Stocks stratégiques de carburant : les réserves entamées, de l'essence jusqu'à quand ?

Stocks stratégiques de carburant : les réserves entamées, de l'essence jusqu'à quand ? Le gouvernement a recours au stock stratégique de carburant pour fournir les stations-services. Pendant combien de temps la France peut-elle assurer la fourniture d’essence ? Faut-il craindre la panne sèche ?

[Article mis à jour le mercredi 25 mai à 14h47] Le gouvernement confirme l'emploi des stocks stratégiques pour pallier le début de pénurie d'essence dans les stations-services. Le secrétaire d'Etats aux Transports, Alain Vidalies, a confirmé mercredi que l'équivalent de trois jours de stocks avait été ponctionné pour faire face à la demande. Depuis lundi , les réserves des industries pétrolières sont également entamées pour faire face à la fois aux risques de pénurie et à la consommation en hausse ces derniers jours face à la demande forte d'automobilistes prévoyants. Y aura-t-il assez d'essence et combien de temps ces réserves peuvent-elles assurer l'alimentation de nos stations-services ? Interrogé mercredi 25 mai sur RMC, Francis Duseux, le président de l'Union française des industries pétrolières (Ufip) a reconnu que la consommation a été multipliée par trois ou cinq dans certaines zones. S'ils n'arrivent pas à suivre cette forte demande, les pétroliers ont une alternative : les stocks de réserve. Ils ont déjà été mis à contribution. Un jour de consommation d'essence est ponctionné chaque jour sur cette réserve pour assurer une meilleure alimentation. Mais combien de temps cela va-t-il suffire ?

La grève des raffineries se poursuit et le risque de pénurie d'essence s'étend. Total, qui possède cinq des huit raffineries en France, est au cœur de l'attention. Ces raffineries sont inaccessibles en raison des blocages. Or le géant pétrolier assure la moitié de l'approvisionnement des stations-services en France (voir : les stations Total vont-elles fermer ?). Si le blocage de ces raffineries devait se poursuivre, quelles options ont les sociétés d'essence ? Tout d'abord faire appel à d'autres raffineries qui pourraient augmenter leurs débits de 10% pour compenser la perte de Total selon Le Monde. L'autre solution, coûteuse, serait de faire appel à l'importation. C'est l'autre moitié de l'approvisionnement en France et renforcer les importations reste possible. Le secrétaire d'Etat aux Transports Alain Vidalies annonçait dimanche des réserves équivalentes à 30 jours de consommation. 

Les stocks stratégiques, qu'est-ce que c'est, de combien de jours de stocks la France dispose-t-elle ?

Outre l'appel aux importations, il reste d'autres stocks auquel le gouvernement peut décider de faire appel en cas d'urgence. Ce sont les fameux stocks stratégiques, destinés à assurer l'alimentation en cas de "contexte international très grave", rappelle le comité français des stocks stratégiques pétroliers. Seul l'Etat peut décider d'y avoir recours, en coordination avec l'Union Européenne et l'Agence internationale de l'Energie (AIE). Cette autorisation aurait donc été obtenue si l'on suit les déclarations d'Alain Vidalies mercredi qui confirmait l'utilisation de ces stocks. 3 jours de stock auraient déjà été utilisés sur les 115 dont disposerait la France. Notre pays posséderait en temps normal environ 17,4 millions de tonnes de pétrole brut et produits pétroliers. Cela représente près de 100 jours de consommation en France. De quoi voir venir… A condition d'éviter les mouvements de panique ! Le rationnement est déjà de mise dans l'Ouest via des arrêtés qui limitent la fourniture à 20 ou 30 litres par véhicule en fonction des départements. Lundi 23 mai, certaines stations-services d'autres départements ont enregistré des pics de consommation, jusqu'à trois fois supérieure à la normale selon le Ministère de l'Environnement, résultat d'un sentiment de panique et d'un début de psychose. Mardi, le secrétaire d'Etat aux Transports, Alain Vidalies, a confirmé à l'Assemblée Nationale une hausse de la consommation de 500% dans certains secteurs ! Conséquence de cet afflux, les prix de l'essence pourraient bien grimper ces prochains jours. Autre problème reconnu par le gouvernement, si les stocks sont encore importants, encore faut-il parvenir à alimenter les stations-services. Or, la logistique patine en raison de problèmes d'accès aux raffineries mais aussi du manque de camions disponibles pour alimenter toutes les stations déjà vides ou au bord de la panne sèche...

Le point sur l'état des stocks