Eric Ciotti sur Sens Commun : "Pourquoi seraient-ils exclus du gouvernement s'ils sont compétents ?"

Eric Ciotti sur Sens Commun : "Pourquoi seraient-ils exclus du gouvernement s'ils sont compétents ?" VIDEO - Pour le secrétaire générale adjoint de LR, la polémique sur Sens Commun "exprime une forme de sectarisme de la part de certains".

François Fillon est-il en train de se radicaliser ? La place faite à Sens Commun, cet organisme intégré à LR qui a porté la Manif pour tous est-elle trop importante ? Invité de .pol, la webémission politique de Linternaute.com, du Lab Europe1, du JDD et du Huffington Post, le député Eric Ciotti a écarté d'un revers de main les accusations des détracteurs du candidat de la droite : "Cette polémique exprime une forme de sectarisme de la part de certains, une intolérance totale. Est-ce que Sens Commun exprime des valeurs qui sont contraires à aux principes républicains ? Je ne le crois pas".

L'extrait en vidéo

"Le programme de Sens commun n'est pas celui de François Fillon", ajoute tout de même Eric Ciotti, qui dénonce "à gauche, cette police de la pensée, ce politiquement correct". Reste que la question de l'intégration, au sein du gouvernement, de membres de Sens Commun en cas de victoire de la droite pose question, jusque dans les rangs du parti. "Ecoutez, les ministres doivent être choisis en fonction de leurs compétences. Il y a sûrement des gens compétents à Sens commun. Pourquoi seraient-ils exclus s'ils ont une compétence ?", s'agace-t-il.  "Mais on ne va pas choisir un ministre parce qu'il est à Sens commun", ajoute-t-il.

"Le système Hollande veut se maintenir en place"

A quelques jours du premier tour de la présidentielle, Eric Ciotti s'autorise quelques minutes de recul pour analyser ce qu'aura été cette campagne. "On a parlé il fut un temps de drôle de guerre. C'est une drôle de campagne, à bien des égards malsaine. On n'a pas parlé du fond. Elle a été confisquée. C'était une campagne basée sur l'émotion. Les coups ont dominé par rapport au fond". A qui la faute ? "Sans doute à ceux qui ont organisé cette charge inouïe contre François Fillon. Ce sont ceux à qui profite le crime : le système Hollande qui veut se maintenir en place", fustige-t-il.

L'extrait en vidéo

Présidentielles / Eric Ciotti