Décrocher une caution bancaire La caution bancaire pour une location immobilière

Trouver un logement en location, c'est parfois un vrai parcours du combattant, en particulier dans les grandes villes où la demande est très forte. Pour sélectionner les locataires, les propriétaires privilégient logiquement, si l'on se place de leur point de vue, ceux qui disposent des arguments financiers les plus solides. Autrement dit des revenus réguliers et au moins supérieurs à trois fois le montant du loyer. Mais cela ne suffit pas toujours. Nombre de bailleurs exigent également que le locataire soit soutenu par une caution, c'est-à-dire par une personne de son entourage qui s'engage à payer à sa place en cas de défaut de paiement. D'autant que telles que les garanties Loca Pass ne leurs suffisent pas toujours. Résultat : les locataires potentiels qui n'ont pas de revenus récurrents suffisants et qui n'ont personne pour les aider peinent à réunir les critères demandés. Une situation plus que dommageable pour les personnes qui, certes, n'ont pas un salaire important mais qui possèdent de l'argent de côté par ailleurs.

La caution bancaire est particulièrement utile pour les candidats à la location qui n'ont pas de revenus en France

Tout n'est pas perdu. Il existe une solution, encore peu répandue, qui peut rassurer le bailleur : le cautionnement bancaire. Concrètement, une banque s'engage à régler les loyers non payés par le locataire et, en échange, le locataire dépose une certaine somme sur un compte bancaire bloqué. Attention, ce montant peut énormément varier d'un établissement financier à l'autre. Cela peut aller de quelques mois à trois ans, soit la totalité de la durée du bail ! Les banques agissent au cas par cas ; tout dépend de la confiance qu'elles vous accordent mais aussi des exigences du propriétaire bailleur. Et le service rendu par la banque n'est pas gratuit. En échange, le locataire doit ainsi verser une commission annuelle qui tourne autour de 1 ou 2 % du montant de la somme déposée, à laquelle il faut ajouter des frais de dossier s'établissant le plus souvent entre 20 et 100 euros.

Les banques n'ont pas forcément l'habitude mettre en avant ce genre de service, hormis quelques unes d'entre elles (Banques populaires, Société générale, CIC). Mais quel que soit l'établissement duquel vous êtes client, n'hésitez pas à lui demander s'il serait prêt à accepter ce service. Ce qui ne vous empêche pas de négocier. D'une part, si vous n'avez pas beaucoup d'argent de côté, tentez de baisser le montant de la somme bloquée, ce qui fera également baisser automatiquement le montant des commissions. D'autre part, vous pouvez demander à ce que les sommes bloquées soient placées sur un compte rémunéré. Ainsi, l'argent est immobilisé mais produit des intérêts.

Mais ne vous grisez pas : même si elle accepte ce dernier point, la banque vous proposera un taux de rémunération modeste, en tout cas inférieur au taux de commission... Au final, cette solution est relativement contraignante mais permet à une personne ayant de l'argent mais pas de revenus réguliers d'accéder à la location. Ce dispositif peut également être approprié aux personnes qui ne possèdent pas de revenus en France ou qui perçoivent un salaire depuis peu de temps. De son côté, le propriétaire bailleur y trouve également son compte puisque la caution n'est plus une personne physique mais un établissement financier avec des ressources autrement plus conséquentes.

 

Prêt immobilier / Achat immobilier