Les défaites aussi mythiques que des victoires France - Italie au Mondial 2006 : Zidane perd son calme

La défaite en finale de la Coupe du monde 2006 reste l'une des pages les plus décevantes du foot français. Après des débuts difficiles en poules, les Bleus de Raymond Domenech se reprennent et éliminent l'Espagne en 1/8 de finale, le Brésil en 1/4 et le Portugal en 1/2.

Le 9 juillet, à l'Olympiastadion de Berlin, la France affronte l'Italie en finale. Le capitaine Zinedine Zidane, qui a annoncé la fin de sa carrière, s'apprête à disputer son dernier match.  

Dès la 7e minute, il s'illustre en marquant un penalty d'une panenka qui touche la transversale avant de rentrer. Mais rapidement, l'Italie égalise grâce à un but de Materazzi. Les minutes passent, les équipes se crispent et ne parviennent pas à faire la différence. A la fin du temps règlementaire, le score est de 1-1.

La fin se jouera à 10 contre 11

les larmes de trezeguet
Les larmes de Trezeguet © INA

En prolongations, la France domine et se crée des occasions. Une tête de Zidane à bout portant est arrêtée par le gardien italien Buffon. Mais le tournant de la rencontre se produit à la 110e minute. Insulté par Marco Materazzi, le numéro 10 français lui assène un coup de tête dans le thorax.

L'arbitre du match ne remarque pas l'incident. Mais le quatrième arbitre, après avoir regardé les images sur un écran de contrôle, lui signale le geste du capitaine français. Zidane est alors expulsé.

Ce carton rouge modifie le rapport de force entre Français et Italiens, la confiance change de camp. Les Bleus semblent déstabilisés par l'absence de leur leader. Pendant les 5 dernières minutes des prolongations, ils résistent malgré tout aux assauts italiens.
Mais la séance de tirs au but leur sera fatale. Le 2e tireur français, David Trezeguet, rate sa frappe, qui vient heurter la barre transversale. Les Italiens, eux, ne commettent pas d'erreurs et lorsque Grosso réussit le 5e tir au but, la France est vaincue.

La polémique sur le geste de Zidane, son expulsion et le recours à l'arbitrage vidéo, sera à la hauteur de la déception française : énorme.

Reportage du JT de France 2 (archives INA)