DIRECT. Coronavirus en France : l'épidémie progresse encore, le point par région

Chargement de votre vidéo
"DIRECT. Coronavirus en France : l'épidémie progresse encore, le point par région"

DIRECT. Coronavirus en France : l'épidémie progresse encore, le point par région CORONAVIRUS. 12 301 nouveaux cas de Covid-19 ont été confirmés en France cette semaine. Des chiffres toujours en hausse, qui ont poussé les autorités à réagir en imposant notamment le port du masque en extérieur dans certaines villes.

La progression du coronavirus en France continue. Cette semaine, 12 301 nouveaux cas ont été confirmés, confirmant la reprise épidémique constatée ces derniers jours sur le territoire. Face à ce rebond, le gouvernement a pris plusieurs mesures, plaidant notamment pour une généralisation du port du masque, même en extérieur, dans plusieurs grandes villes de France.

Les autorités sanitaires craignent un retour à un système de santé "sous tension" et Jean Castex, le Premier ministre, somme les Français de "se ressaisir" pour éviter une seconde vague qui semble se préciser. Toutefois, ces dernières vingt-quatre heure, dans son dernier bilan, Santé publique France souligne que le nombre de nouvelles admissions en service de réanimation est en légère baisse, tout comme le nombre de nouveaux clusters identifiés. Le coronavirus a fait 17 nouvelles victimes.

Mardi, à l'issue d'un conseil de défense, Jean Castex annonce un durcissement des mesures et du contrôle de l'application des mesures pour lutter contre la recrudescence de cas de coronavirus. Voici ce qu'il faut retenir des annonces du Premier ministre : 

  • Port du masque : Jean Castex annonce qu'il va "demander aux préfets de se rapprocher des élus locaux pour étendre le plus possible l'obligation du port du masque dans les espaces publics".
  • Rassemblements : le Premier ministre annonce que la reprise des rassemblements de plus de 5 000 personnes, interdits à l'origine jusqu'au 1er septembre, sera repoussée au 30 octobre, avec toutefois une "possibilité pour les préfets d'y déroger sous respect de vérification du strict respect des protocoles sanitaires".
  • Contrôles renforcés : le locataire de Matignon promet que "les actions de contrôle pour nous assurer de l'effectivité des dispositions" prises pour lutter contre la pandémie seront "intensifiées". Chaque préfet devra respecter un "plan de contrôle ciblé" qui "conduira à verbaliser les manquements quand ils seront constatés."
  • Tests : la dernière annonce de Jean Castex concerne une amélioration de l'accès au tests, "notamment pour les personnes présentant des symptômes de la maladie." "Nous allons également améliorer nos capacités de tests pour tous les territoires ou toutes les populations à risque spécifique au-delà des seuls clusters", ajoute-t-il.

Quelle est l'évolution du coronavirus en France ? Les chiffres

La Direction générale de la Santé l'a confirmé dans son dernier communiqué, la circulation du coronavirus demeure "soutenue" en France. Pour la cinquième semaine consécutive, le nombre de cas quotidiens est en hausse, et 11 633 nouveaux cas ont été confirmés en France en semaine 33 (du 03 au 09 août 2020). Sur cette même semaine, le taux d'incidence a grimpé à +42%, et le taux d'incidence chez les jeunes (25-35 ans) connaît une augmentation particulièrement marquée. 19 départements ont été classés en situation de vulnérabilité modéré. Les indicateurs sont en forte progression en Ile-de-France et en Provence-Alpes Côte d'Azur. Face à ces indicateurs inquiétants d'une reprise de l'épidémie de Covid-19, le corps médical exhorte les Français à réagir au plus vite en cette période estivale, propice aux rassemblements et rappelle l'importance des gestes barrières et du maître mot : "tester, tracer, isoler". Voici les chiffres clés à retenir dans le nouveau bilan hebdomadaire du 13 août 2020 :

  • Le coronavirus se propage de plus en plus en France. Plusieurs indicateurs augmentent entre les semaines 31 et 32 : le nombre de nouveaux cas confirmés de Covid-19 (11 633 soit +39%), le taux de positivité des tests (2,2% contre 1,6%) et l'incidence des cas (le taux d'incidence national est de 17,3/100 000 habitants ; 33 départements ont un taux d'incidence supérieur à 10/100 000 en S32). En S32, le taux de dépistage est en augmentation de 1,7%, avec 796/100 000 habitants (soit 606 487 tests effectués). Par ailleurs, Santé publique France explique que les personnes asymptomatiques représentaient 77% des personnes testées en S32 et étaient en légère augmentation par rapport à S31 (+6%). Enfin, le nombre de cas a augmenté dans l’ensemble des classes d’âge, mais l’augmentation est plus importante chez les 15-44 ans indique Santé publique France.
  • Le coronavirus est particulièrement actif dans 33 départements de l'Hexagone, avec des taux d'incidence supérieurs à 10 cas sur 100 000 habitants en S32 : le taux d'incidence le plus élevé est celui de Paris (62/100 000 habitants ; 46,2/100 000 habitants hors tests aux aéroports). Les taux des autres départements sont les suivants (taux pour 100 000 h) : Bouches-du-Rhône (47), Seine-Saint-Denis (34), Hauts-de-Seine (33), Val-de-Marne (33), Sarthe (32), Alpes-Maritimes(31), Haute-Garonne (30), Yvelines (28), Essonne (28), Val-d’Oise (28), Mayenne (27), Nord (24), Haute-Savoie (23), Var (22), Meurthe-et-Moselle (21), Loiret (20), Seine-et Marne (19), Ille-et-Vilaine (17), Vaucluse (16), Gard(16), Hérault (15), Rhône (13), Loire-Atlantique (13), Moselle (12), Alpes-de-Haute-Provence (12), Haute-Saône (12), Oise (11), Eure-et-Loir(11),Savoie (11), Hautes-Alpes (11), Morbihan (10), et Ain (10).
  • Le nombre de reproduction est aussi en hausse. Le "R effectif" (nombre moyen de personnes infectées par un cas) est de 1,33 selon Santé publique France. Une estimation stable par rapport à la semaine passée. Les R effectifs régionaux sont "significativement supérieurs à 1" dans plusieurs régions : en Ile-de-France, Occitanie et Provence-Alpes-Côte d’Azur.
  • La tendance hebdomadaire à la hausse des clusters depuis juillet s’est accentuée, avec 112 clusters signalés en S32. Au total 746 clusters (94% en métropole) ont été signalés : 227 (30%) en cours d’investigation dont 64 (28%) en criticité élevée (potentiel de transmission, critères de gravité), 9% sont maîtrisés, 61% sont clôturés et 0,3% ont impliqué une diffusion communautaire. Parmi les 746 clusters, le milieu familial élargi (plusieurs foyers) et les événements publics/privés rassemblant de manière temporaire des personnes restent parmi les types de collectivités les plus représentés (23%), avec les établissements de santé (ES) (16%) et les entreprises hors ES (24%).
  • Les taux hebdomadaires de décès (pour 100 000 habitants) restent stables entre les semaines 31 et 32 dans toutes les régions.

Carte. Où sont situés les nouveaux cas de coronavirus en France ?

Santé Publique France est attentif à un indicateur qui permet de suivre l'évolution du Covid-19 en France : le taux d'incidence. Plus solide que le taux de positivité des tests qui donne un aperçu à un instant T, ce taux représente le nombre de nouveaux cas de coronavirus diagnostiqués par test PCR "survenus sur les 7 derniers jours dont les données sont consolidées", rapporté au nombre d’habitants. Le seuil d'alerte a été fixé à 50 pour 100 000 habitants. L’incidence hebdomadaire atteint les 9 cas / 100 000 habitants, selon le bilan du mardi 28 juillet. La carte ci-dessous rend compte de la situation dans tous les départements français.

Lire aussi

En direct

19:01 - Les infos du jour

FIN DU DIRECT - C'est la fin de cette journée de direct consacré à la pandémie de coronavirus en France. Voici les informations à retenir de ce vendredi 14 août :

  • Cette semaine, 12 301 nouveaux cas ont été confirmés, confirmant la reprise épidémique constatée ces derniers jours sur le territoire.
  • Le Royaume-Uni impose une quarantaine à partir de samedi aux voyageurs venant de France.
  • Paris et des Bouches-du-Rhône en zone de circulation active du virus
  • Pour Jérôme Salomon, "on peut freiner l'épidémie et mettre fin à des clusters à risque (...) Les indicateurs sont mauvais, les signaux sont préoccupants et la situation se dégrade. Mais il n'y a pas de fatalité. Le sort de l'épidémie (de Covid-19) est entre nos mains".

18:06 - Valentin Lavillenie positif au Covid-19

Ce vendredi, le perchiste français Valentin Lavillenie a annoncé avoir été testé positif au Covid-19, et qu'il ne participerait donc pas au meeting Ligue de diamant de Monaco dans la soirée. "Mon test Covid-19 effectué dans le cadre du protocole du meeting s’est révélé positif, je suis actuellement asymptomatique. Malheureusement je dois donc déclarer forfait pour la compétition de ce soir au stade Louis II", a écrit sur son compte Instagram le finaliste des derniers Mondiaux en 2019 à Doha et frère cadet (29 ans) de Renaud Lavillenie.

15:08 - Une rentrée masquée pour les entreprises ?

Selon le dernier bulletin hebdomadaire publié par Santé publique France, 24% des clusters détectés en France le sont dans des entreprises (hors établissements de santé). Face à ces chiffres, nombreux sont les spécialistes à prôner l'obligation du port du masque en entreprise. En juin dernier, le gouvernement avait détaillé son protocole sanitaire dans les entreprises, qui n'est pas suffisant selon le médecin épidémiologiste et président de Public Health, Martin Blachier, interrogé sur Europe 1. "Il faut rendre le port du masque obligatoire dans les entreprises et le plus rapidement possible, même si la distanciation physique est respectée", a-t-il déclaré.

13:16 - Deux centres de loisirs fermés à Bourg-la-Reine

Selon le site Actu.fr, la municipalité a annoncé ce jeudi 13 août 2020, la fermeture de deux centres de loisirs à Bourg-la-Reine, dans les Hauts-de-Seine après la détection de quatre cas de Covid-19 parmi le personnel encadrant. "La cellule de crise, mise en place par la Ville dès l’apparition des premiers symptômes, a géré cette situation en étroite collaboration avec l’Agence Régionale de Santé", a déclaré le maire de la ville dans un communiqué, ajoutant que les adultes et enfants ayant été en contact avec des personnes testées positives ont été placés en quatorzaine.

12:09 - "Il n'y a pas de fatalité", selon Jérôme Salomon

Selon le dernier bulletin de Santé publique France, les indicateurs continuent "de se dégrader" et la transmission du virus "s'accentue", "plus particulièrement" chez les jeunes. Mais pour le numéro deux du ministère de la Santé, Jérôme Salomon, "on peut freiner l'épidémie et mettre fin à des clusters à risque (...) Les indicateurs sont mauvais, les signaux sont préoccupants et la situation se dégrade. Mais il n'y a pas de fatalité. Le sort de l'épidémie (de Covid-19) est entre nos mains", assure-t-il à l'AFP, citant l'exemple de la Mayenne, qui inquiétait les autorités mais qui a su réagir. "Les Mayennais se sont mobilisés, ont observé l'ensemble des gestes barrières, ont accepté de se faire tester massivement: ça a marché!", a-t-il indiqué.

11:53 - 17 pays à la liste des tests exigés à l'entrée en France

Dans le décret publié au Journal officiel ce vendredi 14 août, 17 pays ont été ajoutés à la liste des pays en provenance desquels un test au coronavirus est exigé, pour faire face à la propagation du virus. Les pays sont les suivants : 

  • Argentine ;
  • Arménie ; 
  • Bolivie ;
  • Bosnie-Herzégovine ; 
  • Chili ;
  • Colombie ;
  • Costa Rica ;
  • Guinée équatoriale ; 
  •  Kirghizstan ;
  •  Kosovo ;
  • Liban ;
  • Maldives ;
  • Mexique ;
  • Moldavie ;
  • Monténégro ; 
  • République Dominicaine ; 
  • Territoires palestiniens.

11:25 - Quarantaine au Royaume-Uni pour les personnes venant de France

Jeudi, le Royaume-Uni annonce la mise en place d'une quarantaine obligatoire de deux semaines pour les personnes en provenance de France, dès samedi, en raison de la dégradation de la situation sanitaire. La France a immédiatement indiqué qu’une "mesure de réciprocité" serait mise en place.

11:05 - Paris et des Bouches-du-Rhône en zone de circulation active du virus

Dans un décret publié au Journal officiel ce vendredi 14 août, les départements de Paris et des Bouches-du-Rhône sont placés en zone de circulation active du virus. Cela signifie que les préfets ont l'autorisation d'interdire la circulation des personnes et des véhicules, l'accès aux moyens de transport en commun, en application de la loi du 9 juillet sur la sortie de l'état d'urgence sanitaire. Les représentants de l'Etat dans les départements peuvent aussi décider de la fermeture provisoire d'établissements recevant du public et les lieux de réunions, par exemple les bars et restaurants.

Combien de cas et de morts du coronavirus en France ? Dernier bilan

Le dernier bilan quotidien de l'épidémie de coronavirus a été communiqué jeudi 13 août 2020 par le ministère de la Santé. Si le nombre de nouveaux cas diagnostiqués est en augmentation, celui des hospitalisations est en baisse, mais celui des patients transférés en réanimation augmente. Voici les derniers chiffres :

  • 200 365 cas confirmés par PCR, soit 2 669 de plus en 24h
  • 30 388 décès au total, soit 17 de plus en 24h
  • 19 866 décès à l'hôpital, soit 17 de plus en 24h
  • 10 505 décès en Ehpad (dernier bilancommuniqué, daté du 11 août)
  • 4 864 hospitalisations en cours, soit 27 de moins en 24h
  • 374 personnes en réanimation, soit 5 de moins en 24h
  • Taux de positivité des tests : 2,3%
  • 233 clusters en cours d'investigation, soit 16 de plus en 24h
  • 21 départements en situation de vulnérabilité 

NB : les données relatives aux personnes hospitalisées et en réanimation présentées ci-dessus correspondent au nombre de patients en cours de soins et non au cumul depuis le début de l'épidémie.

Faut-il s'attendre à un reconfinement en France ?

Alors que le regain d'activité du coronavirus en France inquiète, la question de l'arrivée d'une seconde vague épidémiologique, qu'elle touche l'ensemble du territoire ou seulement quelques zones, se pose de plus en plus. Et avec elle, les craintes de nouvelles restrictions des libertés de circulation. Pour enrayer la propagation du virus, le gouvernement n’exclut d'ailleurs pas un reconfinement partiel et la fermeture de certains bars. Mi-juillet, le Premier ministre Jean Castex a évoqué l’idée de nouvelles mesures contraignantes, mais il a insisté sur la volonté du gouvernement de limiter les conséquences d’une telle mesure sanitaire. "Ce qu’il faut éviter par-dessus tout, c’est le reconfinement général" qui serait "catastrophique" d'un point de vue économique et social. En cas de reconfinement, il s’agirait d’établir "des reconfinements très localisés", c'est-à-dire par villes ou zones délimitées. "Nous nous adapterons", a assuré Jean Castex, dans un entretien publié par Nice Matin. "Même si le nombre de cas repart à la hausse, les tests positifs restent dans des moyennes basses par rapport aux pays qui nous entourent. Et les hospitalisations restent à un niveau maîtrisé. (...) La priorité, c’est encore et toujours la prévention", a-t-il ajouté. 

Derniers articles sur le coronavirus