Affaire Griveaux : Pavlenski affirme avoir "volé" les vidéos intimes dans l'ordinateur de sa compagne

Affaire Griveaux : Pavlenski affirme avoir "volé" les vidéos intimes dans l'ordinateur de sa compagne Depuis la publication de vidéos intimes attribuées à Benjamin Griveaux, la question a été très largement posée : Alexandra de Taddeo, la jeune femme destinataire des messages était-elle la complice de Piotr Pavlenski ? L'artiste russe affirme avoir agi seul.

[Mis à jour le 21 février 2020 à 20h29] Piotr Pavlenski a-t-il agi seul ? Vendredi 14 février, Benjamin Griveaux, le candidat de la République en marche a annoncé le retrait de sa candidature aux élections municipales après la diffusion de vidéos intimes qui lui étaient attribuées. Des documents mis en ligne sur un site internet puis très largement relayés sur les réseaux sociaux. Une semaine plus tard, l'activiste a raconté les raisons de son geste à CNN et au Monde. L'homme qui a obtenu l'asile politique en France depuis 2017 a assuré qu'aucun fichier supplémentaire n'existait. 

Par ailleurs, le performer russe Piotr Pavlenski a assuré que sa compagne Alexandra de Taddeo, la jeune femme destinataire des messages, n'y est pour rien dans cette affaire. Il affirme en effet avoir "volé" les vidéos dans l'ordinateur de l'étudiante de 29 ans. "J'ai tout regardé, j'ai trouvé ça intéressant. Je les ai donc volés avec une clé USB", a-t-il détaillé au Monde. Tous deux s'étaient rencontrés il y a un peu plus d'un an. Il avait déjà évoqué avec elle la possibilité de publier ces vidéos en octobre 2019. Alexandra de Taddeo avait refusé. "Elle ne savait pas ce que j'avais trouvé et que j'avais pris cette vidéo. Ça a été publié et ça a commencé à être diffusé. Après, elle ne pouvait plus rien faire" ajoute-t-il sur CNN. 

D'où vient la vidéo intime attribuée à Benjamin Griveaux ?

C'est l'élément qui a poussé Benjamin Griveaux à annoncer son retrait de la course à la mairie de Paris. Le jeudi 13 février 2020, dans la soirée, les rumeurs d'une vidéo intime attribué au candidat à la mairie de Paris ont commencé à fleurir sur les réseaux sociaux. C'est site répondant au nom de Pornopolitique.com qui a mis en ligne ladite vidéo, montrant un homme en train de se masturber. Le fichier lui aurait été fourni par une "source" ayant eu une relation consentie avec Benjamin Griveaux et avec qui il aurait échangé ces images intimes en 2018, alors qu'il était encore porte-parole du gouvernement. Derrière le site Internet, dont le nom de domaine a été réservé en novembre 2019 et qui n'avait rien publié ou presque depuis, on trouve l'artiste russe Piotr Pavlenski. Ce réfugié en France depuis quelques mois est connu depuis quelques années pour des performances spectaculaires et trash contre la répression du Kremlin et plus généralement l'ordre établi. Piotr Pavlenski a lui-même revendiqué avoir diffusé cette vidéo pour "dénoncer l'hypocrisie" de Benjamin Griveaux, notamment sur les questions familiales. Sur son site Pornopolitique.com, il déclare : "le contenu pornographique diffusé n'est […] pas lié à la personnalité ni aux opinions politiques des fonctionnaires et représentants politiques mais à leur hypocrisie, devenue le fondement habituel du carriérisme politique et la cause de l'obscurantisme monstrueux dans lequel notre société s'est enlisée".

Quel est le rôle de Piotr Pavlenski et de sa compagne ?

Très vite, la "sex tape" devient virale. Alors qu'elle circulait dans des groupes Facebook depuis plusieurs jours, notamment un groupe Facebook baptisé "Gilet jaune", dès les mercredi 12 février à la mi-journée, elle se propage avec la publication de Piotr Pavlenski. Un article de blog hébergé sur le site de Mediapart et intitulé "Docteur Griveaux ou Mister Grivois, nouvelle affaire DSK" est publié et reste en ligne quelques minutes avant d'être supprimé. Dans une enquête sur son itinéraire précis, Le Monde indique que la vidéo est aussi apparue sur le forum "18-25" du site Jeuxvideo.com. Mais la vidéo apparaît vraiment au grand jour après que Joachim Son-Forget, député des Français de l'étranger et ancien membre de LREM, a posté le lien de l'article sur Twitter. Il s'est depuis justifié en affirmant défendre "les personnes qui sont lynchés publiquement".

Dans la journée de vendredi, Juan Branco, avocat proche de l'extrême gauche et des gilets jaunes, a affirmé au Point avoir été consulté par Piotr Pavlenski. Contacté par Le Monde, il indique qu'il pourrait défendre ce dernier en cas d'issue judiciaire mais dimanche, il a été dessaisi de la défense de l'activiste russe par le parquet. La destinataire de ces messages serait l'actuelle compagne de Piotr Pavlenski, une jeune femme de 29 ans qui aurait suivi des études de droit à Paris pour devenir avocate, selon les informations du Parisien. Cette dernière a été placée en garde à vue samedi "des chefs d'atteinte à l'intimité de la vie privée et diffusion sans l’accord de la personne d'images à caractère sexuel", selon le parquet de Paris. Piotr Pavlenski a également été mis en garde à vue dans le cadre de l'affaire des vidéos privées, dimanche.

Benjamin Griveaux a quant à lui déposé une plainte contre X dans cette affaire samedi. Le parquet de Paris a indiqué avoir ouvert une enquête pour "atteinte à la vie privée" quelques heures plus tard. Les investigations ont été confiées à la brigade de répression de la délinquance à la personne.

La déclaration de Benjamin Griveaux annonçant son retrait

"En annonçant ma candidature à la mairie de Paris, je connaissais la dureté du combat politique", a commencé Benjamin Griveaux dans sa brève déclaration enregistrée ce vendredi 14 février 2020 en petit comité au siège de l'AFP et diffusée par BFM Paris. "Depuis plus d'un an, ma famille et moi avons subi des propos diffamatoires, des mensonges, des rumeurs, des attaques anonymes, la révélation de conversations privées dérobées ainsi que des menaces de mort. Ce torrent de boue m'a affecté et surtout a fait mal à ceux que j'aime", a-t-il déclaré. "Comme si cela n'était pas suffisant, hier, un nouveau stade a été franchi. Un site internet et des réseaux sociaux ont relayé des attaques ignobles mettant en cause ma vie privée. Ma famille ne mérite pas cela. Personne, au fond, ne devrait jamais subir cette violence", a poursuivi l'ancien ministre avant de conclure : "En ce qui me concerne, je ne suis pas prêt à nous exposer davantage ma famille et moi quand tous les coups sont désormais permis. Cela va trop loin. J'ai décidé de retirer ma candidature à l'élection municipale parisienne. Cette décision me coûte mais mes priorités sont très claires. C'est d'abord ma famille, vous l'aurez compris". Dimanche, la ministre de la Santé Agnès Buzyn a annoncé sa candidature à la mairie de Paris. 

Qui est Benjamin Griveaux ? Biographie express

Désigné comme tête de liste du parti majoritaire la République en Marche pour les élections municipales à Paris, avant d'y renoncer le vendredi 14 février, Benjamin Griveaux est un "marcheur" de la première heure. Fils d'un notaire et d'une mère avocate, diplômé de Sciences Po Paris et de HEC, il rejoint en 2000 les cercles "rocardo-strauss-kahnien" comme les appelle Le Monde. Il devient délégué national du mouvement "A gauche en Europe" créé par Dominique Strauss-Kahn et Michel Rocard. En 2006, il fait partie de l'équipe de campagne de "DSK" aux côtés d'autres figures connues à LREM aujourd'hui : Cédric O, Stanislas Guerini, Sibeth Ndiaye et Ismaël Emelin. Il devient ensuite conseiller municipal de Chalon-sur-Saône en 2008, mais démissionne en 2015 malgré sa réélection. Il sera aussi brièvement conseiller général sous la présidence d'Arnaud Montebourg. Après un passage dans le cabinet de la ministre de la Santé Marisol Touraine en 2012, il est brièvement directeur de la communication et des affaires publiques d'Unibail-Rodamco de 2014 à octobre 2016.

Fin 2015, il se rapproche d'Emmanuel Macron par l'intermédiaire d'Ismaël Emelin. Après du ministre de l'Economie de l'époque, il retrouve d'anciens strauss-kahniens et sera l'un des artisans de la création d'En marche, dont il est le principal porte-parole avant la campagne présidentielle. Devenu très proche d'Emmanuel Macron, Benjamin Griveaux est un des artisan de la victoire de ce dernier à la présidentielle de 2017. Il est élu dans la 5e circonscription de Paris lors des élections législatives, avant de rejoindre le second gouvernement d'Edouard Philippe un mois plus tard en tant que porte-parole. Le 27 mars 2019, il démissionne afin de préparer sa candidature aux élections municipales.

Benjamin Griveaux est en couple avec Julia Minkowski, avocate avec laquelle il est marié depuis plusieurs années et à trois enfants de 3 mois, 5 ans et 7 ans. Au sein du cabinet Temime, cette avocate reconnue, petite-fille du pédiatre Alexandre Minkowski, nièce du chef d'orchestre Marc Minkowski, a notamment travaillé dans le dossier du Crédit Lyonnais, pour la défense de Bernard Tapie. Elle a aussi contribué à l'élaboration du volet justice du programme d'Emmanuel Macron pour la présidentielle de 2017. Le choix de l'ancien candidat à la mairie de Paris de se retirer pour protéger sa famille n'est pas étonnant. Benjamin Griveaux a toujours souligné qu'il entendait faire passer sa famille avant tout. "Ils n'ont pas fait ce choix qui est le mien (...) Avec ma femme, évidemment, on parle, quand je lui ai dit que j'avais l'intention de me lancer dans la campagne parisienne, c'est évidemment avec son soutien, sinon ce n'est pas possible", expliquait l'ancien candidat à la mairie de Paris à Télé Loisirs il y a peu.