14 juillet 2017 : défilé militaire, hommage à Nice... Revivez les grands moments

14 juillet 2017 : défilé militaire, hommage à Nice... Revivez les grands moments DEFILE DU 14 JUILLET - Après le défilé militaire du 14-Juillet, tous les regards se sont tournés vers Nice, qui rend hommage aux victimes, mais également aux héros de l'attentat, survenu il y a un an, jour pour jour.

Défilé du 14 juillet 2017 : l'essentiel

  • Donald Trump et son épouse Melania Trump sont arrivés jeudi matin à Paris, en vue d'assister vendredi au défilé du 14-Juillet, sur l'invitation du Président Macron. 
  • Le défilé du 14-Juillet s'est déroulé ce vendredi matin, entre 10h30 et 12h30. Au programme : animation sur l'évolution des véhicules militaires à travers le temps, défilé des avions, défilé des troupes avec comme invités d'honneur les "Sammies", les soldats américains, défilé des hélicoptères, défilés des blindés et, pour finir, la fanfare. Le Président américain n'a pas caché son bonheur d'assister à un tel spectacle. 
  • La fanfare a rendu hommage aux victimes de l'attentat de Nice en reprenant "Nissa la bella", l'hymne de la ville meurtrie. Dans un tout autre registre, la fanfare a également entonné plusieurs titres du groupe français Daft Punk.
  • Emmanuel Macron ne fera pas d'interview du 14-Juillet. Le Président a en revanche tenu un bref discours à la fin du défilé militaire dans lequel il a rappelé les valeurs françaises et rendu hommage à ceux qui risquent leur vie pour les autres.
  • Emmanuel Macron, ainsi que François Hollande et Nicolas Sarkozy, sont à Nice vendredi après-midi pour rendre hommage aux victimes de l'attentat survenu il y a un an.
  • Quel programme jeudi ? Les couples Trump et Macron ont visité ensemble les Invalides jeudi après-midi. De son côté, Melania Trump s'est rendue seule à l'hôpital Necker jeudi matin, pour y rencontrer des enfants malades. Après la visite des Invalides, les deux premières dames se sont également rendues à Notre-Dame-de-Paris, avant de faire une balade en bateau sur la Seine. Les deux couples dînaient jeudi soir au restaurant le Jules Verne, un établissement étoilé, situé au deuxième étage de la Tour Eiffel. 
  • Emmanuel Macron et Donald Trump ont donné une conférence de presse commune, après s'être entretenus en privé, jeudi en début de soirée.
  • L'invitation de Donald Trump pour le 14 juillet fait polémique. 

Dernières infos sur le défilé du 14 juillet 2017

16:55 - Ovation à Nice pour Franck, le héros au scooter

FIN DU DIRECT - Il avait tenté de stopper le terroriste en camion sur la promenade des Anglais le 14 juillet 2016. Franck s'est vu remettre une médaille de la Légion d'honneur ce vendredi. Il a été acclamé par les spectateurs présents.

16:10 - Emmanuel Macron arrive à Nice

Le Président Emmanuel Macron a atterri à Nice. Selon l'AFP, François Hollande et Nicolas Sarkozy faisaient partie des passagers de l'avion présidentiel. Les cérémonies devraient débuter dans quelques minutes, après l'arrivée du président de la République. De leur côté, Nicolas Sarkozy et François Hollande sont déjà en train de s'installer dans la tribune.

15:50 - Cérémonies d'hommage à Nice ce vendredi après-midi

Un an, jour pour jour, après le drame, Emmanuel Macron se rendra à Nice où sont organisées des cérémonies d'hommage aux victimes, mais également en l'honneur de tous les professionnels et particuliers qui ont apporté leur aide et qui continuent de faire preuve de solidarité et de fraternité depuis. Constituées d'un défilé militaire aérien et terrestre puis d'un hommage municipal, ces cérémonies se dérouleront entre 16h30 et 18h30. François Hollande et Nicolas Sarkozy seront également sur place. Pour rappel, l'attentat de Nice a fait 86 morts et plusieurs centaines de blessés. 

15:14 - Dîner "entre amis" : on sait ce que les Macron et les Trump ont mangé à la Tour Eiffel !

Depuis jeudi soir, avant même leur arrivée au Jules Verne, beaucoup se demandaient ce qui constituerait le menu des époux Macron et Trump. BFM TV vient de lever le voile. Selon la chaîne d'information continu, le menu présidentiel était composé d'un pâté en croûte, suivi de petits légumes du potager de la Reine farcis, d'une sole dorée à la sauce hollandaise, d'un filet de boeuf Rossini jus Périgueux Fraises des bois et, d'un soufflé au chocolat pour le dessert. Si on ignore encore le vin qui a été bu lors de ce succulent repas, on sait que du champagne a été servi en début de soirée.

14:23 - Pour Édouard Philippe, le général de Villiers peut garder son poste

Interrogé par BFM TV, le Premier ministre Édouard Philippe est revenu sur le cas du général Pierre de Villiers. Selon lui, ce dernier, malgré les critiques lancées publiquement contre les coupes budgétaires dans le budget de la Défense, peut "bien entendu" rester à son poste. "Vous savez, un message, quand il est exprimé par un chef, est formulé de façon forte et claire et il est reçu", a-t-il estimé.

13:32 - La diminution budgétaire de la Défense ? "Ça ne le fera pas"

Invité de Territoires d’Infos sur Public Sénat et Sud Radio, Jean-Marie Bockel, sénateur UDI du Haut-Rhin, est revenu sur la baisse de budget imposée à l'armée. Un effort de 850 millions d'euros est demandé pour 2017. "Ça ne le fera pas", assure-t-il, affirmant que cette diminution du budget créerait des dysfonctionnements. "Pour le moment nous ne sommes pas rassurés sur ce cap. Donc nous restons mobilisés, toutes sensibilités politiques confondues au Sénat", a-t-il également ajouté.

12:59 - Défilé du 14-Juillet : combien de spectateurs ont-ils fait le déplacement ?

Selon Nathanaël de Rincquesen, le présentateur du 13 Heures de France 2 ce vendredi, 100 000 spectateurs auraient fait le déplacement sur les Champs-Élysées pour assister au défilé militaire. Pour accéder aux abords de l'avenue, tous les spectateurs ont dû se plier à différents contrôles de sécurité.

12:29 - "Une fête nationale sereine et joyeuse", pour Emmanuel Macron

"Je souhaite à toutes les Françaises, à tous les Français, une fête nationale sereine et joyeuse. Vive la République et vive la France !", a conclu Emmanuel Macron, à l'occasion de sa brève intervention. Raccompagnés par Brigitte et Emmanuel Macron jusqu'à leur voiture, Melania et Donald Trump sont repartis après avoir été applaudis par les spectateurs. Le défilé militaire du 14-Juillet 2017 est officiellement terminé.

12:25 - Hommage aux pupilles de la nation

Après avoir rendu hommage à ces hommes et ces femmes "qui ont décidé de s'engager et de risquer leur vie", soldats, policiers, pompiers, douaniers, "tous ceux qui défilent en ce jour de fête nationale", qu'il qualifie d'"armée de la liberté", Emmanuel Macron a adressé "un salut chaleureux aux pupilles de la nation". Après le départ de Melania et Donald Trump, le Président français est également allé les saluer.

12:19 - Emmanuel Macron prend la parole

Comme annoncé, le président de la République française a pris la parole à la fin du défilé militaire du 14-Juillet. Emmanuel Macron ne compte en revanche pas donner la traditionnelle interview du 14-Juillet. "En ce 14 juillet, nous célébrons la France, ce qui nous unit, ce goût absolu de l'indépendance qu'on appelle liberté, cette ambition de donner à chacun sa chance qu'on appelle égalité, cette détermination à ne laisser personne sur le côté du chemin qu'on appelle fraternité", a notamment lancé le Président avant de salué la relation franco-américaine : "Nous avons trouvé des alliés sûrs, des amis, qui sont venus à notre secours. Les États-Unis d'Amérique sont de ceux-ci. Rien ne sous séparera jamais. La présence du président M. Donald Trump et de son épouse est le signe d'une amitié qui traverse les temps. Je veux les remercier pour le choix fait il y a 100 ans."

12:11 - Emmanuel Macron remercie le Gouverneur militaire de Paris

Comme la tradition le veut, le président de la République va à la rencontre du gouverneur militaire de Paris, Bruno le Ray. Après l'avoir remercié, il en profite pour lui présenter Donald Trump.

12:07 - Défilé du 14-Juillet : le spectacle touche à sa fin

Drapeaux américain et français tendus l'un à côté de l'autre, face à la tribune présidentielle, les deux hymnes sont joués par la fanfare. Donald Trump et toute sa délégation ont la main sur le coeur lorsque The Star-Spangled Banner, "La Bannière étoilée", est entonné par la fanfare.

Défilé du 14-Juillet : le spectacle touche à sa fin - 14 juillet ©Carolyn Kaster/AP/SIPA

12:03 - La fanfare entonne Daft Punk devant un Donald Trump pas très convaincu

Après avoir rendu hommage aux victimes de l'attentat de Nice, survenu il y a un an jour pour jour, en jouant Nissa la bella, l'hymne niçois, la fanfare a fait preuve d'originalité en reprenant notamment le célèbre Get lucky des Daft Punk. Dans la tribune présidentielle, Emmanuel Macron s'est amusé comme la plupart des spectateurs de cette reprise. Donald Trump était lui moins enjoué... Michel Fugain a lui aussi résonné ce vendredi matin.

11:54 - Retour au sol, avec les blindés

Place aux blindés motorisés sur les Champs-Élysées. Puis viennent des canons Caesar, notamment utilisés dans la bataille de Mossoul, les chars Leclerc, char de combat principal de l'Armée française en service depuis 1993, les grandes échelles des sapeurs-pompiers et enfin, les cavaliers de la Garde républicaine clôturent le défilé.

Retour au sol, avec les blindés - 14 juillet ©Markus Schreiber/AP/SIPA

11:40 - Les hélicoptères arrivent (enfin) !

On les avait vus tout à l'heure prêts à décoller, les voici enfin dans le ciel parisien. Plus lents que les avions, les hélicoptères défilent à part. Tigre, Gazelle, Fennec ou encore Puma, non, il n'est pas question d'animaux ! Mais leur nom ont de quoi prêter à la confusion.

En vidéo - 14 juillet : origines et célébrations

Le 14 juillet mêle défilé militaire, bals populaires, et incontournables feux d'artifice qui fleurissent dans toute la France. Chaque année, la date de cette fête mémorable (le vendredi 14 juillet en 2017) marque la fête nationale française et symbolise, à sa façon, la véritable entrée dans l'été et les vacances scolaires. Si les réjouissances organisées un peu partout dans l'Hexagone apparaissent aujourd'hui comme une évidence, leur origine et leur histoire sont complexes et souvent étonnantes. La date du 14 juillet comme date de fête nationale fut longtemps contestée et l'on ne commémore pas, comme on le croit souvent, la prise de la Bastille en 1789... Alors que célèbre-t-on exactement le 14 juillet ? Qu'est-ce que la Fête de la Fédération ? Quelles sont les traditions liées à la Fête nationale ? Comment ce jour férié s'est-il imposé ? Comment le défilé militaire, les bals populaires ou les feux d'artifice sont devenus des moments essentiels de cette journée ? Voici les réponses aux principales questions qui se posent sur le 14 juillet. Découvrez tout sur la Fête nationale à l'aide de notre sommaire ci-contre.

14 juillet 1789

Le 14 juillet 1789 est dans tous les esprits quand on évoque la Fête nationale. Cet été là, une grande agitation règne à Paris. Face au mécontentement populaire, le roi a réuni les Etats généraux, une assemblée des représentants de la noblesse, du clergé et du tiers-état. Ces derniers demandent une réforme profonde des institutions et, le 9 juillet, se proclament Assemblée nationale constituante. L'initiative inquiète le roi qui fait venir en secret des régiments suisses et allemands à proximité de Versailles. La rumeur court bientôt que les troupes royales se préparent à entrer dans Paris pour arrêter les députés. Le 12 juillet, un orateur harangue la foule qu'il appelle à réagir : c'est Camille Desmoulins, monté sur un tonneau, qui annonce une "Saint Barthélemy des patriotes".

Au matin du 14 juillet, des Parisiens en colère vont chercher des armes aux Invalides, puis se dirigent vers la vieille forteresse royale de la Bastille, en quête de poudre. Après une journée de fusillade sanglante, et grâce au ralliement de gardes nationaux, les Parisiens s'en emparent et entament sa démolition. Au final, ils ne libèrent que quelques prisonniers et malfrats sans envergure. Mais cette vieille prison médiévale incarne l'arbitraire de l'Ancien régime. En l'abattant, les Parisiens font tomber un rempart de l'absolutisme. Et cette journée, qui marque le début de la Révolution, restera dans les mémoires comme un jour de liberté.

Mais surprise : notre fête nationale ne commémore pas directement le 14 juillet 1789, même si cette première journée révolutionnaire a une portée symbolique. Le 14 juillet fait officiellement référence à un autre événement, moins connu, bien qu'appris par tous les élèves français dès leur plus jeune âge : la fête de la Fédération, organisée un an plus tard, le 14 juillet 1790...

14 juillet 1790

Après l'été 1789, partout dans les provinces françaises, se sont créées des "fédérations" régionales de gardes nationaux. Une réaction à l'affaiblissement du pouvoir central. Afin de contrôler ce mouvement spontané, la Commune de Paris, sous l'impulsion de Lafayette, décide de fonder une grande Fédération nationale regroupant des représentants des fédérations locales et de les réunir à Paris le 14 juillet. La cérémonie est censée célébrer la prise de la Bastille, un an après cette date symbolique, mais aussi apporter un semblant d'ordre et d'unité dans un pays en crise.

Le jour dit, 14 000 soldats fédérés arrivent donc à Paris et défilent sous la bannière de leur département, de la Bastille jusqu'au Champ-de-Mars. Sur une esplanade aménagée pour l'occasion, une grande messe est célébrée, à la suite de quoi le roi Louis XVI jure de maintenir "la Constitution décidée par l'Assemblée nationale". Les 400 000 Parisiens présents ce jour-là acclament leur souverain : la monarchie n'est donc pas remise en cause. L'aspiration à l'union nationale triomphe et la cérémonie se transforme en grande fête populaire. Mais la réconciliation nationale sera de courte durée. Deux ans plus tard, le roi est arrêté et condamné à mort.

Gravure de la statue érigée place de la République à Paris en 1883.  © Patrick Guenette / 123RF

14 juillet : fête nationale de la France

Pendant près d'un siècle, la commémoration du 14 juillet est abandonnée. Elle réapparaît en 1880, sous la IIIe République. Le régime, pour se consolider, cherche à construire un nouvel imaginaire national, autour de symboles républicains. C'est ainsi que la Marseillaise devient hymne officiel et le 14 juillet fête nationale. Mais la proposition, qui émane du député de la Seine Benjamin Raspail, n'est pas accueillie unanimement par l'Assemblée. Certains députés mettent en cause la violence du 14 juillet 1789. Et c'est finalement autour du 14 juillet 1790 que se fait le consensus !

Cette année là, on inaugure également le monument surmonté de la statue de la place de la République, et partout sont donnés concerts et feux d'artifices. "La colonne de Juillet" qui surplombe la place de la Bastille, elle, ne se réfère pas au 14 juillet 1789. Elle porte le nom des victimes des journées révolutionnaire de juillet 1830, les "Trois glorieuses".

14 juillet férié

Un décret du 6 juillet 1880 instaure un défilé militaire que l'on connaît encore aujourd'hui. Cet événement doit alors effacer le souvenir de la défaite militaire subie pendant la guerre de 1870, la perte de l'Alsace et d'une partie de la Lorraine au profit de l'Empire allemand, et fortifier la République qui n'a pas encore dix ans. La première édition du défilé militaire a lieu à l'hippodrome de Longchamp, où il restera jusqu'en 1914. Le défilé du 14 juillet va ensuite perdurer et devenir un incontournable de la fête nationale (lire ci-dessous).

Mais la loi de 1880 installe aussi le 14 juillet comme jour férié. L'idée est alors de donner une journée non travaillée aux Français pour participer aux commémorations, mais aussi écouter leur président. Dès le 14 juillet 1880, à  12h30, les canons du Mont-Valérien tonnent au-dessus de la Seine avant de se taire pour un discours du président de la République, Jules Grévy. Le Petit journal s'extasie devant un "magnifique spectacle [...] que le soleil de juillet illuminait de ses plus radieuses clartés", évoquant "un vivant symbole d'union entre ces deux forces trop longtemps séparées, l'armée et la nation". Le journal populaire continue : "A l'émotion profonde, indicible, qui a tenu pendant vingt minutes, cent milles poitrines haletantes, on peut affirmer que pour cette foule qui se pressait autour des régiments massés, la remise des drapeaux revêtait sa signification vraie : la reconstitution de la France, la reconstitution de son armée nationale, s'affirmant enfin à la face du pays".

14 juillet france
Le défilé du 14 juillet est organisé sur les Champs-Elysées, à Paris. © Gérard ROBERT

Défilé du 14 juillet

Après le 14 juillet 1880, le défilé militaire devient une institution. Le 14 juillet 1919, les maréchaux Foch, Joffre et Pétain défilent à cheval sur les Champs-Elysées - passant même sous l'Arc de Triomphe - pour célébrer la victoire dans la Première guerre mondiale acquise quelques mois plus tôt. C'est à ce moment que le traditionnel défilé du 14 juillet prend ses quartiers sur l'avenue la plus célèbre de Paris. Après une éclipse pendant la Seconde guerre mondiale, le défilé du 14 juillet prend son aspect actuel avec la multiplication des chars et des avions. Certains présidents de la République apportent cependant des innovations de courte durée.

Pendant son mandat, Valéry Giscard d'Estaing déplace le défilé dans d'autres artères de Paris, comme le Cours de Vincennes, l'Ecole militaire ou encore entre Bastille et République à Bastille. En 1982, François Mitterrand repoussait le défilé à la nuit tombée. Le cérémonial est parfaitement huilé. Les répétitions du défilé ont lieu en général le 12 juillet aux aurores, soit deux jours avant la date clé. Il s'ouvre avec le passage des avions et hélicoptères. En tout, ce sont environ 4 000 soldats qui défilent sur les Champs-Elysées à un rythme de 120 pas par minute. Les élèves d'écoles prestigieuses comme Saint-Cyr se présentent en grand uniforme. La marche est traditionnellement clôturée par les unités de la Légion étrangère, célèbres pour leur barbe volumineuse et leur pas plus lent.

Fête du 14 juillet

Au fil des années, le 14 juillet a connu bien des péripéties, mais aussi des évolutions qui l'ont transformée en fête générale voire globale, associant tous les Français dans des célébrations plus festives et populaires. En 1886, une femme, cantinière du 131e régiment d'infanterie, défile pour la première fois. En 1915, le défilé militaire se déplace du Champs-de-Mars aux Champs-Elysées et en 1919, le "défilé de la victoire" réunit sur place l'ensemble des forces des pays alliés.

En 1936, les syndicats se joignent, à leur façon, à la fête. Après le défilé militaire, un million de personne défilent à l'appel des organisations syndicales. De 1939 à 1945, dans le Paris occupé, la journée n'est pas célébrée. Le 14 juillet 1940, à Londres, le général de Gaulle réitère ses appels à la résistance. Mais en juillet 1945, on célèbre la Libération partout en France. Tous les ans depuis, le 14 juillet est l'occasion de tirer des feux d'artifices et d'organiser des bals populaires... Dans toute la France, des événements sont organisés le 14 juillet ou bien la veille au soir.

L'origine des bals du 14 juillet, et notamment du célèbre bal des pompiers, est d'ailleurs incertaine. Pour beaucoup, cette tradition remonte au début du XXe siècle, et serait née de la frustration des pompiers de ne pas pouvoir participer à cette grande fête. Les uns étaient en effet chargés de défiler avec les autres militaires quand les autres devaient rester en alerte pour prévenir les incident et les incendies, courants, on le sait, quand des feux d'artifice sont tirés. Lors d'un 14 juillet indéterminé, des pompiers auraient invité des passantes à danser à l'entrée de leur caserne. Chaque année, ce rendez-vous s'est développé et installé jusqu'à ce que les amicales des pompiers organisent leur propre bal, chaque année, le 13 ou le 14 juillet. Pour d'autres, c'est la date du 14 juillet 1937, qui signe le début des bals des pompiers. A Paris, à Montmartre, un sergent du nom de Cournet aurait décidé un jour lui aussi d'ouvrir les portes de sa caserne, donnant naissance à une grande fête, rapporte Libération qui a enquêté sur cette tradition en 2014. Cette version de l'histoire est notamment reprise sur le site Internet des pompiers de Paris.

Magasins ouverts le 14 juillet

Quelles grandes enseignes continuent d'ouvrir leurs portes le 14 juillet ? L'an passé, le 14 juillet a comme chaque année marqué un jour férié en France, et ce en pleines soldes d'été, mais cela n'a pas stoppé tous les achats pour autant. A Paris, les grands magasins des Galeries Lafayette et du BHV Marais sont restés ouverts. Tout comme, côté centres commerciaux, le Carrousel du Louvre, Bercy Village, le Centre Beaugrenelle, le Centre Italie 2, le Citadium Caumartin, le Palais des Congrès ou encore le Passy Plaza. Tous les (nombreux) centres commerciaux de périphérie sont également restés ouverts à l'exception de Bel Est, Bobigny 2 et Quais d'Ivry. A l'échelle de la France métropolitaine, plusieurs grandes enseignes ont accueilli les clients comme d'habitude, avec des horaires souvent un peu différents et de manière parfois variable suivant les localités. Figurent dans cette liste Auchan, Carrefour et Carrefour Market, Intermarché, Leclerc, Cora et Géant Casino. Ces supermarchés précisaient par ailleurs leurs modalités d'ouverture sur leurs sites internet. Il devrait en être de même cette année.

Paris / Fêtes