Gouvernement Castex : liste des ministres et composition détaillée du nouveau gouvernement

Chargement de votre vidéo
"Gouvernement Castex : liste des ministres et composition détaillée du nouveau gouvernement"

Gouvernement Castex : liste des ministres et composition détaillée du nouveau gouvernement GOUVERNEMENT. Voici la composition du gouvernement Castex avec la liste complète des ministres nommés par Emmanuel Macron.

[Mis à jour le 27 juillet à 12h07] La composition du gouvernement Castex a été dévoilée en deux temps : lundi 6 juillet 2020 avec la liste des ministres et dimanche 26 juillet avec la liste des secrétaires d'Etat. Au total, l'exécutif compte 43 membres, 22 femmes et 21 hommes. Dans le gouvernement Castex, on remarque principalement les arrivées d'Eric Dupond-Moretti à la Justice et de Roselyne Bachelot à la Culture. L'ancienne élue EELV Barbara Pompili revient quant à elle au gouvernement, qu'elle a déjà connu à la fin du quinquennat Hollande, pour prendre cette fois le ministère de la Transition. Des poids lourds de droite comme de gauche (Gérald Darmanin, Bruno Le Maire, Jean-Yves Le Drian, Olivier Véran...) se voient par ailleurs renforcés pour la fin du quinquennat. Ce nouveau gouvernement est renouvelé à hauteur d'un tiers par rapport à celui d'Edouard Philippe.

La liste des ministres du gouvernement

Voici la liste des ministres du gouvernement Castex : Jean Castex, Premier ministre, chef du gouvernement ; Jean-Yves Le Drian, ministre de l'Europe des Affaires étrangères ; Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique et solidaire ; Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Education, de la Jeunesse et des Sports ; Bruno Le Maire, ministre de l'Economie, des Finances et de la Relance ; Florence Parly, ministre des Armées et de la Défense ; Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur ; Elisabeth Borne, ministre du Travail de l'Emploi et de l'Insertion ; Sébastien Lecornu, ministre des Outre-Mer ; Eric Dupond-Moretti, ministre de la Justice, Garde des Sceaux ; Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion et des Territoires ; Roselyne Bachelot, ministre de la Culture ; Olivier Véran, ministre de la Santé et des Solidarités ; Annick Girardin, ministre de la Mer ; Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation ; Julien Denormandie, ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation ; Amélie de Montchalin, ministre de la Fonction et de la Transformation publiques.

La liste des ministres délégués : Marc Fesneau, ministre délégué aux Relations avec le Parlement ; Elisabeth Moreno, ministre déléguée à l'Egalité hommes-femmes, aux Droits et à l'Egalité des chances ; Frank Riester, ministre délégué au Commerce extérieur et à l'Attractivité ; Emmanuelle Wargon, ministre déléguée au Logement ; Jean-Baptiste Djebbari, ministre délégué aux Transports ; Olivier Dussopt, ministre délégué aux Comptes publics ; Agnès Panier Runacher, ministre déléguée à l'Industrie ; Alain Griset, ministre délégué aux PME ; Roxana Maracineanu, ministre déléguée aux Sports ; Geneviève Darrieussecq, ministre déléguée à la Mémoire et aux Anciens combattants ; Marlène Schiappa, ministre déléguée à la Citoyenneté ; Brigitte Klinkert, ministre déléguée à l'Insertion ; Nadia Hai, ministre déléguée chargée de la Ville ; Brigitte Bourguignon, ministre déléguée à l'Autonomie

La liste des secrétaires d'Etat

Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement ; Sophie Cluzel, chargée des Personnes handicapées ; Jean-Baptiste Lemoyne, chargé du Tourisme, des Français de l'étranger et de la Francophonie ; Clément Beaune, chargé des Affaires européennes ; Bérangère Abba, chargée de la Biodiversité ; Nathalie Elimas, chargée de l'Education prioritaire ; Sarah El Hairy, chargée de la Jeunesse et de l'Engagement ; Cédric O, chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques ; Olivia Grégoire, chargée de l'Economie sociale, solidaire et responsable ; Laurent Piétraszewski, chargé des Retraites et de la Santé au travail ; Joël Giraud, chargé de la Ruralité ; Adrien Taquet, chargé de l'Enfance et des Familles.

Premier ministre, chef du gouvernement : Jean Castex

Jean Castex a été désigné, le 3 juillet 2020, par Emmanuel Macron pour succéder à Edouard Philippe. L'énarque de 55 ans a été le "Monsieur déconfinement" du gouvernement ces derniers mois. Ce haut fonctionnaire, issu de la Cour des Comptes, est reconnu comme un "grand connaisseur du secteur hospitalier". Sarkozyste, il a été secrétaire général adjoint de la présidence de la République du 28 février 2011 au 15 mai 2012. Récemment réélu dans la commune de Prades, dans les Pyrénées-Orientales, il est également Conseiller départemental depuis 2015.

Ministre de l'Europe des Affaires étrangères : Jean-Yves Le Drian

A ce poste clé, Emmanuel Macron a choisi de reconduire Jean-Yves Le Drian, l'ancien ministre de la Défense de François Hollande. Ce socialiste canal historique a changé de portefeuille en 2017 , mais reste à un poste régalien avec une grande partie de dossiers en commun avec son ancien poste. A la Défense, son bilan avait été jugé positif avec la lutte contre l'Etat islamique, mais aussi avec la signature de plusieurs gros contrats d'armements avec des pays étrangers, notamment pour le rafale. Au Quai d'Orsay, il est depuis resté un poids lourd de l'exécutif.

Ministre de la Transition écologique : Barbara Pompili

C'est une ancienne écologiste d'EELV passée par le gouvernement Hollande que Jean Castex et Emmanuel Macron sont allés chercher pour le ministère de la Transition écologique et solidaire. Ancienne députée de la Somme depuis 2012 après avoir été l'assistante parlementaire d'Yves Cochet, Barbara Pompili a co-présidé le groupe  écolo à l'Assemblée avec François de Rugy jusqu'en 2016. Après la rupture entre les Verts et François Hollande, elle opte pour le gouvernement, claque la porte d'EELV et devient secrétaire d'Etat à la Biodiversité à la fin du quinquennat du socialiste. Elle sera finalement réélue aux législatives de 2017 avec l'étiquette de La République en Marche cette fois. Depuis, Barbara Pompili présidait la commission du Développement durable et de l'Aménagement du territoire de l'Assemblée nationale. A la Transition écologique, elle a la lourde tâche de prendre la suite du médiatique Nicolas Hulot, qui a jeté l'éponge à la fin du mois d'août 2018, las de voir l'Elysée repousser les réformes qu'il appelait de ses voeux, de son ancien comparse François de Rugy, qui a démissionné en juillet 2019 après des soupçons sur l'utilisation de ses indemnités de président de l'Assemblée et d'Elisabeth Borne, au bilan discuté.

Ministre de l'Education, de la Jeunesse et des Sports : Jean-Michel Blanquer

Jean-Michel Blanquer, ancien directeur de l'Essec, grande école de commerce, a été nommé ministre de l'Education nationale en 2017. Ancien étudiant de Sciences Po Paris et de Harvard, il a été recteur de l'Académie de Guyane entre 2004 et 2006, recteur de l'Académie de Créteil entre 2007 et 2009, directeur général de l'enseignement scolaire au ministère de l'Education nationale entre 2009 et 2012, puis directeur général du groupe des écoles supérieures de commerce à partir de juin 2013. Il a déjà eu la charge d'une réforme du lycée et du bac très commentée. Apprécié à l'Elysée dit-on, il hérite dans le gouvernement de Jean Castex d'un ministère élargi à la Jeunesse et aux Sports.

Ministre de l'Economie, des Finances et de la Relance : Bruno Le Maire

Emmanuel Macron connaît très bien Bercy. Celui qu'il a désigné en 2017 - en accord avec son Premier ministre de l'époque Edouard Philippe - pour occuper son ancien poste est un autre transfuge de la droite : Bruno Le Maire. En acceptant de devenir le patron de Bercy, l'ancien député Les Républicains de l'Eure, qui avait fait campagne pour devenir président de l'UMP puis pour être investi candidat LR à la présidentielle, a rompu avec son parti, comme Edouard Philippe et Gérald Darmanin notamment. Il aura notamment mené à bien la loi "Pacte" sur la croissance et les entreprises. Reconduit dans le gouvernement Castex, il hérite en plus du lourd dossier de la relance économique après la crise du coronavirus.

Roselyne Bachelot lors de la passation de pouvoirs avec Frank Riester lundi au ministère de la Culture.
Roselyne Bachelot lors de la passation de pouvoirs avec Frank Riester lundi au ministère de la Culture. © Laurent Vu/SIPA

Ministre des Armées et de la Défense : Florence Parly

Florence Parly a été nommée ministre des Armées le 21 juin 2017. Cette énarque n'est pas tout à fait étrangère au gouvernement quand elle y entre après l'élection d'Emmanuel Macron. Elle a notamment déjà été secrétaire d'État du Budget entre 2000 et 2002. Socialiste d'origine, Florence Parly a adhéré au PS en 1995. Elle a également été directrice générale adjointe chez Air France de 2008 à 2014, puis directrice générale stratégies et finances à la SNCF, et directrice générale de SNCF Voyageur du 1er mai 2016 à sa nomination. En juin 2017, elle a remplacé Sylvie Goulard, eurodéputée centriste, démissionnaire elle aussi après les législatives. Un temps pressentie pour Matignon, elle a finalement été reconduite dans ses fonctions en juillet 2020.

Ministre de l'Intérieur : Gérald Darmanin

Gérald Darmanin était un très proche de Xavier Bertrand quand il a été nommé ministre en charge de l'Action et des Comptes publics en 2017, dans le gouvernement d'Edouard Philippe. Le maire de Tourcoing, réélu dès le premier tour en 2020, s'est mis lui-aussi en marge de son parti politique pour rejoindre Emmanuel Macron. Quelques semaines avant sa nomination au gouvernement, il s'affichait pourtant aux côtés de François Baroin pour préparer la campagne des Républicains des élections législatives. Parmi ses chantiers majeurs à Bercy, on se souviendra la mise en oeuvre du prélèvement à la source pour l'impôt sur le revenu, voté par la précédente majorité et maintenu après un temps de réflexion par l'exécutif. Candidat à un poste plus prestigieux dans le gouvernement Castex, il a eu gain de cause en décrochant l'Intérieur, malgré la récente réouverture d'une enquête pour viol le visant, après un non-lieu prononcé en 2018.

Ministre du Travail de l'Emploi et de l'Insertion : Elisabeth Borne

Diplômée de Polytechnique et des Ponts et chaussées, cette haute-fonctionnaire a été tour à tour ministre des Transports puis ministre de la Transition dans les gouvernements Philippe. Sur la sellette, elle est finalement maintenue dans le gouvernement Castex au Travail et à l'Emploi. Dans sa carrière, Elisabeth Borne a aussi dirigé la Régie autonome des transports parisiens (RATP), de mai 2015 à mai 2017. Auparavant, elle a travaillé au sein du ministère de l'Ecologie (auprès de Ségolène Royal), a été préfet de Poitou-Charente, a officié au sein de la SNCF ou encore d'Eiffage. Elisabeth Borne a aussi été conseillère technique chargée des transports dans le cabinet de Lionel Jospin à Matignon en 1997.

Ministre des Outre-Mer : Sébastien Lecornu

Sébastien Lecornu est loin d'être un novice en politique. Il a déjà été assistant parlementaire du député UMP Franck Gilard, conseiller auprès de Bruno Le Maire, secrétaire d'Etat aux Affaires européennes dans le premier gouvernement Fillon, maire de Vernon (Eure) et président de département. Le benjamin du gouvernement Philippe a fait ses études en droit à la prestigieuse université d'Assas à Paris. Il a auparavant été secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire et ministre chargé des Collectivités.

Ministre de la Justice, Garde des Sceaux : Eric Dupond-Moretti

Eric Dupond-Moretti, ministre de la Justice.
Eric Dupond-Moretti, ministre de la Justice. © CELINE BREGAND/SIPA

C'est la nomination surprise du remaniement de juillet 2020 : l'avocat médiatique Eric Dupond-Moretti, plutôt classé à gauche, hérite du poste de Garde des Sceaux à la suite de Nicole Belloubet. Homme de coups de tête et de coups de gueule, Eric Dupond-Moretti est surnommé "Acquittator" dans le milieu de la justice pour les nombreux acquittements obtenus pour ses clients. D'Outreau à l'affaire Balkany, il s'est illustré dans de nombreuses affaires retentissantes, mais aussi sur les plateaux de télévision, de cinéma et sur scène quand il s'est essayé au métier de comédien. Homme de polémiques (pro-corrida notamment), il a plusieurs fois attaqué les magistrats, dénonçant une "République des juges", ce qui a provoqué quelques remous au moment de sa nomination. En devenant ministre, il a d'ailleurs retiré une plainte qu'il venait de déposer dans le cadre de l'affaire dite des écoutes.

Ministre de la Cohésion et des Territoires : Jacqueline Gourault

Jacques Mézard, sénateur PRG du Cantal, en poste depuis juin 2017 à la Cohésion, a été a remplacé par Jacqueline Gourault en octobre 2018, qui a donc préservé son portefeuille en juillet 2020. Cette dernière a d'abord été secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Intérieur Gérard Collomb au tout début du quinquennat avant de se voir attribué ce ministère remanié, aux prérogatives plus larges, avec la Cohésion des Territoires et les Relations avec les collectivités. Fidèle de François Bayrou, cette sénatrice MoDem du Loir-et-Cher en poste depuis 2001, est sans aucun doute la nomination qui a permis à Emmanuel Macron d'honorer (et de maintenir) son alliance avec le parti centriste. Professeure d'histoire-géographie à l'origine, Jacqueline Gourault a également été la maire de La Chaussée-Saint-Victor(Loir-et-Cher) pendant 25 ans.

Ministre de la Culture : Roselyne Bachelot 

C'est une autre "star" qui est entrée dans le gouvernement Castex en juillet 2020, en même temps qu'Eric Dupond-Moretti : Roselyne Bachelot, députée du Maine-et-Loire de 1988 à 2007, ancienne députée européenne, ancienne ministre de l'Ecologie, de la Santé et des Sports et de la Cohésion sociale dans les gouvernements de Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy, très proche de François Fillon, fait son grand retour en politique après une parenthèse de plus de 8 ans où elle s'est essayée à la radio et à la télévision. Pendant la crise du coronavirus, son action en tant que ministre de la Santé en pleine crise de la grippe H1N1, sera réhabilitée, alors que l'achat massif de vaccins avait à l'époque fait polémique. C'est sans doute en partie grâce à cette reconnaissance et à cette vague de sympathie qu'elle peut revenir au centre du jeu en 2020, à la Culture cette fois. Roselyne Bachelot y prend la suite de Françoise Nyssen et de Frank Riester.

Ministre de la Santé et des Solidarités : Olivier Véran

Olivier Véran, ancien député socialiste de l'Isère, est entré au gouvernement en février 2020, en pleine épidémie de coronavirus, pour prendre la suite d'Agnès Buzyn, appelée pour la campagne des municipales à Paris après le retrait de Benjamin Griveaux. Le ministre des Solidarités et de la Santé, ancien neurologue ayant exercé au CHU de Grenoble, a auparavant été conseiller régional d'Auvergne-Rhône-Alpes. Elu des 2012 avec l'étiquette PS à l'Assemble, il a rejoint Emmanuel Macron en 2015, en tant que référent santé pour sa campagne présidentielle. Rue de Ségur, Olivier Véran va incarner très rapidement la lutte du gouvernement contre l'épidémie de Covid-19, au point d'être reconduit dans le gouvernement Castex. Le résultat sans doute aussi d'une volonté de stabilité en cette période encore incertaine : toute éviction aurait pu être interprétée comme un désaveu de la politique menée pendant des mois contre le virus.

Ministre de la Mer : Annick Girardin

Ministre des Outre-Mer jusqu'en juillet 2020, Annick Girardin a été nommée dans un ministère tout nouveau consacré cette fois à la mer et à sa préservation. Comme Jean-Yves Le Drian, cette ancienne socialiste avait servi sous François Hollande, en tant que ministre de la Fonction publique dans les gouvernements Valls 2 et Cazeneuve. Ancienne députée de Saint-Pierre-et-Miquelon entre 2007 et 2014, elle a également été conseillère territoriale de cet archipel pendant dix-sept ans. De 2014 à 2016, Annick Girardin a aussi été secrétaire d'Etat chargée du Développement et de la Francophonie. Durant la primaire citoyenne de 2017, elle avait soutenu Sylvia Pinel. Elle a ensuite soutenu Emmanuel Macron durant l'élection présidentielle.

Ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation : Frédérique Vidal

Frédérique Vidal a intégré le gouvernement le 17 mai 2017. Cette ancienne professeure de Sciences et Vie de la Terre dirigeait depuis 2012 l'université de Nice Sophia Antipolis, après y avoir été professeur et maître de conférences. Fait amusant : sa nomination en tant que ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation est intervenue alors qu'elle était en plein vol entre New York et Paris, de retour d'un déplacement professionnel... Frédérique Vidal a été reconduite dans les mêmes fonctions dans le gouvernement Castex en juillet 2020.

Ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation : Julien Denormandie

Julien Denormandie, titulaire d'un MBA en économie, a débuté son parcours comme ingénieur des Eaux et Forêts. II a rencontré Emmanuel Macron à l'Élysée alors que le futur candidat à la présidentielle était secrétaire général adjoint, chargé des questions économiques. Julien Denormandie l'a suivi à Bercy, où il a été directeur adjoint du cabinet du ministre de l'Economie. Surnommé "Macron Boy", il a ensuite été secrétaire général adjoint de La République en marche, dont il a activement participé au lancement, et pilotait jusqu'à sa nomination la refondation du parti avec Catherine Barbaroux. Chargé de la Ville et du Logement dans les gouvernements d'Edouard Philippe, il change radicalement de secteur puisqu'il passe à l'Agriculture et à l'Alimentation en juillet 2020 dans le gouvernement Castex. Il y succède à Stéphane Travert et Didier Guillaume, deux anciens socialistes.

Ministre de la Fonction et de la Transformation publiques : Amélie de Montchalin 

Secrétaire d'Etat aux Affaires européennes jusqu'au remaniement de juillet 2020, Amélie de Montchalin est une ancienne députée de La République en marche, figure de la majorité à l'Assemblée au moment de son élection en juin 2017. Spécialiste des questions économiques, c'est elle que le gouvernement avait choisie comme rapporteur du projet de loi finance 2018, ce qui lui avait permis de tisser une relation particulière avec Bruno Le Maire et Gérald Darmanin. Elle hérite de la Fonction publique dans le gouvernement Castex.

Les ministres délégués

Marlène Schiappa, ministre déléguée chargée de la Citoyenneté.
Marlène Schiappa, ministre déléguée chargée de la Citoyenneté. © ERIC DESSONS/JDD/SIPA
  • Ministre délégué auprès du Premier ministre chargé des Relations avec le Parlement : Marc Fesneau est entré dans le gouvernement lors du remaniement octobre 2018. Président du groupe Modem à l'Assemblée depuis son élection en 2018, il a été député de la 1re circonscription du Loir-et-Cher, maire de Marchenoir et Conseiller régional du Centre. Rapporteur de la réforme du travail parlementaire, prévoyant notamment un raccourcissement de la procédure législative dans le cadre de la loi constitutionnelle, il s'est illustré lors de l'élection du président de l'Assemblée nationale, après le départ de François de Rugy (qui se soldera finalement par l'élection de Richard Ferrand). Avant lui, Christophe Castaner a été brièvement chargé des Relations avec le Parlement auprès du Premier ministre.
  • Ministre déléguée auprès du Premier ministre, chargée de l'Egalité hommes-femmes, la Diversité et l'Egalité des chances : Elisabeth Moreno, née au Cap Vert et arrivée en France avec sa famille en 1977, est une dirigeante d'entreprise, passée par France Télécom, Dell, Lenovo dont elle a dirigé la branche française, avant de devenir présidente de HP Afrique. Diplômée en droit des affaires à l'Université Paris XII, elle incarne un idéal d'égalité des chances et hérite dans le gouvernement Castex d'un ministère des Droits des femmes élargi à la Diversité et à l'Egalité des chances.
  • Ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères, chargé du Commerce extérieur et de l'Attractivité : Frank Riester a été nommé initialement au ministère de la Culture, en octobre 2018, en remplacement de l''éditrice Françoise Nyssen. Député Agir, formation politique créée par des élus du centre droit, qui manifeste un soutien à de nombreux aspects de la politique engagée par Emmanuel Macron, proche du Premier ministre Edouard Philippe, il a échappé à la porte de sortie lors du remaniement de juillet 2020 et a hérité d'un ministère délégué. Il sera en charge du Commerce extérieur et de l'Attractivité dans le gouvernement Castex.
  • Ministre déléguée auprès de la ministre de la Transition écologique, chargée du Logement : Emmanuelle Wargon était déjà secrétaire d'Etat à la Transition écologique et solidaire aux côtés d'Elisabeth Borne depuis la mi-octobre 2018. Elle hérite dans le gouvernement Castex d'un poste de ministre déléguée et d'un périmètre plus précis avec le Logement. Connue pour son passage au ministère de la Santé et surtout au sein du groupe Danone, où elle assumera les fonctions de directrice de la communication et des affaires publiques, elle fait donc partie des promus du gouvernement.
  • Ministre délégué auprès de la ministre de la Transition écologique, chargé des Transports : Jean-Baptiste Djebbari a été nommé en 2019 aux côtés d'Elisabeth Borne quand celle-ci a été amenée à cumuler les portefeuilles de la Transition et des Transports. Cet ancien député LREM de la Haute-Vienne avait auparavant été rapporteur du projet de loi sur la réforme de la SNCF.  Spécialiste des Transports, il s'est illustré lors dès grèves contre la réforme des retraites en fin d'année 2019, provoquant de fortes perturbations à la RATP comme à la SNCF, mais aussi lors du déconfinement avec un plan de reprise des transports en commun.
  • Ministre délégué auprès du ministre de l'Economie, chargé des Comptes publics : Olivier Dussopt était député de l'Ardèche et à la tête de l'Association des petites villes de France depuis 2014, avant d'entrer au gouvernement le 24 novembre 2017. Son arrivée dans l'équipe, à l'origine comme secrétaire d'Etat chargé des Comptes publics et de la Fonction publique, constituait alors une prise de choix à gauche pour Emmanuel Macron, et donnait l'occasion à ce jeune espoir du Parti socialiste de se rapprocher des élus locaux sur fond de mécontentement face à la politique du gouvernement. Issu du PS donc, et longtemps associé à la gauche de la gauche (tendance Aubry-Hamon), Olivier Dussopt avait finalement soutenu Manuel Valls lors de la primaire de janvier 2017. Avant d'entrer au gouvernement, il avait participé à une mission pour la réforme du financement des collectivités locales menée par le Premier ministre Edouard Philippe. Dans le gouvernement Castex, il perd la Fonction publique mais est promu ministre délégué.
  • Ministre déléguée auprès du ministre de l'Economie, chargée de l'Industrie : Agnès Panier Runacher est venue renforcer le duo composé par Bruno Le Maire et Gérald Darmanin en octobre 2018 à Bercy, en tant que secrétaire d'Etat à l'Economie et aux Finances. Haute-fonctionnaire passée par le privé dans l'industrie et les loisirs, elle a rejoint En Marche en 2016 et fait depuis partie des nouveaux visages apportés par la macronie dans le paysage politique. Dans le gouvernement Castex, elle obtient elle aussi une promotion en devenant ministre déléguée et un portefeuille à la fois plus précis et conséquent avec l'Industrie.
  • Ministre délégué auprès du ministre de l'Economie, chargé des PME : Alain Griset était depuis 2016 président de l'Union des entreprises de proximité avant d'entrer au gouvernement dans le gouvernement Castex. Ce fondateur d'une société de taxi dans la région de Lille dans les années 1970 a été président de la Chambre de métiers et de l'artisanat du Nord, puis de la Chambre de métiers et de l'artisanat de région du Nord-Pas-de-Calais qui va la remplacer en 2005 et enfin président de l'Assemblée permanente des chambres de métiers et de l'artisanat. Des postes qui le rapprocheront petit à petit de la politique.
  • Ministre déléguée auprès du ministre de l'Education, chargée des Sports : Roxana Maracineanu est une ancienne championne du monde de natation et ex-consultante sur France Télévisions. Elle a remplacé l'ancienne championne d'escrime Laura Flessel au poste de ministre des Sports à la rentrée 2018, après la démission de cette dernière pour "raisons personnelles". Depuis, Roxana Maracineanu a eu du mal à imprimer sa marque et à peser sur les dossiers, notamment celui des JO de Paris 2024. Un temps menacée, elle est finalement reconduite, mais sous la tutelle de Jean-Michel Blanquer dans un ministère allant de l'Education aux Sports en passant par la Jeunesse.
  • Ministre déléguée auprès de la ministre des Armées, chargée de la Mémoire et des Anciens combattants : Geneviève Darrieussecq a été médecin allergologue pendant 25 ans et médecin du sport d'équipes de rugby avant de s'engager en politique. Cette mère de quatre enfants s'est faite élire conseillère régionale d'Aquitaine sur le tard, en 2004, puis conseillère départementale des Landes en 2015, siège qu'elle occupe toujours. Depuis 2008, elle est aussi maire de Mont-de-Marsan. En juin 2017, cette proche de l'ex-ministre de la Justice François Bayrou a été élue députée MoDem des Landes avant d'entrer au gouvernement en tant que secrétaire d'Etat auprès du ministre des Armées. Elle reste au ministère de la Défense après le remaniement de juillet 2020.
  • Ministre déléguée auprès du ministre de l'Intérieur, chargée de la Citoyenneté : Marlène Schiappa a été secrétaire d'État auprès du Premier ministre, chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes et de la Lutte contre les discriminations de mai 2017 à juillet 2020, avant d'être nommée ministre déléguée à la Citoyenneté auprès du ministre de l'Intérieur. Candidate à 37 ans aux élections municipales à Paris, dans le 14e arrondissement, elle a débuté sa carrière politique dans une autre ville, Le Mans, où elle sera conseillère municipale et adjointe de 2014 à 2017. Elle est aussi connue pour un blog féministe "Maman travaille", qui aboutira à une association, et pour la publication de plusieurs chroniques, essais et romans.
  • Ministre déléguée auprès de la ministre du Travail, chargée de l'Insertion : Brigitte Klinkert est une femme politique alsacienne ayant effectué l'essentiel de sa carrière au niveau local. Adjointe à la mairie de Colmar pendant près de 20 ans jusqu'en 2008, elle préside le conseil départemental du Haut-Rhin depuis le 1er septembre 2017. Ancienne membre du Conseil économique social et environnemental (CESER) de la Région Alsace puis chargée de mission à la Région Alsace, cette élue LR est présentée par les Dernières Nouvelles d'Alsace comme un des moteurs de la création d'une nouvelle collectivité alsacienne après l'instauration des grandes régions : la Collectivité européenne d'Alsace.
  • Ministre déléguée auprès de la ministre de la Cohésion des Territoires, chargée de la Ville : Nadia Hai, cadre de banque à l'origine, est la créatrice dès le début de l'année 2017 du mouvement des "Femmes en marche avec Macron". Candidate à Trappes aux législatives la même année, elle réussit l'exploit d'éliminer l'ancien socialiste et candidat à la présidentielle Benoît Hamon dès le premier tour puis de battre le député sortant LR Jean-Michel Fourgous. Elle entre au gouvernement en juillet 2020 dans le gouvernement Castex.
  • Ministre déléguée auprès du ministre de la Santé, chargée de l’Autonomie : Brigitte Bourguignon est une ancienne députée socialiste, élue à Boulogne-sur-Mer sous l'étiquette PS en 2012 et réélue avec l'étiquette de La République en Marche en 2017, après un changement de bord soudain, entre les deux tours de la présidentielle. Depuis, la députée de la 6e circonscription du Pas-de-Calais a été nommée présidente de la Commission des affaires sociales au Palais Bourbon. Dernièrement, elle a aussi dirigé la commission d'enquête parlementaire sur la gestion de la crise du coronavirus.
  • Secrétaire d'Etat auprès du Premier ministre, porte-parole du gouvernement : Gabriel Attal était initialement secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Education dans le gouvernement d'Edouard Philippe, où il a été nommé en octobre 2018. Cet ex-député LREM des Hauts-de-Seine, élu en 2017 à 29 ans, a commencé son parcours politique au PS et a été membre du cabinet de l'ancienne ministre de la Santé Marisol Touraine de 2012 à 2017. Quand il a rejoint la macronie, il a aussi assuré la fonction de porte-parole du parti La République en Marche. Un rôle  qui pourrait lui servir, lui qui est désormais Porte-parole du gouvernement Castex, en lieu et place de Sibeth Ndiaye qui dit avoir quitté le gouvernement pour "raison personnelle".