Pourquoi la loi votée sur les PFAS indigne écologistes et associations de consommateurs

Pourquoi la loi votée sur les PFAS indigne écologistes et associations de consommateurs La proposition de loi écologiste visant à interdire les PFAS a été amendée par l'Assemblée nationale, ce jeudi 4 avril. Elle ne concerne plus les ustensiles de cuisine.

Des débats animés. Adoptée à l'unanimité en commission la semaine dernière, la proposition de loi visant à restreindre la fabrication et la vente de produits contenant les substances per et polyfluoroalkylés appelées PFAS a été amendée par les députés. S'ils se sont prononcés pour le maintien du principal article, qui prévoit d'interdire la fabrication et la vente de certains produits qui en contiennent, ils ont finalement exclu de cette interdiction les ustensiles de cuisine.

Présenté par l'écologiste Nicolas Thierry, ce projet de loi a fait l'objet de vives discussions entre la majorité et les écologistes, qui n'ont pas trouvé de compromis concernant le vente de ces produits. "Encore une fois", la majorité aura "cédé aux lobbying (du fabricant) Seb, au détriment de la santé des Français. C'est une honte", ont réagi les députés écologistes. "On a perdu 2 millions d'emplois industriels ces dernières décennies en France (…) Qui va nous faire croire que tout ça c'est la faute de l'écologie ? ", s'est interrogé le député LFI François Ruffin.

Un plan d'actions dévoilé

La direction, les syndicats et les salariés du groupe électroménager SEB avaient manifesté mercredi 3 avril 2024 devant l'Assemblée nationale à Paris pour protester contre la proposition de loi écologiste. Le groupe a assuré ne pas utiliser de téflon dans ses revêtements antiadhésifs et affirme que les PFAS, utilisés notamment dans la fabrication des célèbres poêles Tefal, ne présentent pas de danger pour la santé.

De son côté, le ministre de l'Industrie Roland Lescure a insisté sur la nécessité d'agir au niveau européen pour interdire l'usage de certains PFAS. "Des restrictions ont déjà été mises en place (en Europe) et des interdictions seront prônées, prononcées dans de brefs délais", a-t-il assuré. Un plan d'actions a été présenté et doit permettre de "coordonner toutes les administrations pour étendre la campagne de mesures, pour réduire les rejets le plus vite possible, pour dépolluer l'environnement avec 26 actions, une administration pilote à chaque fois pour responsabiliser", a-t-il déclaré.

Autour du même sujet

Santé