sont restés stables depuis 2015. En 2012, le gouvernement de Jean-Marc Ayrault avait revalorisé l’ARS de 25 %. Afin d’obtenir ces aides pour la première fois (premier enfant), il est nécessaire de faire une déclaration de situation et de revenu auprès de votre CAF. Lorsque la famille a déjà bénéficié de l’ARS, la déclaration de revenus annuelle avec enfants à charge suffit pour toucher l’aide. Tout savoir sur l'allocation de rentrée scolaire.

Rentrée scolaire et activités

La première journée de cours de la rentrée scolaire est souvent marquée par peu de cours, justement, avec plutôt des activités en tous genre favorables au premier contact. Mais d'autres activités font couler de l'encre. Il s'agit des "nouvelles activités périscolaires" ou NAP, mises en place à la rentrée 2014, dans le cadre de la réforme des rythmes scolaires et au sein de la grande majorité des écoles primaires et élémentaires publiques. Lors de la rentrée 2016-2017, la PEEP, fédération des parents d'élèves de l'enseignement public, s'était insurgée par la voix de sa secrétaire générale, Myriam Menez, dénonçant des activités périscolaires estimées de plus en plus souvent payantes, jusqu'à 40 euros la semaine. L'association des maires de France pointait, elle, des dotations de l'Etat en baisse. Le son de cloche était tout autre du côté du comité de suivi des activités périscolaires, dont la présidente, Françoise Moulin-Civil, soulignait que la participation demandée aux familles est davantage d'ordre "symbolique" et que le nombre des communes qui font payer les NAP reste stable depuis 2014. Un décret promulgué fin juin 2017, dans la foulée de l'arrivée d'Emmanuel Macron à la tête du pays, a théoriquement donné aux communes, dès la rentrée 2017, la possibilité d'appliquer ou non la si controversée réforme des rythmes scolaires (semaine de 4 jours, activités périscolaires...). Et ce au moins jusqu'en 2019, où le gouvernement devrait lui-même trancher sur le sujet.

Rentrée scolaire et inscription

Si la scolarité est obligatoire à l’âge de 6 ans, la plupart des parents choisissent d’inscrire leurs enfants à l’école maternelle. Pour une première inscription dans une école publique, il convient de s’adresser à la mairie de sa commune. Les pièces à apporter sont les suivantes : livret de famille, carte d’identité ou copie d’extrait d’acte de naissance, ainsi qu’un justificatif de domicile et un document attestant que l’enfant a subi les vaccinations obligatoires à son âge. La mairie délivre alors un certificat d’inscription, qui donne l’adresse de l’école où l’enfant sera scolarisé en fonction de la carte scolaire. Il convient ensuite de se rendre à l’établissement scolaire avec les mêmes documents sauf le justificatif de domicile, ainsi que l’attestation de la mairie. Dans la plupart des cas, ces procédures doivent être effectuées au mois de juin précédant la rentrée scolaire.

Coût de la rentrée

Cette année, selon la Confédération syndicale des familles, la rentrée scolaire devrait coûter en moyenne 2,91% moins cher que l'an passé. Une augmentation de 10,64% est tout de même attendue pour les élèves de CP, dont le budget moyen devrait passer à 165,7 euros, contre 149,76 euros en 2017. Pour les CM1 et CM2, une augmentation de 1,05% en moyenne devrait également être observée par les parents d'élève, le coût de la rentrée passant en moyenne de 193,61 euros à 194,62 euros. En revanche, une baisse de 4,14 à 3,9% est annoncée pour les élèves de collège et de lycée. Ainsi, en 2018, la rentrée devrait coûter en moyenne 342,22 euros pour un élève de 6e, 332,26 euros pour un élève de 4e, et 403,79 euros pour un élève entrant en seconde générale.

Le coût de la rentrée va au-delà des fournitures scolaires. © 30090861_Jennifer Barrow_123RF

Scolariser un enfant, combien ça coûte à l'Education nationale ?

En France, le coût de l'éducation s'élève chaque année à près de 6,8 % du PIB (144,8 milliards d'euros pour l'année 2013-2014 selon le ministère de l'Education nationale). 73,9 % de ces dépenses sont réparties en "salaires, charges et pension" pour le personnel. La moyenne annuelle de dépense pour la scolarisation par élève au collège est d'environ 8 000 euros, au lycée le coût dépasse les 11 000 euros par an. Pour le premier degré - maternelle et élémentaire - l'Etat dépense 6 200 euros par enfant sur une année. Pour tous les détails concernant les coûts liés à la scolarisation, les budgets de l'Education nationale par région et par type d'établissement, consultez le dernier dossier rédigé par le ministère de l'Education.

Rentrée scolaire en maternelle 

En France, pour être scolarisé en maternelle, un enfant doit avoir atteint l'âge de 3 ans. Toutefois, il peut également être admis à 2 ans s'il a atteint cet âge le jour de la rentrée. Sous deux autres conditions, précise le ministère de l'Education : la limite des places disponibles et la maturité physique et psychologique suffisante. La scolarisation de l'enfant en maternelle peut se faire dans une école publique comme dans une école privée. Elle doit avoir lieu au plus tard en juin de l'année de la rentrée scolaire concernée. Si votre enfant reste dans la même école, l'inscription reste valable jusqu'à la fin de sa maternelle.

En France, des classes spécifiques dédiées aux moins de trois ans s'ouvrent depuis quelques années. © POUZET / SIPA

Rentrée de janvier

La rentrée de janvier 2019 aura lieu lundi 7 janvier prochain, comme l'indique le ministère de l'Education. Après les vacances de Noël, la rentrée scolaire de janvier représente un moment clé, située à mi-chemin de l'année scolaire. Si elle est programmée le même jour pour toutes les académies de l'Hexagone, elle ne tombe pas toujours un lundi. Dans l'esprit des élèves, la date de la rentrée de janvier est bien souvent synonyme de retour à la réalité, après le plus souvent, des fêtes et réveillons enchantés en famille. Elle possède donc une tonalité distincte de celle de la "grande" rentrée scolaire du mois de septembre. La reine des rentrées, bien que vectrice de stress, porte en effet  également les promesses d'une nouvelle année scolaire.

Rentrée des classes : son histoire

L'histoire de la rentrée des classes est riche, et la rentrée est loin d'avoir toujours eu lieu à la fin du mois d'août / début septembre. Sa date a d'ailleurs grandement avancé au fil du demi-siècle dernier, pour cause d'exode rural mais aussi pour s'adapter à l'industrie du tourisme. Au XIXe siècle, les écoliers faisaient relâche de fin juillet à fin septembre, une période correspondant à deux rendez-vous de la vie agricole, dans une société alors en majorité rurale : la moisson (récolte des céréales fin juillet / début août) et les vendanges (récolte du raison en septembre). Les vacances scolaires, seuls congés de l'année jusqu'en 1860 hors jours-fériés, représentaient l'occasion pour les parents de mettre à contribution leurs enfants dans les travaux des champs. Le chercheur Daniel Moatti a mis la main sur les dates des congés scolaires fixées par un arrêté du 11 février 1939 :

En 1936, l'apparition des congés payés a boosté le secteur touristique, mais aussi profondément changé les habitudes des Français. Ces derniers ont été nombreux à désirer profiter des chaudes journées du début d'été à la place des premiers frimas de septembre. En parallèle, les stations balnéaires se sont multipliées sur la côte méditerranéenne, et la nécessité de les remplir astucieusement a pesé dans la balance. Cette naissance du "juilletiste" a amené l'Education nationale à ravancer petit à petit la date des vacances et par conséquent celle de la rentrée. C'était dans les années 60. Les congés courraient alors des derniers jours de juin au milieu du mois de septembre, et des dispenses étaient encore octroyées aux élèves réquisitionné par la famille pour les vendange de fin septembre. Cliquez ici pour en savoir plus sur l'histoire des congés payés.

L'organisation de l'année scolaire a considérablement changé au fil du temps. © Richard Villalon - Fotolia

Article le plus lu - Aretha Franklin : les pires hommages › Voir les actualités

Annonces Google