5 autobiographies pour mieux comprendre la Seconde Guerre mondiale

5 autobiographies pour mieux comprendre la Seconde Guerre mondiale "Les Voies du destin", au cinéma en ce moment, est l'adaptation de l'autobiographie d'Eric Lomax, prisonnier de guerre pendant la Seconde Guerre mondiale. Voici notre sélection de livres pour voir ce conflit majeur selon 5 angles différents.

La guerre depuis le front asiatique

> Les Voies du destin - The Railway Man, d'Eric Lomax
En 1942, pendant la bataille de Singapour, le soldat écossais Eric Lomax est fait prisonnier par les Japonais. Il est alors forcé avec d'autres compagnons d'infortune de travailler sur le chantier de la " voie ferrée de la mort " entre Rangoon en Birmanie et Bangkok en Thaïlande (la construction de cette voie ferroviaire, qui aurait causé la mort de 250 000 hommes, a alimenté le scénario du film "Le pont de la rivière Kwaï"). Atrocement torturé par les Japonais, il finit par rentrer chez lui à la fin de la guerre. Mais plus rien n'est comme avant. Et quand, 40 ans après les faits, il revoit son principal bourreau, se pose la douloureuse question de la vengeance ou du pardon. Consulter la fiche du film Les Voies du destin.

La guerre vue de la clandestinité

> Le Journal d'Anne Frank
Le journal intime de la jeune fille est devenu un best-seller. Il a d'ailleurs intégré les programmes scolaires dans de nombreux collèges. Anne Frank y raconte sa vie de clandestine de 1942 à 1944, dans la ville d'Amsterdam, aux Pays-Bas. Contrainte de se cacher en raison de sa confession juive avec son père, sa mère, sa sœur et une autre famille, la jeune fille relate les menus tracas de la vie quotidienne mais livre aussi ses interrogations sur l'avenir, sur la guerre, sur la politique menée par les "Boches".  Un témoignage rare et qui serre forcément le cœur quand on tombe sur les dernières lignes du journal, inachevé en raison de l'arrestation d'Anne et des autres locataires de "l'Annexe".

primo levi2
Si c'est un homme, de Primo Levi. © Pocket

La guerre vue des camps de concentration

> Si c'est un homme, de Primo Levi
Autre best-seller, autre point de vue. Primo Levi, ingénieur chimiste italien, a vécu l'enfer du camp d'extermination d'Auschwitz. Déporté en Pologne fin 1943, il "vivra" dans le camp jusqu'à l'arrivée de l'Armée Rouge en janvier 1945. Son témoignage sur la folie nazie, sur la déshumanisation des prisonniers, la négation de leur personne... figure parmi les œuvres les plus marquantes de la littérature. Une lecture indispensable pour comprendre l'holocauste, et rentrer dans la tête des victimes et des bourreaux.  

La guerre vue du côté des résistants

>  Ils partiront dans l'ivresse, de Lucie Aubrac
L'autobiographie de Lucie Aubrac illustre magistralement le courage et le dévouement d'une femme plongée dans les méandres de l'Histoire. Entre mai 1943 et février 1944, cette résistante (à l'origine professeur d'histoire-géo) va aider quatorze personnes à s'évader d'une prison (dont son mari Raymond arrêté avec Jean Moulin par Klaus Barbie), va fournir de faux papiers aux clandestins, va adresser des confitures au cyanure aux collabos... Son histoire a été adaptée au cinéma par Claude Berri en 1997.

La guerre vue par l'ennemi japonais

> Ne pas se rendre : Ma guerre de Trente Ans, de Hiroo Onoda
C'est l'histoire d'un soldat qui ne croit pas à l'armistice signé par son pays en 1945. D'un combattant qui refuse de céder et attend les renforts pendant 30 ans. Sous-lieutenant du renseignement et spécialiste des techniques de guérilla, Onoda avait été envoyé sur l'île philippine de Lubang avec pour mission de combattre et ne jamais se rendre. Une consigne qu'il a respectée à la lettre puisqu'il a continué la guerre pendant 30 ans ! Pourtant, dès 1950, des tracts avaient été lâchés dans la jungle pour prévenir le soldat (et 2 autres "stragglers", nom donné aux soldats ayant poursuivi la guerre après la capitulation du Japon) que le conflit a pris fin. Mais Onoda n'y croit pas et ne déposera finalement les armes qu'en 1974.
A noter : son autobiographie n'est actuellement disponible qu'en anglais (No Surrender : My Thirty-Year War)