DIRECT. Coronavirus en France : derrière la baisse, des inquiétudes

Chargement de votre vidéo
"DIRECT. Coronavirus en France : derrière la baisse, des inquiétudes"

DIRECT. Coronavirus en France : derrière la baisse, des inquiétudes CORONAVIRUS. Pour le huitième jour consécutif, le nombre de patients atteints du coronavirus en réanimation est en baisse. Le Premier ministre appelle à ne pas relâcher les gestes barrières face à l'épidémie et surtout, à poursuivre la campagne de vaccination.

Les infos Covid du mercredi 12 mai

  • Conférence de presse de Gabriel Attal, que faut-il retenir ? Le taux d'incidence a baissé globalement de 20% en une semaine. Toutefois, la circulation du virus reste préoccupante en particulier dans les Hauts-de-France et en Île-de-France. La situation de la Guyane inquiète particulièrement les autorités, avec un doublement du taux d'incidence et du nombre de personnes hospitalisées en un mois. "Le préfet discute pour que des mesures supplémentaires soient prises" en Guyane, a déclaré Gabriel Attal.
  • Le nombre de patients actuellement en réanimation est passé sous la barre des 4800 patients, un indicateur que les autorités sanitaires suivent de près, en baisse depuis huit jours consécutifs. Mais pour le Pr Michel Carles, chef du service d'infectiologie de Nice, "appelle à l'humilité" face au virus dans Nice Matin, car par exemple, "on ne sait pas l’expliquer de façon définitive" pourquoi le coronavirus a reculé énormément dans le département des Alpes-Maritimes. Selon lui, "un virus est un organisme, influencé par de nombreuses conditions extérieures. Mais, on s’aperçoit que dès qu’on lui laisse la possibilité de circuler, il repart."
  • Après un premier vote contre le pass sanitaire en début de soirée mardi, les députés ont finalement validé dans la nuit de mardi à mercredi la mise en place de cette disposition, par 208 voix contre 85. Pour remporter l'aval des députés, la majorité a fait une concession de calendrier : le pass sanitaire sera mis en place du 9 juin à fin septembre, et pas jusque fin octobre. Ce document conditionnera les voyages à l'étranger ainsi que l'accès à de gros évènements en termes de jauge.
  • Invité sur France 2, le Premier ministre Jean Castex a affirmé qu'il serait possible de se faire vacciner sur son lieu de vacances et a rappelé que de nombreux centres de vaccination restent ouverts lors du pont de l'Ascension, aussi afin de ne pas perdre de dose. Il affirme "tout faire" pour atteindre l'objectif de 20 millions de Français vaccinés d'ici lundi, en vue de la deuxième étape du déconfinement le mercredi suivant.
Lire aussi

Consultez les chiffres du coronavirus dans votre commune

Nouveaux cas de Covid, taux de positivité des tests, part de la population testée... Linternaute vous propose de consulter gratuitement les données sur l'évolution de l'épidémie dans votre commune. Lire

En direct

17:45 - Les anticorps toujours présents huit mois après l'infection

"La présence des anticorps, bien qu’elle se réduise dans le temps, s’avère très persistante : huit mois après le diagnostic" conclut une étude menée par l'hôpital de San Raffaele de Milan et l’Institut supérieur de la Santé (ISS) publié ce mardi dans Nature Communications. Le constat sonne comme une bonne nouvelle d'autant plus que la résistance des anticorps s'observe "indépendamment de la gravité de la maladie, de l’âge des patients ou de la présence d’autres pathologies". L'étude a été menée sur 162 personnes infectées par le virus lors de la première vague du Covid-19 à Milan.

17:38 - Le directeur de l'ARS du Loiret rappelle l'importance des gestes barrières

Pour Laurent Habert, directeur de l'Agence régionale de santé de Centre-Val de Loire, interviewé par Francebleu : "Il ne faut jamais hésiter à se faire tester, que ce soit dans un laboratoire, dans une pharmacie(...). Et ce, même si vous avez reçu les deux doses de vaccin : cela protège contre les formes graves de la maladie, ça ne protège pas contre le fait d'attraper la Covid et donc il faut aussi continuer à respecter les gestes barrières."

17:21 - Où en est l'épidémie dans le Rhône ? Les derniers chiffres

Dans le Rhône, les derniers chiffres mentionnent 828 patients hospitalisés pour coronavirus, dont 33 nouveaux admis dans les dernières 24 heures. 213 malades sont en réanimation, avec 10 nouvelles entrées dans la journée. Le taux d'occupation des lits de réanimation au 11 mai 2021, à l'échelle régionale, était de 93,4%. Le taux de positivité des tests (5,9%) tout comme le taux d'incidence (219 pour 100 000 habitants) étaient en baisse à la date du 8 mai. 3058 personnes sont mortes du coronavirus depuis le début de l'épidémie dans le département, dont 4 décès dans les dernières 24 heures.

17:04 - Qui sont les médiateurs de lutte anti-COVID de la Croix-Rouge ?

Présents sur le terrain, les médiateurs de lutte anti-COVID de la Croix-Rouge se rendent directement auprès de la population, que ce soit dans des entreprises, des collectivités, sur le marché... Mandatés par l'ARS, ils sont sollicités pour aller "sur le front" à la rencontre des habitants, pour leur proposer un dépistage par exemple. À Carentoir, un de ces médiateurs précise auprès d'un site d'information breton : “On n’est pas là pour juger, mais pour permettre de casser les chaînes de contamination et freiner l’épidémie...”

16:49 - Situation sanitaire dans les Yvelines : on fait le point

Selon le dernier bilan du Covid en Yvelines daté du 11 mai 2021, le nombre de personnes hospitalisées est de 515 patients, avec 22 nouveaux admis dans les dernières 24 heures. 96 malades sont en réanimation, avec 4 nouvelles entrées dans la journée. Le taux d'occupation des lits de réanimation au niveau régional reste au-dessus des capacités habituelles, il s'élève à 127,2%. Le taux de positivité des tests, mesuré à la date du 8 mai 2021, était en baisse, (6,9%) tandis que le taux d'incidence monte à 234,7 cas pour 100 000 habitants. 1753 personnes sont décédées du Covid-19 depuis le début de l'épidémie dans le département, dont 2 au cours des dernières 24 heures.

16:40 - Témoignage : cet homme a contracté deux fois le Covid

Dans un article de Ouest France, un sexagénaire raconte son parcours avec le coronavirus. Après l'avoir contracté une première fois au début de l'épidémie, il a reçu une première dose de vaccin au printemps. Cela ne l'a pas empêché d'attraper une deuxième fois le Covid-19, sous la forme du variant anglais cette fois. Au quotidien, il raconte l'évolution de la maladie lors de la deuxième infection, après l'apparition des premières symptômes de douleur à la gorge et de fièvre : "Mon médecin m’a mis sous anticoagulant, un infirmier me suivait tous les matins. On m’a prescrit des corticoïdes. Comme mon taux d’oxygénation était descendu à 88 % le vendredi, j’ai eu un apport d’oxygène avec un appareil, à domicile, pendant une semaine. Si mon état ne s’améliorait pas, l’étape suivante, c’était l’hospitalisation. (...) Si je n’avais pas reçu ma première injection, j’aurais peut-être développé une forme plus grave et fini à l’hôpital. Mais un rappel vaccinal me sera peut-être prescrit dans quelques mois."

16:17 - "La décrue se poursuit à l'hôpital"

"La décrue se poursuit à l'hôpital", a déclaré le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal. "Le taux d'incidence est inférieur à 200 [pour 100 000 habitants], notamment en PACA où il a reculé de plus d'un tiers cette semaine. En une semaine le taux d'incidence a diminué de 20%, près de 3 500 patients ont quitté l'hôpital ces trois derniers jours, nous sommes repassés en dessous de nos capacités théoriques maximales."

15:25 - Situation sanitaire en Guyane : inquiétude du gouvernement

Lors de sa conférence de presse, Gabriel Attal a sonné l'alerte au sujet de la Guyane, dont la situation inquiète les autorités sanitaires. Selon le dernier bilan du Covid en Guyane daté du 11 mai 2021, le nombre de personnes hospitalisées est de 92 patients, avec 11 nouveaux admis au cours des dernières 24 heures. 24 malades sont en réanimation, avec 4 nouvelles entrées dans la journée. Le taux de positivité des tests, mesuré à la date du 8 mai 2021, était de 10,3%, et le taux d'incidence était de 318,6 cas pour 100 000 habitants, en hausse.

15:05 - Épidémie du coronavirus : un rapport sans concession (2/2)

Voici un extrait du rapport des experts indépendants : "Il est clair que la combinaison de mauvais choix stratégiques, d’un manque de volonté de s’attaquer aux inégalités et d’un système manquant de coordination a créé un cocktail toxique qui a permis à la pandémie de se transformer en une crise humaine catastrophique". Selon Helen Clark, coprésidente du panel d'experts et ex-Première ministre de Nouvelle-Zélande, "il y a eu clairement des retards en Chine, mais il y a eu des retards partout".

14:50 - Épidémie du coronavirus : un rapport sans concession (1/2)

Le rapport qui vient d'être publié par des experts mandatés par l'Organisation mondiale de la santé ne cible pas de coupable en particulier, mais incrimine plutôt "une myriade d’échecs, de lacunes et de retards dans la préparation et la réponse", pour reprendre les termes d'Ellen Johnson Sirleaf, une des coprésidentes du panel d'experts et ancienne présidente du Libéria, lors d'une conférence de presse.

14:38 - Des experts mandatés par l'OMS estiment que la pandémie "aurait pu être évitée"

Dans un rapport intitulé "Covid-19: Make it the Last Pandemic" (Covid-19 : faisons en sorte que ce soit la dernière pandémie), un groupe indépendants de chercheurs mandatés par l'Organisation mondiale de la santé met en évidence le manque de préparation et de réaction des autorités face au début de cette épidémie, face à un virus "qui va plus vite que sa surveillance et le système l'alerte". Ces experts qualifient la pandémie du Covid-19 de "Tchernobyl du XXIème siècle" et estiment qu'elle "aurait pu être évitée".

14:33 - La situation se dégrade en Guyane, inquiétude du gouvernement

En un mois, le nombre de patients hospitalisés pour cause de coronavirus a doublé sur le territoire, de même que le taux d'incidence. Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, a déclaré que "le préfet discute pour que des mesures supplémentaires soient prises" en Guyane.

14:28 - "En une semaine le taux d'incidence a baissé de 20%"

Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, vient de déclarer en conférence de presse : "En une semaine le taux d'incidence a diminué de 20%, près de 3 500 patients ont quitté l'hôpital ces trois derniers jours, nous sommes repassés en dessous de nos capacités théoriques maximales."

14:23 - Epidémie dans les départements d'outre-mer, quelles mesures ?

Actuellement, pour se rendre dans les départements d'outre-mer depuis la métropole française, il faut avoir un "motif impérieux". Ces restrictions ont pour objectif de limiter la propagation de l'épidémie du coronavirus, le temps que la campagne vaccinale ait progressé suffisamment. Sur la chaîne 1ère Franceinfo, le ministre des Outre-Mer Sébastien Lecornu a déclaré que le retour des touristes ne serait pas possible tant que l'immunité collective ne serait pas acquise, et a précisé : "Nous travaillons à l'élaboration d'un protocole sanitaire pour la levée des motifs impérieux prochainement, mais pour le moment compte tenu de la vaccination, ce n'est pas possible".

14:06 - Epidémie en Ille-et-Vilaine, on fait le point sur les chiffres

Selon le dernier bilan du Covid en Ille-et-Vilaine daté du 11 mai 2021, le nombre de personnes hospitalisées est de 362 patients, avec 19 nouveaux patients en 24h, et en comptant les 44 malades du service de réanimation et soins intensifs. Les lits de réanimation étaient occupés environ de moitié au niveau régional (56,2%). Le taux de positivité des tests, mesuré à la date du 8 mai 2021, était en baisse, à 5,6% alors que le taux d'incidence se stabilise à 163,0 cas pour 100 000 habitants. 678 personnes sont décédées du Covid-19 dans le département au total, dont 2 décès ces dernières 24 heures.

13:17 - 27% de la population française vaccinée contre le Covid-19

Point clé de la lutte contre l'épidémie du Covid-19, la vaccination avance à des rythmes différents d'un pays à l'autre. En France, selon le site Sortir à Paris, 27% de la population globale est vaccinée, soit un peu plus de 18 millions de personnes. À titre de comparaison, Israël a vacciné 63% de sa population, le Royaume-Uni 53%, les Etats-Unis 46% et l'Allemagne 33%.

12:57 - Le rendez-vous manqué des plus de 55 ans avec AstraZeneca

Tandis que le gouvernement, le Premier ministre en tête, tentent de rassurer les Français éligibles quant à la vaccination par le vaccin AstraZeneca, sur le terrain, la méfiance reste problématique pour les médecins généralistes. Pour le moment, et jusqu'au 28 juin (date à laquelle ils devraient recevoir les premiers flacons de vaccin Moderna), ils ne peuvent proposer que ce vaccin à leurs patients. Toutefois, un article de l'Alsace, deux médecins généralistes expliquent avoir du mal à écluser leurs doses.

12:31 - Epidémie de coronavirus : amélioration en Occitanie

Les indicateurs se sont nettement améliorés dans la région d'Occitanie. Mardi soir, avec 1471 hospitalisations, la région enregistre une baisse de 122 patients à l'hôpital. Même constat dans les services de réanimation, avec 302 patients, soit 21 personnes de moins qu'il y a quatre jours. Le taux d'incidence dans la région a baissé de 32% en une semaine, avec même trois départements en-dessous de 100 cas pour 100 000 habitants : le Gers, le Lot et les Hautes-Pyrénées. Le taux de positivité des tests a également été divisé par deux en une semaine, se situant actuellement à 4% en Occitanie, soit moins que la moyenne nationale.

12:13 - Immunité collective : qu'est-ce que c'est et comment l'atteindre ?

L'institut Pasteur définit l'immunité collective comme "le pourcentage d'une population donnée qui est immunisée/protégée contre une infection à partir duquel un sujet infecté introduit dans cette population va transmettre le pathogène à moins d'une personne en moyenne, amenant de fait l'épidémie à l'extinction, car le pathogène rencontre trop de sujets protégés. Cette immunité de groupe, ou collective, peut être obtenue par l'infection naturelle ou par la vaccination (s'il existe un vaccin bien entendu)." Du fait de la contagiosité du coronavirus, et de l'apparition de variants, le conseil scientifique estime que cette immunité collective serait atteinte si au moins 75% de la population française était immunisée contre le Covid-19, soit en ayant contracté le virus, soit par la vaccination. C'est la raison principale à l'éventuelle future autorisation de vacciner les enfants.

11:58 - Pourquoi le conseil scientifique envisage-t-il la vaccination des mineurs ?

Après les Etats-Unis en début de semaine, l'Europe donnera-t-elle aussi l'autorisation de vacciner les mineurs ? Le conseil scientifique estime que sans vacciner cette population, "un déficit de près de 7 millions de personnes par rapport à l'objectif de 51 millions" de personnes immunisées en France pourrait être observé. La vaccination des mineurs pourrait être indispensable pour atteindre l'immunité collective. Pour mieux comprendre ces enjeux, linternaute y a dédié un article détaillé.

LIRE PLUS

Cas, morts... Dernier bilan du Covid en France

Le dernier bilan du coronavirus en France, daté de ce mardi 11 mai, semble prolonger la tendance positive. 19 791 nouveaux cas ont été confirmés en 24 heures, soit 16 499 de plus qu'hier (toujours très faible le lundi) et 4 580 de moins que mardi dernier. La moyenne 7 jours passe à 17 113 cas contre 17 767 hier, soit 3 753,28 de moins que la semaine dernière. Du côté des décès, 251 sont à déplorer ce lundi (hors Ehpad), soit 56 de moins qu'hier et 7 de moins que mardi dernier. 1 239 malades ont été admis à l'hôpital en 24h, soit 114 de plus que la veille et 352 de moins comparé à mardi dernier. Enfin, 285 admissions sont à déplorer en réanimation, soit 20 de plus qu'hier et 70 de moins que mardi dernier. Retrouvez la liste détaillée ci-dessous : 

  • 5 800 170 cas confirmés par PCR (Ehpad compris), soit 19 791 de plus
  • 106 935 décès au total (Ehpad compris), soit 251 de plus 
  • 80 628 décès à l'hôpital, soit 236 de plus 
  • 26 307 décès en Ehpad, soit 15 de plus depuis vendredi 
  • 25 028 personnes actuellement hospitalisées, soit 638 de moins 
  • 4743 personnes actuellement en réanimation, soit 127 de moins 
  • 1239 nouveaux admis à l'hôpital (+114) et 285 en réanimation (+20) 
  • 353 370 personnes sorties de l'hôpital, soit 1575 de plus 
  • Taux de positivité des tests : 5,4%, soit 0,04 point de moins 
  • Taux d'incidence : 183,92 cas/100 000, soit 0,87 point de plu

Quelle est l'évolution du coronavirus en France ?

Santé publique France a publié dans la soirée du jeudi 6 mai son dernier point épidémiologique hebdomadaire sur l'épidémie de coronavirus dans le pays pour la semaine 17 (du 26 avril au 2 mai 2021). Ces points, plus détaillés que les bilans quotidiens délivrés tous les soirs, éclairent chaque semaine un peu plus sur la situation sanitaire dans le pays. En résumé, on note une poursuite de la baisse des indicateurs et de la pression hospitalière. Santé publique France insiste malgré tout sur la prudence à observer à la lecture de ces chiffres, alors qu'a débuté la levée des restrictions. Découvrez ce qu'il faut retenir de ce point épidémiologique :

  • La circulation du Covid-19 continue de diminuer en France. Les deux indicateurs naturellement retenus sont en diminution d'une semaine à l'autre. En S17, le taux de positivité des tests était de 7,4% (-2,5 points par rapport à S16) et le taux d'incidence faisait état de 241 cas de contaminations pour 100 000 habitants (302/100 000 en S16, soit -20%). De fortes disparités territoriales subsistent encore néanmoins, avec encore plusieurs départements encore au-dessus du seuil de 250 cas pour 100 000 habitants, dont certains encore au-dessus de 300.
  • La pression hospitalière est également en baisse, avec 10 748 nouvelles admissions à l'hôpital en semaine 17, contre 12 397 en semaine 16. En réanimation, on note également une baisse, après une stabilisation en S16. 1 678 nouveaux patients ont intégré ces services en S17, contre 1 996 en S16, soit -16%. Après une hausse la semaine passée, le nombre de décès à l'hôpital et en ESMS est en diminution.
  • La situation reste fragile. Santé publique France insiste sur la nécessité de maintenir une forte vigilance aux mesures de prévention, malgré ces baisses, alors qu'a débuté le déconfinement. "L’épidémie reste à un niveau toujours élevé, supérieur à celui observé une semaine avant la levée du deuxième confinement", note par exemple SPF, qui alerte également sur le besoin d'une accélération de la vaccination.
  • En milieu scolaire, la réouverture des écoles maternelles et primaires le 26 avril a eu un impact à la hausse sur le nombre de cas ayant fréquenté le milieu scolaire, ainsi que sur le nombre de contacts à risque chez les moins de 10 ans, explique Santé publique France. Cela se ressent dans la baisse du taux d'incidence chez les 0-14 ans, qui reste la plus faible si l'on se penche sur les classes d'âges, avec -6%. En comparaison, chez les 65-74 ans, cette baisse se situe autour des -24%.
  • Concernant les variants, si la souche d'origine britannique continue de circuler avec intensité et confirme une fois de plus son caractère majoritaire sur la souche originelle, les variants sud-africain et brésilien n'explosent toujours pas en France. En témoignent les suspicions de contaminations parmi les tests criblés en semaine 17, qui stagne autour de 5%, comme en semaine 16.

Carte du coronavirus en France

Suivez l'évolution du coronavirus dans votre commune grâce à la carte ci-dessous. Cliquez sur un département pour afficher la liste des communes. Retrouvez aussi tous les détails sur cette cartographie et le point complet par ville et par département dans notre article sur la carte du Covid en France

Cliquez sur un département pour consulter la liste de ses villes.

Depuis la mi-octobre, Santé publique France communique les données d'incidence (nombre de cas pour 100 000 habitants) à l'échelle des communes. Les chiffres sont à ce stade communiqués selon une échelle (10 , 20, 50, 150, 250, 500, 1000 cas pour 100 000 habitants). Les données sont exprimées sur une semaine glissante, ce qui signifie qu'elles sont calculés un jour J à partir des tests réalisés entre 3 et 9 jours précédemment. Pour accéder aux informations relatives au coronavirus dans votre commune, saisissez son nom dans le moteur de recherche ou cliquez sur son département d'appartenance dans la carte ci-dessous.

Pour rappel, le taux d'incidence correspond au nombre de nouveaux cas de Covid-19 sur une période d'une semaine, par rapport à la population totale d'un territoire (pays, région, département ou commune). Cet indicateur s'exprime généralement en nombre de cas pour 100 000 habitants. Le taux de dépistage donne quant à lui le nombre de personnes ayant réalisé un test de dépistage du coronavirus sur le nombre total d'habitants,  au cours de la période. Il est lui aussi exprimé le plus souvent sur 100 000 habitants. Enfin, le taux de positivité des tests livre le pourcentage de tests positifs au coronavirus, rapporté au nombre total de tests effectués sur la période.

Coronavirus