Sanctions contre les députés frondeurs : Bruno Le Roux avait prévenu ! [VIDÉO]

Sanctions contre les députés frondeurs : Bruno Le Roux avait prévenu ! [VIDÉO] Six députés socialistes ont été exclus de la commission des affaires sociales avant l'examen du projet de loi de financement de la Sécu. Une décision que Bruno le Roux avait subtilement évoquée il y a une semaine.

Il fallait donc lire entre les lignes. S'il annonçait la semaine dernière qu'il n'y aurait pas de sanction formelle contre les députés frondeurs du PS, Bruno Le Roux, chef du groupe socialiste à l'Assemblée nationale, indiquait bel et bien qu'il y aurait des "conséquences" pour les 31 rebelles de la majorité qui s'étaient abstenus lors du vote de confiance au gouvernement de Manuel Valls. Invité le 23 septembre de #DirectPolitique, l'émission politique de Linternaute.com avec 20 Minutes et Ouest-France, le patron des députés PS se refusait à distribuer des sanctions "publiquement". Sanctions qui seraient selon lui autant de trophées que "certains s'accrocheraient comme des médailles". Mais ce proche de François Hollande laissait entendre qu'il saurait faire des choix au moment où il y aurait des "responsabilités à distribuer". "Quand j'ai un choix à faire, entre un député qui participe à la vie du groupe et qui soutient le gouvernement et un député qui n'est pas présent au moment où il faut avoir du courage, je n'ai pas besoin de vous dire plus avant quel est le choix qui est le mien", indiquait-il, ajoutant qu'il ne "voulait pas aller plus loin". Une façon de cacher ses intentions ?

La menace a été mise à exécution une semaine plus tard, ce mardi 30 septembre. Alors que le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) sera bientôt examiné à l'Assemblée, Bruno Le Roux a exclu six députés "frondeurs" de la commission des affaires sociales. Il s'agit de Fanélie Carrey-Conte, Linda Gourjade, Christian Paul, Barbara Romagnan et Gérard Sebaoun. Avant l'examen du "pack budgétaire", moment de tension annoncé entre les tenants de la ligne gouvernementale et les défenseurs d'une politique moins tournée vers l'austérité, 26 changements d'affectation ont eu lieu au total au sein du groupe.

"Un mensonge" dénoncé

D'ores et déjà des députés frondeurs crient au complot, dénonçant une "méthode détestable" ou un "aveu de faiblesse". "On ne s'y attendait pas, cela ressemble à une purge", indique l'un d'eux. "Ça a été brutalement annoncé par message téléphonique." Sur les réseaux sociaux, on avance le "mensonge" de Bruno le Roux, prenant appui sur la vidéo ci-dessus. Mensonge qui n'est absolument pas avéré pour qui sait écouter le patron du groupe socialiste.

S'il peut difficilement être accusé de mensonge au regard de cette vidéo, on peut dire que Bruno le Roux avait soigneusement préparé son coup pour disposer de troupes resserrées et motivées pour l'examen du Budget 2015. Reste à savoir, malgré ce nouveau casting, si les frondeurs ne seront pas au contraire galvanisés par les 700 millions d'euros d'économies sur les allocations familiales que prévoit déjà le PLFSS présenté hier par le gouvernement.

Article le plus lu - Ecoutez l'album de Johnny Hallyday › Voir les actualités

Annonces Google