Coronavirus dans le monde : encore un record de cas aux USA, tous les chiffres

Coronavirus dans le monde : encore un record de cas aux USA, tous les chiffres CORONAVIRUS. Un nouveau record de nombre de cas a été enregistré aux Etats-Unis, ce vendredi, avec plus de 53 000 contaminations. Même constat au Brésil où le Covid-19 continue de faire plus de 1 000 morts par jour. Découvrez le bilan de la pandémie dans le monde ce vendredi 3 juillet 2020.

[Mis à jour le 3 juillet 2020 à 17h22] La crise du coronavirus ne faiblit pas aux Etats-Unis, pays le plus touché par la pandémie. Ce vendredi, le pays dirigé par Donald Trump a annoncé avoir recensé 53 069 nouvelles contaminations lors des dernières 24h (+649 morts), un nouveau record quotidien, signe que le virus continue de se propager sur le territoire. Au total, le bilan des USA s'affiche à 2 739 879 cas et 128 740 décès, selon le décompte effectué par l'université John Hopkins. Le nombre d'infections explose notamment dans plusieurs Etats du sud et de l'est du pays, notamment au Texas, où le port du masque a été rendu obligatoire dans les lieux publics. "Nous pouvons maintenir les entreprises ouvertes et développer notre économie (...) mais cela exige que chacun d'entre nous joue son rôle pour se protéger mutuellement", a ainsi déclaré le gouverneur Greg Abbott.

Au Brésil, le deuxième pays le plus impacté, en nombre de cas et de morts, par le Covid-19, la situation ne s'améliore pas non plus, au contraire. Le pays a lui aussi enregistré un nouveau triste record quotidien de contaminations, ce vendredi, avec 48 105 cas supplémentaires (+1 252 morts), ce qui porte le total à près de 1,5 million, pour 60 632 décès. D'autres pays d'Amérique latine sont en souffrance, à l'image du Pérou, qui vient de passer le cap des 10 000 morts, du Mexique dont le bilan s'approche des 30 000 décès, du Chili (près de 6 000 morts)... Selon l'Organisation panaméricaine de la santé, la région pourrait enregistrer plus de 400 000 morts (le total est d'environ 100 000 actuellement) dans les trois mois si des mesures sanitaires plus strictes ne sont pas mise en places.

Ce vendredi 3 juillet, le bilan de la pandémie dans le monde s'établit à 10, 9 millions de cas confirmés et 521 298 morts. L'OMS a par ailleurs rappelé hier que, depuis une semaine, le nombre de contaminations dépasse les 160 000 par jour et que 60 % de tous les cas de Covid-19 recensés depuis le début de l'année ont été signalés au cours du mois dernier.

La carte du coronavirus dans le monde

Statistiques du coronavirus

Statistiques du coronavirus au 02/07/2020 au soir

Pays Nombre de cas Nouveaux cas Nombre de décès Nouveaux décès
Etats-Unis 2,837,189 +57,236 131,485 +687
Brésil 1,501,353 +47,984 61,990 +1,277
Russie 661,165 +6,760 9,683 +147
Inde 627,168 +21,948 18,225 +377
Espagne 297,183 +444 28,368 +5
Pérou 292,004 +3,527 10,045 +185
Chili 284,541 +2,498 5,920 +167
Royaume-Uni 283,757 +576 43,995 +89
Italie 240,961 +201 34,818 +30
Iran 232,863 +2,652 11,106 +148
Mexique 231,770 +5,681 28,510 +741
Pakistan 217,809 +4,339 4,473 +78
Turquie 202,284 +1,186 5,167 +17
Arabie Saoudite 197,608 +3,383 1,752 +54
Allemagne 196,717 +393 9,064 +3
Afrique du Sud 168,061 +8,728 2,844 +95
France 166,378 +659 29,875 +14
Bangladesh 153,277 +4,019 1,926 +38
Colombie 106,110 +4,101 3,641 +171
Canada 104,772 +501 8,642 +27
Qatar 97,897 +894 118 +3
Chine 83,537 +3 4,634  
Egypte 71,299 +1,485 3,120 +86
Suède 70,639 +250 5,411 +12
Argentine 69,941 +2,744 1,385 +34
Biélorussie 62,698 +274 405 +7
Belgique 61,598 +89 9,761 +7
Equateur 59,468 +1,211 4,639 +63
Indonésie 59,394 +1,624 2,987 +53
Irak 53,708 +2,184 2,160 +110
Pays-Bas 50,335   6,113  
Emirats Arabes Unis 49,469 +400 317 +1
Koweit 47,859 +919 359 +1
Ukraine 45,887 +889 1,185 +12
Singapour 44,310 +188 26  
Portugal 42,782 +328 1,587 +8
Kazakhstan 42,574 +1,509 188  
Oman 42,555 +1,361 188 +3
Philippines 38,805 +294 1,274 +4
Panama 35,237 +774 667 +22

Coronavirus en Chine

La Chine, où le Covid-19 est apparu officiellement en décembre dernier, pensait avoir enrayé la crise au début du printemps, mais l'apparition de nouveaux cas depuis la mi-juin, en particulier à Pékin, a remis le pays sous tension. Au total, plus de 300 cas ont été découverts à Pékin depuis-mi-juin, où "la situation épidémique est grave et complexe", a indiqué dimanche Xu Hejian, un porte-parole de la ville. Depuis le mois de décembre, le Covid-19 a causé la mort de 4 634 personnes (aucun décès ces dernières 24h), pour 83 542 cas. Le gouvernement a remis en place des mesures de restriction dans la capitale, en fermant les écoles et en reconfinant plusieurs quartiers dans des zones jugées à risque, pour la plupart situées non loin du marché géant de Xinfadi, d'où serait partie cette nouvelle vague de contaminations.  

Dimanche, les autorités ont décidé d'opérer au confinement du canton d'Anxin (500 000 personnes), située à une soixantaine de kilomètres au sud de Pékin, après le recensement d'une dizaine de nouveaux cas.  Onze cas liés au rebond épidémique pékinois y ont été enregistrés, selon le journal Global Times. Une personne par foyer sera autorisée à sortir une fois par jour pour acheter de la nourriture et des médicaments, jusqu'à nouvel ordre. Ces efforts semblent porter leurs fruits puisque seules 5 cas de coronavirus, dont 3 à Pékin, ont été recensés vendredi.

Coronavirus aux USA

Ce vendredi, les Etats-Unis comptabilisent au total  2 739 879 millions de cas et 128 740 morts dûs au coronavirus Covid-19. Selon l'institut Johns Hopkins, le nombre de décès recensés lors des dernières 24h est de 649 morts en 24h (706 la veille). Le chiffre quotidien des nouvelles contaminations enregistrées aux Etats-Unis a battu un nouveau record avec 53 069 recensés. Ce chiffre était tombé à 20 000 en avril avant de remonter, au gré du déplacement du virus dans la partie sud-ouest du pays. "Nous avons un problème grave dans certaines zones ", a reconnu le Dr Fauci, l'épidémiologiste en chef de la Maison Blanche, vendredi dernier, lors d'une conférence de presse, en appelant à la responsabilité individuelle de chaque Américain dans la maîtrise de la propagation du virus. La contagion s'accentue ainsi dans plus de la moitié des États américains, et notamment en Californie, en Floride et au Texas, où le port du masque en public a été rendu obligatoire. Les autorités craignent par ailleurs que les rassemblements organisés à l'occasion de la fête nationale américaine, ce 4 juillet, accentuent encore la propagation du virus.

Coronavirus au Brésil

Au Brésil, 1 252 morts ont été recensés lors des dernières 24h, pour un bilan total qui s'établit désormais à 60 632 décès et 1 448 753 cas recensés (+48 105 cas en 24h, un nouveau record quotidien). Les chiffres continuent de suivre une tendance à la hausse mais le gouvernement continue globalement à minimiser la crise, sous l'impulsion du président Jair Bolsonaro réfractaire aux mesures de confinement mises en œuvre par les gouverneurs des états et soutenant la thèse que les conséquences économiques de ces restrictions pourraient causer des dommages bien plus conséquents que celles engendrées par le coronavirus.  Les experts estiment que le Brésil devrait bientôt atteindre un "plateau", mais avec un chiffre élevé de plus de 1 000 morts par jour.

Coronavirus en Espagne

En Espagne, le bilan faisait état, jeudi, de 134 nouveaux cas en 24h, soit 250 103 cas au total, pour 28 368 morts (5 décès en 24h). L'état d'alerte, pour limiter les déplacements, a pris fin le 21 juin dernier. La réouverture des frontières aux touristes a également été actée. Le championnat de football a, lui, repris il y a une quinzaine de jours, et de nombreux lieux culturels ont également rouvert leurs portes. En revanche, les écoles ne rouvriront qu'en septembre prochain.

Coronavirus en Italie

En Italie, le bilan officiel communiqué jeudi par les autorités fait état de 31 décès supplémentaires en 24h (21 la veille), ce qui porte le total à 34 818 morts pour plus de 240 900 contaminations (+201). La vigilance est toujours de mise notamment depuis la découverte, la semaine dernière, plusieurs foyers épidémiques, notamment à Rome, la capitale du pays. "Nous avons quelques manques d'attention, comme la vie nocturne des jeunes et ainsi de suite, mais en Italie, la plupart des gens continuent de porter le masque et d'appliquer la distanciation physique", a indiqué Massio Andreoni, chef du service des maladies infectieuses à l'hôpital Tor Vergata de Rome. Le virus continuera à circuler et nous aurons la réapparition soudaine de quelques foyers épidémiques. S'il y a une deuxième vague, ce sera de notre faute. Cela voudra dire que nous n'aurons pas été à même d'appliquer ce que nous avons appris".

Coronavirus au Royaume-Uni

Le dernier bilan communiqué au Royaume-Uni faisait état, jeudi, de 89 morts de plus en 24 heures (contre 176 la veille). Au total, le pays recense 43 995 morts et 313 483 cas positifs depuis le début de l'épidémie. Selon le bureau national des statistiques (ONS), le nombre de décès imputés au nouveau coronavirus est néanmoins plus élevé que celui annoncé par le ministère de la Santé, et le bilan global serait en réalité de plus de 50 000 victimes du Covid-19, en prenant en compte le nombre réel de personnes décédées dans les maisons de retraite. Par ailleurs, les professionnels de santé du pays ont demandé à la classe politique britannique de préparer le Royaume-Uni au "vrai risque" d'une deuxième vague, dans une lettre publiée dans le British Medical Journal.

Le Royaume-Uni poursuit par ailleurs son déconfinement progressif, avec notamment la réouverture partielle des écoles depuis le début du mois. Le retour se fait par tranches d'âge pour les écoles primaires avec les élèves âgés de 4 à 6 ans et de 10 à 11 ans. L'ensemble des magasins ont été autorisées à rouvrir le lundi 15 juin, avec la mise en place de mesures de précaution (limitation du nombre des clients à l'intérieur, marquages au sol pour favoriser la distanciation physique...). Le port du masque est par ailleurs obligatoire dans les transports. Pour la réouverture des bars et des restaurants, il faudra en revanche attendre le 4 juillet, et encore un peu plus tard (pas de date fixée) pour les parcs de loisirs, les discothèques, les gymnases ou les piscines.

Lundi, le Royaume-Uni avait annoncé dans la soirée un durcissement du confinement à Leicester, dans le centre du pays, après une flambée de nouveaux cas (866 au cours des deux dernières semaines). Cependant, la tendance est globalement à la baisse concernant le nombre de cas et le Royaume-Uni a décidé que les voyageurs en provenance d'Allemagne, de France, d'Espagne ou d'Italie ne seraient plus, à partir du 10 juillet, soumis à une quarantaine obligatoire.

Coronavirus en Allemagne

Le bilan de l'épidémie de coronavirus a franchi le seuil des 9000 morts depuis l'apparition du virus en Allemagne. Selon l'Institut Robert Koch (RKI) pour les maladies infectieuses chargé du suivi de l'épidémie, il se chiffre désormais à 9003 morts avec neuf décès supplémentaires recensés en 24 heures. Le bilan total des contaminations est désormais de 195 674 cas, soit 446 de plus en 24 heures.

La polémique reste grande dans le pays concernant les conditions de travail dans les abattoirs, lieux où plusieurs foyers d'infection ont été découverts ces dernières semaines. La diffusion d'une vidéo, qui semble enregistrée au mois d'avril dans les locaux de l'abattoir Tommies à Gütershloh en Rhénanie du Nord-Westphalie a créé le scandale ces derniers jours. C'est de cet abattoir qu'est né le plus grand foyer épidémique auquel fait face le pays, puisque plus de 1500 salariés ont été testés positifs au virus. "Je trouve scandaleux que Tönnies ait réagi si tard, et maintenant tout le monde dans le district souffre des conséquences, on a même plus le droit de partir en vacances", commente ainsi une habitante dans des propos repris par FranceInfo.

Après la découverte de nombreux cas dans le plus grand abattoir du pays, deux cantons avaient été placés en confinement jusqu'au 30 juin. Lundi, les autorités du Land ont annoncé que les mesures étaient levées dans le canton de Warendorf mais en revanche prolongées d'une semaine dans celui de Gütersloh, le plus proche de l'abattoir Tommies où les 1500 employés ont été testés positifs au Covid-19. Les bars ou cinémas vont donc rester fermés, les habitants invités à rester chez eux et les rassemblements de plus de deux personnes dans l'espace public sont interdits. Le reconfinement partiel de deux cantons de la région Rhénanie du Nord-Westphalie avait fait l'effet d'une bombe sur un continent européen qui craint l'arrivée d'une deuxième vague. La mesure était prévue pour une semaine soit jusqu'au 30 juin.  "Nous avons affaire au plus grand site d'infection" avait annoncé le 21 juin Armin Laschet. Ce dernier a précisé lundi 29 juin que peu de personnes en dehors de l'abattoir ont été contaminées par le Covid-19.

Coronavirus au Portugal

La crise économique consécutive à l'épidémie mondiale de coronavirus contraint le gouvernement portugais à lancer des actions de sauvetage d'entreprises importantes. Jeudi, le gouvernement a ainsi annoncé la renationalisation de la compagnie aérienne TAP. L'Etat a fait grimper sa participation à 72,5% du capital. "L'activité de la TAP a une énorme importance stratégique pour le pays", a expliqué le ministre des Finances Joao Leao, sur la chaîne de télévision TSF, expliquant intervenir "pour éviter l'effondrement de l'entreprise".

Depuis un mois, le Portugal lutte contre un regain de l'épidémie, principalement à Lisbonne. Le pays compte 42 000 cas de Covid-19 pour un peu plus de 1500 décès. Lisbonne reste en partie en quarantaine cette semaine. La région de la capitale regroupe 80% des foyers de contagions découverts au Portugal, alors que 300 à 400 nouveaux cas quotidiens sont détectés dans un pays qui ne comptait jusque-là qu'environ 40 000 cas de coronavirus. Le Premier ministre Antonio Costa a prévenu et annoncé "un devoir civique de confinement à domicile" pour les quartiers lisboètes concernés. Il ne s'agit pas de Lisbonne mais de quelques quartiers de municipalités proches", a-t-il insisté, sans doute sensible à l'impact possible de cette annonce sur le tourisme. 

Dans ces quartiers, les habitants sont invités à rester chez eux, et ne peuvent sortir que pour se rendre à leur travail, faire leurs courses alimentaires ou de santé ainsi que pour des rendez-vous médicaux. Tout rassemblement de plus de 10 personnes est proscrit. Depuis le 1er juillet, le Portugal est ainsi découpé en trois zones. Dans celle où les règles sont les moins strictes, le port du masque reste obligatoire dans les transports et lieux fermés mais les rassemblements sont autorisés jusqu'à 20 personnes. Dans la deuxième zone, qui concerne Lisbonne et ses environs, on parle d'état de "contingence". Les regroupements sont limités à 10 personnes et les commerces ferment dès 20h. Enfin, dans la troisième zone, le confinement est en vigueur et les regroupements limités à 5 personnes maximum.

Les Portugais frontaliers ont tout de même fêté mercredi la réouverture de la frontière terrestre avec l'Espagne, fermée depuis le mois de mars. Depuis ce 1er juillet, les touristes mais aussi les expatriés portugais peuvent donc à nouveau gagner le Portugal par la route, une donnée très importante pour l'économie portugaise qui compte beaucoup sur le tourisme estival pour limiter l'impact de l'épidémie. Cette nouvelle très attendue a donc été troublée par les annonces des derniers jours. Le final 8 de la Ligue des champions de football, prévu début août à Lisbonne, peut-il être menacé ? Alors que le Portugal se félicitait d'avoir été choisi par l'UEFA au vu de ses bons résultats dans la gestion de l'épidémie de coronavirus, la recrudescence de nouveaux cas dans la capitale portugaise inquiète. Le pays entendait pourtant surfer sur ses bons chiffres et son statut de destination sûre pour attirer les touristes européens. Le gouvernement a récemment mis en place une application mobile "Info Praia" concernant les modalités d'ouvertures des plages cet été. On trouvera notamment sur cette application des renseignements sur le taux d'occupation des plages ainsi qu'un code couleur pour savoir si la plage est ouverte en mode "dynamique" (promenade autorisée seulement) ou s'il est possible d'y étendre sa serviette. Les fréquentations des plages pourraient être surveillées et diminuées de moitié par rapport à d'habitude mais leurs accès pourraient rester libres.

Coronavirus en Belgique

Dans le dernier rapport publié ce vendredi en Belgique, Sciensano recense 129 nouvelles contaminations par rapport au bilan publié jeudi 2 juillet. La Belgique compte désormais 61 727 cas et recense une moyenne de 82 nouvelles contaminations par jour sur la dernière semaine. 4 décès supplémentaires sont également à déplorer, pour un total de 9765 décès. Plus de 17 000 personnes ont été admises à l'hôpital pour une infection au Covid-19, soit 13 de plus que la veille.

La Belgique a entamé le 1er juillet la phase 4 de son déconfinement. Ce nouveau stade s'accompagne de mesures symboliques très attendues dont l'élargissement de la "bulle de contact" de 10 à 15 personnes autorisées à voir par individu et par semaine. Les piscines, salles de spectacles et de cinéma sont autorisées à rouvrir mais avec des systèmes de réservation et de créneau déterminés pour limiter les affluences. Les réceptions peuvent reprendre dans des salles de fêtes mais en limitant le nombre d'invités à 50 personnes. Le port du masque dans l'espace public reste conseillé mais pas obligatoire. Ce sont désormais les vacances d'été qui cristallisent l'attention des pouvoirs publics. Selon la presse belge, au moins 10 millions de Belges auraient décidé de les passer sur les côtes de leur pays, entraînant un pic d'affluence qu'il va falloir gérer pour éviter une reprise des contaminations. Une application devrait être mise en place pour prévenir les afflux et tenter de gérer les flux.

Coronavirus en Afrique

Le dernier bilan du Centre de contrôle des maladies de l'Union africaine jeudi 2 juillet officialise le passage du cap des 10 000 décès recensés sur l'ensemble du continent africain. 415 000 cas de Covid-19 ont par ailleurs été recensés en Afrique, témoignant d'une accélération de la diffusion du virus, avec un doublement de cas en trois semaines seulement. Pour Le Monde Afrique, cette augmentation est toutefois à nuancer, car principalement due à la situation en Afrique du Sud qui "cumule un tiers des contaminations du continent et un quart de ses morts".

L'Afrique de Sud est le pays le plus touché du continent avec 150 000 personnes touchées et la contamination semble s'accélérer avec près de 7000 nouvelles infections recensées en 24 heures. Le ministre de la Santé a averti ses concitoyens, annonçant qu'un durcissement des mesures de confinement "pourra être nécessaire", selon RFI. Pays africain qui effectue le plus de tests de dépistage, l'Afrique du Sud a franchi le cap des 100 000 cas recensés pour près de 2000 morts. Un test de vaccin va y être mené sur 2000 personnes. Mis au point par l'université d'Oxford et considéré comme prometteur, il fait déjà l'objet d'essais cliniques au Royaume-Uni et au Brésil. "L'objectif, pour l'instant, est de nous assurer que le vaccin n'est pas dangereux pour les patients et de mesurer la réponse du système immunitaire", explique ainsi à France 24 Lee Fairlie, médecin pédiatre à l'université de Wits qui supervise l'un des sites de l'essai clinique. L'enjeu est ainsi de vérifier l'absence d'effets secondaires. "C'est ce qu'on appelle un essai de phase 2, durant lequel on cherche à déterminer quelle est la dose d'un vaccin qui produit la meilleure réponse immunitaire", précise de son côté Pierre Saliou, président du Groupe d'intervention en santé publique et épidémiologie (GISPE).

Coronavirus