Changement d'heure : vers la fin de l'heure d'hiver ? Ce qui nous attend

Changement d'heure : vers la fin de l'heure d'hiver ? Ce qui nous attend CHANGEMENT HEURE - La date du prochain changement d'heure, c'est fin octobre. S'agit-il du tout dernier en France et en Europe ? C'est très peu probable, même si l'Union européenne a effectué une grande consultation sur le sujet. Explications.

[Mis à jour le 17 août 2018 à 12h27] Depuis plusieurs années, le passage de l'heure d'été à l'heure d'hiver - et vice et versa - suscite interrogations et embarras, plusieurs associations rappelant à chaque fois que les avantages économiques procurés par le changement d'heure sont minimes et très relatifs compte tenu des inconvénients pour la santé (voir plus bas). Les députés européens - lors d'un vote sur le sujet en février - ont estimé qu'une grande évaluation détaillée du système du changement d'heure devait être faite rapidement.

Pour répondre à cette exigence du Parlement, la Commission européenne a décidé "d'examiner le fonctionnement des actuelles dispositions européennes relatives à l'heure d'été et d'évaluer si elles devraient être modifiées". Pour cela, elle a lancé un large processus de consultation, d'abord auprès des citoyens de l'Union européenne, du 4 juillet au 16 août. Les résultats devraient être rendus prochainement. Mais attention : la Commission européenne s'est bien gardée de dire si les avis recueillis auprès des citoyens seraient déterminants. D'ailleurs, d'autres consultations sont prévues, à savoir celles des Etats membres et des "autres parties concernées par une éventuelle modification des dispositions actuelles". Il faut donc bien comprendre que l'évaluation du système du changement d'heure pourrait durer encore longtemps. Aucune date n'a d'ailleurs été transmise, pour le moment, par la Commission, pour acter la fin de cette phase de consultation.

Un changement d'heure en 2018, et après ?

On ne sait donc pas encore à quelle date le changement d'heure pourrait disparaître. Ce que l'on sait, c'est qu'il faudra que la résolution du Parlement européen soit soumise par la Commission européenne aux 28 Etats membres qui doivent l'adopter à la majorité absolue. Ce qui n'est pas pour demain, compte tenu du temps nécessaire pour mettre en branle un tel processus. La Commission européenne a simplement indiqué qu'une évaluation complète serait faite sur les "deux principales options stratégiques" : "conserver les dispositions actuelles relatives à l'heure d'été" dans l'Union européenne ou bien "mettre un terme à l'actuel changement d'heure semestriel dans tous les États membres et interdire les changements périodiques".

Si l'Union européenne décide, à terme, de supprimer le système du changement d'heure, cette décision impacterait tous les pays membres. La Commission considère, comme le Parlement européen, qu'il est "essentiel de maintenir un régime horaire unifié au sein de l'UE". Par ailleurs, la Commission européenne a fait savoir que la fin du changement d'heure n'aurait "aucune incidence sur le choix du fuseau horaire" de chacun des pays de l'Union. Enfin, "chaque État membre pourrait décider d'opter pour l'heure d'été ou d'hiver (ou pour une autre heure) de façon permanente". Il y a quelques mois, les quelques consultations effectuées sur les réseaux sociaux, notamment par le Parlement européen, montrait qu'il existe une préférence pour maintenir l'heure d'été toute l'année.

Le changement d'heure impacte le sommeil, voici les secrets de celui-ci :

Date du changement d'heure

La date du changement d'heure est fixée au dernier dimanche de mars à 2 heures (pour passer à 3 heures) l'été et au dernier dimanche d'octobre à 3 heures (pour revenir à 2 heures) l'hiver. Aujourd'hui régie par une directive de l'Union européenne, la date du changement d'heure est fixée par un décret dans le journal officiel. Selon ces textes, le passage à l'heure d'été doit toujours être effectué le dernier dimanche de mars et le retour à l'heure d'hiver le dernier dimanche d'octobre, à 1h du matin heure universelle (GMT), soit 2 ou 3 heures en France selon les saisons. Le changement d'heure implique en effet une heure ou deux de décalage en France par rapport à l'heure GMT, selon les périodes (lire ci-dessous). Dans un souci de précision, l'UE rappelle les dates et heures exactes du changement d'heure tous les 5 ans.

Changement d'heure 2018

Quand aura lieu le prochain changement d'heure ? En automne 2018, avec le passage à l'heure d'hiver, prévu pour le dimanche 28 octobre à 3 heures. A trois heures du matin, il sera à nouveau deux heures et nous reviendrons aux journées les plus courtes de l'année, en amont du solstice d'hiver. Le mouvement inverse s'était fait pour le passage à l'heure d'été, le 25 mars dernier, grâce auquel nous avions pu profiter d'une heure de plus d'ensoleillement en fin de journée afin de réduire artificiellement les besoins en éclairage... artificiel.

Règles du changement d'heure : avancer ou reculer ?

Chaque année depuis 40 ans, la période de l'heure d'été s'étale sur 7 mois, contre 5 seulement pour l'heure d'hiver. Le fonctionnement des deux changements d'heure demeure le même, en fonction du moment de l'année :

  • Pour le passage à l'heure d'été (changement d'heure du printemps) : à 2 heures du matin, il sera 3 heures. Il faut avancer sa montre.
  • Pour le passage à l'heure d'hiver (changement d'heure de l'automne) : à 3 heures du matin, il sera 2 heures. Il faut retarder sa montre.

La définition de l'heure légale et le choix du fuseau horaire incombent, en principe, aux Etats. Mais depuis plusieurs années, la situation juridique s'est complexifiée. En 1998, les Etats membres de l'Union européenne ont choisi d'harmoniser les dates de changement d'heure dans un souci de bonne coordination du marché unique. Fixer ces dates est donc devenu une compétence communautaire. En 2000, le changement d'horaire a même été reconduit sans limitation dans le temps par une directive du Parlement européen traduite dans la législation française. C'est la directive 2000/84/CE du 19 janvier 2001 qui sert désormais de point de repère aux modalités exactes du changement d'heure. Jusqu'à ce qu'une autre y mette éventuellement fin, dans la logique du vote des députés ce jeudi 8 février 2018.

Heure d'été

Le saviez-vous ? Le principe du changement d'heure en France est d'abord basé sur le passage à l'heure d'été. En effet, quand le premier changement d'heure tel qu'on le connait aujourd'hui est instauré, en mars 1976, c'est bien pour créer un décalage, en été, avec l'heure initiale. Le changement d'heure d'hiver n'est donc, en soit, qu''un retour à la normale". Et comme la France vit déjà traditionnellement en décalage avec son heure solaire, c'est à dire à GMT+1, le changement d'heure provoque un double décalage en été, passant nos montres et horloges à GMT+2.

En d'autres termes, à midi à l'heure du soleil, il est 14h heure en France pendant l'heure d'été. D'où l'expression d'heure d'été "double", créée par ce décalage : l'heure française a alors deux heures de "retard" par rapport à l'heure du soleil ! En 1997, un rapport du Sénat envisageait même d'adopter l'heure d'été toute l'année (ce qui donnerait un lever du jour vers 9 heures et un coucher du soleil vers 18 heures en hiver). La réforme pourrait bénéficier aux cafetiers en améliorant l'ensoleillement et retirer le problème du changement d'heure tous les six mois. Mais ce projet n'a jamais vu le jour... 

Comment passer à l'heure d'été ?

Pour ceux qui ne l'ont pas déjà fait la veille au soir, il  faut changer l'heure de certains appareils le dimanche matin suivant le changement d'heure. Le principe du changement d'heure d'été en lui même est simple : quelle que soit l'heure où l'on décide de passer à l'heure d'été, ajouter une heure au cadran. Officiellement, à 2 heures du matin le dimanche du changement d'heure d'été, on passe à 3 heures.

Changement d'heure : pour l'heure d'été, on avance d'une heure.
Changement d'heure : pour l'heure d'été, on avance d'une heure. © pio3, 123RF

Heure d'hiver

L'heure d'hiver correspond à l'heure "normale" de la France, mais elle reste en décalage d'une heure par rapport à l'heure GMT (Greenwich mean time). En d'autres termes, l'heure d'hiver en France ne correspond pas à l'heure de son fuseau horaire géographique. Et cette pour cette raison que l'on parle de "GMT+1". L'explication de cette situation particulière est historique : pendant la Seconde guerre mondiale, le régime de Vichy a adopté "l'heure allemande" en calant la France sur le fuseau horaire de Berlin. L'heure légale est ainsi avancée d'une heure par rapport à son fuseau de référence. Depuis plus de 70 ans, la situation n'a pas changé, si ce n'est qu'en adoptant un horaire d'été en 1975, la France a choisi d'accentuer encore le décalage.

En hiver, l'heure française a ainsi une heure de "retard" par rapport à l'heure du soleil. Et même un peu plus, si l'on considère que le soleil atteint son zénith théorique à Paris une dizaine de minutes avant Londres. L'ensoleillement reste très limité au moment de l'hiver dans l'Hexagone. Et pour cause : le changement d'heure d'hiver suit d'un mois environ l'équinoxe d'automne, moment où le soleil brille moins de la moitié de la journée environ (les journées passant sous le seuil des 12 heures). La durée d'ensoleillement, qui a commencé à se réduire dès le 20 ou 21 juin et le solstice d'été, continue donc à chuter jusqu'au solstice d'hiver (20 ou 21 décembre), date à laquelle le jour est le plus court de l'année. Et l'impression d'obscurité sera encore accentuée le soir avec le changement d'heure. En résumé : la durée d'ensoleillement se trouve artificiellement réduite chaque soir par le changement d'heure d'hiver, alors que les journées avaient déjà naturellement considérablement raccourci.

Comment passer à l'heure d'hiver ?

Le dimanche matin suivant le changement d'heure d'été, on change manuellement l'heure de la façon suivante sur les appareils qui ne le font pas automatiquement : quelle que soit l'heure où l'on décide de passer à l'heure d'hiver, soustraire une heure au cadran. Officiellement, à 3 heures du matin le dimanche du changement d'heure d'été, on passe à 2 heures.

Changement d'heure : pour l'heure d'hiver, on recule d'une heure.
Changement d'heure : pour l'heure d'hiver, on recule d'une heure. © antimartina / 123 RF

Pourquoi le changement d'heure ?

L'objectif du changement d'heure avancé par les autorités est simple : faire mieux correspondre les horaires d'activité avec les horaires d'ensoleillement afin de limiter les dépenses d'éclairage artificiel en profitant de 60 minutes supplémentaires de jour en fin d'après-midi ou en soirée en été. En effet, le passage à l'heure d'été a des conséquences sur l'heure de lever et de coucher du soleil. L'astre apparaît plus tard aux petites heures du matin. En revanche, il disparaît à l'ouest 60 minutes plus tard. Or, en France, les activités sont beaucoup plus importantes en fin de journée (c'est notamment entre 18 et 21 heures que l'on constate la plus forte consommation d'électricité) qu'aux premières heures du jour (autour de 6-7 heures du matin). Ce décalage permet donc, selon les partisans du changement d'heure, de mieux faire coïncider les heures d'éclairage naturel et les habitudes de consommation des citoyens en jouant sur la luminosité en soirée. C'est bien cet argument qui a participé à la mise en place du changement d'heure tel que nous le connaissons aujourd'hui.

Pour l'ADEME, , l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie, chargée de trouver des moyens d'alléger la facture énergétique, le lien entre changement d'heure et économie d'énergie est évident car "la plupart des gens se lèvent entre 6h et 7h du matin. Or en hiver, il fait jour le matin vers 8h et en été vers 6h". Un chiffre confirmé par Médiamétrie qui a déterminé l'heure moyenne de lever des Français en fonction de leur écoute de la radio. En moyenne, ils se réveillent à 6h48 ! Mais les dernières études chiffrées sur les effets bénéfiques du changement d'heure sont datées.  L'ADEME chiffrait les économies d'éclairage 440 GWh en... 2010 ! Les chiffres portaient sur les consommations de 2009 et les effets sur les usages thermiques n'avaient pu être évalués précisément...

De nombreuses critiques sur le changement d'heure

Le mécanisme du changement d'heure est en revanche contesté par certains experts, ainsi que par des "victimes" du nouvel horaire depuis longtemps et sans vraiment faiblir avec les années. Car d'aucuns estiment que le changement d'heure est une mesure dépassée, compte tenu des avancées technologiques permettant de réduire la consommation d'énergie (notamment sur l'éclairage). L'Ademe table sur une économie d'éclairage tombant à 330 GWh à l'horizon 2030. Pire, le changement d'heure aurait des effets négatifs sur la santé, l'agriculture et la sécurité routière. Bouleverser le rythme chronobiologique augmenterait en effet le stress,  la fatigue, les troubles du sommeil et l'alimentation. On constate aussi des pics du nombre d'accidents sur les routes dans les jours qui suivent le changement d'heure selon la Sécurité routière. Des opposants et des études d'experts évoquent même des recrudescences de suicides, infarctus et autres accident vasculaire cérébraux (AVC) au moment du changement d'heure... Face à la multitude d'études et de rapports défavorables, les députés européen auront fini par se saisir de la question.

Origines du changement d'heure

L'idée d’appliquer un changement d'heure est très ancienne. La mesure a été appliquée pour la toute première fois en 1916 en Allemagne et en Autriche-Hongrie. Objectif : conserver du charbon pour l'effort de guerre. La France, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis ont imité cette invention avant de l'abandonner en temps de paix. En France, c'est en 1975 que le système a été adopté, par le gouvernement mené par Jacques Chirac, afin de réduire la consommation d'énergie pendant la crise pétrolière. Le premier passage a l'heure d'été de l'ère moderne a eu lieu le dimanche 28 mars 1976. L'ensemble des pays européens ont fini par introduire la pratique au début des années 1980.

Benjamin Franklin avait des idées bien arrêtées sur le changement d'heure. 123RF

Mais jouer avec les aiguilles est une vieille lune ! Avec pour point de départ, une insomnie : celle de l'inventeur et homme politique américain Benjamin Franklin. En 1784, alors qu'il est ambassadeur des Etats-Unis en France, il est réveillé très tôt par un bruit dans la rue. Constatant à travers les rideaux qu'il fait grand jour, il envoie une lettre sarcastique au Journal de Paris. Dans le courrier, il se désole des heures de lumière matinale perdues et propose aux Parisiens de se lever plus tôt. Les gens iraient, de fait, se coucher de bonne heure, ce qui permettrait d'économiser des milliers de bougies et chandelles. Il propose même, à demi sérieux, de faire sonner les cloches des églises dès l'aube pour réveiller les dormeurs et, si cela ne suffit pas, de tirer des coups de canon pour les forcer à se lever...

Plus de cent ans plus tard, un entomologiste néo-zélandais se lasse de voir ses chasses aux insectes interrompues par la nuit. Georges Vernon Hudson retourne l'argumentation : et si on demandait aux horloges de changer, pas aux gens ? Il invente donc l'idée d'une heure d'été qui s'appliquerait à la belle saison australe. Il propose à la Royal Society of New Zealand de décaler les horloges de deux heures aux équinoxes afin de permettre à chacun de profiter au mieux : "du cricket, du jardinage, du cyclisme ou toute autre activité extérieure". Ses amis scientifiques sont très sceptiques, mais l'intense débat provoqué dans la presse par cette proposition est entendu à l'autre bout du monde...

En Grande-Bretagne, le patron d'une entreprise de travaux publics, William Willett, promeut l'idée à partir de 1907. Il propose que les horloges soient progressivement avancées au printemps par petits sauts de 20 minutes. C'est finalement pendant la Première guerre mondiale que ces argumentaires sont entendus. A l'époque, l'Allemagne et l'Autriche-Hongrie cherchent à économiser un maximum de charbon. Pour limiter la consommation domestique, les autorités militaires décrètent dans les deux pays l'adoption de l'heure d'été. Au printemps 1916, les deux pays changent d'heure pour la première fois, bientôt suivis par le Royaume-Uni, la France et les Etats-Unis. Chacun de ces pays abandonne la mesure une fois la paix revenue.

En 1940, l'Allemagne nazie réintroduit l'heure d'été, toujours pour préserver ses réserves de charbon. Afin de favoriser la bonne circulation des trains entre les deux pays, l'occupant exige du régime de Vichy qu'il adapte les horloges françaises. Paris et le reste de l'Hexagone quittent le fuseau de Londres (Greenwich) pour rejoindre celui de Berlin et adopte en même temps l'heure d'été. Un état de fait qui inspirera le titre du roman "Mon village à l'heure allemande" de Jean-Louis Bory (qui remporte le Prix Goncourt). Pendant longtemps, l'idée de changement d'heure restera associée avec cette période sombre dans l'esprit des Français. Après la fin du conflit, l'Etat conserve l'heure de Berlin (C.E.T.), renonçant à retrouver le fuseau horaire de Londres. En revanche, l'heure d'été est abolie. 

Mais fin 1973, le prix du pétrole quintuple en quelques semaines. La conjonction d'un ralentissement économique et de la Guerre du Kippour, qui oppose Israël à de nombreux pays arabes, alourdit la facture pour les pays occidentaux. En France, comme ailleurs en Europe, l'heure est aux économies d'énergie drastiques, résumées par l'astucieux slogan : "On n'a pas de pétrole, mais on a des idées". Les stations-service sont rationnées, les chaînes de télévision arrêtent leurs programmes dès 23 heures... En 1975, le gouvernement de Jacques Chirac propose alors la réintroduction du changement d'heure. Un décret publié au Journal officiel rend la transition obligatoire. Le premier changement d'heure de l'ère moderne a eu lieu le 28 mars 1976. Dans le journal télévisé de TF1, le journaliste vedette de l'époque, Roger Gicquel, déclare tout de go : "Je n'y comprend rien" (voir la vidéo sur le site de l'INA). Près de 40 ans plus tard, les Français demeurent aussi dubitatifs.

Article le plus lu - L'hommage de Trump à Aretha Franklin critiqué › Voir les actualités

Annonces Google