Partager cet article

RSS
L'Internaute > Savoir
> Grands chantiers > Elio Matacena - Pont d'Archimède
INTERVIEW
 
21/10/2006

"Le premier pont-tunnel submergé reliera en Chine le continent à une île sur 3 200 m"

Un laboratoire italo-chinois travaille actuellement à la réalisation d'un "pont-tunnel" submergé. Elio Matacena, fondateur de la société Ponte di Archimede qui propose cette technologie révolutionnaire, a répondu à nos questions.

  Envoyer à un ami | Imprimer cet article  
Elio Matacena © Ponte di Archimede International Company

Elio Matacena est le président de Ponte di Archimede International Company, créée en 1983. Il développe actuellement un projet unique au monde de "pont flottant submergé". Ses explications.

 

Qu'est-ce que le Pont d'Archimède exactement ?

Elio Matacena C'est une technologie très nouvelle que nous avons proposée il y a 4 ou 5 ans et sur laquelle nous travaillons maintenant avec des ingénieurs chinois. Il s'agit d'un pont-tunnel submergé sous 20 m d'eau, retenu au sol par des câbles de 25 cm de diamètre. Il sera mis en place pour la première fois en Chine pour relier le continent à l'île de Jiantang au sud de Shangaï, sur 3 200 m. C'est la première fois qu'un ouvrage comme celui-ci sera construit dans le monde. Quand il sera réalisé, ça sera un progrès incroyable pour l'ingénierie.


Techniquement, comment marchera le Pont d'Archimède ?

Nous avons utilisé le principe de la puissance flottante d'Archimède : la structure du pont sera poussée vers le haut par une force d'une intensité équivalente à celle du poids de son propre volume. Et comme elle sera bien plus légère que l'eau, elle flottera. Mais en même temps, elle sera retenue au sol par des câbles qui en feront une structure très solide. Elle deviendra alors comme un rocher submergé.

 

Qui finance ces recherches ? Où trouvez-vous vos soutiens ?

Nous travaillons avec le soutien du ministère des Affaires étrangères italien, qui co-finance, avec le ministère des Sciences et Technologies chinois et l'Institut des Mécaniques de l'Académie des Sciences de Chine, le laboratoire commun italo-chinois qui étudie ce projet. Nous avons également reçu des financements de l'Union européenne.

 

Le pont d'Archimède © Ponte di Archimede International Company
"Le prototype, de 200 m de long, sera terminé fin 2007"

Est-ce que l'on pourrait implanter cette techologie dans n'importe quelle étendue d'eau ?

A 500 ou 600 m de profondeur, cela deviendrait plus difficile. Mais ce n'est pas une question de technologie. La technologie, nous l'avons. C'est plutôt une question de prix. Car les câbles, qui coûtent très chers, seraient très longs.

 

Quels sont les caractéristiques de cette technologie ?

Le Pont d'Archimède est antisismique et peut supporter un poids beaucoup plus important qu'un pont classique, contrairement à un pont suspendu qui a des limites de poids très strictes. Il n'a pas non plus de limite en termes de longueur, et se caractérise par une structure très solide et résistante aux conditions atmosphériques.

Ajoutons que cette technologie coûtera deux fois moins cher qu'un pont suspendu. Et qu'elle est un apport pour l'environnement, car un pont suspendu est très visible, très envahissant dans un paysage, alors qu'un pont-tunnel submergé est totalement invisible.

 

Et les conséquences sur la vie aquatique ?

Nous avons fait faire des études et les résultats montrent que ce pont ne devrait avoir aucun impact sur l'environnement.

 

Où en est concrètement votre projet ? Quand ce pont verra-t-il le jour ?

Pour mettre en pratique ce projet, nous avons créé en 1998 un laboratoire commun avec la Chine, le SIJLAB (Sino-Italian Joint Laboratory of Archimede's Bridge) ? Côté italien, ce groupe est composé par ma société "Ponte di Archimede International", l'Ecole Polytechnique de Milan et l'Université Federico II de Naples. Nous en sommes pour l'instant à concevoir un petit prototype, de 200 ou 300 m, dans le lac des Mille Iles au sud de Shangaï. Nous aurons terminé les études en mars ou avril 2007 et la construction du prototype fin 2007. Pour la suite, on ne peut pas dire quand le "vrai" pont sera inauguré. Il faudra trouver les financements, sans doute entre 1 et 2 millions d'euros.

 

 

EN IMAGES Le Barrage des Trois gorges en Chine
Dossier

Magazine Savoir Envoyer | Imprimer Haut de page
Votre avis sur cette publicité

Sondage

Êtes-vous fort(e) en orthographe ?

Tous les sondages