Vaccin Moderna : efficacité, conservation... Ce qu'on sait du nouveau venu en France

Vaccin Moderna : efficacité, conservation... Ce qu'on sait du nouveau venu en France Alors que les premières doses du vaccin de Moderna sont arrivées en France ce lundi, voici ce que l'on sait sur le deuxième laboratoire autorisé dans l'Hexagone.

[Mis à jour le 11 janvier 2021 à 10h48] La campagne de vaccination en France prend un nouveau tournant ce lundi avec l'arrivée de 50 000 doses du vaccin de Moderna, deuxième laboratoire autorisé dans le pays après Pfizer. Vendredi dernier, la Haute autorité de santé a validé la mise en circulation de ce vaccin, qui va donc être acheminé dès ce début de semaine dans plusieurs régions, considérées comme les priorités au vu de la circulation du Covid-19. Il s'agit du Grand Est, d'Auvergne-Rhône-Alpes et de la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur, qui vont se partager ces 50 000 premières doses sur les huit millions attendues, d'ici le mois de juin, par la France.

Cette arrivée de Moderna "ouvre la voie à une première livraison de doses dès ce lundi, pour un volume de 5 160 flacons contenant chacun 10 doses de vaccin, qui s'ajoute aux livraisons hebdomadaires du vaccin Pfizer ", a précisé le ministère de la Santé dans un communiqué. Il s'agit bien entendu d'une avancée positive dans cette campagne de vaccination, surtout lorsque l'on sait que ce vaccin possède un avantage non négligeable par rapport à son concurrent - et compatriote - Pfizer.

Les deux laboratoires américains ont produit un vaccin assez similaire, tant d'un point de vue technique - tous deux utilisent l'ARN Messager - que du taux d'efficacité, en l'occurrence 94,1% pour Moderna. Mais ce dernier, contrairement à Pfizer, n'exige pas une conservation à une température de -80°C, ce qui ne facilite pas son transport et son déploiement à travers le pays (des réfrigérateurs spéciaux sont impératifs). Pour le nouveau venu en France, une conservation à -20°C suffit, même si pour l'heure, c'est bien Pfizer qui fait la course en tête avec plus de 100 000 personnes vaccinées depuis ce week-end, selon Olivier Véran, le ministre de la Santé.

En savoir plus
  • Une efficacité spectaculaire - Moderna revendique un taux d'efficacité encore plus élevé que son concurrent Pfizer : 94,1%, à l'issue de deux injections. "Cette analyse intérimaire positive issue de notre essai de phase 3 nous donne les premières indications cliniques que notre vaccin peut prévenir la maladie du Covid-19, y compris la forme grave", peut-on lire dans le communiqué de Moderna. Concrètement, Moderna a identifié 95 volontaires ayant contracté le Covid-19 dans son groupe de 30 000 volontaires : 90 font partie du groupe ayant reçu un placebo, 5 figuraient dans le groupe ayant été vacciné. 
  • Une efficacité sur les personnes fragiles - 42% des volontaires sont issus de populations à risques (personnes de plus de 65 ans ou présentant un facteur aggravant). Les cas les plus graves apparus pendant les essais se sont tous manifestés dans le groupe n'ayant pas été vacciné. "Cela montre que notre vaccin permet, la plupart du temps, de ne pas être malade du tout, et que les quelques personnes vaccinées qui tomberont malgré tout malade n'auront pas de maladie grave", s'est réjouit Stéphane Bancel, le PDG de Moderna, auprès du Monde.
  • Des effets indésirables faibles - C'est en tout cas l'une des promesses de Moderna. "Un examen des effets indésirables sollicités a indiqué que le vaccin était généralement bien toléré. La majorité des événements indésirables étaient d'intensité légère ou modérée", peut-on lire dans le communiqué de presse de Moderna. Après la deuxième injection, des patients ont constatés certains effets collatéraux : fatigue (9,7%), douleurs musculaires (8,9%), douleurs articulaires (5,2%), maux de tête (4,5%) et rougeurs autour du point d'injection (2%).
  • Un conservation à -20°C - L'un des points forts du vaccin de Moderna réside dans ses conditions de conservation : le laboratoire assure que le vaccin peut être conservé à -20 °C, soit la température d'un congélateur standard. La stabilité du vaccin est aussi assurée pour six mois.
  • Principe de l'ARN messager - L'entreprise, également américaine, mais dont les travaux sont dirigés par un Français, est la deuxième à utiliser la technique de l'ARN messager, dont le principe est de communiquer à l'organisme les informations génétiques nécessaires pour déclencher de manière autonome une protection contre le virus. "Le vaccin ARNm-1273 induit une réponse immunitaire forte et rapide au SARS-CoV-2", a déjà promis Moderna.