Quand papi et mamie deviennent graffeurs

Quand papi et mamie deviennent graffeurs Qui a dit que le street-art était réservé aux jeunes ? À Lisbonne, l’association Lata 65 organise des ateliers pour former les seniors à l’art du graffiti.

Les cheveux blancs et l’arthrose ne les empêchent pas de rester créatifs. C’est ce que l’association Lata 65 veut mettre en avant. En initiant les personnes âgées à l’art urbain, elle veut montrer que l’âge est seulement un nombre. Ces activités organisées dans la capitale portugaise permettent de détruire les clichés sur la vieillesse en montrant que les seniors sont aussi des personnes ouvertes d’esprit. Cela leur permet également de développer de nouveau leur créativité, le tout en groupe et dans la bonne humeur.

Alors que de nombreuses personnes âgées se voient plongées dans la solitude, cet atelier leur offre la possibilité de casser leur routine et de découvrir un art qu’ils n’ont jamais eu l’opportunité d’apprécier. Formés par de vrais street-artists, les seniors fabriquent eux-mêmes leurs pochoirs. Puis, munis de leur bombe de peinture, ils tagguent les murs de Lisbonne, très appliqués et concentrés ; L’objectif est également de décorer et colorer à nouveau certains quartiers délabrés de la capitale portugaise. Selon le site Isberg magazine, plus de 100 personnes âgées auraient participé à ce projet. Les photographies offrent un spectacle pour le moins original ! Comme quoi, il n’est jamais trop tard pour apprendre !

 

Article le plus lu - Les Nobel de littérature connus › Voir les actualités

Quand papi et mamie deviennent graffeurs

Les cheveux blancs et l’arthrose ne les empêchent pas de rester créatifs. C’est ce que l’association Lata 65  veut mettre en avant. En initiant les personnes âgées à l’art urbain, elle veut montrer que l’âge est seulement un nombre. Ces activités...

Je gère mes abonnements push