Restaurants et bars : quelles aides pour ces établissements fermés jusqu'au 20 janvier ?

Chargement de votre vidéo
"Restaurants et bars : quelles aides pour ces établissements fermés jusqu'au 20 janvier ?"

Restaurants et bars : quelles aides pour ces établissements fermés jusqu'au 20 janvier ? RESTAURANT ET CONFINEMENT - Ce jeudi 26 novembre, le Premier ministre Jean Castex et la ministre du travail Elisabeth Borne ont annoncé de nouvelles aides aux professionnels de la restauration dont la réouverture des bars et restaurants n'est pas prévue avant le 20 janvier 2021 minimum.

[Mis à jour le 26 novembre 2020 à 13h37] Alors que les commerces non essentiels rouvrent leurs portes ce samedi 28 novembre, "les bars et restaurants resteront fermés jusqu'au 20 janvier 2021", a confirmé le Premier ministre Jean Castex ce jeudi 25 novembre en conférence de presse, car ce sont des "lieux de contamination virale élevée". Leur réouverture ne pourra se faire que "si le nombre de contaminations demeure en dessous de 5 000 cas par jour", avait précisé le chef de l'Etat mardi. Le couvre-feu sera décalé à ce moment-là à 22 heures.

Le Premier ministre s'est toutefois montré rassurant pour l'année prochaine : "2021 sera l'année de la gastronomie française". Plaidant pour "valoriser le savoir-faire de nos bars et restaurants" ou pour "les aider à moderniser leur outil de travail", le Premier ministre a fait mention d'"une personnalité qualifiée pour préparer ce grand chantier en lien étroit avec les professionnels". 

Restaurants et bars fermés : quelles aides financières ?

Ce mardi soir, le chef de l'Etat Emmanuel Macron a écarté tout espoir concernant une réouverture des restaurants pour les fêtes de Noël et du Nouvel An, tablant sur la date du 20 janvier 2021. "Des contraintes fortes demeureront toutefois", a annoncé le chef de l'Etat. "Les bars, tout comme les discothèques, seront fermés jusqu'à nouvel ordre".

En complément du soutien économique massif apporté aux commerces fermés (fonds de solidarité de 10 000 euros par mois, crédit d'impôt de 50% du montant de loyer abandonné pour tous les bailleurs qui renoncent à leur loyer de novembre pour les commerçants de moins de 250 salariés et qui sont fermés), le chef de l'Etat a annoncé la mise en place de nouvelles mesures de compensations financières ce mardi : "Dès les prochains jours nous allons compléter ces aides : les restos, bars, discothèques... Tous les bâtiments qui resteront fermés administrativement se verront verser 20% de leur chiffre d'affaires si cette aide est plus avantageuse que les 10 000 euros versés dans le cadre du fonds de solidarité. Cette aide exceptionnelle sera maintenue jusqu'au 20 janvier".

La ministre du Travail Elisabeth Borne a également annoncé ce jeudi une aide exceptionnelle de 900 euros par mois jusqu'en février 2021, pour les saisonniers, les contrats-courts comme les extras dans la restauration, et certains intérimaires pénalisés par la fermeture des bars et restaurants.

A quelles dates les restaurants et bars peuvent-il espérer rouvrir ?

La réouverture des établissements de restauration n'interviendra pas avant le 20 janvier 2021. Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal avait précisé que "des perspectives" seront données aux restaurateurs "au début du mois de décembre". Europe 1 a par ailleurs annoncé ce 25 novembre au matin que la réouverture spécifique des bars ne serait pas envisagée avant le 1er février 2021.

"On ne comprend pas pourquoi on reste stigmatisé, pourquoi on reste fermé", soupire Hervé Montoyo, président de la branche restauration au sein de l'UMIH 66, à L'Indépendant. "Pourtant, il n'y a pas eu de clusters dans nos établissements".

La réouverture des restaurants pourra être conditionnée au téléchargement de l'application TousAntiCovid, selon les suggestions de Jean-François Delfraissy, infectiologue et président du conseil scientifique dans une interview donnée au Monde vendredi : "Le conseil scientifique recommande d'utiliser plus largement cette application. On peut aussi imaginer que certains lieux soient accessibles à condition de l'avoir activée. La réouverture, par exemple, d'endroits comme les restaurants début 2021 pourrait être accompagnée par cet outil numérique".

Restaurant et confinement : le secteur de la restauration totalement sinistré

Pour rappel, les restaurants et bars ont été fermés pendant 3 mois au printemps 2020 lors du premier épisode du confinement, puis ont dû faire face au couvre-feu à 21 heures cet automne et se retrouvent désormais fermés jusqu'au 20 janvier 2021 minimum. Les restaurants, bistrots, brasseries, bars et cafés vont-ils survivre, malgré les aides financières évoquées par le gouvernement ? D'après les données de La Dépêche du Midi, "la crise du Covid pourrait faire disparaître un restaurant sur deux et provoquer la destruction de 130 000 emplois. Les pertes pour la filière atteignent le montant colossal de 30 milliards d'euros sur l'année". 

L'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie (UMIH), principal syndicat des restaurateurs, barmen et hôteliers au niveau national, sort les crocs : "On appelle tous les professionnels, tous nos fournisseurs, brasseurs, intervenants, les viticulteurs, les éleveurs, les agriculteurs à se mobiliser ensemble pour montrer notre volonté de travailler. Soyez certains que nous ne lâcherons rien", d'après les propos d'Hervé Montoyo, le président de la branche restauration au sein de l'UMIH 66, recueillis par le journal L'Indépendant. "D'ici le 20 janvier, nos bars et nos restaurants auront fermé 6 mois et demi. Idem pour les traiteurs. Les boîtes de nuit, 10 mois ! C'est une catastrophe".  

"Nous n'en pouvons plus. Nous ne sommes pas écoutés. Nous en sommes à 130 jours de fermeture administrative depuis le début de l'année. Et ne croyez pas que nous vidons les caisses de l'Etat, car nous ne sommes pas aidés. Nous allons vers des milliers de faillites", s'indigne Brice Sannac, membre du bureau de l'UMIH 66 auprès de L'Indépendant. 

À Bordeaux, le chef étoilé Philippe Etchebest propriétaire du restaurant Le Quatrième Mur, se montre très inquiet. "On ne nous a pas entendus. Et je peux vous assurer qu'aujourd'hui ça va être des milliers d'emplois qui vont être perdus. Ca va être des centaines et des centaines d'entreprises qui vont fermer. Et au-delà de la faillite financière, il y a la faillite morale qui va être terrible pour les familles. Ce sont 2 millions d'emplois que nous générons aujourd'hui, vous vous rendez-compte, c'est colossal", avait martelé Philippe Etchebest sur LCI. "Mais je le répète une fois de plus : la santé est importante mais il faut trouver une solution, il faut trouver le bon équilibre dans tout ça."

Les restaurants restent ouverts à la vente à emporter pendant le confinement

Les restaurants assurant la livraison de repas à emporter ou en livraison à domicile restent ouverts pour préparer les commandes et assurer le retrait des commandes par les clients (autrement dit, le click & collect). Uniquement dans la capitale, la fermeture des restaurants à emporter sont avancées à 22 heures en raison des attroupements qui avaient été constatés dans les rues de Paris près de ces établissements.