Mouammar Kadhafi : invité par Sarkozy en 2007, un "remboursement" ?

Mouammar Kadhafi : invité par Sarkozy en 2007, un "remboursement" ? KADHAFI - Ce mardi 20 mars, Edwy Plenel a laissé entendre que Nicolas Sarkozy, en recevant Mouammar Kadhafi à l'Elysée juste après son élection, aurait esquissé un "remboursement" politique du financement présumé de sa campagne.

[Mis à jour le 20 mars 2018 à 17h13] En marge du placement en garde à vue de Nicolas Sarkozy, Edwy Plenel s'est exprimé sur l'antenne de BFMTV ce mardi 20 mars. Le directeur de la rédaction de Mediapart, qui a révélé cette information ce matin avec Le Monde, explique que la visite de Mouammar Kadhafi en décembre 2007 a tout d'un remboursement diplomatique. Selon le journaliste, le président français de l'époque, élu depuis sept mois, entendait normaliser les relations entre la France et la Libye, comme s'il fallait remercier le dictateur d'un financement présumé de sa campagne effectué, selon lui, quelques mois plus tôt.

"Il fallait normaliser M. Kadhafi"

La première étape de cette normalisation aurait donc consisté à recevoir en grande pompe Mouammar Kadhafi, dont les images de la tente installée dans la cour de l'hôtel Marigny sont restées dans les mémoires. "Pourquoi y a-t-il eu cette réception de M. Kadhafi, ces grandes amours en 2007 qui ont choqué tout le monde ? Eh bien, c'était un remboursement, il fallait normaliser M. Kadhafi. En échange, pour lui, c'était rien [sous-entendu l'argent qui aurait servi à la campagne de Nicolas Sarkozy, ndlr]", a déclaré Edwy Plenel.

Dîners, réceptions, visite du château de Versailles et de Paris en limousine, le militaire est resté en France pendant cinq jours. "Cette visite marquera une étape significative dans le retour progressif de la Libye au sein de la communauté internationale, qui a été rendu possible par un certain nombre de gestes politiques très importants", avait fait savoir à l'époque le porte-parole de la présidence David Martinon.

Retour sur les révélations de Mediapart sur Kadhafi

C'est en mars 2012 que Mediapart avait publié ses premières révélations faisant état d'un financement de campagne de Nicolas Sarkozy de la part de Mouammar Kadhafi. Les journalistes du site dirigé par Edwy Plenel avaient publié un document citant une note signée par Jean-Charles Bisard, président d'une société privée de renseignements. Cette note, actée dès 2005 lors de la visite de M. Sarkozy en Libye, alors qu'il était ministre de l'Intérieur, aurait confirmé le principe d'un financement de sa future campagne à hauteur de 50 millions d'euros.

Quelques semaines plus tard, nouvelle note révélé par le site d'investigation. Celle-ci aurait confirmé la transaction des 50 millions d'euros par la voix - ou plutôt la plume - de Moussa Koussa, qui était à l'époque le patron des services des renseignements extérieurs de la Libye. C'est sur cette note qu'est évoqué pour la première fois Ziad Takieddine, qui a joué un rôle déterminant puisque ce Franco-Libanais aurait été l'intermédiaire entre Nicolas Sarkozy et Mouammar Kadhafi.

Article le plus lu - Eric Zemmour : le clash avec Hapsatou Sy se durcit › Voir les actualités

Annonces Google