20 ans de l'affaire Dutroux : retour sur le parcours du "monstre de Charleroi"

20 ans de l'affaire Dutroux : retour sur le parcours du "monstre de Charleroi" Quel a été le parcours (terrifiant) du psychopathe et pédophile Marc Dutroux, arrêté il y a 20 ans, en août 1996, et condamné à perpétuité en 2004 ?

Le "monstre de Charleroi", le "démon belge"... Les surnoms donnés à Marc Dutroux font froid dans le dos. Dans l'affaire Dutroux, dont la médiatisation date d'il y a 20 ans, en août 1996, quatre fillettes et jeunes filles ont laissé la vie. Marc Dutroux a été le pire pédophile que la Belgique ait connu. Deux autres jeunes filles s'en sont sorties in extremis. Le mode opératoire du criminel a aussi créé l'effroi en Belgique comme en Europe : Dutroux enlève ses victimes sur la route, les séquestre pendant des semaines voire des mois, les drogue, les viole, les enchaîne nues et les prive des soins les plus élémentaires (nourriture, douche). Mais pas seulement : il se fait aussi passer pour leur sauveur, les persuade que des gens leur veulent du mal et qu'il les en protège. Le tout avec la complicité de son épouse dévouée, Michelle Martin. Retour sur le sinistre parcours de Dutroux et ses acolytes :

Naissance et épilogue de l'affaire Dutroux en 10 dates :

  • 13 août 1996. Arrestation de Marc Dutroux, de son épouse Michelle Martin et d'un complice Michel Lelièvre, dans le cadre de l'enquête sur la disparition de Sabine Dardenne, 12 ans, et Laetitia Delhez, 14 ans.
  • 16 août 1996. Les deux adolescentes, Sabine et Laetitia, sont retrouvées vivantes dans la cache d'une maison de Marc Dutroux. Lui, sa femme, Michel Lelièvre et Jean-Michel Nihoul, un ex-homme d'affaire bruxellois, sont alors inculpés des chefs d'enlèvement et séquestration d'enfants.
  • 17 août 1996. Les corps de Julie et Mélissa, 8 ans et disparues depuis juin 1995, ainsi que celui de Bernard Weinstein, complice de Marc Dutroux, sont découverts enterrés dans le jardin du domicile principal de Dutroux à Sars-la-Buissière.
  • 18 août 1996. Dutroux et Lelièvre avouent avoir enlevé An Marchal, 17 ans, et Efje Lambrecks, 19 ans, disparues en août 1995 à Ostende.
  • 19 août 1996. Bien que sous la pression d'une population en plein effroi, relayée par les journaux et qui demande la peine capitale pour Marc Dutroux, le ministre de la Justice belge Stefaan De Clerck écarte l'idée d'un rétablissement de la peine de mort ainsi que celle de la mise en place d'une peine de prison incompressible à destination des délinquants sexuels. Le tout sur fond de scandale de la récidive, car l'opinion vient d'apprendre que Marc Dutroux et sa compagne avaient déjà été condamnés, en 1989, respectivement à treize ans et demi et cinq ans de prison pour avoir enlevé, séquestré et violé cinq fillettes et adolescentes, avant de faire l'objet de libérations anticipées.
  • 3 septembre 1996. La police retrouve les corps d'An et Efje.
  • 16 octobre 1996. Des grèves ont lieu dans toute la Belgique pour s'indigner contre les dysfonctionnements de la justice mais aussi de l'Etat.
  • 20 octobre 1996. Lors d'une marche blanche, autour de 300 000 personnes défilent à Bruxelles pour saluer la mémoire des victimes.
  • 15 avril 1997. Un rapport de la commission d'enquête du Parlement belge sur l'affaire Dutroux est publié. Accablant, il remet en question le rôle des fonctionnaires de police et de justice, et des institutions belges. Une police intégrée, structurée au niveau fédéral comme local, sera créée par une loi de 1998 – complémentaires, les deux niveaux travaillent en étroite collaboration. En 1999, un Conseil supérieur de la justice suivra. Organe indépendant, il a été créé pour exercer un contrôle externe sur la justice belge et "dépolitiser la magistrature" puisque c'est désormais lui qui choisit les candidats à cette magistrature et non plus seulement le président de tribunal et le procureur du Roi.
  • 22 juin 2004. A l'issue d'un procès de 62 jours, Marc Dutroux est condamné à l'emprisonnement à vie par la cour d'assises d'Arlon, notamment reconnu coupable des enlèvements, séquestrations et viols de Julie Lejeune et Mélissa Russo, An Marchal, Efje Lambrecks, Sabine Dardenne et Laetitia Delhez, ainsi que d'avoir assassiné les quatre premières et son complice Bernard Weinstein. Michelle Martin, l'ex-épouse complice, écope de trente ans de prison. Michel Lelièvre est condamné à 25 ans d'emprisonnement, Michel Nihoul, à  cinq ans car "uniquement" pour association de malfaiteurs et trafic de drogue.

Annonces Google