Reconfinement en France : une hypothèse extrême, mais pas exclue

Chargement de votre vidéo
"Reconfinement en France : une hypothèse extrême, mais pas exclue"

Reconfinement en France : une hypothèse extrême, mais pas exclue CONFINEMENT FRANCE. Un reconfinement est-il possible ? Malgré des tendances négatives, cette mesure n'est pas retenue par le gouvernement ni les préfectures qui préfèrent abaisser la jauge des rassemblements.

[Mise à jour du 14 septembre 2020 à 17h55] Si le reconfinement local était envisagé il y a quelques jours, Jean Castex a préféré laisser la main aux préfets de la région pour prendre d'autres mesures que le confinement. À Bordeaux, zone rouge d'après les derniers chiffres de l'épidémie du Covid, la préfète a annoncé l'interdiction des rassemblements de plus de 10 personnes à l'extérieur. Les grands événements voient également la jauge s'abaisser à 1000 personnes maximum. 

Du côté de Marseille, Christophe Mirmand, préfet des Bouches du Rhône, suit le mouvement et ne prend pas la décision d'un reconfinement local. Le préfet décide tout de même d'abaisser la jauge des rassemblements à 1000 personnes et interdit également le rassemblement de plus de 10 personnes dans les parcs, jardins et lieux publics. Les fêtes étudiantes, soirées dansantes sont également interdites. 

En Guadeloupe et à compter du dimanche 13 septembre et jusqu'au mardi 29 septembre 2020 inclus, il n'y aura pas également de reconfinement. Les établissements recevant du public sont fermés (établissements accueillant la pratique et les manifestations  sportives tels que les  gymnases, les stades, piscines, palais des sports, hippodromes). Les salles d'exposition, les foires, etc. et les salle de réunion, de réception, les salles polyvalentes sont également fermés alors qu'à partir de ce samedi 12 septembre en soirée, les restaurants, cafés et bars ne pourront plus accueillir de public à compter de 22 heures en semaine (du dimanche soir au mercredi soir inclus) et de minuit le week-end (du jeudi soir au samedi soir inclus).

Plusieurs autres préfets prennent également les devants. La préfète de Bretagne et de l'Ille-et-Vilaine a déclaré que le retour des justificatifs de domiciles et de la limitation à 100 km était possible, alors que le préfet du Pas-de-Calais a quant à lui annoncé une série de mesure sur Twitter, notamment la fermeture chaque nuit, de 00h30 à 06h00, dans tout le département, des établissements de restauration et des commerces alimentaires.

Des mesures "déclinées territorialement" lance Emmanuel Macron

Pour le chef de l'État, le temps est donc venu de fixer de nouvelles consignes. Il s'agit officiellement de " donner de la visibilité sur les prochaines semaines " aux Français et selon ce que rapporte l'AFP jeudi 10 septembre, des mesures allant jusqu'à des reconfinements locaux sont bel et bien envisagées. Emmanuel Macron, depuis la Corse jeudi 10 septembre, a confirmé cette tendance en assurant que les futures mesures seront " déclinées territorialement ", mais " sans céder à quelque panique que ce soit ". " Ce que nous devons faire c'est nous adapter à l'évolution du virus, essayer de ralentir sa circulation avec les gestes barrières, l'organisation de la vie sociale qu'on doit adapter ", a expliqué le président.

Un reconfinement à Paris est-il possible ?

Pour l'heure, un reconfinement de la ville de Paris n'est pas envisagé. Des mesures ont déjà été prises, à l'image du masque obligatoire partout, et d'autres pourraient suivre, avant d'en arriver au reconfinement, si la situation se dégradait davantage. Selon BFMTV, une fermeture des musées parisiens fait partie des options qui figurent sur le plan de préfecture de police de Paris remis au Premier ministre Jean Castex, durant le mois d'août. La fermeture à des heures anticipées des bars et restaurants de la capitale est également envisagée. Une chose est sûre concernant le reconfinement, la mairie de Paris tout comme le gouvernement souhaite l'éviter, mais s'il est mis en place, il sera alors appliqué à l'ensemble de la ville. Un confinement par quartier ou arrondissement serait trop délicat à mettre en oeuvre, selon l'Hôtel de ville.

Le reconfinement de la Gironde envisagé mais exclu pour le moment 

"La situation épidémiologique nous inquiète", les mots proviennent de la préfète de la Nouvelle Aquitaine. Pourtant, alors que le maire de Bordeaux avait lui même envisagé un reconfinement localisé, la décision n'a pas été prise. Cependant, la jauge des événements publics est abaissée de 5 000 à 1 000 personnes dans le département de la Gironde, a expliqué la préfète Fabienne Buccio. Les rassemblements privés, eux, ne doivent pas dépasser 10 personnes dans la métropole de Bordeaux. "Les soirées dansantes sont interdites dans les bars, les salles des fêtes et à tous les mariages et anniversaires" conclut la préfète.

Le reconfinement à Marseille pour inverser la tendance ?

Dans le Monde, Michèle Rubirola, maire de Marseille, souhaitait juste "interdire les rassemblements publics sans distanciation physique". Elle a été entendue ce 14 septembre par la préfecture de Marseille qui ne propose pas de reconfinement local malgré une tension hospitalière de plus en plus forte. "Nous figurons en tête des départements dont la situation évolue le plus défavorablement" alerte tout de même le préfet. Au delà du port du masque obligatoire étendu dans 27 communes, les grands rassemblements sont désormais limités à 1000 personnes alors que pour les parcs, jardins, plages, la jauge est de seulement 10 personnes.

Vers un reconfinement local ?

Cela fait un certain temps que le terme de reconfinement local est employé. En effet, un reconfinement national a toujours été exclu depuis le déconfinement du 11 mai dernier, que ce soit par le gouvernement ou par le Conseil scientifique, par exemple. Mais tous s'accordent à dire que le confinement localisé, s'il n'est pas souhaitable, pourrait être un recours à la recrudescence actuelle du Covid-19 dans bon nombre de zones. Jean Castex avait évoqué cette solution en juillet dernier, en parlant de " reconfinements très localisés ". Mais concrètement, à quoi pourrait ressembler un reconfinement local ? Il semblerait que l'on s'oriente, si cette option était retenue, vers des reconfinements par département. C'est en tout cas ce qu'a envisagé tout dernièrement le président de Bordeaux Métropole qui a expliqué ce jeudi 10 septembre sur la chaîne locale TV7 que le département de la Gironde était " aujourd'hui exposé à un reconfinement partiel ". Autre région de France touchée, le Bretagne. La préfète de cette région et d'Ille-et-Vilaine, Michèle Kirry, a tenu en urgence une conférence de presse le mercredi 9 septembre. La haute fonctionnaire a décrit " une augmentation rapide de la circulation du virus en Ille-et-Vilaine " et ces nouvelles contaminations concernent " principalement une population jeune ". La limitation de déplacement de 100 km ainsi que le retour des justificatifs de domicile " si la situation se dégrade ".

Carte de l'évolution du Covid-19

Voici la carte des R0 en fonction des différentes régions, dont les données sont mises à jour chaque semaine par le ministère de la Santé. Il convient malgré tout de préciser qu'il s'agit d'un indicateur de l'évolution de l'épidémie en France parmi d'autres, qui pourraient également entrer en ligne de compte si le gouvernement venait à mettre en vigueur le reconfinement localisé.

Des critères pour le reconfinement ?

Comme évoqué plus haut, le R0 pourrait être retenu comme un critère de reconfinement si le besoin de reconfiner la France, en entier ou en partie, se faisait sentir. Mais il existe d'autres indicateurs, à commencer par le taux de tests positifs, qui est d'ailleurs en augmentation depuis plusieurs semaines d'affilée au niveau national, selon le dernier point épidémiologique de Santé publique France (+ 13% par rapport au point précédent). Il y a également l'incidence, soit le nombre de personnes contaminées par le coronavirus pour 100 000 habitants, actuellement estimée à 5,5 par SpF et également en augmentation par rapport au point précédent. Enfin, pourrait être retenir le nombre de places en réanimation. Là, les chiffres et les courbes sont plus rassurants, car le nombre journalier de cas hospitalisés en réanimation est toujours en diminution depuis le 8 avril. Retrouvez tous les chiffres et courbes actualisés dans notre article consacré à l'évolution du Covid-19 en France.