Soldes d'été 2015 : Jour-J ! Les commerçants vont-ils jouer le jeu ?

Soldes d'été 2015 : Jour-J ! Les commerçants vont-ils jouer le jeu ? SOLDES 2015 - On s'attend à ce que les soldes d'été 2015 créent réellement l'événement. Exit les soldes flottantes lancées en 2009. C'est la première fois cette année que les soldes reviennent dans leur ancienne formule. Suffisant ?

[Mis à jour le 24 juin 2015 à 11h55] Les soldes d'été 2015, c'est parti ! A parti de ce mercredi 24 juin et jusqu'au 4 août 2015 inclus, les commerçants ont exceptionnellement le droit de vendre à perte en France. Et il n'y a désormais que pendant les soldes que de tels rabais sont possibles. Après une loi de 2009 qui visait à assouplir le dispositif, provoquant la création des "soldes flottants" (autrement dit des soldes pouvant avoir lieu toute l'année ou presque), le gouvernement de François Hollande a décidé de revenir à la situation initiale : soit deux périodes de soldes, l'une en hiver et l'une en été, clairement déterminées et délimitées.

En contrepartie, les soldes sont passés de 5 à 6 semaines. Et on espère que l'opération ressuscitera un certain engouement perdu depuis la première réforme, il y a six ans. Jugés illisibles, les soldes flottants avaient semé la confusion chez les consommateurs et provoquaient la grogne de certains commerçants, jugeant le dispositif plus lourd. Selon un récent sondage de l'Ifop, cet engouement pour les soldes 2015 nouvelle version (ou ancienne) sera cependant limité, période de crise et de tensions sur le pouvoir d'achat oblige. Seuls 60 % des personnes interrogées envisagent de se rendre dans les magasins durant les dates des soldes d'été, un chiffre en très forte baisse sur les douze derniers mois.

EN VIDEO - L'intérêt des soldes est chaque année débattu.

Chargement de votre vidéo
""J'achète (ou pas)" : les soldes d'été ont-elles encore un intérêt ?"

Soldes 2015 : les commerçants mécontents

Les professionnels eux-mêmes restent sceptiques sur l'organisation des soldes 2015. Parmi eux, la Fédération française du prêt-à-porter féminin (FFPAPF), par la voix de son président Daniel Wertel, estime que la période des soldes d'été notamment n'est pas adaptée à celle de la "durée de vie des produits". En somme, il faudrait que les soldes se tiennent un mois plus tard et durent moins longtemps.

Selon lui, la météo fluctuante du printemps et les ponts du mois de mai ont provoqué des achats tardifs des consommateurs pour préparer leur été. Les soldes arrivent donc alors que la saison a à peine commencé. Daniel Wertel juge que les commerçants n'ont eu ainsi que trois semaines pour écouler leurs collections avant de les "brader". Pire encore : voyant les sodes approcher, les clients ont suspendu massivement leurs achats pour attendre les bonnes affaires. D'autres, notamment chez les indépendants, condamnent un système qui n'a plus réellement de valeur quand des promotions fleurissent tout au long de l'année.

De quoi s'interroger sur la réelle volonté des commerçants à participer aux soldes et à proposer les meilleurs prix. Lors des premiers soldes de 2015, en janvier, le bilan avait été plus que mitigé. L'institut Toluna estimait une perte de revenus pour les commerçants de 16 %  par rapport à 2014. Après les cinq premières semaines, on constatait à la fois une baisse de la fréquentation et une baisse de la consommation. L'institut Toluna avait mesuré une proportion de Français attirés par les soldes à moins de 79 % contre près de 84 % l'année précédente, le tout avec un budget moyen de 204 euros, en forte baisse. Ces soldes "moroses" étaient toutefois liés aux attentats intervenus à Paris les 7, 8 et 9 janvier, semaine stratégique pour les achats.