Tsunami en Indonésie [Direct] : un nouveau bilan attendu, de terribles images

Tsunami en Indonésie [Direct] : un nouveau bilan attendu, de terribles images TSUNAMI - 844 personnes ont péri après le passage du tsunami sur l'île de Célèbes, en Indonésie. Trois jours après la catastrophe, des nouvelles d'une zone sévèrement touchée pourraient encore alourdir ce bilan...

L'essentiel

  • Trois jours après le violent séisme qui a provoqué un tsunami de grande ampleur sur l'île de Célèbes, en Indonésie, le bilan humain est extrêmement lourd. 844 personnes ont péri, selon le dernier bilan en date ce lundi matin.
  • Malheureusement, ce chiffre pourrait s'alourdir considérablement. Des nouvelles de la région de Donggala sont attendues et le pire est à craindre : cette zone se trouve à l'épicentre du tremblement de terre qui a touché l'île. Le vice-président indonésien a fait part de sa crainte de voir le nombre de victimes atteindre "un ou plusieurs milliers".
  • Les trois Français portés disparus après le passage du tsunami ont été retrouvés sains et saufs, comme l'a fait savoir le quai d'Orsay.
  • Il est possible de faire des dons via l'Unicef, en attendant un appel aux dons de la part de la Croix Rouge qui pourrait intervenir prochainement.

En direct

13:39 - Tsunami en Indonésie : une pénurie importante de secouristes

Nous clôturons ce direct consacré au séisme et au tsunami en Indonésie. A Palu, l'une des zones les plus touchées par le tsunami, les secouristes ne sont pas encore très nombreux à l'heure où nous écrivons, malgré la situation d'extrême urgence qui règne sur la région. L'envoyé spécial de France 3 sur place indique n'avoir croisé qu'une "douzaine" d'entre eux et assure que les forces de l'ordre sont également très peu nombreuses.

13:34 - Attroupement à l'aéroport de Palu

De nombreuses personnes se sont dirigées vers l'aéroport de Palu, désormais en état de marche, pour tenter de fuir l'île de Célèbes. La télévision locale rapporte que plus de 3 000 résidents de l'île ont afflué vers l'aéroport, réclamant leur mise en sécurité.

13:25 - Tsunami en Indonésie : des hôpitaux débordés

Alors que certains se sont effondrés, les hôpitaux encore fonctionnels sont évidemment pris d'assaut après le passage du séisme sur l'île de Célèbes. En conséquence, de nombreuses personnes blessés sont soignées en plein air. Les pompiers envoyés depuis la France, qui devraient arriver ce lundi, ont en leur possession du matériel pour prendre en charge les victimes.

12:55 - Le pillage autorisé à Palu

Après le passage du tsunami, les autorités ont indiqué que les supermarchés devaient laisser des vivres en libre service, en attendant l'acheminement de ressources par les airs. "On a demandé Alfamart et Indomaret (deux distributeurs indonésiens, ndlr) de laisser les gens prendre des marchandises. Il faut qu’ils enregistrent tout et nous paierons, ce ne sera pas du pillage", Tjahjo Kumolo, le ministre de l'Intérieur. Ce lundi, l'aéroport de Palu a rouvert pour le fret et des marchandises vont pouvoir être acheminées. 

12:41 - Anthonius Gunawan Agunk, héros du tsunami

C'est un acte de dévouement immense qu'a accompli Anthonius Gunawan Agunk, alors que la terre commençait à trembler ce vendredi à l’aéroport de Palu, sur l'île de Célèbes. Ce contrôleur aérien a refusé de quitter son poste dans la tour de contrôle de l'aéroport afin de faire décoller un avion de ligne dans les meilleures conditions et que les passagers ne se retrouvent pas bloqués sur l'île. Ses collègues avaient déjà tous déserté et une fois l'avion envolé, la tour s'est effondrée. Anthonius Gunawan Agunk s'est alors vu contraint de sauter du 4e étage. Les deux jambes cassées, il n'a pas survécu à ses nombreuses lésions internes. A titre posthume, le grade du jeune homme de 21 ans a été élevé de deux niveaux.

12:10 - Des enterrements de masse organisés

832. C'est le nombre de victimes du séisme et du tsunami survenus en Indonésie. Alors que les recherches se poursuivent ce lundi pour retrouver d'éventuels survivants ainsi que d'autres victimes, les autorités ont fait savoir que des enterrements de masse seraient organisés dans les plus brefs délais. L'idée est de limiter au plus vite les risques sanitaires. "Nous allons commencer les enterrements de masse pour éviter la propagation des maladies", a précisément indiqué le porte-parole de l'agence de gestion des catastrophes.

11:50 - Tsunami : des vagues de 1,5 m.. ou 6 m ?

Après le passage du tsunami en Indonésie, plusieurs zones d'ombres subsistent. Notamment sur la hauteur des vagues qui ont submergé l'île des Célèbes, au centre de l'archipel. SI Dwikorita Karnawati, présidente de l'agence de géophysique indonésienne, parle d'"une hauteur maximale de 1,5 m", des témoignages font état de vague allant jusqu'à 6 mètres de haut !

11:35 - Tsunami en Indonésie : les trois Français sains et saufs

Le quai d'Orsay vient de faire savoir que les trois Français portés disparus après le passage du tsunami sur l'île des Célèbes avaient été retrouvés vivants et en bonne santé. Il s'agissait des seuls ressortissants français concernés par la catastrophe.

11:28 - Des pompiers français en route vers l'Indonésie

Cinq membres de l'association Pompiers de l'Urgence Internationale ont été dépêchés en Indonésie pour venir en aide aux autorités locales. Ces spécialistes des opérations de sauvetage sont partis ce lundi de Limoges - direction l'île des Célèbes - équipés de matériel de localisation de victimes, notamment des caméras et un capteur sismique, mais aussi une station assainissement de l'eau. 

11:14 - Donggala, toujours très difficile d'accès

Si les sauveteurs ont pu accéder aux décombres sur la zone de Palu, il leur est en revanche bien plus compliqué de le faire sur celle de Donggala, une ville située plus au nord. "L’accès à ces zones reste un énorme problème et on peut redouter des dégâts très importants et de nombreuses victimes autour de Donggala", a fait savoir Tom Howells, l’un des responsables de l’ONG Save the Children.

11:03 - Un appel aux dons de la Croix Rouge ?

Selon nos informations, la Croix Rouge française pourrait prochainement lancer un appel aux dons. En attendant, il est d'ores et déjà possible d'effectuer des donations via l'Unicef sur cette page. L'agence de l'ONU a fait savoir que ses équipes de sauvetage étaient actuellement sur place pour aider les sinistrés.

10:50 - Les bouées d'alerte tsunami inactives ?

Il y a un certain temps déjà, des bouées d'alerte au tsunami ont été dispersées au large des côtes indonésiennes. Mais il semblerait que leur efficacité soit limitée, voire nulle. "Depuis cinq ans, les bouées d’alerte au tsunami ne fonctionnent plus", s'était agacé le porte-parole de l’agence de gestion des catastrophes en décembre dernier, lorsque l'île de Java avait été frappé par un tremblement de terre.

10:35 - Tsunami en Indonésie : des détenus se sont enfuis de prison

Après le passage du tsunami sur l'île indonésienne des Célèbes, 1 200 détenus ont réussi à s'enfuir des deux prisons situées à Palu, ville la plus touchée par les eaux, et à Donggala, zone situé à l'épicentre du tremblement de terre qui a précédé le tsunami. "Je suis sûr qu'ils se sont évadés parce qu'ils craignaient d'être touchés par le tremblement de terre. C'est évidemment une question de vie et de mort pour les prisonniers", a-t-on fait savoir du côté du ministère de la Justice, via l'AFP.

10:18 - Indonésie : quel bilan après les nouvelles du Donggala ?

Le bilan humain après le tremblement de terre et le passage du tsunami est extrêmement lourd avec 832 morts. Mais il pourrait s'alourdir encore davantage, et considérablement, lorsque les nouvelles de la région de Donggala, au nord de la ville de Palu, arriveront. Cette zone est situé à l'épicentre du séisme qui a touché l'île des Célèbes, en Indonésie.

10:01 - "Nous avons entendu des gens qui criaient à l’aide"

Muhammad Syaugi, chef des services de secours de la région de Donggala, la plus touchée par le tsunami, a indiqué aux médias que des victimes se trouvaient sous de nombreux bâtiments qui se sont effondrés. "Nous avons réussi à extraire une femme vivante de l’hôtel Roa-Roa la nuit dernière", s'est-t-il réjoui, restant malgré très alarmiste : "Nous avons même entendu des gens qui criaient à l’aide", a-t-il ajouté.

LIRE PLUS

Article le plus lu - Gilets jaunes : Macron en danger ? Dernières infos › Voir les actualités

Annonces Google