Nouvel An 2021 : que pourra-t-on faire le jour du réveillon du 31 décembre 2020 ?

Nouvel An 2021 : que pourra-t-on faire le jour du réveillon du 31 décembre 2020 ? NOUVEL AN - Malgré la crise sanitaire du Covid-19, le confinement et le couvre-feu seront levés le jour du réveillon du 31 décembre 2020, à condition que le calendrier du déconfinement progressif soit maintenu. Le gouvernement appelle toutefois à la prudence. Combien de personnes pourront se réunir à table ? Comment seront organisés les déplacements ? Premiers éléments de réponse.

[Mis à jour le 27 novembre 2020 à 15h57] Alors qu'un couvre-feu nocturne remplacera le confinement à partir du 15 décembre, le chef de l'Etat a pris la décision de sauver la soirée du Nouvel An, comme celle de Noël. A quoi ressemblera ce 31 décembre 2020, avec un réveillon du Nouvel an sous Covid-19 ? Découvrez, ci-dessous, les grandes lignes dévoilées par le chef de l'Etat et le Premier ministre Jean Castex cette semaine, à propos de cette trêve de fin d'année. 

Découvrez également dans notre dossier, les bons plans pour vivre une soirée du Nouvel An pas comme les autres à travers toute la France. Insolite, gourmand ou caritatif... De nombreuses possibilités s'offrent à vous pour passer la soirée du réveillon. Vous saurez également tout, plus bas, sur les origines de la Saint-Sylvestre fixée au 31 décembre.

Nouvel An : le couvre-feu exceptionnellement levé le 31 décembre 2020

Le couvre-feu, qui sera mis en place le 15 décembre 2020 de 21 heures à 7 heures du matin au cours de la première phase de déconfinement, sera "levé à titre dérogatoire les 24 et 31 décembre" mais "cela ne veut pas dire que nous pourrons fêter Noël ou le Nouvel An comme les années précédentes" car "ces moments de rassemblements festifs et amicaux, où l'on baisse la garde et porte moins le masque, sont particulièrement risqués", a averti ce jeudi le Premier ministre Jean Castex en conférence de presse.

Les rassemblements limités le soir du Nouvel An

Le Premier ministre a mis en garde les Français contre les rassemblements pendant les fêtes. Si les regroupements sont autorisés, il est "impératif que vous limitiez le nombre de personnes à table et évitiez les rassemblements trop nombreux", a annoncé Jean Castex, en précisant que "des recommandations concrètes" seront apportées avant les vacances. De même, les rassemblements publics en extérieur resteront interdits.

Les groupes de plus de 6 personnes à table déconseillés

Pour le professeur Eric Caumes, chef de service des maladies infectieuses à la Pitié Salpêtrière, interrogé ce vendredi sur RMC, il faudra éviter les tables de plus de 6 personnes pour le dîner du réveillon. "On ne pourra pas se réunir à 40-50, et probablement pas à 10" autour d'une table, a-t-il annoncé dans un premier temps, soulignant qu'"au-delà de six, on prend des risques. Il va falloir faire très attention tant que l'on n'a pas une immunité acquise par la vaccination ou acquise naturellement". La jauge recommandée sera à réévaluer toutefois le 15 décembre.

Selon un sondage OpinionWay, un Français sur deux ne souhaite pas se réunir en famille pendant les fêtes, afin d'éviter les contaminations.

Les déplacements autorisés le 31 décembre 2020

Tout comme la soirée de Noël du 24 décembre, il n'y aura pas de limites aux déplacements pour le soir du Réveillon du 31 décembre 2020, suite à l'annonce, ce mardi, du Président de la République Emmanuel Macron. Ce qui permettra aux Français de rentrer tard du réveillon. "Nous pourrons donc à nouveau nous déplacer sans autorisation, y compris entre régions", a également précisé Emmanuel Macron, mais en limitant les "déplacements inutiles". Les trains de la SNCF, tout comme les avions, seront donc opérationnels à 100%. 

Pour rappel, les parcs d'attraction, les discothèques, les salles de concert debout, les restaurants et les bars restent fermés dans toute la France pendant les fêtes. Les stations de ski quant à elles, bien qu'elles puissent rester ouvertes, fermeront leurs remontées mécaniques et leurs équipements collectifs. Mais alors, où passer un week-end en famille pour fêter les douze coups de minuit et dire définitivement adieu à 2020 avant de se souhaiter une bonne année 2021 ? Découvrez nos suggestions de destinations en France : 

Réveillon du Nouvel An à Paris

Si vous souhaitez fêter le réveillon du Nouvel An à Paris, sachez qu'il faudra faire une croix sur le feu d'artifice tiré au pied de la Tour Eiffel. Cependant, la mairie de Paris rattrape le coup depuis plusieurs années avec un spectacle à l'Arc de Triomphe qui cette année sera sans nul doute, s'il est maintenu, à vivre à distance en raison du coronavirus. Les bars, les restaurants et les discothèques seront fermés dans la capitale comme dans toute la France. Sachez également que Disneyland Paris, tout comme le Parc Astérix, ne seront pas ouverts... Mais alors, que faire ?

  • Les établissements culturels : rouverts le 15 décembre, les musées, salles de spectacle et cinémas emblématiques de la capitale organiseront sans nul doute des soirées spéciales pour le réveillon du 31 décembre 2020, bien que le protocole sanitaire soit strict et le nombre de spectateurs limité. Programme à venir !
  • Spectacle au Moulin Rouge : sous réserve que la situation sanitaire le permette, le célèbre cabaret de Pigalle, qui fête chaque année le Nouvel An dans la plus parisienne des ambiances, pourrait rouvrir pour les fêtes, à condition de respecter un protocole sanitaire strict. Champagne et canapés, revue "Féerie", soirée dansante, cotillons et cadeau exceptionnel sont au rendez-vous.
  • Spectacle son et lumière à l'Arc de Triomphe : un splendide spectacle vous attend sur l'Arc de Triomphe aux alentours de 23h30. Une édition à confirmer et à vivre cette année 2020 sûrement à distance en raison du contexte sanitaire.

Quelle repas du Nouvel An ?

Le repas est un moment privilégié pour partager un réveillon gourmand en famille ou entre amis. De nombreux chefs de renom proposeront des menus festifs, en livraison ou à emporter, pour le réveillon du Nouvel An. Par exemple, le chef triplement étoilé Eric Frechon dévoile un menu festif, disponible en livraison et à emporter à la Brasserie Lazare. Le menu, au prix de 95 euros par personne hors boisson, est à commander avant le 27 décembre via internet.

Le Meurice propose également un menu sur-mesure imaginé par les chefs Amaury Bouhours et Cédric Grolet, en livraison et à emporter, le 31 décembre 2020, au prix de 180 euros par personne. Réservations au 01 44 58 10 44 ou par mail à l'adresse commande.lmp@dorchestercollection.com.

Quelles idées pour un Nouvel An insolite ?

Envie de prendre l'air pour ces fêtes de fin d'année ? Offrez-vous une grande bouffée d'air iodé sur l'Île de Ré, une croisière dans la vallée du Rhône ou en Pays aquitain ou encore au Mont-Saint-Michel. Vous pouvez aussi marquer le coup en tentant de nouvelles expériences : laissez-vous tenter par un réveillon dans un igloo, dans un cabaret burlesque, ou dans une yourte d'alpage... Si les conditions sanitaires le permettent... Nuitée insolite, escapade au vert.. Et si on passait une Saint-Sylvestre mémorable malgré le Covid ? A venir prochainement, notre dossier spécial sorties du Nouvel An sous Covid !

Réveillon du Nouvel An caritatif

Pour certaines personnes, le Nouvel An est aussi l'occasion de faire une bonne action et de se rendre utile auprès d'un organisme caritatif. Pour cela, de nombreuses associations recherchent des bénévoles en cette période de fin d'année et il est parfois possible de proposer ses services au dernier moment. Les Restos du cœur recherchent des bénévoles dans le contexte de la crise sanitaire qui a accentué les inégalités et la précarité alimentaire (Proposez votre bénévolat). La Croix rouge (ici) ou le Secours populaire (ici) peuvent avoir des besoins de proximité pour des réveillons solidaires ou des maraudes spécifiques le 31 décembre. De nombreuses associations, comme Société de Saint-Vincent-de-Paul, Fondation de France ou Handicap International, proposent de faire un don ou de donner une aide ponctuelle pour ce passage dans la nouvelle année. 

Envoyez une carte de voeux

Carte de Voeux

► Toutes nos cartes de Bonne année

Saviez-vous que le Jour de l'An, qui tombe le 1er janvier, n'a pas toujours été ainsi. Pour quelles raisons ce jour a-t-il été choisi ? Quelles ont été les autres premiers jours de l'an ? Nous vous proposons de remonter le temps et de découvrir les tribulations de la nouvelle année :

Quelle est l'origine du Jour de l'An ?

Tout commence en 46 avant J.C., quand Jules César décide de remplacer le calendrier lunaire jusque-là en vigueur par un calendrier solaire, dit "julien" (du nom de l'empereur). Tout comme notre calendrier actuel, il est divisé en 12 mois et 365 jours, une journée supplémentaire étant ajoutée tous les quatre ans (année bissextile). Seule différence : le premier jour de l'année est fixé au 1er mars, mois très important à Rome car associé au dieu de la guerre. Cette répartition a laissé des traces aujourd'hui : nos derniers mois de l'année actuels s'appellent ainsi octobre (de "octo", le huitième), novembre (de "novo" le neuvième) et décembre (de "decem" le dixième) alors qu'ils sont désormais les dixième, onzième et douzième mois de l'année.

Le nouvel an, une spécificité régionale

En 532, l'Église décide de faire commencer l'année au 1er janvier, mois qui suit immédiatement la naissance du Christ fixée au 25 décembre 753 de l'an de Rome (la fondation de la ville éternelle servant de point de départ au calendrier romain) par le Pape Libère. Pour autant, le 1er janvier n'est pas le premier jour de l'année pour tous. Dans certaines régions de France, c'est Pâques, date anniversaire de la résurrection du Christ, qui fait office de nouvel an. Mais cela pose quelques problèmes : Pâques est une date mobile qui correspond au premier dimanche après la pleine lune de printemps (21 mars). On peut donc se retrouver aussi bien avec des années de longueur variable… ce qui s'avère bien compliqué à l'usage. Dans d'autres pays ou régions, c'est Noël qui est choisi comme début de l'année : ainsi, à Lyon, dans le Poitou, en Normandie ou en Anjou... 

De l'Edit de Roussillon au calendrier grégorien

Le 9 août 1564, par l'Edit de Roussillon, le roi Charles IX impose le 1er janvier comme point de départ obligatoire de chaque année. La mesure prend effet au 1er janvier 1567. En 1582, un nouveau calendrier naît : le calendrier dit grégorien, du nom du pape Grégoire XIII (pape de 1572 à 1582). La structure du calendrier grégorien est analogue à celle du calendrier julien. Le calendrier grégorien donne un temps moyen de l'an de 365,2425 jours. Pour assurer un nombre entier de jours par année et pour correspondre à la réalité solaire, on y ajoute régulièrement (tous les 4 ans en principe) un jour bissextile, le 29 février. Quand les catholiques européens se réveillent le lendemain du jeudi 4 octobre, ils sont en réalité le vendredi 15 octobre selon le nouveau calendrier. L'année 1582 compte dix jours de moins pour rattraper le décalage avec le soleil. Le calendrier julien n'était en effet pas en accord avec l'année solaire, il avançait d'environ 11 minutes. C'est pour rétablir ce décalage que la réforme du Pape est entrée en vigueur. En revanche, pas de modification de la date du Nouvel An. C'est ce calendrier qui est toujours en vigueur aujourd'hui. 

Le 22 septembre, nouvel an révolutionnaire

Mais le 22 septembre 1792, la Convention proclame la République. Symbolisant une rupture avec l'ordre ancien, l'élaboration du calendrier républicain demande plus d'un an de débats auxquels participent notamment David, Chénier et Fabre d'Eglantine. Le projet définitif est adopté le 24 octobre 1793 : le début de la nouvelle ère est fixé au 22 septembre 1792 qui devient ainsi le 1er vendémiaire an I. Chaque année commence le jour de l'équinoxe d'automne, moment où la durée du jour est égale à celle de la nuit, ce qui, selon les années, peut correspondre au 22, 23 ou 24 septembre, date qui est fixée par décret. L'année est divisée en douze mois de trente jours, eux-mêmes divisés en trois "décadi " de dix jours (pour supprimer toute référence biblique à la semaine de sept jours), suivis de cinq jours "complémentaires" appelés aussi "sans-culottides". L'année bissextile est appelée "franciade" et le jour rajouté tous les quatre ans, jour de la Révolution.

Retour au 1er janvier

En 1805, un retour à l'ancien système devient nécessaire : la France doit avoir le même calendrier que le reste de l'Europe. Le 1er janvier 1806 (11 nivôse an XIV) marque ainsi l'abandon du calendrier révolutionnaire pour le calendrier grégorien. Depuis lors, le 1er janvier est resté premier jour de l'année. 

Pourquoi le réveillon du Nouvel An s'appelle aussi réveillon de la Saint-Sylvestre ?

Le réveillon de la Saint-Sylvestre correspond au dernier jour de l'année du calendrier grégorien. Pour l'anecdote, Saint-Sylvestre était un pape qui exerçait durant le règne de l'empereur Constantin Ier entre le 31 janvier 314 et le 31 décembre 335. Ce 33e pape de Rome, appelé également Sylvestre Ier, a instauré la tolérance du christianisme au sein de l'Empire romain.