Toujours sur Linternaute.com

Suggestions de diaporamas

Les premiers tests américains

Mise au point au début des années 40, avec le projet Manhattan, l'arme nucléaire a été testée environ 2000 fois dans le monde. Plus de la moitié des tests fut réalisée par les Etats-Unis entre 1945 et 1962, dont 210 explosions rescencées dans l'atmosphère. Les Etats-Unis, concepteurs de la bombe nucléaire grâce aux travaux préliminaires des ingénieurs européens, achevèrent ainsi sa construction, aidés par des milliers de chercheurs.


Le 16 juillet 1945, avec le programme Trinity, la première bombe nucléaire appelée "Gadget" explosera sur la base aérienne d'Alamagordo, au Nouveau-Mexique. De nombreux programmes et tests américains seront ensuite pratiqués dans le Nevada et dans le Pacifique. Les Etats-Unis délocalisèrent des populations entières pour désertifier les terrains d'essais.


Les essais français 

La France réalisa quant à elle 210 essais nucléaires, principalement en Polynésie Française, terrain propice pour ces essais.


Le premier essai nucléaire français eut lieu le 13 février 1960, dans le désert du Sahara algérien. Sous la présidence de Charles de Gaulle, un champ de tir fut créé en plein désert, à 600 km de Bechar, destiné aux essais aériens. Jugés trop polluants, les essais continuèrent en souterrain en 1961, toujours dans le désert saharien. Malgré les précautions, sur 13 tirs en galerie, quatre n'ont pas pu être contenus, laissant s'échapper une radioactivité nocive.

Le 2 juillet 1966, sur l'atoll de Moruroa, en Polynésie Française, la France reprend ses essais sur un nouveau terrain. Sur barge, d'avion ou sous ballon captif, les 46 essais aériens furent complétés par 146 essais souterrains. La dernière campagne, menée par le président Jacques Chirac en 1995, signera la fin des essais nucléaires français avant de passer à la simulation.

Fortement contestés par des associations comme Greenpeace, les essais eurent des conséquences catastrophiques pour les populations et l'environnement. En 1974, un nuage radioactif toucha Tahiti, intensifié par de fortes précipitations. Un rapport, mené par une commission d'enquête et remis en 2006, confirma que les retombées radioactives en Polynésie étaient 6 à 7 fois supérieures à la normale lors des essais.

La fin des essais

Dès le 5 août 1963, à Moscou, les Etats-Unis, l'Union Soviétique et la Grande-Bretagne signèrent un Traité d'interdiction partielle des essais nucléaires : les tests atmosphériques et sous-marins prirent fin, dans le but de limiter la dispersion de matières irradiées.

Par la suite, d'autres Traités furent signés, en 1974, en 1976 et en 1996, afin d'interdire tous les essais nucléaires, sous quelque forme possible. C'est en effet le 24 septembre 1996, à New York, que le traité d'interdiction complète des essais nucléaires fut signé par les états armés de la bombe nucléaire. A ce jour, seuls 35 des 44 états concernés ont ratifié ce traité.

Suggestions de contenus