Un virus, qui avait presque disparu, se propage et cause la mort de 5 bébés en 2024

Un virus, qui avait presque disparu, se propage et cause la mort de 5 bébés en 2024 Santé publique France alerte sur le nombre de cas d'infections sévères à un pathogène qui circulait peu ces dernières années. Il a déjà causé la mort de 5 bébés depuis le début de l'année.

Une épidémie qui inquiète. En 2024, pas moins de 5 bébés sont morts après une infection à Parvovirus B19. Un virus de la famille des parvoviridae qui se transmet généralement par voie respiratoire. Il peut provoquer des formes asymptomatiques mais peut aussi engendrer la fameuse "cinquième maladie". Tout simplement car il s'agit de la cinquième infection virale avec la rougeole, la rubéole, la varicelle et la roséole. 

L'infection à Parvovirus B19 "poursuit son ascension en 2024"

Si le Parvovirus B19 circulait peu ces dernières années, Santé publique France remarque une recrudescence ces derniers mois. L'épidémie touche en particulier les enfants, mais peut également entraîner chez les femmes enceintes des fausses couches et un risque d'œdème fœto-placentaire sévère. Dans un rapport paru lundi soir, Santé publique France annonce que cette nouvelle épidémie d'infection qui touche toutes les catégories d'âge a débuté en mai 2023. "Son intensité s'est accrue au dernier trimestre de 2023 et elle poursuit son ascension en 2024 avec un pic qui n'a pas encore été atteint au mois de mars". 

Certains services de périnatalité indiquent par exemple, une augmentation de fausses couches et de morts fœtales en lien avec une infection à Parvovirus B19. En revanche, les cas d'infections sévères, bien qu'en en augmentation selon certains médecins urgentistes et réanimateurs, n'ont pas pas pu être quantifiés.

5 décès chez des enfant de moins d'un an

Dans les faits, "le nombre de décès liés à une infection à Parvovirus B 19 était en moyenne de 1,8/an en période pré-pandémique et touchait majoritairement les adultes. Même si ce nombre reste faible et cohérent avec la faible sévérité de l'infection, il est à surveiller car il a augmenté de façon notable depuis 2022 en lien avec la circulation plus active du virus et affecte davantage les enfants, qui constituent la totalité des 5 décès déjà enregistrés pour l'année 2024 via la certification électronique des décès" précise Santé publique France.

Les 5 décès sont survenus chez des enfants âgés de moins d'un an, dont 4 nouveaux-nés suite à une infection congénitale. Une recrudescence qui pourrait s'expliquer par une moindre exposition au Parvovirus pendant la période Covid en raison des gestes barrières et des restrictions gouvernementales. 

Un test négatif à la rougeole comme piste sérieuse

En revanche, il est délicat de diagnostiquer une infection à Parvovirus B19, "parce que des éruptions cutanées peuvent être dues à beaucoup de virus chez les enfants. On retient souvent comme symptôme atypique les joues rouges, sauf que beaucoup d'enfants ont les joues rouges dès la moindre fièvre" précise Michaël Rochoy, médecin généraliste dans les colonnes du Parisien. Alors, chez l'enfant, si un test pour une rougeole s'avère être négatif, cela peut être un piste sérieuse, notamment en ces temps de recrudescence de Parvovirus B19.

Autour du même sujet

Santé