Partager cet article

RSS
L'Internaute > Nantes >
Histoire > Tours Lu
AVANT/APRES
 
Juillet 2006

Un siècle d'histoire pour les tours Lu

En 1846, la biscuiterie Lefèvre-Utile, du nom du couple qui inventa le fameux "Petit Lu" voit le jour à Nantes. Ses fondateurs laisseront une trace dans l'architecture de la ville.

  Envoyer à un ami | Imprimer cet article  
 
Photo prise du bas du cour Saint Pierre en 1941. De l'autre coté du pont de la Rotonde, les deux tours Lu.
Photo © Archives Municipales de Nantes
  Aujourd'hui, une seule tour s'élève face au château des Ducs de Bretagne.
L'Internaute Magazine Photo © Nathalie Favreau

" Pour susciter la gourmandise, rien de tel que de séduire l'œil "

Tout commença à Paris durant l'exposition universelle de 1900. Adossée au Trocadéro et face à la tour Eiffel s'élève une usine-palais sur pilotis. Louis Lefèvre-Utile, célèbre biscuitier nantais passionné d'architecture veut en faire le symbole d'une industrie puissante et florissante. Pour le fondateur, "susciter la gourmandise… " est la clé de la réussite. Le pavillon Lu de l'exposition universelle, qui a la forme d'une tour surmontée d'un phare tournant, reçoit le Grand prix de la biscuiterie, récompense qui marque l'âge d'or du "Petit Lu" nantais.

 

Les tours du prestige

En 1905, le biscuitier se lance, au coté de l'architecte Auguste Bluyssen, dans la construction de deux tours massives face au château des Ducs de Bretagne et dans le prolongement des cours Saint Pierre et Saint André. La construction s'achève en 1909. Trois parties composent ces tours. Le corps, formé d'une fenêtre à trois baies, est surplombé d'un ange brandissant une trompette. Le dôme, quant à lui, ouvert par six fenêtres, est décoré d'aigles sculptés, symboles de force et de prestige. Enfin la lanterne, prototype du phare Lu présenté à l'exposition universelle, est coiffée d'une flèche de métal qui culmine à 38 mètres de haut. Les nantais pourront en profiter pendant près de 35 ans avant que les bombardements de 1943 qui ravagent Nantes détruisent partiellement les tours. La première disparaîtra entièrement, l'autre conservera sa hauteur jusqu'à ce qu'elle soit décapitée lors de grands travaux en 1970.

  • En savoir plus
  • L'Internaute Magazine Photo © Ludovic Simon
  • Horaire : du mercredi au samedi, de 13 h à 19 h et le dimanche de 15 h à 19 h.
  • Tarif : 2 euros
  • Tél : 02 40 12 14 34
  • Sur le Web :
     www.lelieuunique.com

Le passé à l'honneur

En 1997 l'architecte Jean-Marie Lépinay se voit confier par la municipalité la rénovation de la tour. Objectif : mettre le dôme à neuf pour l'arrivée de la coupe de monde de football en juillet 1998. Le pari est réussi. A partir d'archives et de photos anciennes, les couleurs bleu, rouge et or réapparaissent aux yeux des nantais.

La tour se visite

Aujourd'hui, les initiales Lu ont changé de signification et désignent désormais le Lieu unique, centre d'arts aux activités multiples. En quelques secondes d'ascenseur ou 130 marches plus haut, Nantes s'observe grâce au
"Gyrorama ", plate-forme qui s'oriente à l'aide d'une manivelle au bon soin des curieux. Au dernier étage, une vidéo relate l'histoire de l'usine illustrée d'un riche fond de photos d'archives.

Autour du même sujet
Magazine Nantes Envoyer | Imprimer Haut de page
Votre avis sur cette publicité
Voir un exemple

Voir un exemple



Toutes nos newsletters