Déconfinement pour les personnes âgées : que prévoit le gouvernement ?

Déconfinement pour les personnes âgées : que prévoit le gouvernement ? Le déconfinement pour les personnes âgées fait débat depuis l'allocution d'Emmanuel Macron qui a indiqué que l'Etat demanderait aux plus fragiles de rester confinés après le 11 mai. Finalement, aucune contrainte ne devrait être imposée...

Les personnes âgées ne seront pas forcées de rester enfermées chez elles lors de la phase de déconfinement qui doit débuter le 11 mai prochain. Olivier Véran a confirmé ce dimanche 19 avril que le gouvernement ne souhaitait pas de discrimination du confinement par l'âge. "On peut avoir 70-75 ans, être en parfaite santé et ne pas comprendre pourquoi on nous intime de rester chez soi." A la place d'une limite d'âge, le ministre de la Santé veut faire appel à la "responsabilité de chacun". Il se place dans la droite ligne de l'Elysée qui avait fait savoir ce vendredi 17 avril dans la soirée que le président de la République "ne souhaite pas de discrimination" des personnes âgées dans le cadre du déconfinement progressif annoncé après le 11 mai. Emmanuel Macron "en appellera à la responsabilité individuelle" de chacun lors de cette période de déconfinement qui ne devrait donc pas aboutir à un maintien à domicile forcé des personnes âgées.

Cette mise au point a été faite alors que les spéculations se multipliaient sur le sujet la semaine dernière allant jusqu'à une polémique sur le caractère injuste, voire anti-constitutionnel, d'un maintien forcé en confinement des seniors. Lors de son allocution télévisée lundi 13 avril, Emmanuel Macron avait indiqué que l'Etat demanderait aux personnes les plus vulnérables, et en particulier aux personnes âgées, de rester confinées. Devant le Sénat mercredi 15 avril, le président du Conseil scientifique Jean-François Delfraissy évoquait les personnes "au-dessus de 65 ou de 70 ans" et évaluait à 18 millions de personnes le groupe de ceux qui devraient rester confinées après le 11 mai, en comptant "les personnes ayant des affections de longue durée", ainsi que "des sujets jeunes ayant une pathologie, mais aussi obèses".

Sur BFMTV le dimanche 19 avril, le médecin a pourtant nuancé : "Mes propos initiaux sur le confinement prolongé pour les seniors ont été mal compris". "Du point de vue sanitaire, nous avons voulu souligner qu'à la sortie du confinement, ces personnes risqueront de développer des formes graves du coronavirus", a poursuivi le professeur. Il estime qu'il est "essentiel de les informer" et qu'il faudra maintenir "une certaine forme de confinement". 

Confinés volontaires, mais pour combien de temps ?

Le directeur général de la Santé Jérôme Salomon qui livre chaque soir le bilan quotidien du coronavirus souligne régulièrement que 70 ans est l'âge à partir duquel la mortalité liée au coronavirus explose (82% des personnes décédées ont plus de 70 ans selon le dernier bilan). Le Haut Comité de santé publique indiquait aussi le 14 mars dans un avis que les personnes susceptibles de développer une forme grave d'infection étaient celles âgées de plus de 70 ans.

Combien de temps les personnes âgées seront donc invitées (et non contraintes) à rester chez elles ? "Je ne sais pas", avait répondu Jean-François Delfraissy devant les sénateurs, jugeant possible qu'il faille attendre "peut-être un médicament préventif". Concernant la durée, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyden, a pour sa part préconisé dans le quotidien allemand Bild, paru dimanche 12 avril, un confinement au moins jusqu'à la fin de l'année pour ces personnes fragiles. Elle estime que "sans vaccin il faut limiter autant que possible les contacts des seniors". "Je sais que c'est difficile et que l'isolement pèse mais c'est une question de vie ou de mort, nous devons rester disciplinés et patients", a-t-elle dit.