Mis à jour le 

Centre historique de Lille

Un voyage à : Centre historique de Lille

Centre historique de Lille sur nos forums
Itinéraires
Qui a dit que les villes du Nord étaient tristes et grises ? Lille n'est, en tout cas, pas de celles-ci. De la place Charles de Gaulle à la cathédrale, parcourez ses ruelles bordées de maisons aux façades colorées. Comptez une heure environ pour ce circuit, sans compter les visites.

La place Charles de Gaulle ou Grand' Place
La Grand' Place sera le point de départ de votre balade dans le vieux Lille. Cette place est le centre d'activité de la ville. Tous les quartiers mènent ici. Bordée par les façades colorées des bâtisses des XVII et XVIIIe siècles, elle est l'un des endroits les plus agréables de la cité. Au centre, trône la colonne de la Déesse, symbole de la résistance de la ville lors du siège autrichien en 1792. S'y trouve également, près du théâtre, la Grand' Garde, regard du roi sur la ville. Ce point central est aussi le siège de la Voix du Nord depuis 1944.

Empruntez ensuite la rue Neuve, jusqu'à la place du Théâtre.

La vieille Bourse
Sur cette place, se trouve l'une des entrées de la Vieille Bourse, l'un des plus anciens monuments de la ville. Autrefois lieu d'échanges et de transactions, elle est devenue le repère des bouquinistes, des fleuristes et des danseurs de Tango. Votre œil sera sensible à la richesse du décor (guirlandes, grappes de fruits) de sa façade rouge et or. Ce décor, vous le retrouverez à l'intérieur, sur les vingt quatre façades des maisons qui entourent la petite cour carrée. Au rez-de-chaussée, les galeries à arcades rendent hommage aux savants et industriels célèbres.

Rue Lepelletier, rue Basse et rue des Chats Bossus
Vous arrivez alors place du Lion d'or, puis place de Bettignies. Ces deux places sont aussi charmantes l'une que l'autre. Elles sont, elles aussi, bordées par les maisons au façades colorées. Au fond de la place de Bettignies, arrêtez-vous devant la demeure Gilles de la Boé. Son architecture est d'inspiration espagnole, style très en vogue au XVIIe siècle. La bichromie de sa façade est liée à l'utilisation de la brique et de la pierre.

Rue de la Monnaie
Dans cette rue, l'une des plus anciennes et des plus commerçantes, s'alignent les maisons bourgeoises du XVIIIe dont les façades sont garnies de différentes sculptures. La rue doit son nom à l'hôtel éponyme, datant du XVIIe siècle. Mais surtout, c'est dans cette rue que se trouvent les Hospices de la Comtesse.

Les hospices de la Comtesse
En 1237, Jeanne de Flandre décide de fonder ces hospices. Les bâtiments furent construits au cours du XVe siècle. Malheureusement détruits par un incendie, ils furent rénovés et agrandis aux XVIIe et XVIIIe siècles. Aujourd'hui, ils accueillent le musée régional d'histoire et d'ethnographie ; aussi, leur architecture et les collections qui y sont abritées témoignent du mode de vie de la population du nord de la France.

Retournez sur vos pas puis empruntez un petit passage situé sur la droite de la rue. Vous arrivez ainsi à la cathédrale Notre Dame de la Treille.

La cathédrale
Vous le constaterez très vite, l'architecture de cet édifice est un savant mélange entre tradition et modernité. En effet, les travaux de construction de la cathédrale ont débuté en 1854 mais ne se sont achevés qu'en 1999 ! C'est à cette date que le monument fut pourvu d'une façade digne de ce nom.
Exceptée cette façade ouest, le reste de la cathédrale répond aux codes du néogothique. A l'intérieur, arrêtez-vous sur la rosace du peintre Kijno ainsi que sur les différentes chapelles, qui possèdent chacune une particularité. Vous remarquerez que le chœur bénéficie d'une importante luminosité et que les nombreuses colonnes renforcent la grandeur de l'édifice.

Partir à : Centre historique de Lille

Carte Centre historique de Lille

Latitude : 50.64 - Longitude : 3.06

Réserver vos vacances

Recherche d'hôtel

Ville

Arrivée

Départ

Booking.com

classement lycée 2016

Retrouvez gratuitement et en intégralité le classement des lycées à LILLE ou à proximité, mais aussi le classement des lycées dans le Nord.

Magazine