Partager cet article

RSS
Mis à jour le 

Viêtnam

Trouver les hôtels aux meilleurs prix avec Linternaute
Chercher un hôtel au Viêtnam

Un voyage au Viêtnam

Viêtnam sur nos forums
Le Vietnam se situe à l'extrémité Est de la péninsule indochinoise, aux frontières du Cambodge, du Laos et de la Chine. Longue bande terrestre bordée par la mer de Chine méridionale, sa physionomie n'est pas sans rappeler celle d'un Dragon. Ce qui est plutôt de bonne augure pour un pays du Sud-est asiatique.
Autre particularité géographique, le Vietnam affiche une grande diversité topographique. Il se compose, en effet, de plaines comme de montagnes, de marais comme de littoraux maritimes.

Aussi, le pays peut s'enorgueillir de recéler pléthore de sites naturels, plus majestueux les uns que les autres. Les plus réputés demeurent le delta du Mékong et la baie d'Halong. Toutefois, il paraît inconcevable de nier la majesté de la région montagneuse du Nord du pays et en particulier Sapa, ou  l'île de Phu Quoc, située au large du delta du Mékong, qui s'apparente à un Vietnam miniature. De même, les forêts tropicales et les parcs naturels s'ajoutent aux curiosités à découvrir. 

Conter le Vietnam implique également d'évoquer les longues périodes d'occupations et de conflits qu'il a traversé. Le pays n'a pourtant pas de quoi rougir de son passé mouvementé.

Au contraire, les occupations chinoise, française de même que le dernier conflit avec les Américains lui permettent aujourd'hui de présenter à ses visiteurs un patrimoine très riche, notamment d'un point de vue architectural. Pagodes et cathédrales ou encore habitations traditionnelles et gratte-ciel (à Hô Chi-Minh-Ville) s'y côtoient.
A cheval entre sculpture et architecture, les vestiges Chams font également partie intégrante de ce patrimoine à en juger par le site archéologique de My Son, qui a de quoi ravir les yeux les plus délicats.


Ces influences étrangères, quelque peu imposées, de même que le caractère pluriethnique du peuple vietnamien confèrent au pays une culture à la fois mixte et singulière. 

Le résultat de ce mélange se veut par conséquent original. Il se caractérise par un respect des traditions et des religions, une humilité à toute épreuve. Cette civilisation dégage également un parfum de raffinement. Sa gastronomie n'est-elle pas une des plus fines et parfumées du Sud-est asiatique ?

Enfin, depuis sa réunification en 1975, le Vietnam est en évolution permanente. Le pays se modernise, prospère peu à peu mais demeure réfréné par le communisme. De même, il existe un clivage entre la torpeur des régions montagneuses du Nord et l'effervescence de Hô Chi Minh-Ville.

Et, cela va de paire avec son dynamisme, le Vietnam s'ouvre également au monde. Le tourisme s'y développe sans toutefois atteindre des sommets. Aussi, le pays affiche encore une certaine authenticité. Il y a quelque chose de rustique au Vietnam, sans doute est-ce dû au faible nombre de grandes villes.

En bref, le Vietnam ne se résume pas à ses rizières, ses chapeaux coniques ou à ses vestiges de guerre (d'ailleurs peu visibles). Du Tonkin (le Nord) à la Cochinchine (le Sud) en passant par l'Annam (Huê), il y a beaucoup à découvrir dans ce pays.

Météo / Quand partir

Quelle est la meilleure période pour se rendre au Viêtnam ? Quel y fait-il en ce moment ? Toutes les infos météorologiques et climatiques.
» Météo au Viêtnam

Passeport / Visa / Formalités

Toutes les formalités et les informations pour passer sa retraite au Viêtnam

Transports

  • S'envoler pour le Vietnam
Le plus facile pour aller au Vietnam en partant de France est bien sûr l'avion. Il faut compter environ 12h30 de vol depuis Paris et au moins 650 euros pour un aller-retour. Et le trajet comporte le plus souvent une voire deux escales, en fonction de la destination finale au Vietnam.

Il existe tout de même des vols directs, certes plus chers, mais aussi plus reposants. Mais il ne vont qu'à destination de Hô Chi Minh-Ville. Les autres grandes villes du Vietnam, Hanoi, Huê et Danang en particulier, ne sont accessibles que par des vols intérieurs, ou en provenance d'autres pays que la France.

Aussi, à condition de bénéficier d'un budget temps de 2 semaines ou plus, l'idéal est de prévoir une arrivée à Hô Chi Minh-Ville, de visiter le Vietnam en remontant vers le Nord et ainsi repartir du pays depuis Hanoi.

Sinon, si vous préférez arriver autre part ou que le temps imparti ne vous permette pas de visiter l'ensemble du pays, l'avion, après escale, pourra vous déposer à l'aéroport de Noibai (30 km de Hanoi) ainsi qu'à celui de Huê ou de Danang, pour le Centre du Vietnam, ainsi que dans quelques stations balnéaires de la côte notamment.

A noter : c'est en prévoyant longtemps à l'avance que l'on peut espérer trouver un billet d'avion à un prix intéressant. Mais, il ne faut surtout pas oublier de prévoir un visa dans le même temps. Celui-ci est en effet nécessaire pour rentrer sur le territoire vietnamien.

Enfin, il est possible d'arriver par le train ou le bateau depuis un pays limitrophe du Vietnam, dans le cas où votre séjour s'intégrerait à la visite d'autres pays d'Asie du Sud-Est.

  • Circuler à l'intérieur du Vietnam

Par ailleurs, afin de circuler à l'intérieur du pays, l'avion représente également le moyen de transport le plus pratique.

Sachez toutefois qu'un train fait la liaison entre le Sud (Hô Chi Minh-Ville) et le Nord du Vietnam (Hanoi), en passant par le Centre.

Les transports à l'intérieur même d'une région varient en fonction de la géographie des lieux. Le bus, et le bateau pour la baie d'Halong, seront très répandus dans le Nord.

Le Centre du pays se parcourra idéalement en train pour profiter du paysage et le Sud du pays, le delta du Mékong en particulier, se visitera en bateau.

Partir au Viêtnam

Santé / Sécurité / Vaccins

Santé
Le Vietnam fait partie des pays d'Asie du sud-est touchés par le virus du H5N1 - plus communément connu sous le nom de grippe aviaire. Il ne faut néanmoins pas être alarmiste. Quelques précautions d'usage suffisent pour n'encourir aucun risque : éviter d'approcher les élevages de volatiles, ne pas toucher aux cadavres d'oiseaux et ne pas manger les volailles ou les œufs crus.

D'ailleurs, les conditions sanitaires varient selon les endroits où l'on séjourne.
On ne relève pas de risque particulier dans les grandes villes, si ce n'est qu'il est déconseillé de boire de l'eau du robinet ou bien de manger des légumes et fruits crus en grande quantité.
En revanche, dans les campagnes, l'hygiène est parfois déplorable. Pensez à emporter avec vous du savon antibactérien sans rinçage.

Les disparités entre ville et campagne sont les mêmes lorsqu'il s'agit de soins. Les grandes agglomérations renferment de nombreux cabinets médicaux et hôpitaux. De même, vous n'aurez pas trop de mal à vous faire comprendre par les médecins dans la mesure où beaucoup d'entre eux y parlent anglais ou français.
Au contraire, dans les campagnes, les soins sont beaucoup plus archaïques. Dans certaines zones rurales ou de montagne, seules les techniques thérapeutiques traditionnelles sont employées. En cas de problème de santé sérieux, il faut immédiatement envisager un rapatriement.

Quoi qu'il en soit, il est indispensable de conserver toutes les factures inhérentes aux soins afin d'être remboursé une fois de retour en France. Il est donc fortement conseillé de contracter une assurance médicale complète avant de partir au Vietnam.
  • Les pharmacies
Si vous êtes amenés à acheter des médicaments sur place, veillez à vérifier les dates de péremption des produits que l'on vous délivre. De même, beaucoup de médicaments sont vendus sans ordonnance. Aussi, les pharmaciens ne donnent pas forcément les remèdes les plus adaptés. Le mieux est d'apporter avec soi une trousse à pharmacie contenant des antalgiques, des anti-diarrhéiques et des anti-emetiques.

Par ailleurs, les personnes qui suivent des traitements médicamenteux ont tout intérêt à se munir des ordonnances correspondantes. Il n'est pas rare que les douaniers confisquent certains médicaments. Certains touristes se sont même vus emprisonner pour cela.
  • Vaccins
Toujours avant le départ, vérifiez que votre carnet de vaccination est à jour, en ce qui concerne le tétanos, la poliomyélite, l'hépatite A, l'hépatite B et la typhoïde. Dans le cas contraire, faites vous vacciner. De même, il est préconisé de se faire prescrire un traitement préventif contre le paludisme quelques semaines avant le départ. Enfin, ceux qui envisagent des séjours longs en zone rurale devront penser à se faire vacciner contre la rage.
Et, n'oubliez pas que l'Asie du Sud est fortement frappée par le Sida.


Sécurité
  • Délinquance
Le Vietnam n'est pas encore un pays de tourisme de masse. Aussi, on ne relève pas encore un fort taux de délinquance envers les touristes. Toutefois les vols à l'arraché se développent peu à peu dans les zones touristiques (Sapa, Nha Trang notamment).
C'est pourquoi il est déconseillé de porter des bijoux, des sacs à main. Pour les mêmes raisons, veillez à laisser vos billets d'avion, passeports et cartes de paiement dans le coffre-fort de l'hôtel ou à défaut au propriétaire de l'hôtel.

Enfin, évitez de circuler à pied ou en cyclo-pousses, la nuit notamment. La législation vietnamienne s'avère par ailleurs intransigeante face au trafic de stupéfiants. Être en possession de drogue peut, en effet, être passible de prison à perpétuité voire de la peine de mort. Soyez très vigilants, ne laissez jamais vos bagages sans surveillance.
  • Sécurité routière
Les infrastructures routières sont très inégales au Vietnam. De plus le code de la route n'est pas toujours bien respecté. Aussi, on relève beaucoup d'accidents, avec dommages corporels, mettant en cause des deux-roues le plus souvent.A noter : les permis de conduire étrangers ne sont pas reconnus par les autorités vietnamiennes. Vous ne pourrez donc pas louer de véhicule, à moins de recourir aux services d'un chauffeur.
  • Numéros d'urgences
En cas d'urgence, les numéros à composer sont :
- le 113 pour la Police ;
- le 114 pour les Pompiers ;
- le 115 pour les Ambulances.

Monnaie

La monnaie vietnamienne est le dông (VND). Longtemps fluctuante, cette devise s'est considérablement stabilisée depuis 2001. 1 euro équivaut à environ 30 950 dôngs, et 1 dollar américain (également utilisé au Vietnam) vaut 20 800 dôngs.

Le dông se présente sous forme de billets : 200, 500, 1000, 2000, 5000, 10 000, 20 000, 50 000. De quoi donner l'impression d'être très riche.
A noter : les billets de 5 000 et de 20 000 se ressemblent étrangement. Faites donc attention à la monnaie que l'on vous rend.
  • Change
Il est possible de rentrer sur le territoire vietnamien avec des devises étrangères. Vous pouvez donc partir là-bas avec vos euros en poche. Toutefois, il vous faudra déclarer les sommes dépassant les 3000 euros.

Un conseil, n'échangez pas votre argent dans la rue. Préférez les banques. Elles sont nombreuses dans les grandes villes (Hanoi, Hô Chi Minh-Ville notamment). Les conditions de change seront les mêmes si vous avez choisi d'emporter des travellers chèques. Les grandes compagnies aériennes acceptent également de les échanger contre des dôngs.

A noter : ne repartez pas du Vietnam avec des dôngs. En effet, vous ne pourrez pas les échanger une fois de retour en France.
  • Paiement
Dans la plupart des cas, vous devrez payer en liquide. Seuls les grands hôtels et les restaurants touristiques acceptent les paiements par CB.
Et, bien que ce soit théoriquement interdit, il est possible de payer en dollars américains à peu près partout. Il est de toute façon plus avantageux de régler les achats en dôngs.
  • Coût de la vie
Hormis le trajet en avion pour s'y rendre, le Vietnam n'est pas une destination chère. 20 euros par personne et par jour peuvent suffire si l'on se contente d'aller dans des hôtels modestes, de petits restaurants traditionnels et que l'on emprunte les transports locaux.

En effet, une chambre dans un mini-hôtel coûte environ 10 euros. Un repas dans un petit restaurant varie entre 3 et 5 euros. De même, les bus locaux reviennent beaucoup moins cher que les vols intérieurs. Tout dépend bien entendu du temps de votre séjour.

En revanche, si vous descendez dans les complexes hôteliers et restaurants plus touristiques, attendez-vous à voir les prix multipliés de façon exponentielle : jusqu'à 200 euros pour une nuit d'hôtel.

Toutefois, on s'aperçoit que les Vietnamiens ne pratiquent pas les mêmes prix avec les locaux et les touristes. C'est d'ailleurs pour cela que les tarifs ne sont pas toujours indiqués. N'hésitez donc pas à marchander, même sur le prix des chambres d'hôtel.

Bons plans

 A faire
  • Faire une étape à Dalat

Perché à 1500 mètres d'altitude sur l'un des hauts plateaux du Centre, Dalat se présente comme un lieu de tranquillité et de fraîcheur, avec son lac principal - Xuan Huong - et ses fleurs.

Mais il s'agit avant tout d'une ancienne station climatique créée par M. Yersen - un docteur français - au début du XXème siècle. Une université, une cathédrale et d'autres bâtiments construits sur le modèle occidental, composent son paysage architectural. Ainsi, on s'en doute, Dalat a les allures d'un « petit Paris », surnom qu'on lui donnait à l'époque.

Cette architecture à la française a justement la particularité de conférer à la petite ville un caractère singulier, voire un peu kitch car en total décalage avec les villes vietnamiennes traditionnelles.

Les environs de Dalat ont également de quoi attirer les curieux. Emprunter l'ancienne route coloniale française - longée par une ancienne voie de chemin de fer construite par les colons - se révèle une façon ludique et historique de découvrir la campagne alentour, composée de forêts agrémentées de cascades et d'orchidées.

Principalement agricoles, les environs de Dalat regorgent de plantations en tout genre et notamment de thé et de café. Celle de Co Phan Che Cau Dat est particulièrement réputée.

Informations pratiques

Dalat se situe à 300 km de Hô Chi Minh-Ville. Aussi, le plus simple semble de se rendre dans la petite ville de montagne depuis l'ancienne Saigon. Il faut compter 6 heures de car. Des excursions sont également proposées depuis Nha Trang, dans le cas où vous séjourneriez dans la station balnéaire.

  • Flâner à Hoi An, l'ancien port de Faifo
Hoi An fut pendant deux siècles la première ville portuaire du Vietnam et un des plus grands comptoirs du Sud-Est asiatique. Aujourd'hui, cette ville au passé prestigieux a des allures de bourgade paisible. Profitez-en pour flâner à pieds dans ses rues et admirer son architecture d'exception, recensée au patrimoine mondial de l'UNESCO.


A ne pas faire
  • Venir au Vietnam pendant la fête du Têt

La fête du Têt correspond au nouvel an traditionnel vietnamien. Daté en fonction du calendrier lunaire, l'événement se tient du 1er au 7ème jour de la nouvelle année lunaire. Autrement dit, les dates changent chaque année si l'on se réfère à notre calendrier grégorien. Mais globalement, on peut dire que cette fête peut se dérouler entre mi-janvier et début mars, selon les années.

Il s'agit également de la période de congés du plus grand nombre de Vietnamiens. D'ailleurs, les trois premiers jours du Têt sont fériés. Les hôtels sont alors complets, les transports bondés et moins fréquents, etc. Aussi, les lieux touristiques, et particulièrement les lieux de culte (temples et pagodes) connaissent une affluence record.

Si vous souhaitez éviter la cohue, renseignez-vous donc au préalable sur les dates exactes de la fête du Têt. Sinon vous risqueriez d'être surpris par l'affluence et les nuisances sonores engendrées à ce moment faste de l'année.

Vie pratique

Électricité
Le courant est souvent en 220 V/50 Hz mais parfois encore en 110V/50Hz. Mieux vaut utiliser des appareils bitension. Il est également nécessaire de se munir d'un adaptateur pour prises françaises, américaines voire japonaises.

Horaires
Le Vietnam se trouve à 13 500 km à l'est de la France. Aussi il faut s'attendre à un important décalage horaire.
- GMT +06 en hiver : lorsqu'il est midi à Paris, il est 16h à Hanoi.
- GMT +05 en été : lorsqu'il est midi à Paris, il est 15h à Hanoi.

Les administrations et services publics sont généralement ouverts de 7h30 à 11h30 et de 13h30 à 16h30.

Les magasins sont ouverts de 7-8h à 19-20h, parfois même jusqu'à 23h.

Les banques ouvrent de 7h30 à 11h (ou 11h30) et de 13h30 à 16h (ou 16h30), du lundi au vendredi, et parfois le samedi matin.

Les bureaux de poste sont généralement ouverts 7j/7 de 7h à 19h. Seules les petites structures ferment à l'heure du déjeuner.


Téléphone
Pour téléphoner de la France au Vietnam, composez le 0084 suivi du numéro de votre correspondant.

Pour téléphoner du Vietnam en France, composez le 00 33 du Vietnam vers la France sans le 0 du numéro de votre correspondant.


Jours fériés
  • le 1er janvier (nouvel an solaire)
  • le 3 février (anniversaire de la création du parti communiste vietnamien)
  • le 30 avril (Anniversaire de la libération du Sud Vietnam)
  • le 1er mai (journée internationale du travail)
  • le 19 mai (anniversaire de la naissance de Hô Chi Minh)
  • le 2 septembre (Fête nationale de la République Socialiste du Vietnam)
  • le 3 septembre (anniversaire de la mort du président Hô Chi Minh)

Carte d'identité

Généralités
Capitale : Hanoi
Superficie : 331 041 km²
Langue officielle : vietnamien mais il existe de nombreux dialectes issus de six groupes ethnolinguistiques (khmer, cham, thaï, sedang, miao-yao, chinois)
Régime : République socialiste à régime de parti unique, communiste
Monnaie : dong (VND)
Religions : boudhisme, taoïsme, confucianisme et christianisme
Fête nationale : le 2 septembre
Hymne national : Tien quan ca (Les troupes avancent)

Données démographiques
Population : 81 380 000 (2003)
Densité : 245,8 hab. /km²
Croissance démographique : 1,4 % par an (période 2000-2005)
Espérance de vie : H = 66,9 ans, F = 71,6 ans

Économie
PIB : 45,5 milliards de dollars (2004)
PIB/hab. : 560 dollars par habitant (2004)
Taux de croissance : 8,4 % (2005)
Taux de chômage : 7,4 % (2005)
Taux d'inflation : 7,5 % (2005)

Pratique
Poids et mesure : Les Vietnamiens utilisent le système métrique.
Décalage horaire :
- GMT +06 en hiver : lorsqu'il est midi à Paris, il est 16h à Hanoi ;
- GMT +05 en été : lorsqu'il est midi à Paris, il est 15h à Hanoi.
Courant : 110V/220V, 50 Hz. Le courant est souvent en 220 V mais parfois encore en 110V. Mieux vaut utiliser des appareils bitension. Il est également nécessaire de se munir d'un adaptateur pour prises françaises, américaines voire japonaises.

Géographie
Le Vietnam, niché au coeur de l'Asie du sud-est, s'étend sur 1700 km de long et pas plus de 300 km de large à l'extrémité de la péninsule indochinoise. Il occupe une superficie de 329 560 km² dont 4 200 km² d'eaux territoriales. Ainsi, il est entouré par le golfe de Thaïlande, le golfe du Tonkin et la mer de Chine. Les reliefs montagneux du Nord du pays constituent des frontières naturelles avec la Chine, le Laos et le Cambodge.

Le pays se découpe en trois régions : Bac Bo (ou Tonkin) au Nord, Trung Bo (ex-Annam) au Centre et enfin le Nam Bo (ex- Cochinchine) au Sud.

Le Sud du pays bénéficie d'un climat tropical tandis que le Centre subit les assauts de la mousson chaque année. La saison des pluies débute à la mi-mai et se termine à la mi-septembre.
Culture / Traditions
  • Un peuple multiethnique à plusieurs religions
Certes, le Vietnam est majoritairement bouddhiste (et taoïste et confucianiste) compte tenu de l'influence chinoise qui y a régné pendant plusieurs siècles. Toutefois, le peuple vietnamien se compose de plusieurs ethnies, ce qui implique une diversité de croyances et de rites religieux.

Les festivités religieuses expriment un grand esprit communautaire chez les minorités. A titre d'exemple, la Cérémonie de l'abandon de la tombe (bo ma), principalement perpétrée par les Rai, Ba Na et E De, est un ancien rite funéraire consistant à rompre le lien entre les vivants et le défunt, quelques années après sa mort.
 
D'autres rites tiennent davantage de la superstition comme la Cérémonie du culte de la Terre du village (cung dat lang). Il s'agit, cette fois, de demander, en amont de la récolte, la prospérité et des conditions favorables pour le travail aux esprits, également appelés Génies. Disons, qu'en règle générale, les Vietnamiens continuent de faire appel à la géomancie pour les événements importants.

Le caodaïsme (cao dai en vietnamien) est une autre grande religion du Vietnam. Il s'agit d'une croyance locale - née dans le Sud du pays dans les années 1920 - et fondée sur différentes philosophies occidentales et orientales, dont certaines sont empruntées au spiritisme. Le temple de Tây Ninh est le principal symbole du caodaïsme au Vietnam.

Par ailleurs, le pays a conservé une tradition chrétienne assez conséquente depuis le départ des colons français - il y a déjà plus d'un demi-siècle maintenant - et ce malgré la répression communiste. Le Vietnam est, en effet, le second pays chrétien en Asie du Sud-est, après les Philippines.

Quoi qu'il en soit, les Vietnamiens respectent les lieux de culte quels qu'ils soient : pagodes, temples, églises, etc. Ils se déchaussent, parlent à voix basse, ne touchent pas aux objets d'ornements et adoptent une tenue correcte (ce qu'ils font en règle générale d'ailleurs).

Les touristes sont bien évidemment tenus de respecter ces mêmes règles de bienséance. Elles s'appliquent d'ailleurs dans les autres lieux de visite aussi divers que les musées, les sites historiques ou encore les mausolées.
Le reproche que les Vietnamiens font principalement aux Occidentaux est de ne pas prendre soin de leur apparence, lorsqu'ils rencontrent des voyageurs en short et sac à dos, par exemple.

  • Un peuple respectueux de la famille et des ancêtres
D'une part, les ménages vietnamiens se composent généralement des parents, des enfants et même des grands-parents. Si le modèle de famille nucléaire occidental commence à se développer au Vietnam. Le modèle traditionnel demeure cependant une référence. Les aînés sont extrêmement respectés.

D'autre part, le culte des ancêtres reste un des fondements de la société vietnamienne. Il s'apparente à une piété, limitée au cercle familial. Autrement dit, les Vietnamiens croient en la protection des ancêtres sur leurs descendants, de même qu'ils ne peuvent concevoir de ne pas avoir d'enfant, ce qui reviendrait à être condamné à une errance éternelle après la mort.

  • Un peuple bienséant
Les Vietnamiens ne sont pas spécialement hautains, ils sont plutôt détendus. Toutefois les conventions sociales leur imposent d'adopter un comportement discret afin de n'offusquer personne. Il faut toujours être habillé de façon à respecter autrui. Le nudisme ne serait, par ailleurs, absolument pas concevable au Vietnam.

Toute familiarité est à proscrire. Pour se saluer, on se sert simplement la main, voire les deux pour davantage de cordialité. Il n'est pas concevable pour les Vietnamiens de s'embrasser en public ou de se tenir par la main, pratique occidentale qu'ils jugent d'ailleurs excentrique.

De même, il ne faut pas faire preuve d'indiscrétion et surtout demeurer courtois dans les discussions. Celles-ci ne doivent pas porter sur des sujets sensibles tels que le communisme. De même qu'il vaut mieux éviter de parler de sida, de drogue ou de prostitution, fléaux qui frappent pourtant le pays avec vigueur. Ne vous aventurez pas sur ces sujets glissants et ne sortez pas de vos gonds, au risque que votre interlocuteur perde la face, attitude mal perçue dans le pays.

Enfin, les dernières règles importantes concernent le repas. Avant toute chose, il faut se déchausser. Une fois à table, il n'est pas question de commencer à manger avant que chaque convive soit servi. D'ailleurs, chacun se sert soi-même dans tous les plats disposés au centre de la table, mais ce par petites quantités, une à deux bouchées à chaque fois.

Mots utiles

Il existe de nombreux dialectes au Vietnam. On en compte pas moins de 75, issus de 6 groupes linguistiques différents.
Toutefois, il existe bel et bien une langue officielle, et ce depuis 1945 : année de l'indépendance du Vietnam. Il s'agit du vietnamien, une langue tonale - au même titre que le chinois - mais dont l'écriture est romanisée : écrite en caractères latins.

A l'origine, la langue parlée au Vietnam était basée sur des idéogrammes, au même titre que la plupart des pays d'Asie (Chine, Japon entre autres). C'est à un missionnaire catholique du 17ème siècle, Alexandre de Rhodes, que l'on doit une transcription latine du vietnamien. Cette langue baptisée quốc ngữ fut établie à partir de la phonétique portugaise et de la tonalité chinoise, toutefois simplifiée.

Le vietnamien, usité aujourd'hui, est fondé sur un alphabet, composé de 12 voyelles et 27 consonnes, et une phonétique à 6 tonalités. Ce qui complique énormément l'apprentissage oral de la langue. Le sens d'un seul et même mot diffère, en effet, selon la manière dont on le prononce. De même, on n'emploie pas forcément les mêmes mots pour dire la même chose au Nord et au Sud du pays.

Mais, rassurez-vous, dans les principaux pôles touristiques (Hô Chi Minh-ville, Hanoi, Huê, Hoi An), les Vietnamiens parlent au moins l'anglais. Enseignée à l'école, cette langue fait également office de langue plus ou moins officielle pour les échanges commerciaux internationaux.

Par ailleurs, il faut également savoir que la plupart des Vietnamiens de plus de 55 ans, qui ont connu l'époque coloniale, connaissent le français. De même, on s'aperçoit que les habitants des zones touristiques font l'effort d'apprendre quelques mots de français. L'Alliance française au Vietnam s'investit considérablement pour la diffusion de notre langue dans le pays.

Dans la vie de tous les jours

 Français Vietnamien
 oui dạ (Sud) vâng (Nord)
 non không
 bonjour xin chào
 au revoir  tạm biệt
 comment allez-vous ? mạnh kho ẻ chừ ?
 excusez-moi xin lỗimerci cảm ợn
 merci cảm ợn

En voyage

 Français Vietnamien
 Où est... ?
 ở đâuâ… ?
 Aéroport phi trựờng
 Restaurant  nhà hàng
 Hôtel khach sạn

Enfin, voici un tableau de prononciation de différentes consonnes ou syllabes

 d se prononce t
 đ se prononce d
 tr se prononce tch
 u (à la fin d'un mot) se prononce ou
 x se prononce s

Lire avant de partir

Beaux livres

Vietnam : Un dragon né de l'Indochine, de Christian Verot, paru aux Editions Pages Du Monde
Dans ce recueil de photographies, Christian Verot nous livre sa vision du Vietnam, de la baie d'Halong au delta du Mékong en passant par les quartiers coloniaux de Huê ou les montagnes du Nord. Fort de plusieurs séjours au Vietnam, le photographe français adopte ici une écriture et un regard tantôt critique ou amusé de l'ex-Indochine.


La sculpture du Champa : Trésors d'art du Vietnam Ve-XVe siècles, de Guimet, Pierre Baptiste, et Thierry Zéphir, éd. RMN
Ce catalogue, élaboré par des spécialistes internationaux en collaboration avec le musée Guimet, met l'art du Champa à l'honneur. Ce royaume indianisé, aujourd'hui disparu, était implanté dans la région Centre du Vietnam. Son art, essentiellement composé d'oeuvres architecturales et statuaires constitue une partie non négligeable des richesses patrimoniales qu'affiche le Vietnam.



Romans

L'Amant de la Chine du Nord, de Marguerite Duras, éd. Gallimard
Sur fond d'Indochine coloniale de l'entre-deux guerres, une jeune adolescente vit une passion amoureuse avec un riche rentier chinois. Véritable tableau des sentiments amoureux, il s'agit du roman le plus autobiographique de Marguerite Duras. Il lui vaudra d'ailleurs le prix Goncourt l'année de sa sortie, en 1984. De même, l'ouvrage inspirera le réalisateur Jean-Jacques Annaud pour son film L'Amant en 1991.


Vietnam 199 - Le Monde Se Gouverne Comme On Cuit Des Petits Poissons, de A. Ian, paru aux Editions Kailash
Pure fiction, ce roman se résume à un thriller politico-financier dont l'intrigue se déroule dans le Vietnam contemporain.


Bandes dessinées

Banana Fish, de Akimi Yoshida, éd. Panini Comics
Banana Fish est un manga, divisé en plusieurs volumes. Il y est question d'un vétéran de la guerre du Vietnam, à l'origine du meurtre de ses compagnons d'armes et d'une série de meurtres perpétrés douze ans plus tard. Reste à trouver le lien qui unit ces deux histoires


Saigon-Hanoi, de Cosey, éd. Dupuis
Une adolescente solitaire rentre en contact avec un vétéran du Vietnam, qui vingt après la guerre apparaît dans un reportage télévisé consacré au conflit américano-vietnamien. Une relation s'établit entre eux deux, sans qu'il soit toujours question du Vietnam.
D'une construction simple, ce récit imagé est emprunt d'humanité. Il ne faut donc pas hésiter à lire entre les lignes.



Que voir au Viêtnam

Monuments

Retrouvez toutes les informations pratiques sur les plus beaux édifices historiques au Viêtnam
» Monuments au Viêtnam

Musées

Tarifs, horaires et informations pratique, voici la liste des musées à visiter au Viêtnam
» Musées au Viêtnam

Itinéraires

Promenade en ville, itinéraire à pieds ou randonnées dans la nature… Les plus beaux itinéraires touristiques au Viêtnam
» Itinéraires au Viêtnam

Unesco

Tous les ans, l’Unesco inscrit à sa liste du Patrimoine mondial les plus belles merveilles du monde. Retrouvez les sites classés au Viêtnam
» Sites classés au Viêtnam

Parcs naturels

Découvrez les plus beaux sites naturels au Viêtnam
» Parcs naturels au Viêtnam

Curiosités naturelles

Etonnants ou hors normes, découvrez les sites naturels les plus insolites au Viêtnam
» Curiosités naturelles au Viêtnam

Culture

Surprenants et décalés, découvrez les sites culturels les plus insolites au Viêtnam
» Curiosités culturelles au Viêtnam

Que faire au Viêtnam

Restaurant

La cuisine vietnamienne s'apparente aux traditions culinaires des pays environnants, le Laos, le Cambodge et la Thaïlande. Mais, elle offre également un savant mélange entre saveurs chinoises et françaises.

Comme dans beaucoup d'autres pays d'Asie, le riz demeure l'aliment de base. On l'accompagne de légumes - cuits rapidement pour rester croquants - et de viande ou de poisson. De plus, le riz est consommé de différentes manières : à la vapeur, sauté ou gluant.

D'ailleurs, l'un des plats les plus courants est préparé à partir de riz gluant, mélangé à des haricots, des cacahuètes fraîches et de la poitrine de porc ; le tout emballé dans une feuille de bananier. Il s'agit du xoi.

Enfin, le riz, fermenté avec de l'alcool, est la base d'une boisson alcoolisée courante au Vietnam.

Le pho est l'autre plat national du Vietnam. Ce bouillon de nouilles, agrémenté de lamelles de boeuf ou de poulet et relevé d'herbes aromatiques, se consomme parfois le soir et surtout le matin. Cette soupe est souvent servie avec des feuilles de menthe, de la coriandre, des piments ou encore des rondelles de citron. A chacun d'adapter sa soupe à ses goûts.

C'est également du Vietnam que proviennent les rouleaux de printemps, composés traditionnellement de crudités, crevettes ou viandes enroulées dans une crêpe de riz. Ces rouleaux se déclinent de différentes manières, on peut même les garnir soi-même.

En tant que pays côtier, le Vietnam offre la possibilité à ses habitants de consommer beaucoup de poissons et de fruits de mer. D'ailleurs, le poisson - l'anchois en particulier - sert de base au condiment le plus utilisé par les vietnamiens : nuoc man. Celui-ci est obtenu à partir de la fermentation du poisson.

Par ailleurs, la cuisine vietnamienne se caractérise par une cuisson rapide généralement sans graisse. Aussi, elle se digère bien et est très saine.

De plus, chaque région propose ses spécialités.
Si la soupe pho est le plat de base à Hanoi et dans le Nord, un autre  met - le cha ca - y est très consommé. Il se prépare à base de filet de poisson grillé - trempé dans une soupe de safran, accompagnée de vermicelle de riz, et cuisiné avec une sauce à la crevette.

La cuisine du Centre du Vietnam est relevée de poivre rouge, de piment blanc, d'ail et de citronnelle. Un des plats typiques de la région est le mon cuon : crevettes sautées avec des oignons et d'autres légumes ainsi que de porc bouilli coupé en lamelles.

Le Sud du Vietnam offre une cuisine épicée et sucrée à la fois.

Le nêm - pâté impérial frit garni de porc, de crabe ou de poulet et de légumes - est une des spécialités méridionales, au même titre que tout autre type de rouleau, préparé dans une crêpe de riz.

Enfin, quelques détails pratiques sont bons à savoir avant de passer à table :

  • Au Vietnam, on utilise des cuillères pour manger la soupe et des baguettes pour les autres plats.
  • Les Vietnamiens ont pour habitude de se servir dans les plats disposés sur la table et déposent les mets dans leur bol de riz ; ils tiennent toujours leur bol en mangeant.
  • Le thé, le café et la bière sont les boissons courantes mais souvent, ils ne sont servis qu'en fin de repas.

Shopping

Le Vietnam n'est pas le pays du Sud-est le plus réputé pour y faire du shopping. Hormis dans les grandes villes, on ne trouve pas de grands magasins.
Par ailleurs, comme dans les pays voisins, les gens se lèvent et se couchent relativement tôt, les horaires des administrations et des restaurants s'en ressentent.
Enfin, les marchés demeurent les principaux lieux d'achats.
  • Les magasins
Les petits magasins privés ouvrent généralement de 9h à 19h30 (jusqu'à 21h dans le centre ville de Hô Chi Minh-Ville).

Les administrations sont généralement ouvertes de 8h à 11h30 et de 13h à 16h30.
Les banques affichent des horaires proches, avec des horaires d'ouverture allant de 8h à 11h30 et de 13h30 à 16h, et ce du lundi au vendredi dans la majeure partie du pays. Seules les grandes villes voient leurs banques ouvertes le samedi.

A contrario, les bureaux de poste ouvrent sur une longue plage horaire, de 7h à 20h, et ce 7j/7 la plupart du temps. Les postes centrales de Hanoi et Hô Chi Minh-Ville vont même jusqu'à ouvrir leurs portes de 6h à 22h.
  • Les marchés
Le marché est l'endroit le plus courant pour faire ses emplettes au Vietnam. Il ne faut surtout pas hésiter à s'y aventurer, de préférence le matin.

On en trouve véritablement partout, dans les grandes villes comme dans les zones rurales.
Le marché Binh Tay du quartier de Cholon à Hô Chi Minh-Ville offre une profusion de produits plus divers les uns que les autres et plonge les visiteurs dans une atmosphère chinoise. De nombreuses cantines, installées là, permettent même de déguster divers mets sur place.

Les marchés peuvent également être un lieu de ravitaillement en nourriture pour se préparer un pique-nique frais et exotique avant de partir en excursion.

D'autres doivent justement faire partie intégrante d'une excursion. C'est notamment le cas des marchés flottants du delta du Mékong. Pleins de saveurs et de couleurs, ils sont tout simplement incontournables.


Que rapporter ?
Bien que le Vietnam ne soit pas l'endroit idéal pour les fous de shopping, il bénéficie d'un artisanat plutôt bien développé et digne d'intérêt.

En fait, celui-ci connaît une période de renouveau consécutif aux restrictions imposées par la guerre et l'économie communiste. De même, le tourisme, peu développé avant 1980, encourage la production artisanale qui, au demeurant, présente une qualité satisfaisante.

Quant aux produits eux-mêmes, ils sont assez variés. On trouve aussi bien des céramiques que des vêtements ou des antiquités.

  • Céramiques

La céramique traditionnelle est élaborée à partir d'argile et de kaolin. Les potiers tournent ces matériaux pour produire des objets de la vie courante, tels que les bols de riz. Les meilleures céramiques de ce type proviennent de Bat Trang, près de Hanoi, et de Bien Hoa ou encore de Lai Thieu, près de Hô Chi Minh-Ville.

Des pièces en grès brun sont également communément produites et commercialisées. Théières, tasses à thé et vases font, entre autres, partie de la production.

  • Vêtements

Les tailleurs sur mesure sont encore très répandus au Vietnam. Il est donc tout à fait envisageable de se faire faire un costume traditionnel, tel qu'une tunique ajustée en satin, tenue féminine appelée ao dai. La confection est très rapide (24h) et relativement abordable pour les occidentaux. Il faut d'ailleurs se méfier de prix beaucoup trop alléchants.

On peut également choisir de rapporter du tissu, tout simplement. On en trouve de très beaux quelle que soit la région.

Chaque zone géographique a justement sa spécialité ethnique. On retrouve davantage de tissus chams au Sud et plus d'étoffes des minorités thaïs et hmông au Nord. De même, on peut trouver de la soie brute.

Enfin, le linge de lit, les nappes brodées ou encore les chapeaux coniques traditionnels (non la) sont des souvenirs prisés des touristes.

  • Laques

Si l'art de la laque provient originellement de la Chine, il a été introduit au Vietnam au XVème siècle et demeure très présent aujourd'hui. Aussi, les laques se trouvent facilement et à des prix raisonnables, à peu près partout au Vietnam.

Peins ou en relief, il s'agit d'objets lourds. Mieux vaut donc attendre la fin de son séjour pour se procurer un tableau en laque, à moins de choisir de petits éléments tels que les petites boîtes laquées qui, malgré tout, demeurent de jolis présents.

  • Antiquités
D'une manière générale, le terme "antiquité" se rapporte à des objets conçus de manière traditionnelle, il y a plus de cent ans. Pour le Vietnam, il s'agit le plus souvent de statuettes ou autres pièces d'art cham ou khmer.

Mais ces véritables antiquités ne peuvent sortir du pays sans permission préalable. Il faut donc toujours exiger du vendeur qu'il vous montre le laissez-passer pour l'exportation. Car, dans certains cas, ces antiquités sont le fruit du pillage de sites archéologiques. Enfin, il faut savoir que les douaniers vietnamiens contrôlent de manière drastique l'exportation des antiquités.

Autre mise en garde, on rencontre parfois des « pseudo-antiquités » en provenance de Chine par exemple. Ce qui n'a rien de typique.

Par ailleurs, il est possible de trouver des objets laissés par les colons français : livres, médailles, montres, etc. Enfin, certaines reproductions d'objets antiques sauront satisfaire beaucoup de touristes simplement envieux de rapporter une représentation du pays.

A noter : quoi qu'il en soit, il est conseillé de marchander, excepté dans les magasins d’État.

Sortir

Les noctambules avertis ne se retrouveront pas forcément dans les activités nocturnes proposées au Vietnam.
Les principaux lieux de sortie se résument aux restaurants, bars et quelques discothèques du pays. Et ceux-ci ne ferment pas forcément très tard.

D'ailleurs, les rues se vident peu à peu dès 21h. Il faut savoir que les Vietnamiens sont un peuple de couche-tôt. Leur rythme de vie leur impose, en effet, de se lever tôt, alors qu'il fait encore frais pour travailler.

Par exemple, vous pourrez commencez votre soirée dans un bar vietnamien. Mais ne vous attendez pas à y écouter de la musique rock et à y jouer au billard. Les traditionnels troquets, appelés bia hoi sont de petits établissements où l'on sert de la bière, peu forte mais désaltérante, et des plats très simples ; le tout à des prix dérisoires.

Attention à ne pas confondre les bia hoi avec les bia ôm qui sont, quant à eux, des bars à hôtesses. Mieux vaut être prévenu à l'avance. Il s'agit de lieux tout à fait inscrits dans le mode de vie vietnamien. Les hommes s'y rendent d'ailleurs communément. Toutefois, certains de ces établissements font véritablement office de maisons de passes dans les petites localités. Une mise en garde est donc nécessaire.

Par ailleurs, la cuisine vietnamienne fait l'unanimité auprès des touristes. Des restaurants en tout genre, des plus modestes au plus guindés, existent au Vietnam.
Mais c'est dans les petites structures familiales que vous mangerez de façon plus authentique et surtout pour des sommes modiques.

 Les grandes villes proposent, par ailleurs des cuisines du monde entier, y compris de la gastronomie française. Toutefois, manger dans un restaurant français au Vietnam ne présente pas grand intérêt et s'avère beaucoup moins abordable. Quoi qu'il en soit, aller au restaurant fait véritablement partie des sorties à expérimenter au Vietnam.

Sinon, il est vrai que les grands pôles touristiques et stations balnéaires, tels que  Nha Trang, dispensent davantage d'établissements de nuit mais, le plus souvent, à l'occidentale. Ils sont généralement établis au sein de grands complexes hôteliers. Surtout fréquentés par les touristes, ils attirent tout de même quelques Vietnamiens le samedi soir.

Sports

On ne vient pas forcément au Vietnam pour pratiquer une activité sportive quelle qu'elle soit, mais davantage pour le paysage ou tout simplement pour se plonger dans la culture sud asiatique. Toutefois, quelques pratiques sont à privilégier lors d'un séjour dans le pays.

La randonnée
Le trekking se développe de plus en plus au Vietnam. On en propose notamment dans la région de Sapa, ville située à 380 km au Nord-ouest de Hanoi.
De même les parcs nationaux sont des terrains de randonnée particulièrement intéressants. C'est notamment le cas de trois parcs nationaux du Centre : Nam Cat Tien, Yok Don et Bach Ma, situés de part et d'autre du Centre du Vietnam.

La plongée
La plongée sous-marine attire certains touristes au Vietnam. Mais attention, cette activité ne peut pas se pratiquer dans toutes les mers du pays. Les eaux boueuses du delta du Mékong ne s'y prêtent pas. Les plages de Nha Trang et les environs, de même que le littoral de l'île de Phu Quoc constituent les deux spots principaux de plongée au Vietnam.
Des établissements de plongée sont d'ailleurs en train de se développer sur Phu Quoc.

Carte Viêtnam

Latitude : 14.06 - Longitude : 108.28

Points d'interets les plus remarquables

Viêtnam, les articles à lire

Viêtnam, les plus belles photos

Réserver vos vacances

Recherche d'hôtel

Ville

Arrivée

Départ

Booking.com

Magazine