Fondation Louis Vuitton : Frank Gehry se lance dans la haute couture

Fondation Louis Vuitton : Frank Gehry se lance dans la haute couture La Fondation Louis Vuitton pour la création et l'art contemporain, un bâtiment, aux formes transparentes et chaotiques, a été dessiné par le célèbre architecte Frank Gehry.

Haute couture, haute architecture

Frank Gehry se lance dans la haute couture. Ce n'est pas vraiment une nouveauté : ses bâtiments asymétriques, volumes enchevêtrés et enveloppes brillantes, concaves et convexes, ont la même extravagance que des tenues de défilé de mode, élégantes et déstructurées. Même décalage, même provocation, même créativité : les bâtiments de Frank Gehry sont aussi remarquables - dans tous les sens du terme - que du Louis Vuitton. Démonstration à Paris en 2010, avec la Fondation Louis Vuitton pour la Création.

 
Vue de nuit de la Fondation Louis Vuitton pour la Création. Illustration de Didier Ghislain, d'après le projet de Frank Gehry © Didier Ghislain / 2006

Une serre cotonneuse dans le Jardin d'acclimatation

C'est au cœur du Jardin d'acclimatation que Bernard Arnault, PDG de LVMH, implantera sa fondation consacrée à la création et à l'art contemporain des XXe et XXIe siècles. Si le mystère reste à peu près entier sur le contenu exact du musée (mis à part l'hommage qui sera rendu aux créateurs qui ont influencé la marque), son écrin de verre, en revanche, vient d'être dévoilé.

Le bâtiment, posé sur un bassin d'eau en bordure de bois de Boulogne, avenue Mahatma Gandhi, s'inspire, selon son concepteur, de la forme d'un nuage. Un nuage ou une fleur, au choix, car le cœur du bâtiment, fait de blocs juxtaposés, est entouré de "pétales" de verre qui ouvrent le musée vers le haut. A l'intérieur, la Fondation comportera des espaces d'exposition, un auditorium au bord de l'eau, des terrasses ou encore un centre de documentation. Au total : 2 400 m² de surface au sol pour un bâtiment de 40 m de haut et 150 m de long.

 
Maquette de Frank Gehry pour la Fondation Louis Vuitton pour la Création
© Gehry Partners / Louis Vuitton

Un projet qui devrait faire l'unanimité

Le bâtiment devra, selon le souhait de Frank Gehry, "intriguer puis séduire". Intriguer ne devrait pas poser de problèmes. Séduire pourrait s'avérer plus difficile, et encore? L'expérience a montré que les ovnis déconstruits de Frank Gehry sont en général appréciés par le public. Et celui-ci devrait l'être d'autant plus que c'est LVMH qui en assure la totalité du financement, 100 millions d'euros (sur un terrain appartenant à la ville de Paris), ne laissant aucune prise à la "critique par le coût". Séduit, Bertrand Delanoë l'est aussi, qui voit sa ville dotée d'une nouvelle vitrine à l'international. Quant à Frank Gehry, déjà à la une de l'actualité culturelle avec le film que Sydney Pollak vient de lui consacrer (voir la fiche du film Esquisses de Frank Gehry ), il ne fait que confirmer sa réputation et son style.

Frank Gehry, l'architecte du Guggenheim de Bilbao

A 82 ans (en 2011), Frank Gehry signe encore les bâtiments les plus audacieux de l'architecture mondiale contemporaine. Né à Toronto, il a créé son agence, Gehry Partners, à Los Angeles en 1962. Il est, depuis les années 1980, l'un des principaux représentants contemporains du déconstructivisme en architecture (parmi lesquels on trouve également Zaha Hadid ou Rem Koolhaas), courant novateur qui va à l'encontre des conventions pour inventer des formes chaotiques, imprévues mais contrôlées, parfaitement illustrées dans le musée Guggenheim de Bilbao.

Lauréat du Pritzer Architecture Prize en 1989, et médaille d'or du Royal Institute of British Architects en 2000, on compte, parmi ses réalisations récentes, le Walt Disney Concert Hall à Los Angeles, le DZ Bank Building à Berlin ou encore le Frederick R. Weisman Art Museum de l'université de Minnesota, à Minneapolis. Il signera également le futur Guggenheim d'Abou Dhabi, un projet de 30 000 m² sur l'île de Saadiyat au large de l'émirat, dont la construction devrait s'achever vers 2012.

En France, l'architecte a notamment réalisé l'American Center (actuelle Cinémathèque française), rue de Bercy, en 1993. Mais la Fondation Louis Vuitton pour la Création sera son premier grand chantier dans la capitale. Un apport reconnu, le 3 octobre, par Renaud Donnedieu de Vabres, ministre de la Culture, qui a remis la Légion d'honneur à l'architecte en soulignant : "De tous les créateurs de notre temps, vous êtes sans doute l'un des plus libres, des plus lumineux et des plus inclassables".

» En vidéo : découvrez la future Fondation en 3D
» Lire aussi : Tours de hanche de Zaha Hadid à Dubaï
» Lire aussi : Rem Koolhaas à la Serpentine Gallery de Londres
» Voir aussi en vidéo : La cinémathèque française

Annonces Google