Présidentielle 2017 : résultat dernier sondage, la panne Macron ?

Présidentielle 2017 : résultat dernier sondage, la panne Macron ? ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE 2017 - Selon les résultats des derniers sondages, Emmanuel Macron est sur une inclinaison à la baisse dans les intentions de vote du 2eme tour de l'élection. Le direct.

Consultez le résultat de la présidentielle près de chez vous

Dernier sondage : Macron accuse-t-il le coup ?

Sondage présidentielle 2017 - Emmanuel Macron n'arrive pas à progresser dans cette campagne de l'entre-deux-tours, les résultats des sondages lui donnant environ 60% des intentions de vote. Selon le "Rolling" Ifop-Fiducial pour Paris Match, CNews et Sud Radio, Emmanuel Macron (60,5%) a le même score qu'hier face à Marine Le Pen (39,5%). Selon le "PrésiTrack" Opinionway-Orpi de ce jeudi, le candidat d'En Marche (59%) perd encore un point depuis la veille face à Marine Le Pen (41%, +1). Découvrez une synthèse de tous les sondages du 2eme tour grâce à notre compilateur.

En direct : dernières infos sur l'élection présidentielle 2017

23:56 - Les infos clés de l'élection présidentielle de ce jeudi

  • Macron en "star" à Sarcelles. En déplacement à Sarcelles, "ville de défi et de fractures" selon ses mots, le candidat d'En marche! a dénoncé le "visage rétréci et haineux" de la France que propose, selon lui, Marine Le Pen, son adversaire d'extrême droite. "La France, ce n'est pas la haine et le rejet de l'autre", a martelé Emmanuel Macron après avoir joué au football avec les jeunes du quartier. Dans la foule, "des Français de toutes les couleurs" et "de toutes les religions", a relevé le candidat d'En Marche !
  • En meeting à Nice, Le Pen appelle à "dégager" ses adversaires. Marine Le Pen, en meeting à Nice, a lancé un appel à tous les indécis du second tour de l'élection présidentielle. "J'appelle à nous rejoindre, au moins par le vote, tous les patriotes, pour nous permettre de faire échoué non seulement le funeste projet d'Emmanuel Macron, mais aussi engager sans perdre un quinquennat le redressement du pays. L'enjeu est trop important pour rester neutre!" a lancé Marine Le Pen devant près de 4 000 partisans.
  • Des milliers de personnes manifestent contre "ni Marine, ni Macron". Près de 3.000 personnes se sont rassemblées ce jeudi à Paris et dans plusieurs grandes villes pour protester contre l'affiche du second tour de l'élection présidentielle, provoquant des tensions avec les forces de l'ordre. Environ mille lycéens ont déambulé dans la capitale entre 11 heures et 14 heures, de la place de la République, jusqu'au Cours de Vincennes, où les forces de l'ordre ont mis un terme à leur "marche sauvage". Sur le chemin, nombre de poubelles et autres murs ont été tagués avec le slogan "Ni Le Pen, ni Macron".

23:26 - Une trentaine de rédactions accuse le FN d'entraver la liberté de la presse

Les sociétés de journalistes de près d'une trentaine de médias, dont l'AFP, ont signé une pétition qui proteste contre la décision du Front national de "choisir les médias autorisés à suivre Marine Le Pen" et dénonce "une entrave à la liberté" d'informer. Ce texte a été signé par les sociétés de journalistes de l'AFP, Alternatives Economiques, BFMTV, Capa, Les Echos, Le Figaro, France 2, Rédaction nationale de France 3, France 24, France Culture, France Info, France Inter, L'Humanité, Libération, Journal du Dimanche, M6, Médiapart, Le Monde, L'Obs, Le Point, Premières Lignes, Quotidien, RFI, RMC, RTL, Télérama, LaTéléLibre, TF1 , ainsi que les élus du SNJ-CGT et de la CFDT du conseil de rédaction de La Voix du Nord. "À l'occasion de la campagne pour le second tour de l'élection présidentielle, le Front national a décidé de choisir les médias qui sont autorisés à suivre Marine Le Pen. Plusieurs titres de presse ont ainsi vu leur représentant tenu à l'écart de toute information et de toute possibilité de suivi sur le terrain de la candidate du Front national", indique le texte.

22:45 - L'acteur Mathieu Kassovitz votera pour Emmanuel Macron

Le cinéaste et acteur de la série à succès "Le Bureau des légendes", par ailleurs militant de la reconnaissance du vote blanc aux élections, a estimé qu'il fallait voter pour l'ancien ministre de l'Économie. "Il est malheureusement trop tard pour le vote blanc et l'abstention", explique-t-il, ni l'un ni l'autre n'étant pris en compte dans cette élection présidentielle. "Au deuxième tour, il faut voter Macron", assume-t-il.

22:28 - "Marine Le Pen a une part d'humanité" a confié Emmanuel Macron

Interrogé sur les qualités de Marine Le Pen, Emmanuel Macron a estimé que la candidate du Front national "a une part d'humanité, une détermination". "J'admire toujours quelque chose dans l'autre. Parce qu'elle a une part d'humanité. Elle est déterminée. J'admire cette qualité. Mais elle n'a pas compris que je l'étais encore plus qu'elle. Mais il faut toujours admirer un peu de l'autre. Présider, c'est construire le temps long, c'est reconnaître en chacun des Français sa part d'humanité, savoir lui parler, la saisir. Notre pays a besoin de reconnaissance pour s'apaiser". "C’est une adversaire politique, mais les idées qu’elle défend sont un ennemi", a-t-il clôturé.

22:11 - Emmanuel Macron lance un appel à ceux qui n'ont pas voté pour lui au premier tour

Emmanuel Macron s'est adressé aux électeurs qui n'ont pas voté pour lui au premier tour de l'élection présidentielle, les appelant à se mobiliser en sa faveur. "Je sais que vous ne m'avez pas suivi en majorité au premier tour. Je sais que vous aurez demain à exprimer votre vote. Je ne prends pas votre vote comme un chèque en blanc. Je dis aux électeurs de François Fillon : 'Est-ce que vous vous reconnaissez dans les valeurs de Mme Le Pen'" ? "Chacun doit prendre ses responsabilités. Je parle aussi à ceux qui ont voté pour Benoît Hamon ou Jean-Luc Mélenchon. Je sais qu'ils ne partagent pas tout ce que je propose. Mais dans mon projet j'ai des réponses aux problématiques qui sont les leur en termes de pouvoir d'achat ou d'écologie".

21:48 - Emmanuel Macron veut donner plus de moyen aux forces de l'ordre

Emmanuel Macron est interrogé sur sa volonté d'obliger les personnes condamnées à moins de deux ans de prison à aller en prison Le candidat d'En Marche ! s'est expliqué, en disant qu'il veut une "réponse immédiate" à la délinquance. Pour cela, il prévoit de créer 15.000 places de prison supplémentaires. "Nos forces de l'ordre doivent avoir plus de moyens : 10.000 policiers et gendarmes en plus. Je leur donne aussi des pouvoirs de contravention immédiats pour des petits délits. L'amende sera d'au moins cent euros. Je veux aussi qu'ils puissent éloigner du territoire les fauteurs de troubles repérés, qui les interdira de fréquenter le quai de la gare ou le hall de l'immeuble. Et à la fin, les juges prononceront une peine pour qu'elles soient appliquées. Les juges sauront que même une peine d'un mois sera effective demain".

21:29 - Emmanuel Macron sur TF1 : “Je ne me considère pas aujourd’hui comme un favori"

Arrivé en tête du premier tour avec 24 % des voix contre 21,3 % pour Marine Le Pen, Emmanuel Macron ne se "considère pas aujourd’hui comme un favori". "Je suis l’exemple vivant que ce qui est prédit dans les sondages n’est pas vérifié. La plupart des commentateurs politiques, des sachants, ne mettaient pas un euro sur moi. Moi je tiens à ce que l’on garde un euro.” Pour lui, il y a en ce moment "une France qui doute, dont le quotidien est difficile".  "Il y a une France en colère, qui refuse les changements, qui se sent déconsidérée par le monde politique. Mon rôle est de les réconcilier".

21:11 - Marine Le Pen : "Je redonnerai immédiatement des frontières à la France"

Lors de son meeting à Nice, Marine Le Pen veut montrer ses différences avec son adversaire Emmanuel Macron. "L'élection de M. Macron, ce sera la poursuite et l’accélération de la submersion migratoire. Cette élection est aussi une consultation des Français sur l’immigration massive. Immigration massive : stop ou encore ?", demande Marine Le Pen. Des “On est chez nous, on est chez nous !”, emplissent alors le Palais Nikaïa de Nice. Elle met l'immigration au centre de son discours. "Stop pas par manque de générosité, mais par réalisme. La France n’a pas les moyens de le faire, son modèle social sera encore plus affaibli", a poursuivi la candidate frontiste.

20:48 - Gilbert Collard propose de donner aux pauvres les «poissons morts» rejetés à la mer, sur demande de l'UE

Le député Rassemblement Bleu Marine, a suggéré aujourd'hui que "les poissons morts" rejetés à la mer en vertu d'une directive européenne pourraient être "donnés aux pauvres", à Nice, juste avant le début du meeting de Marine Le Pen. Fustigeant cette directive, selon laquelle les pêcheurs ont l'obligation de rejeter à la mer les petits poissons, qu'ils soient morts ou vivants, Gilbert Collard a lancé : "Ces poissons morts, on ne pourrait pas les donner aux pauvres ?". Selon le candidat proche de la présidente du Front national, l'Union européenne est "une technocratie inhumaine". "On est pour l'Europe, mais on ne veut pas de cette Europe-là. On veut une Europe des Nations" a-t-il réaffirmé.

20:27 - Manuel Valls se félicite d'avoir appelé à voter pour Emmanuel Macron dès le premier tour

L'ex-Premier ministre a affirmé sur BFMTV qu'il avait eu "raison d'appeler à voter Macron dès le premier tour" de l'élection présidentielle. Il a également appelé le candidat d'En Marche "rassemble" en vue du second tour : "Il faut que l'essentiel soit préservé : la France et la République". “Il faut faire en sorte que la victoire d’Emmanuel Macron soit la plus large et la plus ample possible", a poursuivi l'ancien premier ministre qui assure n'être "demandeur de rien" pour la suite. "Marine Le Pen peut gagner, rien n'est joué", a-t-il estimé. "En 2002, c'était une mauvaise surprise, mais il y a avait une mobilisation extraordinaire. Aujourd'hui non. Parce que ce que tout le monde est un peu tétanisé", a déploré Manuel Valls.

20:12 - Marie-France Garaud soutient Marine Le Pen

Juriste de formation et gaulliste historique, l'ex-députée européenne non-inscrite, Marie-France Garaud a annoncé qu'elle votera Marine Le Pen lors du second tour de l'élection présidentielle. Elle estime que Marine Le Pen est la seule à pouvoir rendre à la France sa souveraineté. L'ex-conseillère de Georges Pompidou qui s'était présentée à l'élection présidentielle en 1981 vient donc de choisir son camp en changeant clairement de cap.

19:32 - Dernier sondage : Macron reste en tête

Selon un dernier sondage réalisé par Harris Interactive pour LCP-Assemblée nationale paru ce jeudi, Emmanuel Macron deviendrait le prochain Président de la République. Le candidat d'En Marche ! remporterait l'élection avec 61% des voix contre 39% pour Marine Le Pen. L'ex-ministre de l'Économie perd six points par rapport à une étude du même institut publiée le 20 avril, avant le premier tour, et la présidente du Front national en gagne autant. Pour rappel, le second tour aura lieu le 7 mai prochain.

18:01 - Dernier sondage : Macron reste stable dans le sondage "Rolling"

Les résultats du sondage "Rolling" Ifop-Fiducial pour Paris Match, CNews et Sud Radio sont les mêmes qu'hier : Emmanuel Macron a 60,5% des intentions de vote face à Marine Le Pen (39,5%).

12:05 - Dernier sondage : Macron sous la barre des 60%

Selon le "PrésiTrack" Opinionway-Orpi pour Radio Classique et Les Echos, Emmanuel Macron (59%) a de nouveau perdu un point face à Marine Le Pen (41%). Depuis le 20 avril, il a perdu 5 points.

10:31 - Le FN aurait détourné près de 5 millions d'euros du Parlement européen

L'affaire qui oppose le FN au Parlement européen sur les salaires qui auraient été versés illégalement à des assistants parlementaires, depuis 2012, s'accélère depuis hier. Après le lancement de la procédure de levée de l'immunité parlementaire de Marine Le Pen ce mercredi, le préjudice est estimé à 4 978 122 euros au 21 avril, selon l'avocat du Parlement européen, Patrick Maisonneuve, qui l'écrit dans une note aux juges d'instruction. Si les faits étaient confirmés, le FN aurait ainsi détourné près de 5 millions d'euros pour rémunérer des assistants qui ne travaillaient pas pour le Parlement européen mais bien pour le parti.

Résultat de l'élection présidentielle

Le résultat de la présidentielle a été proclamé par le Conseil constitutionnel le mercredi 26 avril. Son président Laurent Fabius a pris la parole devant la presse pour livrer les chiffres définitifs et officiels du premier tour. Ces derniers correspondent peu ou prou aux résultats livrés par le ministère de l'Intérieur au lendemain du scrutin. Laurent Fabius a précisé que 4 691 suffrages ont été annulés (pour 36 054 394 validés) pour cause d'irrégularités "substantielles" dans les bureaux de vote :

  • M. Emmanuel MACRON : 24,01%
  • Mme Marine LE PEN : 21,30%
  • M. François FILLON : 20,01%
  • M. Jean-Luc MÉLENCHON : 19,58%
  • M. Benoît HAMON : 6,36%
  • M. Nicolas DUPONT-AIGNAN : 4,70%
  • M. Jean LASSALLE : 1,21%
  • M. Philippe POUTOU : 1,09%
  • M. François ASSELINEAU : 0,92%
  • Mme Nathalie ARTHAUD : 0,64%
  • M. Jacques CHEMINADE : 0,18%
  • Abstention : 22,23% (des inscrits)

Résultat de la présidentielle par ville

Voir les résultats dans toutes les villes

Date de l'élection présidentielle

Les dates du premier tour et du second tour de l’élection présidentielle 2017 ont été dévoilées le mercredi 4 mai 2016, en Conseil des ministres. L'élection a été fixée aux 23 avril pour le premier tour et 7 mai 2017 pour le second tour. Les dates des élections législatives sont fixées aux 11 et 18 juin 2017. La règle, inscrite dans l'article 7 de la constitution, est claire : l'élection présidentielle doit avoir lieu au minimum 20 jours avant l'expiration du mandat du président de la République en fonction. L'élection peut être organisée jusqu'à 35 jours avant la fin du mandat. Le scrutin doit aussi être organisé un dimanche (loi du 6 novembre 1962 relative à l'élection du Président de la République et article L. 55 du code électoral) et le second tour "le quatorzième jour suivant le premier".

Candidats de l'élection présidentielle

Ils ne sont plus que deux. Mais ils partirent à 11 ! La liste complète des candidats officiels de l'élection présidentielle 2017 a été communiquée le samedi 18 mars par le Conseil constitutionnel. En plus de Marine Le Pen et Emmanuel Macron, Nathalie Arthaud (LO), François Asselineau (UPR), Jacques Cheminade (SP), Nicolas Dupont-Aignant (DLF), François Fillon (LR), Benoit Hamon (PS), Jean Lassalle, Jean-Luc Mélenchon (FI) et Philippe Poutou (NPA) étaient candidats. Découvrez les visages de tous les candidats à l'élection présidentielle dans le diaporama ci-dessous.

EN IMAGES - Les visages des 11 candidats à la présidentielle

Candidats à la présidentielle 2017

Débat de la présidentielle

Débat du 20 mars 2017 (TF1) - La première chaîne a enregistré une audience massive pour son débat sur l'élection présidentielle, le lundi 20 mars 2017, premier du genre avant le premier tour du scrutin, mais aussi premier de l'histoire de la présidentielle à ce stade de la campagne. 9,8 millions de téléspectateurs ont suivi le rendez-vous, soit 48% de part de marché. L'audience est même montée à 11,5 millions de Français au plus fort de l'émission. Selon un sondage Elabe pour BFMTV, Emmanuel Macron a été jugé le plus convaincant. Les téléspectateurs ont jugé à 29% que le candidat d'En Marche! était convaincant, devant Jean-Luc Mélenchon à 20%, Marine Le Pen et François Fillon à 19% et Benoît Hamon à 11%. Revoir les temps forts du débat en visionnant cette vidéo.

Débat du 4 avril 2017 (BFMTV, CNews) - Lors du second débat, à 11 candidats, organisé sur BFMTV et CNEws le mardi 4 avril 2017, 6,3 millions de personnes étaient devant leur écran. On retiendra de ce rendez-vous l'offensive des petits candidats, qui n'avaient pas été conviés sur TF1 deux semaines plus tôt. Philippe Poutou a notamment attaqué frontalement François Fillon et Marine Le Pen sur les affaires, dans une séquence qui marquera la campagne. Les téléspectateurs sondés par Elabe pour BFMTV ont été 25% à considérer en revanche que Jean-Luc Mélenchon a été le meilleur dans ce débat, devant Emmanuel Macron (21%), François Fillon (15%), Marine Le Pen (11%), Benoît Hamon (9%), Nicolas Dupont-Aignan (6%), Philippe Poutou (5%), Nathalie Arthaud (3%), François Asselineau (3%), Jean Lassalle (1%) et Jacques Cheminade (0%). Revoir les temps forts du débat en visionnant cette vidéo.

Autour du même sujet

Annonces Google