Des fibres très resistantes

les fils de soie des araignées sont trois fois plus résistants que le kevlar.
Les fils de soie des araignées sont trois fois plus résistants que le Kevlar. © Frédéric Doyen

L'araignée tisse sa toile pour mieux capturer et dévorer ses proies. Cette arme redoutable est unique. Sa structure est composée de protéines particulières qui s'assemblent de manière à donner une élasticité et une robustesse inégalable. Il est trois fois plus fort que le Kevlar.

De nombreux scientifiques ont déjà essayé d'imiter ce fil unique pour l'utiliser dans l'industrie, l'armée mais aussi la médecine. Sans succès jusqu'à aujourd'hui. Un biomatérial proche du fil de soie de l'araignée vient d'être mis au point. Il est biodégradable et est capable de constituer une sorte d'échafaudage dans le corps humain.  Cette invention serait un progrès énorme pour les greffes vasculaires et les reconstructions d'os et de cartilages.