Angela Merkel : sa jeunesse communiste resurgit à trois mois des élections

Angela Merkel : sa jeunesse communiste resurgit à trois mois des élections Angela Merkel est au plus haut de sa popularité. Mais à la veille des élections législatives allemandes, son passé communiste est dévoilé. Retour sur son parcours.

Elle vole encore très haut cette année. Angela Merkel bat des records de popularité. Elue "personnalité préférée des Allemands" pour la sixième année consécutive par Berlin Weekly, la chancelière jouit d'un engouement qui pourrait la mener vers une troisième victoire aux élections législatives. A la tête de l'Union chrétienne démocrate depuis 2005, Angela Merkel est la seule dirigeante européenne à se maintenir au pouvoir en temps de crise.

A trois mois des élections législatives, un ouvrage intitulé "La première vie d'Angela M." de Ralf Georg Reuth et Günther Lachmann, retrace la vie de la femme politique sous la dictature communiste de la République démocratique Allemande. Des informations jusqu'à ce jour méconnues et qui relatent de son implication dans les Jeunesses communistes.

Biographie : un parcours politique dense

Née le 17 Juillet 1954 à Hambourg en Allemagne, Angela Kasner est diplômée de physique à Leipzig. Sous le régime communiste de l'Allemagne de l'Est, elle devient responsable du département de l'agitation et de la propagande des jeunesses communistes du parti, la Jeunesse Libre Allemande. Un rôle qu'elle qualifia de "culturel" en 2004. Après la disparition de la RDA en octobre 1990, Merkel (de son nom de mariée) adhère à la CDU, Christian Democratic Union, avant de devenir la porte-parole du gouvernement de Maizière. Fidèle à ce parti, elle enchaina les postes au sein du gouvernement, tantôt ministre fédérale des Femmes et de la Jeunesse, tantôt ministre fédérale de l'Environnement, de la Conservation de la nature et de la Sûreté nucléaire. En 1998, elle accédera au poste de secrétaire général de la CDU, avant d'en devenir la présidente en 2000. A la tête de ce parti politique, elle remportera les élections de 2005 et deviendra ainsi la première chancelière de la république fédérale d'Allemagne.

Une troisième victoire aux élections législatives à venir?

Du haut de ses 58 ans, Angela Merkel va bientôt révéler son nouveau programme pour les législatives du 22 septembre. Face à son rival, Peer Steinbrück du parti social démocrate SPD, la chancelière domine les sondages avec 40 % d'intentions de vote. La femme la plus puissante du monde selon le magazine Forbes, et ce pour la troisième année consécutive, axe son programme sur un nouveau mode de calcul des impôts, avantageux pour les familles nombreuses, de nouvelles pensions pour les femmes et une hausse des allocations familiales. Des dépenses évaluées à 28 milliards d'euros par la presse. Son programme, inspiré de quelques idées du SPD, mène sa campagne vers une "démobilisation asymétrique" qui encouragerait les électeurs socio-démocrates à s'abstenir aux élections. Une stratégie jusqu'ici payante pour la chancelière allemande.

 EN VIDÉO - Portrait de la femme la plus puissante du monde, Angela Merkel.

Chargement de votre vidéo
"Portrait d'Angela Merkel, la "femme la plus forte du monde""