Changement d'heure : voici la date de l'heure d'hiver 2017 en France

Changement d'heure : voici la date de l'heure d'hiver 2017 en France CHANGEMENT HEURE HIVER 2017 - A quelle date est prévu le changement d'heure d'hiver, mais aussi, quelles sont les choses à savoir sur le changement d'horaire ? Les réponses dans ce dossier spécial...

[Mis à jour le 13 septembre 2017 à  11h19] Le prochain changement d'heure 2017 est prévu à une date bien particulière : il aura lieu à cheval sur le samedi 28 et le dimanche 29 octobre, en pleine nuit, à 3 heures du matin. Si le changement d'heure d'été, qui a, lui, lieu le dernier week-end de mars, nous apporte un bonus d'une heure de luminosité en nous avançant officiellement d'une heure, le changement d'heure d'hiver fait le contraire ! Il réduira en effet artificiellement notre temps d'ensoleillement, une restriction déjà amorcée par l'équinoxe d'automne...

L'information à retenir en priorité : à trois heures, dimanche 29 octobre prochain, il sera deux heure, et cela sera reparti pour les mois les moins ensoleillés de notre année. La meilleure solution pour ne pas louper le changement d'heure et éviter les hésitations reste encore, lors des week-ends concernés, de consulter l'heure sur Internet. Version moderne de l'ancienne horloge parlante vocale, le Web est truffé de sites donnant l'heure exacte en France (et dans bien d'autres pays du monde), en temps réel. L'horloge ci-dessous est passée elle-même à l'heure d'été dès 2 heures du matin dimanche 26 mars 2017. Voici l'heure qu'il est à Paris et dans le reste de la France depuis le dernier changement d'heure, en temps réel.

PAGE SPECIALE - Le changement d'heure a beau revenir deux fois par an depuis 1976, étonnamment, les questions demeurent : à quelle date passe-t-on à l'heure d'été ? A quelle heure exacte la France bascule-t-elle dans le nouveau fuseau ? Quand et comment a été instauré le changement d'heure ? Pourquoi une double transition entre heure d'hiver et heure d'été ? Quelle est l'histoire du changement d'heure ? Enfin, quelles sont les clés du débats que provoque encore en 2017 le changement d'heure ? Découvrez les réponses à toutes ces questions - et bien d'autres - dans notre page spéciale.

Date du changement d'heure

La date du changement d'heure est fixée le dernier dimanche de mars à 2 heures (pour passer à 3 heures) l'été et au dernier dimanche d'octobre à 3 heures (pour revenir à 2 heures) l'hiver.  Chez nous, le premier changement d'heure a eu lieu le 14 juin 1916, en temps de guerre. Abandonnée avec le retour de la paix puis réintroduit par le régime de Vichy, il revient finalement en 1975 avec le gouvernement Chirac. Aujourd'hui régie par une directive de l'Union européenne, la mesure est fixée par un décret dans le journal officiel. Le changement d'heure implique une heure ou deux de décalage par rapport à l'heure GMT selon les périodes (lire ci-dessous).

Voici les prochaines dates du changement d'heure :

  • Changement d'heure d'hiver 2017 : dimanche 29 octobre
  • Changement d'heure d'été 2018 : dimanche 25 mars
  • Changement d'heure d'hiver 2018 : dimanche 28 octobre

Changement d'heure 2017

Quand aura lieu le prochain changement d'heure ? En 2017, le passage  à l'heure d'hiver est prévu pour le dimanche 29 octobre à 3 heures. Nous reviendrons alors à l'heure des mois les moins ensoleillés.  A trois heures, il sera de nouveau deux heures.

Changement d'heure 2018

Dans le tableau ci-dessous, vous trouverez la date des changements d'heure suivant ceux de 2017. Autrement dit les dates du passage à l'heure d'été et à l'heure d'hiver pour les années 2018, 2019 et 2020.

Dates des changements d'heure 2018 et suivants
Année Passage à l'heure d'été Passage à l'heure d'hiver
Changement d'heure 2018 dimanche 25 mars à 2 heures dimanche 28 octobre à 3 heures
Changement d'heure 2019 dimanche 31 mars à 2 heures dimanche 27 octobre à 3 heures
Changement d'heure 2020 dimanche 29 mars à 2 heures dimanche 25 octobre à 3 heures
Source : Ministère de l'Écologie    

Règles du changement d'heure : avancer ou reculer ?

Chaque année depuis 40 ans, la période de l'heure d'été s'étale sur 7 mois, contre 5 seulement pour l'heure d'hiver. Le fonctionnement des deux changements d'heure demeure le même, en fonction du moment de l'année :

  • Pour le passage à l'heure d'été (changement d'heure du printemps) : à 2 heures du matin, il sera 3 heures. Il faut avancer sa montre.
  • Pour le passage à l'heure d'hiver (changement d'heure de l'automne) : à 3 heures du matin, il sera 2 heures. Il faut retarder sa montre.

La définition de l'heure légale et le choix du fuseau horaire incombent, en principe, aux Etats. Mais depuis plusieurs années, la situation juridique s'est complexifiée. En 1998, les Etats membres de l'Union européenne ont choisi d'harmoniser les dates de changement d'heure dans un souci de bonne coordination du marché unique. Fixer ces dates est donc devenu une compétence communautaire. En 2000, le changement d'horaire a même été reconduit sans limitation dans le temps par une directive du Parlement européen traduite dans la législation française.

C'est la directive 2000/84/CE du 19 janvier 2001 qui sert désormais de point de repère aux modalités exactes du changement d'heure. Celle-ci stipule que le passage à l'heure d'été doit être effectué le dernier dimanche de mars et le retour à l'heure d'hiver le dernier dimanche d'octobre, à 1h du matin, selon l'heure universelle (GMT). Dans un souci de précision, l'UE rappelle les dates et heures exactes du changement d'heure tous les 5 ans. La dernière publication a eu lieu en 2011. Trouver l'heure exacte en France et dans le monde

Histoire du changement d'heure

L'idée d’appliquer un changement d'heure est très ancienne. La mesure a été appliquée pour la toute première fois en 1916 en Allemagne et en Autriche-Hongrie. Objectif : conserver du charbon pour l'effort de guerre. La France, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis ont imité cette invention avant de l'abandonner en temps de paix. En France, c'est en 1975 que le système a été adopté, par le gouvernement mené par Jacques Chirac, afin de réduire la consommation d'énergie pendant la crise pétrolière. Le premier passage a l'heure d'été de l'ère moderne a eu lieu le dimanche 28 mars 1976. L'ensemble des pays européens ont fini par introduire la pratique au début des années 1980.

Benjamin Franklin avait des idées bien arrêtées sur le changement d'heure. 123RF

Mais jouer avec les aiguilles est une vieille lune ! Avec pour point de départ, une insomnie : celle de l'inventeur et homme politique américain Benjamin Franklin. En 1784, alors qu'il est ambassadeur des Etats-Unis en France, il est réveillé très tôt par un bruit dans la rue. Constatant à travers les rideaux qu'il fait grand jour, il envoie une lettre sarcastique au Journal de Paris. Dans le courrier, il se désole des heures de lumière matinale perdues et propose aux Parisiens de se lever plus tôt. Les gens iraient, de fait, se coucher de bonne heure, ce qui permettrait d'économiser des milliers de bougies et chandelles. Il propose même, à demi sérieux, de faire sonner les cloches des églises dès l'aube pour réveiller les dormeurs et, si cela ne suffit pas, de tirer des coups de canon pour les forcer à se lever...

Plus de cent ans plus tard, un entomologiste néo-zélandais se lasse de voir ses chasses aux insectes interrompues par la nuit. Georges Vernon Hudson retourne l'argumentation : et si on demandait aux horloges de changer, pas aux gens ? Il invente donc l'idée d'une heure d'été qui s'appliquerait à la belle saison australe. Il propose à la Royal Society of New Zealand de décaler les horloges de deux heures aux équinoxes afin de permettre à chacun de profiter au mieux : "du cricket, du jardinage, du cyclisme ou toute autre activité extérieure". Ses amis scientifiques sont très sceptiques, mais l'intense débat provoqué dans la presse par cette proposition est entendu à l'autre bout du monde...

En Grande-Bretagne, le patron d'une entreprise de travaux publics, William Willett, promeut l'idée à partir de 1907. Il propose que les horloges soient progressivement avancées au printemps par petits sauts de 20 minutes. C'est finalement pendant la Première guerre mondiale que ces argumentaires sont entendus. A l'époque, l'Allemagne et l'Autriche-Hongrie cherchent à économiser un maximum de charbon. Pour limiter la consommation domestique, les autorités militaires décrètent dans les deux pays l'adoption de l'heure d'été. Au printemps 1916, les deux pays changent d'heure pour la première fois, bientôt suivis par le Royaume-Uni, la France et les Etats-Unis. Chacun de ces pays abandonne la mesure une fois la paix revenue.

En 1940, l'Allemagne nazie réintroduit l'heure d'été, toujours pour préserver ses réserves de charbon. Afin de favoriser la bonne circulation des trains entre les deux pays, l'occupant exige du régime de Vichy qu'il adapte les horloges françaises. Paris et le reste de l'Hexagone quittent le fuseau de Londres (Greenwich) pour rejoindre celui de Berlin et adopte en même temps l'heure d'été. Un état de fait qui inspirera le titre du roman "Mon village à l'heure allemande" de Jean-Louis Bory (qui remporte le Prix Goncourt). Pendant longtemps, l'idée de changement d'heure restera associée avec cette période sombre dans l'esprit des Français. Après la fin du conflit, l'Etat conserve l'heure de Berlin (C.E.T.), renonçant à retrouver le fuseau horaire de Londres. En revanche, l'heure d'été est abolie. 

Mais fin 1973, le prix du pétrole quintuple en quelques semaines. La conjonction d'un ralentissement économique et de la Guerre du Kippour, qui oppose Israël à de nombreux pays arabes, alourdit la facture pour les pays occidentaux. En France, comme ailleurs en Europe, l'heure est aux économies d'énergie drastiques, résumées par l'astucieux slogan : "On n'a pas de pétrole, mais on a des idées". Les stations-service sont rationnées, les chaînes de télévision arrêtent leurs programmes dès 23 heures... En 1975, le gouvernement de Jacques Chirac propose alors la réintroduction du changement d'heure. Un décret publié au Journal officiel rend la transition obligatoire. Le premier changement d'heure de l'ère moderne a eu lieu le 28 mars 1976. Dans le journal télévisé de TF1, le journaliste vedette de l'époque, Roger Gicquel, déclare tout de go : "Je n'y comprend rien" (voir la vidéo sur le site de l'INA). Près de 40 ans plus tard, les Français demeurent aussi dubitatifs.

Pourquoi le changement d'heure ?

L'objectif du changement d'heure avancé par les autorités est simple : faire mieux correspondre les horaires d'activité avec les horaires d'ensoleillement afin de limiter les dépenses d'éclairage artificiel en profitant de 60 minutes supplémentaires de jour en fin d'après-midi ou en soirée en été. En effet, le passage à l'heure d'été a des conséquences sur l'heure de lever et de coucher du soleil. L'astre apparaît plus tard aux petites heures du matin. En revanche, il disparaît à l'ouest 60 minutes plus tard. Or, en France, les activités sont beaucoup plus importantes en fin de journée (c'est notamment entre 18 et 21 heures que l'on constate la plus forte consommation d'électricité) qu'aux premières heures du jour (autour de 6-7 heures du matin). Ce décalage permet donc, selon ses partisans, de mieux faire coïncider les heures d'éclairage naturel et les habitudes de consommation des citoyens en jouant sur la luminosité en soirée. C'est bien cet argument qui a participé à la mise en place du changement d'heure tel que nous le connaissons aujourd'hui.

L'ADEME - à l'origine de cette mesure - est l'agence gouvernementale chargée de trouver des moyens d'alléger la facture énergétique. Elle finance et organise notamment des programmes de recherche et des actions de formation et d'information auprès des entreprises, des collectivités territoriales, des administrations et des particuliers. Pour elle, le lien entre changement d'heure et économie d'énergie est évident car "la plupart des gens se lèvent entre 6h et 7h du matin, or en hiver, il fait jour le matin vers 8h et en été vers 6h". Un chiffre confirmé par Médiamétrie qui a déterminé l'heure moyenne de lever des Français en fonction de leur écoute de la radio. En moyenne, ils se réveillent à 6h48 ! Mais le mécanisme du changement d'heure est aujourd'hui contesté par certains experts, ainsi que par des "victimes" du nouvel horaire.

Les derniers chiffres sur les effets du changement d'heure sur la consommation d'énergie datent de l'année 2009. On estimait alors l'économie réalisée à 440 GWh pour ce qui concerne le seul éclairage. Un chiffre qui correspond à l'usage de l'éclairage, pendant un an, d'une ville de 800 000 ménages au total (soit les agglomérations de Lyon et Marseille cumulées). Beaucoup d''autres chiffres ont été donnés et circulent depuis cette date dont celui-ci : 44 000 tonnes de CO2 seraient évitées grâce au changement d'heure selon le ministère de l'Ecologie. Selon la même source, c'est l'émission au total de près de 100 000 tonnes de CO2 cumulées qui pourrait être économisée d'ici à 2030. La luminosité vespérale (du soir) permet également de réduire le pic de consommation électrique constaté habituellement autour de 19 heures. En effet, si cette tranche horaire est mieux éclairée, les besoins en éclairage public ou privé sont en baisse, soumettant les sites de production et les réseaux à des cadences moins importantes. 

Heure d'hiver

L'heure d'hiver correspond à l'heure "normale" de la France, mais elle reste en décalage d'une heure par rapport à l'heure GMT (Greenwich mean time). En d'autres termes, l'heure d'hiver en France ne correspond pas à l'heure de son fuseau horaire géographique. Et cette pour cette raison que l'on parle de "GMT+1". L'explication de cette situation particulière est historique : pendant la Seconde guerre mondiale, le régime de Vichy a adopté "l'heure allemande" en calant la France sur le fuseau horaire de Berlin. L'heure légale est ainsi avancée d'une heure par rapport à son fuseau de référence. Depuis plus de 70 ans, la situation n'a pas changé, si ce n'est qu'en adoptant un horaire d'été en 1975, la France a choisi d'accentuer encore le décalage.
En hiver, l'heure française a ainsi une heure de "retard" par rapport à l'heure du soleil. Et même un peu plus, si l'on considère que le soleil atteint son zénith théorique à Paris une dizaine de minutes avant Londres. L'ensoleillement reste très limité au moment de l'hiver dans l'Hexagone. Et pour cause : le changement d'heure d'hiver suit d'un mois environ l'équinoxe d'automne, moment où le soleil brille moins de la moitié de la journée environ (les journées passant sous le seuil des 12 heures). La durée d'ensoleillement, qui a commencé à se réduire dès le 20 ou 21 juin et le solstice d'été, continue donc à chuter jusqu'au solstice d'hiver (20 ou 21 décembre), date à laquelle le jour est le plus court de l'année. Et l'impression d'obscurité sera encore accentuée le soir avec le changement d'heure. La durée d'ensoleillement s'en trouve artificiellement réduite chaque soir, alors que les journées avaient déjà naturellement considérablement raccourci.

Heure d'été

Le saviez-vous ? Le principe du changement d'heure en France est d'abord basé sur le passage à l'heure d'été. En effet, quand le premier changement d'heure tel qu'on le connait aujourd'hui est instauré, en mars 1976, c'est bien pour créer un décalage, en été, avec l'heure initiale. Le changement d'heure d'hiver n'est donc, en soit, qu''un retour à la normale. Et comme la France vit déjà traditionnellement en décalage avec son heure solaire, c'est à dire à GMT+1, le changement d'heure provoque un double décalage en été, passant nos montres et horloges à GMT+2.

En d'autres termes, à midi à l'heure du soleil, il sera 14h heure en France pendant l'heure d'été. D'où l'expression d'heure d'été "double", créée par ce décalage : l'heure française a alors deux heures de "retard" par rapport à l'heure du soleil ! En 1997, un rapport du Sénat envisageait même d'adopter l'heure d'été toute l'année (ce qui donnerait un lever du jour vers 9 heures et un coucher du soleil vers 18 heures en hiver). La réforme pourrait bénéficier aux cafetiers en améliorant l'ensoleillement et retirer le problème du changement d'heure tous les six mois. Mais ce projet n'a jamais vu le jour... D'après l'ACHED, l'Association contre l'heure d'été double, l'Espagne et les pays du Bénélux seraient les seuls autres pays au monde à conserver un tel système. La Russie, la Chine, les pays baltes et le Portugal l'auraient abandonné. Cette association demande aujourd'hui à la France de faire de même. 

Comment passer à l'heure d'été ?

Pour ceux qui ne l'avaient pas déjà fait la veille au soir, il  a fallu changer l'heure de certains appareils le dimanche matin suivant le changement d'heure. Le principe du changement d'heure d'été en lui même est simple : quelle que soit l'heure où l'on décide de passer à l'heure d'été, ajouter une heure au cadran. Officiellement, à 2 heures du matin le dimanche du changement d'heure d'été, on passe à 3 heures.

Changement d'heure : pour l'heure d'été, on avance d'une heure.
Changement d'heure : pour l'heure d'été, on avance d'une heure. © pio3, 123RF

La majorité des tablettes et smartphones changent d'heure automatiquement. Il en va de même de la plupart des équipements connectés. Mais la vieille horloge de vos aïeux ou votre montre à gousset ou à aiguilles devra probablement bénéficier d'un coup de main pour se mettre au goût du jour. Il en va de même de beaucoup d'appareils électroménagers comme votre four ou votre micro-ondes. Attention : un radio réveil de base ou un peu âgé nécessitera aussi une intervention manuelle. Sans quoi vous risquez d'avoir des surprises lundi matin. Dans votre voiture, même si elle est récente, il est probable également que l'heure d'hiver fasse de la résistance.

LES CONSEILS POUR LE CHANGEMENT D'HEURE D'ETE - Pour que le changement d'heure soit digéré sans trop de dégâts, mieux vaut tirer un trait sur la grasse matinée du dimanche matin. Plus vous vous levez tard, plus il vous sera difficile de dormir le soir suivant. Le mini jetlag provoqué par le changement d'heure risque donc d'entraîner une sieste dans la journée, pour arriver à l'heure d'été sans trop d'encombres. Sortir et éviter le café est un autre moyen de limiter les effets du changement d'horaire. Pour adapter votre corps à l'heure d'été, il faut lui faire comprendre quand il faut être éveillé en l'exposant à la lumière du jour dès le matin et en évitant de perturber votre horloge biologique avec des excitants. Pour les plus acharnés, boire du café reste possible, mais tentez de supprimer la tasse de milieu d'après-midi et d'en rester là jusqu'au lendemain matin.
Pour autant, la psychiatre Sylvie Royant-Parola, interrogée par RTL, conseille de ne pas chambouler ses habitudes. Son avis : il faut poursuivre une activité régulière pour mieux dormir la nuit. En d'autres termes, si vous n'êtes pas fatigué physiquement, vous n'aurez aucune envie d'aller vous coucher alors que l'heure du dodo est avancée avec l'heure d'été. Autre conseil : modifier ses horaires de lever et de coucher "par petites touches" en décalant votre réveil de quelques minutes chaque matin et chaque soir. Cela permettra à votre corps de s'adapter en douceur à la nouvelle heure.

Un changement d'heure éprouvant

Le passage à l'heure d'été, chaque dernier dimanche de mars, consiste à avancer montres et horloges d'une heure pour réaliser des économies d'énergies en calquant mieux les activités économique et domestique sur les heures d'ensoleillement. Et même s'il est en place depuis plus de 40 ans, le changement d'heure 2017 est encore synonyme de casse-tête pour des millions de Français. L'heure d'été va certes s'installer en France ce dimanche, rendant nos journée plus longues en nous faisant gagner une heure de luminosité en soirée. Mais pour beaucoup, le chamboulement chronobiologique qu'implique chaque changement d'heure est difficile à vivre.
Si le changement d'horaire est vécu avec indifférence par beaucoup, il n'est en effet pas anodin pour ceux qui ont le sommeil fragile, mais aussi les enfants en bas âge et les personnes âgées, pour qui tout changement de rythme peut provoquer des troubles. Les études en France sont un peu datées, mais au Québec, où le changement d'heure d'été a eu lieu il y a une dizaine de jours, une étude livrait des statistiques étonnantes. La presse  canadienne rapportait ainsi que 35% des Québécois éprouvaient plus de difficulté à se réveiller après le changement d'heure. Ils étaient 21%  à ressentir un manque d'énergie et 13% à se dire plus irritables qu'à l'accoutumée. Globalement, 58% des sondés estimaient avoir besoin d'une journée à une semaine complète pour se remettre du changement d'heure d'été.
En France, 77% des personnes interrogées sur le changement d'heure indiquaient qu'elle ne comprenaient pas l'intérêt de la mesure selon un sondage d'OpinionWay il y a quelques années. Mais il y a plus grave : en 2014, une étude américaine indiquait que le nombre de crises cardiaques augmenterait de 25% le lundi suivant le passage à l'heure d'été. Ce chiffre redescendrait ensuite de 21% le mardi suivant le passage à l'heure d'hiver. La même étude indiquait certes que le lissage du nombre de crises cardiaques sur une semaine complète avait tendance à se normaliser, mais un cardiologue de l'Université du Colorado indiquait que le stress de la reprise du travail, associé à un cycle de sommeil chamboulé pouvait expliquer cette recrudescence d'incidents.
Les AVC sont aussi plus nombreux statistiquement lors du passage à l'heure d'été. L'année dernière, alors qu'on célébrait les 40 ans du changement d'heure, les résultats d'une équipe de chercheurs finlandais inquiétaient au plus haut point : l'équipe Docteur Jori Ruuskanen rapportait que dans les 48 heures après le passage à l'heure d'été, le taux d'accidents vasculaires cérébraux dits "ischémique" était accru de 8%. Le résultat d'une étude de dix années auprès de plus de 3000 personnes hospitalisées lors de la semaine suivant l'heure d'été. leurs données avaient été comparées à celles de autres personnes de 11 801 personnes hospitalisées quand à elles plus de 15 jours après le changement d'heure.

Abandonner le changement d'heure, possible ?

Les Etats européens peuvent-ils toujours décider seuls de revenir sur l'alternance entre heure d'été et heure d'hiver ? L'ambiguïté domine. L'ACHED (Association contre l'heure d'été double) a formé un recours contre cette directive européenne auprès du tribunal de Luxembourg. Résultat : le tribunal a estimé que le choix de l'heure légale restait une option des pays membres. Mais des responsables politiques français estiment que c'est juridiquement et politiquement difficile pour l'instant. D'autres pays dans le monde ont déjà fait marche arrière, comme la Russie, l'Egypte, l'Ukraine et la Biélorussie, en 2011.

Pays concernés par le changement d'heure

De nombreux pays dans le monde n'appliquent pas le changement d'heure. Pour que le système ait un sens, il faut que des variations saisonnières de luminosité soient suffisamment importantes pour que changer d'heure soit pertinent. C'est par exemple le cas en France. A Paris, la durée entre le lever et le coucher du soleil passe ainsi de 16h10 au solstice d'été à 8h14 au solstice d'hiver. Si nous restions constamment à l'heure d'hiver, comme c'était le cas auparavant, le soleil se lèverait dès 4h47 du matin le 21 juin dans la capitale, et se coucherait dès 20h58.

Equinoxe de printemps / Décalage horaire