Séverine Servat : la femme de François de Rugy est une fan de Macron

Séverine Servat : la femme de François de Rugy est une fan de Macron SEVERINE SERVAT - Elle est désormais femme de ministre. L'épouse de François de Rugy va probablement changer un peu son mode de vie, mais peut se satisfaire que son mari travaille dans l'équipe d'un président qu'elle affectionne.

[Mis à jour le 5 septembre 2018 à 16h38] François de Rugy a finalement accepté de remplacer le ministre démissionnaire de la Transition écologique Nicolas Hulot. À la suite du remaniement ministériel, la passation de pouvoir s'est tenue ce mardi 4 septembre à l'hôtel de Roquelaure, à Paris. Si tout le monde a pu apercevoir à de nombreuses reprises la femme de Nicolas Hulot, Florence Lasserre, qui n'a pas hésité à afficher son soutien à son époux, celle du nouveau ministre de la Transition écologique s'est quant à elle faite plus discrète. Alors, qui est-elle ? Que sait-on ?

Mariée depuis décembre 2017 au nouveau ministre de la Transition écologique, Séverine Servat est peu connue du grand public. Néanmoins, celle qui est mère d'un garçon d'une dizaine d'années, qu'elle a eu d'une précédente relation avec l'ex-député socialiste Jérôme Guedj, est loin d'être une inconnue du monde médiatique. En effet, cette femme au carré blond platine est journaliste pour le magazine Gala, consacré aux célébrités.

"Macroniste" avant François de Rugy

Femme Actuelle, journal qui appartient au même groupe que Gala, a recueilli quelques confidences de l'intéressée. Le peu que l'on puisse dire, c'est qu'elle est impressionné par la carrière de son époux. "Je suis très fière de lui car ce sont des convictions avant tout. Il n'a pas choisi la voix de la facilité et ça ne me facilite pas la vie non plus", dit-elle. Qu'il ait choisi de soutenir Emmanuel Macron début 2017 au lieu de Benoît Hamon, après la primaire de la gauche, n'a pas été pour lui déplaire. Elle se dépend elle-même comme une "macroniste convaincue, de la première heure". "Je l'étais avant lui, je pense", ajoute-t-elle en faisant allusion à son mari. "Je suis très pro-Macron. J'ai saoulé tout le monde. Sur Facebook, j'étais à fond la caisse !", insiste-t-elle.

Une plainte contre la parution d'un livre

Séverine Servat a déjà fait  dans plusieurs articles du fait de sa relation avec François de Rugy, et plus particulièrement de leur mariage, mais plus récemment, cet été, c'est au sujet d'une affaire concernant sa vie privée que son nom a de nouveau été mentionné. L'affaire portée devant les tribunaux par Séverine Servat est complexe et ne manquera pas de poser des problèmes aux juges qui devront la traiter. La  compagne de François de Rugy a porté plainte contre l'auteure d'un livre, Emilie Frèche, qui a publié à la fin août "Vivre ensemble", chez Stock. L'ouvrage raconte le quotidien d'une famille recomposée, qui, après les attentats de 2015, tente de retrouver son mode de vie "normal". Selon Séverine Servat, l'ouvrage s'inspire largement de sa vie privée et de celle de son enfant, son fils, issu donc d'une première union avec l'ancien député socialiste Jérôme Guedj. Or ce même Jérôme Guedj est aujourd'hui le compagnon de l'auteure du livre Emilie Frèche... C'est cet imbroglio familial, littéraire et politique qui a donné lieu à une première bataille d'avocats début août.

L'avocat de Séverine Servat, Me William Bourdon, a indiqué que cette dernière "entendait solliciter l'interdiction du livre" qui selon elle porterait "des atteintes graves et répétées à l'intimité de sa vie privée et à celle de son enfant". Une requête depuis abandonnée par l'épouse de François de Rugy, ce qui ne l'a pas empêchée, dans L'Express, de dénoncer un "viol de l'intimité sous un jour dégradant, sinon malveillant".

L'auteure du livre, Emilie Frèche a  quant à elle seulement admis, "comme tout écrivain, avoir puisé une partie de son inspiration dans son vécu, notamment familial". Les avocats des éditions Stock et de la romancière, Me Anne Veil et Me Alain Jakubowicz, ont néanmoins proposé d'insérer un encart dans les ouvrages mis en vente fin août, rappelant que "Vivre ensemble" était "une oeuvre de fiction".

Article le plus lu - Georges Tron, jugé pour "viols", a été acquitté › Voir les actualités

Annonces Google