Coronavirus dans le monde : encore des chiffres records aux USA, au Brésil... La synthèse

Coronavirus dans le monde : encore des chiffres records aux USA, au Brésil... La synthèse CORONAVIRUS. L'OMS tire une nouvelle fois le signal d'alarme ce lundi 13 juillet face à la résurgence de nouveaux cas de Covid-19 dans de nombreux pays, notamment en Amérique. Le nombre quotidien de nouveaux cas a été battu dimanche. On fait le point.

[Mis à jour le 13 juillet 2020 à 14h08] Partout, le virus Sars-COV 2 progresse et l'Organisation Mondiale de la Santé s'alarme ce lundi 13 juillet. L'instance a enregistré dimanche 230 370 nouveaux cas de Covid-19 dans le monde en 24 heures, un record depuis l'apparition du coronavirus en Chine en fin d'année 2019. La situation est toujours aussi préoccupante aux Etats-Unis, où un reconfinement de certains Etats du sud où le virus a particulièrement progressé ces dernières semaines est désormais envisagé.

Plus au sud, le Mexique fait face à une recrudescence des cas et est devenu dimanche le 4e pays le plus touché en nombre de morts, devançant l'Italie. "Il y a au Mexique 299.750 cas de contamination confirmés et 35.006 décès", ont annoncé les autorités sanitaires mexicaines sur le réseau social Twitter. En Argentine et en Bolivie, le virus progresse aussi à grands pas à proximité du Brésil, où il a déjà fait 71 000 morts.

En Europe, plusieurs pays ont pris des mesures pour tenter d'endiguer une possible deuxième vague. Un confinement a été à nouveau instauré dans un comté de Catalogne, autour de la ville de Lérida. Alors que l'Italie hésite à prolonger l'état d'urgence, la Hongrie a annoncé sa décision de fermer dès mardi l'accès à son territoire aux résidents des pays africains, de nombreux pays asiatiques et européens.

La carte du coronavirus dans le monde

Statistiques du coronavirus

Statistiques du coronavirus au 12/07/2020 au soir

Pays Nombre de cas Nouveaux cas Nombre de décès Nouveaux décès
Etats-Unis 3,413,995 +58,349 137,782 +380
Brésil 1,866,176 +25,364 72,151 +659
Inde 879,466 +29,108 23,187 +500
Russie 727,162 +6,615 11,335 +130
Pérou 326,326 +3,616 11,870 +188
Chili 315,041 +3,012 6,979 +98
Espagne 300,988   28,403  
Mexique 295,268 +6,094 34,730 +539
Royaume-Uni 289,603 +650 44,819 +21
Afrique du Sud 276,242 +12,058 4,079 +108
Iran 257,303 +2,186 12,829 +194
Pakistan 248,872 +2,521 5,197 +74
Italie 243,061 +234 34,954 +9
Arabie Saoudite 232,259 +2,779 2,223 +42
Turquie 212,993 +1,012 5,363 +19
Allemagne 199,950 +138 9,134  
Bangladesh 183,795 +2,666 2,352 +47
France 170,752   30,004  
Colombie 150,445 +5,083 5,307 +188
Canada 107,590 +243 8,783 +10
Qatar 103,598 +470 147 +1
Argentine 100,166 +2,657 1,845 +35
Chine 83,594 +7 4,634  
Egypte 82,070 +912 3,858 +89
Irak 77,506 +2,312 3,150 +95
Indonésie 75,699 +1,681 3,606 +71
Suède 74,898   5,526  
Equateur 67,870 +661 5,047 +16
Biélorussie 64,932 +165 464 +5
Belgique 62,606 +137 9,782  
Kazakhstan 58,253 +1,798 375 +21
Oman 56,015 +1,318 257 +9
Koweït 54,894 +836 390 +4
Emirats Arabes Unis 54,854 +401 333 +2
Philippines 54,222   1,372  
Ukraine 53,521 +678 1,383 +11
Pays-Bas 51,022 +101 6,137  
Bolivie 47,200 +1,635 1,754 +52
Portugal 46,512 +291 1,660 +6
Singapour 45,961 +178 26  

Coronavirus en Chine

En Chine, où le Covid-19 est apparu officiellement en décembre dernier, les autorités pensaient avoir stabilisé la situation au début du printemps, mais l'apparition de nouveaux cas à la mi-juin, en particulier à Pékin, a remis le pays sous tension. Au total, plus de 300 cas ont été découverts à Pékin depuis-mi-juin. Les autorités avaient également décidé d'opérer, il y a une semaine, au confinement du canton d'Anxin (500 000 personnes), située à une soixantaine de kilomètres au sud de Pékin, après le recensement d'une dizaine de nouveaux cas. Ces mesures semblent porter leurs fruits puisque le nombre de contaminations est à la baisse et seuls 9 cas de coronavirus, tous importés, ont été recensés mercredi. Depuis le mois de décembre, le Covid-19 a causé la mort de 4 634 personnes (aucun décès ces dernières 24h), pour 83 578 cas. 

Coronavirus aux USA

Pays le plus lourdement touché par l'épidémie de coronavirus, les Etats-Unis ont enregistré dimanche 59 747 nouvelles contaminations en 24 heures, selon les données de l'université Johns Hopkins. Les Etats-Unis recensent désormais 3 301 820 cas de Covid-19 pour 135 171 décès. La contagion s'est accélérée ces dernières semaines, notamment dans les Etats du Sud comme la Floride à l'Est, la Californie à l'Ouest ou le Texas, où le port du masque a été rendu obligatoire. Après avoir minimisé les chiffres rendus publics ces derniers jours, Donald Trump s'attaque désormais au sujet des écoles, qui dépend des autorités locales.

"J'exhorte toutes les écoles à ouvrir et à proposer à leurs élèves des cours à plein temps", a déclaré dimanche sur CNN sa ministre de l'Education Betsy DeVos, relayant la position du président américain, une position qui a causé la colère des démocrates. "Ils jouent avec la santé de nos enfants", a notamment réagi Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des représentants. Le week-end avait été marqué par la sortie très médiatisée de Donald Trump, portant pour la première fois en public un masque lors d'une visite à un hôpital militaire dans la banlieue de Washington, a une forte valeur symbolique. "Lorsque vous parlez avec des soldats qui sortent tout juste de la table d'opération, c'est très bien de porter un masque", a expliqué le président américain. "Je n'ai jamais été contre les masques, mais je suis convaincu que cela dépend du moment et de l'endroit".

Coronavirus au Brésil

Le Brésil reste le pays d'Amérique latine le plus touché. Avec plus de 70 000 morts pour près de 2 millions de cas, le pays est le deuxième au niveau mondial au niveau des contaminations. Le président Jair Bolsonaro a fait de sa propre contamination un moyen de communication, usant de la provocation lors d'une conférence de presse, apparaissant sans masque. "Comme ça, vous pouvez voir mon visage, constater que je vais bien, que je suis tranquille et en paix". Je vais parfaitement bien, tout est normal, la vie continue. J'aurais même bien envie de faire une petite balade… mais je ne vais pas la faire à cause des recommandations médicales". Bolsonaro a également confié qu'il avait choisi de se soigner avec l'hydroxychloroquine, en présentant ce traitement controversé comme le remède miracle : "La réaction a été quasi immédiate. Quelques heures plus tard, je me sentais déjà beaucoup mieux". Le président brésilien s'est même filmé en train d'ingérer une pilule d'hydroxychloroquine. La pandémie s'est pourtant étendue sur tout le territoire brésilien, y compris au sein de certaines communautés indiennes autochtones.

Coronavirus en Espagne

L'inquiétude sur l'émergence d'une deuxième vague grimpe en Espagne, notamment au vu de la situation en Catalogne. Un reconfinement de la population a été décidé dans le comté de Lérida. Plus de 200 000 personnes vont devoir rester chez elles. La décision a débuté à minuit ce lundi. Elle s'accompagne également d'un élargissement de la zone puisque les communes de Alcarràs, Aitona, la Granja d'Escarp, Massalcoreig, Raimat, Soses, Seròs Sucs et Torres de Segre sont désormais également interdites d'accès. C'est la première fois depuis la fin du confinement général le 21 juin dernier qu'une telle décision est prise. La Catalogne a enregistré 816 nouveaux cas en 24 heures. Le port du masque a été imposé en Catalogne. Dans les Baléares, alors que la saison touristique estivale débute, les autorités ont décidé de rendre obligatoire le port du masque dans l'espace public dès ce lundi 13 juillet.

Coronavirus en Italie

En Italie, les autorités hésitent à prolonger l'état d'urgence en vigueur jusqu'à la fin du mois de juillet. "Raisonnablement, les conditions existent pour prolonger l'état d'urgence dû au coronavirus après la date du 31 juillet", avait déclaré le chef du gouvernement Giuseppe Conte vendredi lors d'une visite à Venise. "L'état d'urgence sert à tenir sous contrôle le virus. On n'a pas encore décidé, mais raisonnablement on s'achemine dans cette direction". Le dernier bilan publié par les autorités dimanche 12 juillets faisait état de 234 cas supplémentaires, portant le bilan à 243 061 cas depuis l'apparition du virus dans le pays pour 9 décès de plus (34 954 décès en tout).

La vigilance est toujours de mise notamment depuis la découverte, fin juin, de plusieurs foyers épidémiques, notamment à Rome, la capitale du pays. "Le virus continuera à circuler et nous aurons la réapparition soudaine de quelques foyers épidémiques. S'il y a une deuxième vague, ce sera de notre faute. Cela voudra dire que nous n'aurons pas été à même d'appliquer ce que nous avons appris", avait indiqué Massio Andreoni, chef du service des maladies infectieuses à l'hôpital Tor Vergata de Rome. Un message qui n'a semble-t-il pas été entendu dans la région de Venise, où le taux de reproduction du virus est passé de 0,43 % à 1,63 %. "Si nous continuons à nous promener sans masque, collés les uns aux autres, à crier aux théories du complot selon lesquelles le virus est une invention des sociétés pharmaceutiques, des martiens ou des astronautes, il est inévitable que de telles choses se produisent", a encore déploré Luca Zaia, le président de la région de Vénétie.

Coronavirus au Royaume-Uni

La nouvelle était attendue par de nombreux Britanniques à l'approche des vacances d'été. Les autorités ont annoncé vendredi 10 juillet la levée des mesures de quatorzaine imposée aux voyageurs arrivant de 70 pays, dont la France et l'Italie. Le Portugal, qui fait face à une flambée des cas dans la région de Lisbonne, n'est pas concernée par cette levée. Les touristes britanniques se rendant en France ne seront pas obligés de s'isoler à leur retour sur le sol britannique. Le Royaume-Uni comptait dimanche 650 nouveaux cas de Covid-19, portant le total à 289 603 cas, pour 21 morts supplémentaires (44 819 au total). Selon le bureau national des statistiques (ONS), le nombre de décès imputés au nouveau coronavirus est néanmoins plus élevé que celui annoncé par le ministère de la Santé, et le bilan global serait en réalité de plus de 50 000 victimes du Covid-19, en prenant en compte le nombre réel de personnes décédées dans les maisons de retraite. Par ailleurs, les professionnels de santé du pays ont demandé, fin juin, à la classe politique britannique de préparer le Royaume-Uni au "vrai risque" d'une deuxième vague, dans une lettre publiée dans le British Medical Journal.

Le Royaume-Uni poursuit par ailleurs son déconfinement progressif, avec notamment la réouverture partielle des écoles depuis le début du mois. Le retour se fait par tranches d'âge pour les écoles primaires avec les élèves âgés de 4 à 6 ans et de 10 à 11 ans. L'ensemble des magasins ont été autorisées à rouvrir le lundi 15 juin, avec la mise en place de mesures de précaution (limitation du nombre des clients à l'intérieur, marquages au sol pour favoriser la distanciation physique...). Le port du masque est par ailleurs obligatoire dans les transports. La réouverture des bars et des restaurants a, elle, eu lieu le 4 juillet.

Coronavirus en Allemagne

En Allemagne, le dernier bilan publié ce lundi par l'Institut Robert Koch (RKI) pour les maladies infectieuses fait état de 159 nouveaux cas de Covid-19, portant le bilan à 198 963 cas recensés. Un décès supplémentaire est à déplorer, portant le bilan à 9064 morts.

La polémique reste grande dans le pays concernant les conditions de travail dans les abattoirs, lieux où plusieurs foyers d'infection ont été découverts ces dernières semaines. La diffusion d'une vidéo, qui semble enregistrée au mois d'avril dans les locaux de l'abattoir Tommies à Gütershloh en Rhénanie du Nord-Westphalie a créé le scandale ces derniers jours. C'est de cet abattoir qu'est né le plus grand foyer épidémique auquel fait face le pays, puisque plus de 1500 salariés ont été testés positifs au virus.  Après la découverte de nombreux cas dans le plus grand abattoir du pays, deux cantons avaient été placés en confinement jusqu'au 30 juin. Les mesures ont été levées dans le canton de Warendorf mais en revanche prolongées d'une semaine dans celui de Gütersloh, le plus proche de l'abattoir Tommies où les 1500 employés ont été testés positifs au Covid-19.

Coronavirus au Portugal

Le Portugal lutte contre un regain de l'épidémie, principalement à Lisbonne. Le nombre de cas a brusquement grimpé ces dernières semaines pour s'établir à 46 512 cas selon les données publiées le lundi 13 juillet pour 1660 morts, soit 6 de plus en 24 heures. Lisbonne reste en partie en quarantaine cette semaine. La région de la capitale regroupe 80% des foyers de contagions découverts au Portugal, alors que 300 à 400 nouveaux cas quotidiens sont détectés dans un pays qui ne comptait jusque-là qu'environ 40 000 cas de coronavirus. Le Premier ministre Antonio Costa a prévenu et annoncé "un devoir civique de confinement à domicile" pour les quartiers lisboètes concernés. Il ne s'agit pas de Lisbonne mais de quelques quartiers de municipalités proches", a-t-il insisté, sans doute sensible à l'impact possible de cette annonce sur le tourisme. Le confinement se poursuit en effet dans 19 quartiers de Lisbonne et ses environs (Amadora, Loures, Odivelas et Sintra) après la hausse constatée de nouveaux cas dans la capitale portugaise.

Dans ces quartiers, les habitants sont invités à rester chez eux, et ne peuvent sortir que pour se rendre à leur travail, faire leurs courses alimentaires ou de santé ainsi que pour des rendez-vous médicaux. Tout rassemblement de plus de 10 personnes est proscrit. Depuis le 1er juillet, le Portugal est ainsi découpé en trois zones. Dans celle où les règles sont les moins strictes, le port du masque reste obligatoire dans les transports et lieux fermés mais les rassemblements sont autorisés jusqu'à 20 personnes. Dans la deuxième zone, qui concerne Lisbonne et ses environs, on parle d'état de "contingence". Les regroupements sont limités à 10 personnes et les commerces ferment dès 20h. Enfin, dans la troisième zone, le confinement est en vigueur et les regroupements limités à 5 personnes maximum.

La décision du Royaume-Uni d'exclure le pays de la liste des pays sûrs pour ses ressortissants a tout de même créé la polémique le week-end dernier. "C'est toujours horrible de comparer les chiffres d'une maladie et de décès, mais c'est absurde que le Royaume-Uni impose une quarantaine à des passagers revenant d'un pays qui, au regard de l'ensemble des indicateurs de la pandémie, présente de meilleurs résultats que le Royaume-Uni lui-même", a commenté samedi le ministre portugais des Affaires étrangères, Augusto Santos Silva lors d'une interview télévisée. Avec cette décision, tout voyageur arrivant du Portugal à partir du 10 juillet devra suivre des mesures de quarantaine à son arrivée sur le sol britannique. Le ministre des affaires étrangères a rappelé notamment que les cas étaient rares en Algarve, une région que les Britanniques sont nombreux à visiter l'été. Or, les ressortissants britanniques représentent la première source de revenus touristiques au Portugal.

Coronavirus en Belgique

Pour le troisième jour consécutif, le nombre de nouveaux cas est en augmentation, note Sciensano dans son rapport publié ce lundi 13 juillet. La moyenne de contaminations sur les 7 derniers jours est désormais de 90,3 cas par jour contre 88 la semaine précédente. Pour l'institut, cette recrudescence est particulièrement palpable dans plusieurs régions : Anvers, Bruxelles et le sud de la Flandre occidentale. La Belgique compte au total 62 707 cas confirmés de Covid-19, soit 101 de plus que le total donné dimanche, note la RTBF.

Les frontaliers s'inquiètent du passage du Luxembourg en "zone orange", ce qui signifie que les Belges doivent faire preuve d'une vigilance accrue lors de leur passage dans le Grand Duché voisin. "Les Belges doivent savoir qu'ils se trouvent sur un territoire où le taux d'infections est supérieur à celui que l'on connaît en Belgique", a précisé à l'agence Belga un porte-parole du ministère des Affaires étrangères. Le Luxembourg a enregistré 83 nouveaux cas dimanche.

La Belgique avait entamé le 1er juillet la phase 4 de son déconfinement. Ce nouveau stade s'accompagne de mesures symboliques très attendues dont l'élargissement de la "bulle de contact" de 10 à 15 personnes autorisées à voir par individu et par semaine. Les piscines, salles de spectacles et de cinéma sont autorisées à rouvrir mais avec des systèmes de réservation et de créneau déterminés pour limiter les affluences. Les réceptions peuvent reprendre dans des salles de fêtes mais en limitant le nombre d'invités à 50 personnes. Le port du masque dans l'espace public reste conseillé mais pas obligatoire. Ce sont désormais les vacances d'été qui cristallisent l'attention des pouvoirs publics. Selon la presse belge, au moins 10 millions de Belges auraient décidé de les passer sur les côtes de leur pays, entraînant un pic d'affluence qu'il va falloir gérer pour éviter une reprise des contaminations. Une application devrait être mise en place pour prévenir les afflux et tenter de gérer les flux.

Coronavirus en Afrique

Selon RFI, qui cite le bureau régional de l'OMS, l'Afrique recensait jeudi 9 juillet 523 706 cas de coronavirus confirmés pour 12 244 décès. L'OMS note surtout que 22 pays ont vu leur nombre de cas doubler en un mois.

En Afrique du Sud, pays le plus touché du continent, le président Cyril Ramaphosa a annoncé dimanche un couvre-feu face à une nouvelle augmentation des nouveaux cas. Le couvre-feu sera imposé de 21h à 4h du matin. Les visites familiales sont interdites. Deux mois après son déconfinement, Antananarivo, capitale de l'île de Madagascar, et sa région ont été à nouveau placées en confinement lundi 6 juillet. "La région d'Analamanga est fermée à toute circulation, l'entrée comme la sortie, à partir de lundi jusqu'au 20 juillet", indique un communiqué de la présidence malgache. C'est dans la capitale que les contagions s'accélèrent. En dix jours, du 26 juin au 5 juillet dernier, Madagascar a enregistré 1112 nouveaux cas et 16 décès. Au Maroc, la ville de Safi a été reconfinée. Cette ville portuaire du sud du pays avait jusque-là été épargnée mais un foyer de contamination a été découvert dans une usine de conserves de poissons. En Algérie, les wilayas de Sétif et El Kala ont été partiellement reconfinées suite à une hausse du nombre de nouveaux cas.

Coronavirus