Masque en tissu : le laver, le mettre, bien le porter... Toutes les réponses !

Chargement de votre vidéo
"Masque en tissu : le laver, le mettre, bien le porter... Toutes les réponses !"

Masque en tissu : le laver, le mettre, bien le porter... Toutes les réponses ! MASQUE CORONAVIRUS - Faut-il laver son masque après utilisation et quel cycle de lavage est recommandé ? Combien de temps peut-on porter un masque et comment bien le mettre et le retirer en toute sécurité ? Autant de questions entrées dans votre vie quotidienne. Parce qu'il n'est pas toujours facile de s'y retrouver, voici de quoi y voir plus clair !

[Mis à jour le 20 mai 2020 à 15h01] Jetable ou en tissu, acheté ou fabriqué à la maison, c'est l'objet inattendu mais indispensable de ce printemps 2020, le masque bien sûr ! Depuis le début du déconfinement, il est devenu quasiment indispensable, son port étant fortement recommandé dans l'espace public, voire même obligatoire dans les transports en commun ou dans les commerces où les gérants peuvent demander le port du masque aux clients. 

Initialement plus ancré dans la culture asiatique qu'occidentale, le port du masque pour se protéger et protéger les autres du coronavirus s'est peu à peu imposé. Problème, si le geste part d'une bonne intention, encore faut-il porter le masque de la bonne manière pour qu'il soit efficace En France, s'il ne paraît plus aussi incongru de se promener dans la rue avec un masque désormais, les bonnes pratiques pour le porter ont ainsi parfois encore un peu de mal à être intégrées. Nez découvert, masque mis autour du cou, ou sur le front, il n'est pas rare de voir tout et n'importe quoi d'autant que de nombreuses informations, parfois contradictoires, circulent sur le sujet.

De quoi s'y perdre dans les bons gestes à adopter et les erreurs à ne pas faire, notamment concernant la conservation et le lavage des masques en tissu. Pour être sur de bien porter votre masque, mais aussi de bien entretenir votre modèle en tissu, voici les recommandations officielles, quelques astuces pour le porter en toute sécurité et les consignes de lavage (température, durée...). Retrouvez aussi sur cette page les infos concernant les distributions de masques et les dernières recommandations officielles. Les autres infos pratiques sont à retrouver via nos autres dossiers en cliquant ci-dessous.

Masque et coronavirus : comment mettre un masque grand public et le porter ?

Tout d'abord, rappelons quelques consignes : les plus petits ne doivent pas porter de masque. Pour les moins de 3 ans, le port du masque est ainsi proscrit en raison des risques d'étouffement. Deuxième point important, le masque n'est pas un scaphandre, il ne protège pas à lui seul du virus et ne doit pas être vu comme un passeport immunitaire. Son port doit donc être accompagné du respect et de la pratique des gestes barrières.

Pour qu'un masque, qu'il soit chirurgical ou en tissu, soit efficace, encore faut-il bien l'enfiler ! Plusieurs étapes sont à suivre scrupuleusement. 

  • Se laver les mains avant de mettre son masque pour éviter de risquer de le souiller d'entrée de jeu.
  • Toujours le saisir par les élastiques pour le positionner.
  • Bien le placer en vérifiant devant un miroir qu'il couvre toutes les zones indispensables : nez, bouche mais aussi menton.

A l'initiative du comité d'organisation des Jeux Olympiques de Paris 2024, plusieurs champions ont réalisé des démonstrations en vidéo. En voici une mettant en scène le quintuple champion olympique de biathlon Martin Fourcade.

© Ministère de la Santé

Vous pouvez aussi retrouver quelques conseils établis par l'Institut National de Recherche et de Sécurité (INRS) dans l'infographie ci-dessous.

© INRS

Comment bien retirer son masque ? Les étapes à suivre

Vous avez terminé votre sortie, ou devez remplacer votre masque pour un autre après une durée de 4h ? Retirer votre masque doit aussi obéir à certaines règles.

  • Ne manipulez le masque que par les élastiques et retenez que le extérieur du masque peut être potentiellement souillé et infecté.
  • Posez-le si possible dans une boîte hermétique en attendant un lavage.
  • Lavez-vous immédiatement les mains.
  • S'il s'agit d'un masque jetable, jetez-le immédiatement, de préférence dans une poubelle fermée et si possible dans un sac hermétique dans lequel vous enfermez votre masque (par exemple un sac plastique, un petit sac congélation...)

Laver son masque : conseils et erreurs à éviter

Une fois votre masque retiré, encore faut-il le laver avant toute nouvelle utilisation. Pour laver son masque, il convient de respecter des consignes sanitaires strictes. Rappelons tout d'abord qu'il est impératif de le laver après chaque utilisation, c'est à dire après chaque sortie. L'Afnor a fourni une fiche de recommandations. Voici ce qu'il faut retenir :

  • Le lavage du masque grand public en tissu doit être fait à la machine à laver via un cycle de minimum 30 minutes à 60 degrés. Ce procédé, validé scientifiquement, permet de tuer toutes les bactéries.
  • Pensez tout d'abord à nettoyer votre lave-linge, notamment avec de la Javel pour que votre tambour soit bien propre. Vous pouvez aussi la faire tourner à vide une fois à 60 degrés pour éliminer toutes les bactéries.
  • Placez vos masques dans le tambour, le mieux étant de les laver séparément du reste de votre linge. Vous pouvez toutefois les placer avec de vieux draps si vous en avez à laver. Si vous souhaitez faire tourner du linge avec à 60 degrés, vous pouvez placer vos masques dans un sac dédié (par exemple ceux pour la lingerie).
  • Une fois la lessive terminée, sortez vos masques et mettez-les à sécher. Ils doivent impérativement être secs après deux heures de séchage. Si ce n'est pas le cas et si vous n'avez pas de sèche-linge, vous pouvez accélérer le séchage avec un sèche-cheveux.

Pour tout savoir et éviter de commettre des erreurs concernant l'entretien de votre masque grand public, vous pouvez trouver toutes les réponses dans notre dossier dédié.

Comment laver un masque sans machine à laver ?

Oubliez micro-ondes et frigo, ils n'ont aucune utilité contre le virus. Le froid ne tue pas le coronavirus alors qu'un passage au micro-ondes n'a pas prouvé son efficacité et peut surtout être dangereux, certains masques vendus pouvant contenir des morceaux métalliques dans la structure. Le passage à la machine à laver via un passage à 60 degrés durant au moins 30 minutes est toujours à privilégier. Si vous n'avez pas de machine à laver, vous pouvez tenter de faire bouillir votre masque dans l'eau mais retenez que la chaleur pourra détériorer le tissu du masque et donc diminuer sa durée de vie. Rien ne vaudra donc un passage à la laverie suivi d'un séchage rapide de votre masque...

Combien de temps peut-on porter un masque grand public ? Les recommandations

Le masque grand public est aussi dit"masque barrière", appellation officielle prise par l'Afnor qui précise que ce masque n'est pas destiné à remplacer les masques FFP2 et chirurgicaux des équipes soignantes mais "à compléter les gestes barrières et les règles de distanciation sociale". Ce n'est donc pas un dispositif médical. Dans un document destiné aux fabricants des masques, l'Afnor donnait des indications concernant le port du masque grand public :

  • Masque destiné à une utilisation par des personnes saines et asymptomatiques.
  • Port limité à une demi-journée (4h environ), pour servir de barrière de protection au niveau de la "zone bouche et nez".
  • Seule une "protection limitée contre le risque" est revendiquée.

Attention, cette durée de 4 heures n'est qu'indicative et ne représente que la durée maximale à respecter. Encore faut-il s'assurer que le masque est toujours efficace. "S'il est humide, souillé, si on a éternué ou toussé, il faut le changer plus tôt", note ainsi Sylvain Duriez, médecin généraliste à Landas, interrogé par France Bleu Nord.

Comment éviter la buée sur les lunettes en mettant un masque ?

Voici une question cruciale pour tous les porteurs de lunettes ! Ne riez pas, surtout si vous souhaitez mettre des lunettes de soleil avec l'arrivée des beaux jours ! Le port d'un masque peut en effet entraîner de la buée sur les lunettes. Lorsque vous expirez, l'air chaud peut avoir plus de mal à s'évacuer et se poser sur les verres, causant de la buée. Pour l'éviter, voici quelques astuces :

  • Placer un mouchoir entre le masque et la peau. Le mouchoir absorbe l'humidité et empêche la buée de se former. Inconvénient, il faudra le remplacer régulièrement pour conserver un port agréable du masque.
  • Si votre masque est suffisamment large et ne vous serre pas trop, vous pouvez rabattre légèrement la partie supérieure, de façon à placer vos lunettes nettement par-dessus. Moins haut, le masque entraînera moins de buée. Inconvénient : le masque doit être assez grand pour couvrir malgré tout le nez.
  • Dernière astuce, le bon vieux pince-nez à placer autour du nez pour que le masque adopte la forme autour du nez, ce qui limitera le risque de buée. Une entreprise installée dans l'Oise, SMG, a développé un modèle nommé Pince-mi qui devrait prochainement être commercialisé.

Comment vérifier si un masque est toujours efficace ?

Un masque, même lavable, aura une certaine durée de vie. Si vous l'achetez dans le commerce, vous pourrez vous référer au logo obligatoire (voir notre article sur l'achat de masque) qui mentionne le nombre de lavages maximal à respecter. Après chaque lavage, vérifiez l'état de votre masque. Si le tissu vous paraît abîmé, remplacez-le. Un test rapide vous permet de vérifier en quelques minutes l'étanchéité et l'efficacité du masque : "le test de la flamme : lorsqu'on porte son masque, on met une flamme devant soi, si elle s'éteint quand on souffle, c'est que le masque n'est plus efficace", explique Sylvain Duriez, médecin généraliste à Landas, interrogé par France Bleu Nord

Masque grand public : est-ce obligatoire de le porter ?

Les masques seront obligatoires pour les collégiens amenés à reprendre les cours le 11 mai prochain. C'est l'une des annonces du Premier ministre Edouard Philippe le 28 avril lors de la présentation du plan de déconfinement, précisant que l'Etat fournira les "masques aux collégiens qui peuvent en porter et qui n'auraient pas réussi à s'en procurer." Mais ce n'est pas tout ! Un commerçant pourra aussi subordonner l'accès de son commerce au port du masque. Enfin, le port du masque sera obligatoire dans les transports, bus et métros compris avec le respect des gestes barrières et de de distanciation sociale. 

Emmanuel Macron n'avait jusque-là pas précisé dans son allocution du 13 avril dernier si la livraison de ces masques imposerait aux Français de les porter obligatoirement. Rappelons ce qu'a indiqué le chef de l'Etat sur cette question devenue sensible des masques. "En lien avec les maires, l'Etat devra permettre à chaque Français de se procurer un masque grand public" à la date du 11 mai. Le président de la République avait toutefois donné quelques précisions : "Pour les professions les plus exposées et pour certaines situations comme dans les transports en commun, son usage pourrait devenir systématique", a-t-il souligné. Ce sera donc le cas dans les transports.

Les masques grand public seront-ils distribués gratuitement ou payants ?

Les collectivités qui ont annoncé avoir commandé des masques pour leurs administrés (mairies, métropoles, départements ou régions) devraient distribuer au moins un exemplaire chacun gratuitement. Pour ceux commandés par l'Etat, la question ne semblait pas encore totalement tranchée dernièrement. Interrogé sur RTL le 14 avril, Olivier Véran n'a pas confirmé mais "imagine qu'il seront donnés à la population". Ces masques seront distribués par l'Etat à partir du 4 mai prochain, comme annoncé le 24 avril par la secrétaire d'Etat à l'Economie, Agnès Pannier-Runacher dans une interview aux Echos. Vous pouvez retrouver toutes les infos enseigne par enseigne sur l'achat de masques dans notre dossier dédié à retrouver en cliquant ci-dessous.

Depuis quelques jours, il est désormais possible, en théorie, d'acheter des masques dans les pharmacies et dans les bureaux de tabac. Un masque chirurgical, à usage unique, ne vous coûtera pas plus de 95 centimes selon Agnès Pannier-Runacher qui a donné cette indication après avoir reçu les recommandations de la DGCCRF. Pour le reste, le prix n'est pas encadré et dépendra notamment du nombre de lavages possible. "Il faut, dans l'appréciation du prix des masques, prendre en compte le nombre d'usages possibles", a-t-elle rappelé sur LCI. "Un masque à 4 euros qui est utilisable 20 fois, c'est un peu moins de 20 centimes par utilisation." Soit moins que le prix maximum décrété pour les masques chirurgicaux. Sur son compte twitter, la secrétaire d'Etat a également expliqué que "si son prix avoisine la quinzaine d'euros, ils sont "qualifiés pour 45 lavages". "Cela fait un coût à l'usage inférieur à 35 centimes d'euros."

Disponibles dès le 4 mai dans la grande distribution, les masques grand public seront payants. Jacques Creyssel, le délégué général de la Fédération du commerce et de la distribution (FCD), a promis "des prix coûtants". Les masques à usage unique devraient coûter "moins d'un euro, et en pratique, de l'ordre souvent de 60 centimes . Quant aux masques en tissu qui vont "arriver progressivement", ils seront vendus "entre deux et trois euros". Le site CDiscount devrait également proposer prochainement des masques aux particuliers à acheter directement sur le site web. C'était l'annonce du groupe Casino, propriétaire du site, le 29 avril dernier. Pour l'heure, seule la plateforme réservée aux professionnels, CDiscount Pro, propose des masques aux entreprises et entrepreneurs.

Christophe Castaner a indiqué vendredi 8 mai que 10 millions de masques seront distribués aux usagers des transports à partir de lundi, l'objectif étant de fournir "un masque pour chaque Français". Agnès Pannier-Runacher a également indiqué que les masques seraient gratuits pour les soignants, les élèves et les personnes précaires.

Où sont-ils distribués gratuitement ? Le point par région

Dans toutes les régions de France, des distributions s'organisent à l'échelle des conseils régionaux, des départements, des agglomérations ou communautés de communes et des communes. Ces commandes massives devraient permettre d'équiper de nombreux Français. A titre d'exemple, 2 millions de masques en tissu ont été commandés par la mairie de Paris, 9 millions par la région Auvergne-Rhône-Alpes, 6 millions en Hauts de France, 500 000 à Rennes, 800 000 à Bordeaux ou encore un par habitant à Nice. Vous pouvez retrouver un état des lieux par région dans notre dossier dédié. Il n'est pas exhaustif mais vise à donner une tendance par région sur ce qui est prévu près de chez vous. Chaque préfet aura une enveloppe destinée à ceux qui sont " en situation de précarité " et aux " petites communes ", qui ont des difficultés pour s'approvisionner, a assuré le ministre de l'Intérieur ce vendredi 8 mai.

Masques sur ordonnance pour les malades et soignants

Dans une note publiée le lundi 4 mai, le ministère de la Santé déploie sa stratégie pour l'après-confinement concernant la délivrance de masques aux personnes malades. "Sur présentation d'un résultat positif à un test virologique Covid-19" et sur prescription médicale, les malades pourront retirer des masques en pharmacie. Le ministère de la Santé parle de "14 masques chirurgicaux par semaine", pouvant être délivrés. Ce dispositif concerne également les personnes à "très haut risques médical" comme les immunodéprimés sévères. Ils pourront obtenir 10 masques par semaine. Les cas contacts identifiés par les brigades mises en place pour étudier l'entourage des malades pourraient également en obtenir après indication de l'Assurance maladie.

Enfin, les stocks destinés aux soignants libéraux sont relevés à 24 masques, principalement chirurgicaux mais parfois de type FFP2. Sont concernés, les médecins, dentistes et infirmiers alors que les pharmaciens, kinés et sages-femmes pourront avoir 18 masques par semaine, 15 pour les salariés de l'aide à domicile et les autres professions médicales comme les opticiens ou psychologues. Les médecins pourront récupérer des boîtes de masques chirurgicaux pour les patients devant subir un test de dépistage.