Nivaquine : pourquoi le médicament est devenu introuvable depuis le coronavirus ?

Nivaquine : pourquoi le médicament est devenu introuvable depuis le coronavirus ? Ce traitement anti-paludéen est devenu introuvable dans les pharmacies. La faute au coronavirus qui pourrait être traité partiellement par la molécule contenue dans ce médicament, la chloroquine.

Un article publié le 4 février dans la revue Nature a provoqué une rupture de stock de l'un des médicaments les plus connus par les voyageurs vers l'Afrique. Le nom de ce médicament : la Nivaquine. Ce médicament contient en effet une molécule, la chloroquine, qui aurait pour effet de réduire l'activité du coronavirus. L'étude réalisée in vitro indique en effet que la chloroquine modifie le pH nécessaire au virus pour pouvoir fusionner avec celles du corps humain. Résultat des courses : la quasi totalité des pharmacies françaises sont à court de Nivaquine et son fabricant, Sanofi-Aventis n'en a plus en stock non plus. Pour en trouver il faut donc tomber par hasard sur une pharmacie qui disposait de ce médicament avant qu'il soit présumé pouvoir soigner le coronavirus. Autant chercher une aiguille dans une botte de foin. Une pharmacienne parisienne témoigne ainsi : "dès que les nouvelles concernant la chloroquine se sont répandues, nous avons eu de nombreux Chinois qui sont venus nous voir. Ce médicament nécessite une ordonnance mais ils ont réussi à s'en procurer et nous avons délivré tout le stock possible avant d'arriver en pénurie. La plupart d'entre eux voulaient l'envoyer à leur famille malade en Chine."

Problème: le premier usage de la Nivaquine n'est pas de soigner le coronavirus mais de protéger les voyageurs à destination des zones infectées par le paludisme, notamment en Afrique. Les touristes qui comptaient profiter de vacances dans ces zones n'ont donc pas pu se procurer le produit. Pour eux, il est possible de le remplacer par un autre anti-paludéen, la Malarone qui met en oeuvre d'autres molécules que la chloroquine et n'est donc pas intéressant pour ceux qui voudraient l'utiliser pour soigner le coronavirus. La Malarone est donc actuellement disponible dans toutes les pharmacies.

Mais surtout, il n'est pas, à l'heure actuelle, certain que la chloroquine soigne effectivement le virus, l'étude publiée reposant seulement sur des tests in vitro. Vouloir se soigner seul uniquement avec ce médicament pourrait entraîner plus de complications encore aux malades. La dose utilisée lors du test in-vitro est de 500mg soit 5 fois la dose utilisée pour soigner le paludisme. Sachant que la dose normale, soit 100mg, entraîne déjà de très nombreux effets secondaires très gênants. A court terme, des douleurs au ventre parfois très forte qui imposent de rester coucher. Et à long terme une possible perte de vision pour les personnes ayant déjà des problèmes occulaires. Prendre cinq fois cette dose normale pourrait donc être léthal pour ceux qui l'ingèrent, surtout s'ils sont déjà gravement atteints d'une pneumonie. Donc, malgré l'arrivée du coronavirus en France, mieux vaut pour l'instant s'en référer aux consignes données officiellement par l'OMS.