Grippe 2020-2021 : des inquiétudes, pourquoi le vaccin est important

"Grippe 2020-2021 : des inquiétudes, pourquoi le vaccin est important"

Grippe 2020-2021 : des inquiétudes, pourquoi le vaccin est important GRIPPE - Avec la présence du Covid-19, les autorités sanitaires veulent à tout prix limiter au maximum l'épidémie de grippe saisonnière. Le vaccin revêt une importance capitale pour éviter que les deux maladies ne cohabitent cet hiver.

La situation sanitaire est exceptionnelle cette année à cause de la pandémie de Covid-19. Le virus s'est manifesté pour la première fois en décembre 2019 à Wuhan en Chine, avant de se propager à travers le monde. Au fil des mois, les symptômes les plus fréquents de ce nouveau coronavirus ont été décrits avec précision par les médecins : la toux, la fièvre ou encore la fatigue. Problème, ils sont très similaires voire pratiquement identiques à ceux de la grippe saisonnière. L'automne venant à peine de commencer, les autorités cherchent au maximum à enrayer la propagation de cette maladie infectieuse annuelle. Cela a pour objectif d'éviter que des personnes attrapent en même temps la grippe et le Covid-19. "Et puis, disons-le, vivre deux épisodes simultanés, Covid et grippe, peut être mortel pour des malades. Quand le corps a déjà mené une gigantesque bataille, il est difficile d'en entamer une autre. Vous ne jouez pas la finale de Wimbledon, le lendemain de Roland-Garros", exprime avec force Jean-François Mattéi, le président de l'Académie de médecine, qui a aussi été ministre de la Santé de 2002 à 2004, au Parisien.

La cohabitation des deux maladies pourrait certainement provoquer une saturation des services hospitaliers, déjà débordés. Cette situation hors norme met en lumière la campagne de vaccination contre la grippe qui commencera le 13 octobre en France métropolitaine. Le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé lundi 21 septembre que 30% de doses de vaccin supplémentaires avaient été commandées par l'Etat. Au total, cela représente 15,6 millions de doses disponibles contre 11 millions en 2019.

Qui doit se faire vacciner de la grippe ?

La question que tout le monde se pose, c'est de savoir qui devrait aller se faire vacciner. Les discours ne sont pas toujours identiques. Jean-François Mattéi estime que tous les soignants et les personnes de plus de 65 ans devraient se faire vacciner obligatoirement. Pour 75 députés de LREM, "le prochain combat se jouera sur le terrain du risque d'épidémie croisée. Evitons cet affrontement en nous faisant vacciner massivement contre la grippe" expriment-ils dans une tribune publiée dans le Journal du Dimanche le 20 septembre. Gilles Bonnefond, le président de l'Union des syndicats de pharmaciens d'officine (USPO) suit cette ligne de conduite en déclarant au Huffington Post qu'"[ils veulent] étendre la vaccination aux adultes, même à ceux qui ne sont pas dans la cible".

Le propos est bien plus nuancé pour la présidente de l'Ordre des pharmaciens Carine Wolf-Thal : "Attention tout de même. Le risque d'une incitation trop large est de ne pas avoir assez de doses pour vacciner les plus fragiles". Si tous les Français allaient se faire vacciner contre la grippe, il n'y aurait effectivement pas assez de doses pour toute la population. Une liste des personnes susceptibles d'avoir une faible constitution a été établie par l'Assurance Maladie (AM). Par exemple, les femmes enceintes, les nourrissons, les personnes obèses, les individus atteints par des maladies chroniques, ou encore les personnes âgées sont les plus fragiles face à la grippe. Le site de l'AM précise que des complications peuvent se manifester en étant atteint par la maladie infectieuse : "Une infection pulmonaire bactérienne grave (ou pneumonie) […], une aggravation d'une maladie chronique déjà existante, [telle que] le diabète, la bronchopneumopathie chronique obstructive, une insuffisance cardiaque…". Sans le Covid-19, la grippe touche des millions de personnes chaque année. Selon l'AM, 1,8 million d'individus ont été atteints par la maladie lors de la saison 2018-2019. L'épidémie a duré huit semaines. 65 000 passages ont été relevés aux urgences durant cette période, 11 000 d'entre eux ont mené à une hospitalisation. L'AM estime aussi que 9 900 décès étaient dus à la grippe au cours de la période de surveillance. Les personnes fragiles ne paient pas leur vaccin, contrairement au reste de la population. Le prix de ce dernier est évalué entre 6 et 11 euros.

A quel moment faut-il se faire vacciner ?

Le site de l'Assurance Maladie préconise de "se faire vacciner chaque année au début de l'automne, avant la circulation active des virus grippaux." Cette période est propice au vaccin puisqu'il faut compter environ quinze jours entre la vaccination et la protection contre la grippe saisonnière. "C'est le temps nécessaire pour que le système immunitaire réagisse au vaccin" est-précisé. Si vous êtes un cas contact, des indications particulières sont à suivre. La Haute Autorité de Santé "recommande également que les sujets identifiés comme contacts possibles d'un cas de COVID-19, et éligibles à la vaccination contre la grippe, voient leur vaccination reportée à l'issue de la période d'isolement strict de 14 jours recommandée en l'absence d'apparition de symptômes en accord avec les préconisations de l'OMS et de la HAS".

Se faire vacciner par un pharmacien habilité, c'est possible ?

Pour se faire vacciner, il convient de se procurer le vaccin et de se rendre chez son médecin, une infirmière ou un pharmacien habilité. Les pharmaciens de l'ensemble de la France, après deux phases de tests en 2017 et 2018 dans certaines régions, peuvent vacciner contre la grippe mais uniquement les personnes majeures. Ils ne sont cependant pas tous habilités à effectuer la vaccination. Ces professionnels doivent être formés à cette pratique et disposer de locaux adaptés. Autre élément primordial : qu'ils soient volontaires. Pour ces derniers, des formations théoriques et pratiques leurs ont été prodiguées. Si vous êtes une femme enceinte, une sage-femme peut vous vacciner. Il en va de même si vous faites parti de l'entourage de nourrissons à risque de grippe grave.

Quels sont les symptômes de la grippe ?

Maladie connue et périodique, une grande partie de la population est au courant des différents signes de la grippe. Cette année cependant, avec l'apparition du Covid-19, la détection des symptômes va se compliquer. Les similitudes des signes entre les deux maladies sont très nombreuses : fièvre, fatigue, toux, etc. Les symptômes de la grippe apparaissent généralement de manière brutale, 48 heures en moyenne après la contamination, et sont le plus souvent accompagnés de fièvre. Le patient infecté peut également ressentir une intense fatigue, des douleurs musculaires et articulaires plus communément désignées comme des courbatures, des maux de tête ou une toux sèche. La fièvre, qui peut dépasser les 39 degrés dans le cas d'une grippe, peut également entraîner des frissons. Tous ces symptômes permettent de distinguer la grippe de l'état grippal, passager et moins intense. Pour différencier la maladie infectieuse du Covid-19, un test PCR sera la meilleure solution. Cependant, si vous perdez le sens de l'odorat et/ou du goût, en plus de la manifestation de symptômes similaires à ceux de la grippe, il y a des fortes "chances" que vous soyez atteints par le coronavirus.

Les symptômes de la grippe apparaissent très soudainement et peuvent prendre de graves proportions dans le cas de jeunes enfants ou de personnes âgées. Une épidémie de grippe dure en moyenne neuf semaines selon les données du réseau de surveillance Sentinelles. Mais comment différencier une grippe d'un simple rhume ? Si vous avez des douleurs musculaires, un sentiment d'épuisement, des frissons et une fièvre qui peut parfois grimper jusqu'à 40 degrés, alors vous avez la grippe. Pour sa part, un rhume sera accompagné d'une faible hausse de température, d'un écoulement nasal et de toux plus ou moins grasse. Autrement dit, les symptômes de la grippe ont des conséquences beaucoup plus importantes sur votre organisme que ceux d'un rhume.

Quelle est la durée d'incubation de la grippe ?

Le délai d'incubation de la grippe est d'environ deux jours, indique l'OMS sur son site. Il s'agit de la durée qui sépare le moment de l'infection et celui de l'apparition des premiers symptômes. La grippe est contagieuse, elle peut se transmettre durant une semaine à compter de la contamination. Il est dont important d'éviter les contacts entre les personnes malades et celles qui ne sont pas atteintes par le virus. Si le patient ne fait pas partie des populations à risques et qu'aucune complication ne s'est déclarée, la grippe devrait passer en une semaine environ. La toux peut en revanche durer plus longtemps. En revanche, le délai d'incubation du Covid-19 oscille entre trois à cinq jours, voire quatorze jours. Cet indicateur est donc utile pour savoir si vous êtes atteints par la grippe ou le virus SARS-CoV-2.

Quel est le mode de contamination de la grippe ?

La grippe est une maladie contagieuse qui se transmet par voie aérienne. Il faut donc faire particulièrement attention d'éviter les contacts avec les personnes contaminées par le virus. Ce dernier se trouve dans la salive et dans les gouttelettes projetées lors d'éternuements ou de toux. La distanciation sociale, les gestes barrières et le port du masque obligatoire sont d'autant plus importants afin d'éviter que vous soyez contaminés par la grippe. Cette dernière peut également se transmettre par contact direct, notamment dans les lieux de promiscuité. Il est donc conseillé de bien se laver les mains régulièrement et d'essayer d'éternuer dans un mouchoir à jeter immédiatement à la poubelle. Le malade est contagieux durant la semaine suivant la contamination, une durée qui peut être allongée dans le cas d'enfants ou de sujets immunodéprimés.

En raison du fort potentiel contagieux du virus, la vaccination est d'autant plus importante. Se faire vacciner permet bien sûr une protection individuelle, mais participe également à enrayer la contamination d'autres personnes. Ainsi, plus nous sommes nombreux à nous faire vacciner, plus nous limitons le risque de transmission de la grippe : c'est ce qu'on appelle l'immunité grégaire ou collective. Les mesures de santé publique ont pour objectif d'atteindre un seuil d'immunité grégaire, permettant de protéger l'ensemble de la population en empêchant la propagation d'un virus. Par exemple, lors de l'épidémie de grippe A (H1N1) de 2009 à 2010, le taux d'immunité grégaire nécessaire était estimé à environ 50 à 60%, ce qui signifie que pour enrayer la propagation du virus, un peu plus de la moitié de la population aurait dû procéder à une vaccination. La vaccination du maximum de personnes permettrait de réduire le pic du virus, ainsi que le nombre total de personnes infectées au cours d'une saison, comme le montre ce graphique extrait d'un rapport du Haut Conseil de la Santé Publique :

Comment soigner la grippe ?

En temps normal, une personne qui présente des symptômes de la grippe devrait se rendre chez le médecin. Cependant, le contexte sanitaire dû à la pandémie de coronavirus ne permet pas d'agir comme à l'accoutumée. En plus des nombreuses annonces à la télévision et à la radio, le ministère de la Santé a expliqué sur son site Internet qu'en cas de "symptômes (toux, fièvre) qui [vous] font penser au Covid-19", il faut rester à domicile et éviter les contacts. Si vous êtes atteint par la grippe ou le coronavirus vous êtes potentiellement contagieux, d'où cette période d'isolement. Au lieu de se déplacer chez votre médecin traitant, le ministère préconise les appels téléphoniques adressés à ce dernier afin que vous puissiez décrire vos signes. La téléconsultation est aussi possible. Les recommandations ministérielles indiquent également que les permanences de soins régionales peuvent être contactées par les malades. Tant qu'un test de dépistage n'est pas effectué, il est pratiquement devenu impossible de dissocier les signes de la grippe et du Covid-19. Vous n'êtes peut-être pas à l'abri d'une aggravation des symptômes, comme des signes d'étouffement et des difficultés respiratoires. Si cela se produit, le ministère de la Santé conseille vivement "[d'appeler] le SAMU (15) ou [d'envoyer] un message au numéro d'urgence pour les sourds et les malentendants (114)".

Si votre médecin établit que vous êtes atteint par la grippe, il est important de vous reposer. Cela permettra à votre température de baisser. Une bonne hydratation est également fortement recommandée puisque la fièvre déshydrate le malade. Lavez vos mains fréquemment, et aérez votre chambre pour renouveler l'air. Ces recommandations vont de pair avec les médicaments prescrits par votre praticien. Ce dernier prescrira probablement du paracétamol qui permet de faire baisser la fièvre et d'agir contre les courbatures. Le médecin peut également opter pour un traitement à base d'antiviraux comme le Tamiflu, surtout dans le cas d'une personne fragile. Si le patient tousse, il lui sera conseillé de prendre un sirop antitussif. Le traitement dure environ cinq jours. L'automédication n'est pas la solution pour soigner votre grippe. Le slogan d'une campagne célèbre du ministère de la Santé en 2002, "les antibiotiques, c'est pas automatique !", est particulièrement véridique pour guérir d'une grippe. Les antibiotiques ont pour vocation de détruire les "mauvaises" bactéries, or cette maladie infectieuse est virale. De plus, ingérer ce type de médicaments alors que vous n'en avez pas besoin renforce les "mauvaises" bactéries et peut décimer les "bonnes" bactéries, en particulier dans l'intestin. Un déséquilibre du microbiote (la population bactérienne) se produit, ce qui peut occasionner des maladies. Prendre des antibiotiques alors que ce n'est pas nécessaire entraîne aussi une diminution de l'efficacité de ces médicaments au cas où vous en avez vraiment besoin.

Quels sont les remèdes contre la grippe ?

Aux côtés des traitements traditionnels, il existe également des remèdes alternatifs pour lutter contre la grippe, mais leur efficacité fait l'objet de débats non résolus. L'homéopathie par exemple, propose de prendre des granules en prévention afin de renforcer le système immunitaire plusieurs semaines avant l'apparition du virus. Le mieux est de se renseigner auprès d'un professionnel qui vous orientera vers le meilleur traitement, en général influenzinum ou oscillococcinum. Il existe également des remèdes naturels comme le sureau noir qui agit tel un antiviral et un anti-inflammatoire ou le ginseng à prendre en prévention. La reine-des-près, une fleur à consommer en infusion, permet de faire baisser la fièvre.

Le grog est souvent présenté comme une recette de grand-mère efficace pour lutter contre la grippe mais il est en réalité plutôt à proscrire. Il convient de laisser de côté l'alcool, tout comme le café, pour bien s'hydrater avec de l'eau, du thé ou une soupe. Du citron pressé et du miel, mélangés à de l'eau chaude, est une boisson parfaite en cas de mal de gorge et pour améliorer votre état général.