Mis à jour le 

Jardins de Valloires

Un voyage à : Jardins de Valloires

Jardins de Valloires sur nos forums
Monuments
« Pour faire un jardin, il faut un bout de terre et l'éternité » Gilles Clément.

D'accord, mais il faut aussi du talent et Gilles Clément n'en manquait pas. De plus, le bout de terre s'est transformé en 8 hectares…. 5 000 espèces de végétaux se partagent la vedette dans ce jardin ethnique et coloré.

Cinq ambiances sont proposées tout au long de la visite ce qui explique l'appellation de Jardins au pluriel. Une demi-journée sera nécessaire pour visiter la totalité du site voire un peu plus pour admirer béatement le jardin à la française ou la roseraie aux mille parfums.

Le cadre est magnifique : l'abbaye cistercienne de Valloires juste en face, la vallée de l'Authie et le bois sur le côté gauche.

Élaborés par le paysagiste Gilles Clément en 1987, les Jardins de Valloires ont vu le jour à partir de la plus grande collection d'arbustes de France.

Le projet naît en 1985 lorsque le pépiniériste Jean-Louis Cousin cherche un lieu adapté à sa riche collection personnelle de végétaux. L'objectif est également de donner un élan touristique à l'abbaye voisine.

La conception des Jardins est confiée à Gilles Clément pour sa première grande réalisation. Cet écologiste convaincu est également biologiste et entomologiste. Il mélange les plantes, en fait importer des quatre coins du monde.

Il se démarque des botanistes intégristes qui s'opposent au brassage des espèces. C'est pourquoi Valloires sera le premier jardin botaniste où les espèces ne sont pas classées par critères géographiques ou botaniques mais par esprit décoratif.

Des ilots aux noms rêveurs regroupent différentes thématiques : île d'hiver, île des papillons, bizarretum, jardin des 5 sens, etc.

Les jardins de Valloires sont classés parmi les cinq plus beaux jardins français.

Visite des Jardins
  • Le jardin régulier
Cet immense jardin à la française respecte une tradition parfaite dans sa symétrie et son intense travail de taille. La visite commence par le cloître végétal.

Sa forme carrée est en adéquation parfaite avec l'architecture de l'abbaye cistercienne.
Ensuite, vous accédez à la pelouse rectangulaire parfaite où pas un brin d'herbe ne dépasse.

On y croise des ifs, des charmes et des buis.
Sur les bas côtés, ce sont les jardins de couleur : le bleu des hibiscus ou du Ceanothus, le blanc des charmilles et des osmanthes et le jaune des forsythias ou des potentilles. Si vous venez au printemps, vous aurez la chance de passer dans l'allée des cerisiers tout en fleurs.

Tout au bout de l'allée, un spectacle enivrant vous attend. C'est la roseraie. Sa disposition en parcelles carrées rappelle le temps ou chaque moine s'occupait de son propre carré potager.

Les teintes sont à dominantes roses et pastel en fleur de juin à octobre. Elles sont associées à des condiments, des légumes décoratifs et même des plantes médicinales.

Sentez la rose Jacques Cartier, la Catherine Deneuve ou la Monet. La dernière née, en 2004, est « The rose of Picardy » créée par David Austin pour célébrer le centenaire de l'Entente cordiale entre la France et l'Angleterre.
  • Le jardin des îles
Ce jardin à l'anglaise rassemble des collections regroupées par pur sens de l'esthétisme.

Au total, 16 pays sont représentés. A vous de les dénicher.
L'île d'hiver est un bel ensemble d'arbres aux écorces dépareillées. Acajou, orange ou noire, certaines ont même servi à fabriquer des canoës.

L'île d'or vous éblouira par le feuillage des arbustes se prélassant au soleil. L'île d'ombre rassemble des espèces qui, au contraire, fuient le soleil. Les lilas blancs, mauves, ou nains sont rassemblés sur l'île des lilas. Juste au-dessus, la chambre des cerisiers présente une variété de prunus : pruniers, merisiers, pêchers, amandiers et évidemment cerisiers aux parfums envoutants.

Les îles d'argent sont composées d'espèces aux feuillages argentés tel le chêne panaché. Rare espèce à fleurir en hiver, le Virbonum bodnantense dawn se situe sur l'île des viornes.
Vous croiserez 120 variétés de deutzia et spirées sur l'îlot du même nom ou encore des arbustes cachés à l'écart dans les îles des feuillages pourpres.

Le belvédère permet d'admirer la totalité du jardin et l'abbaye dans le fond. Les autres îlots sont également somptueux : la chambre d'automne, l'îles des épines douces (attention à vos doigts !), l'îles des papillons, l'île des fruits défendus, le bizarretum qui rassemble des espèces dont l'origine demeure inexplicable et enfin le coin des rosiers anciens.
  • Le jardin des cinq sens
Toucher, sentir, regarder, goûter, écouter, voici ce qui vous attend dans ce jardin original. Un petit jeu vous permettra de deviner ce qui se cache dans des boîtes où l'on ne peut y mettre que la main.

Certaines plantes sont utilisées pour guérir ou nourrir encore bien des gens, devinez lesquelles.
  • Le jardin de l'évolution
Ce jardin est le plus récent. Il a été réalisé par Gilles Clément avec la collaboration de Jean-Baptiste Lamarck. Ce dernier, aussi humaniste que botaniste, s'intéresse à l'évolution de l'homme avec son environnement et son contraire.

La visite commence il y a 400 000 millions d'années dans le jardin des origines qui rassemble mousses, lichens, fougères et prêles à l'origine de la vie. Les grands arbres ont inventé la graine puis vous avancerez dans le temps par une série de marches pour comprendre l'histoire de l'homme en corrélation avec l'évolution des sols et du climat.
  • Le jardin de Marais
Le domaine est traversé par un ruisseau dérivant de l'Authie d'où une ambiance humide et sauvage. Aulnes, peupliers, saules et bambous se partagent le territoire, offrant un lieu unique de reproduction pour vingt espèces d'oiseaux.

Partir à : Jardins de Valloires

Carte Jardins de Valloires

Latitude : 50.35 - Longitude : 1.82

Réserver vos vacances

Recherche d'hôtel

Ville

Arrivée

Départ

Booking.com

Magazine