Jeannette Bougrab : absente aux obsèques de Charb, mais en colère

L'enterrement a eu lieu sans Jeannette Bougrab. Charb, le patron de Charlie Hebdo, a été inhumé ce vendredi à Pontoise. Celle qui se présente comme sa veuve n'a pas assisté à cette cérémonie, mais a fustigé le jour même les proches de Stéphane Charbonnier, "moins tolérants" que lui.

[Mis à jour le 16 janvier à 18h48] L'enterrement de Charb a été un grand moment d'émotion, d'humour et de tendresse. Pour lui rendre un ultime hommage et un ultime message d'adieu, étaient là un parterre de proches, d'amis, de journalistes et même quelques ministres. Mais pas de Jeannette Bougrab. Celle qui se présente dans les médias comme la compagne du dessinateur Charb n'était pas présente à ses obsèques, qui ont eu lieu en grande pompe dans la ville d'où il était originaire, Pontoise (Val-d'Oise), ce vendredi matin. L'ex-secrétaire d'Etat UMP, qui s'est beaucoup exprimée dans les médias après la mort de Charb, le 7 janvier dans l'attentat contre Charlie Hebdo, l'avait annoncé sur Facebook. "Pour mettre un terme à toute polémique, je n'irai pas à l'enterrement de Stéphane [Charbonnier, dit "Charb", NDLR]", avait-elle écrit sur le réseau social. Elle a tenu parole. La famille du dessinateur n'avait pas du tout apprécié les sorties médiatiques de Jeannette Bougrab et lui avait demandé ne plus s'exprimer à son sujet. Allant même jusqu'à affirmer qu'elle n'avait jamais eu de relation avec Charb. Jeannette Bougrab, dans une interview accordée à la chaîne de télévision américaine MSNBC, avait alors brandi quelques documents et objets personnels pour prouver la véracité de leur histoire d'amour. Une manière pour elle de dénoncer l'attitude des proches de Charb. "Sa famille me prive d'une ultime rencontre avec mon amour" avait-elle dit à Paris Match en début de semaine. Puis, à la chaîne américaine : "Personne ne pourra me faire taire. Charb aurait aimé que je parle".

Jeannette Bougrab a dit adieu à Charb à l'hôpital

D'aucuns s'étonneront qu'une personne aussi attachée à Charb ne se soit pas rendue à ses funérailles. Et pourtant, la jeune femme a livré des témoignages parfois bouleversants en parlant du dessinateur. A la télévision américaine, elle avait ses mots : "Je préfèrerais être morte et que Charb soit en vie" avant de donner des détails sur les adieux qu'elle lui a faits à l'hôpital : "J'ai embrassés ses mains et sa tête, mais pas son visage car il n'avait pas de visage" explique-t-elle lors de son interview. "Les médecins avaient mis un voile sur son visage parce qu'il était trop abîmé (...). Je lui ai dit 'Je t'aime'. Que pouvais-je dire d'autre ?"

"Tous mes proches connaissaient cet amour profond et sincère qui nous unissait"

Jeannette Bougrab aura préféré ne pas affronter les amis proches et la famille de Stéphane Charbonnier, dit Charb. Elle s'en explique dans le Figaro Magazine du 16 janvier. "Ses proches sont moins tolérants (que lui) et apprécient peu qu'un homme de gauche et une femme de droite puissent s'aimer. C'était pourtant la réalité". Ajoutant "On s'était rencontrés à travers nos combats pour la laïcité. Mes idées et mes convictions, personne ne pourra me les arracher". Et de livrer un détail d'ordre personnel sur sa vie de couple : "Il prenait soin de ma fille. Lundi, deux jours avant l'attentat, il l'emmenait à l'école alors que j'étais à Gustave-Roussy avec ma mère, mourante".
Dans Paris Match, elle avait ces mots : "C'est moche d'en arri­ver là. Personne ne pourra m'en­le­ver ma rela­tion avec Charb". Mais la famille du caricaturiste n'en démord pas. Le frère de Charb a même envoyé samedi dernier un communiqué à l'Agence France Presse pour clarifier sa position : "Nous démen­tons formel­le­ment l'en­ga­ge­ment rela­tion­nel de Charb avec Jean­nette Bougrab. La famille ne veut plus que Jean­nette Bougrab s'ex­prime au sujet de Charb dans les médias, de quelque manière que ce soit". Un message qui démontre le niveau d'animosité qui règne entre la famille de Charb et Jeannette Bougrab.

L'enterrement de Charb, un très bel hommage

En plus des centaines de proches, les obsèques de Charb ont réuni de nombreux anonymes, des personnalités du monde civil, comme Caroline Fourest, et des politiques. La Garde des Sceaux Christiane Taubira, qui avait assisté aux obsèques de Tignous jeudi, s'était déplacée, tout comme la ministre de l'Education Najat Vallaud-Belkacem et la ministre de la Culture Fleur Pellerin. La cérémonie avait des accents politiques puisque des personnalités de la gauche radicale, comme Jean-Luc Mélenchon (FDG) ou Pierre Laurent, du Parti communiste, ont prononcé un discours, et l'Internationale a été jouée. Le groupe de musiciens communiste Lenine Renaud s'est également produit sur la scène, ainsi que le chanteur des Têtes raides et Bénabar. Le dessinateur Luz, dans un discours grinçant, n'a pas hésité à rappeler les convictions politiques de son ami, égratignant notamment Marine Le Pen, le pape, Nicolas Sarkozy, Mahmoud Abbas et Benyamin Natanyahou.
En vidéo -
Lors de son passage au JT de 20H de TF1, Jeannette Bougrab a expliqué que son compagnon "Charb", décédé dans l'attaque de Charlie Hebdo, préparait un livre contre l'islamophobie et un autre mettant en scène "Maurice et Patapon".

Article le plus lu : Remaniement : du nouveau dans le staff gouvernemental : voir les actualités

Pontoise / Jeannette Bougrab

Annonces Google