10 secrets à propos de Monumenta 2014

10 secrets à propos de Monumenta 2014 On sait peu de choses sur l'édition 2014 de Monumenta. Le mystère plane sur "l'étrange cité d'Ilya et Emilia Kabako". Linternaute.com fait le point sur ce que l'on sait.

1. Qu'est-ce que Monumenta ?

Monumenta est une exposition d'art contemporain qui se tient annuellement au Grand Palais à Paris en France. Organisée à l'initiative du Ministère de la Culture et de la Communication, et coproduite par le Centre national des arts plastiques (CNAP) et la Réunion des musées nationaux-Grand Palais. Monumenta invite depuis 2007 un artiste d'envergure internationale à "s'installer" dans la Nef du Grand Palais. Anselm Kiefer, Richard Serra, Christian Boltanski, Anish Kapoor et Daniel Buren se sont succédé pour relever ce défi.

2. Quel artiste détient le record de visiteurs ?

En 2011, le Leviathan de l'artiste Anish Kapoor crée l'évènement et ce sont plus de 277 687 visiteurs qui viennent expérimenter cette sculpture monumentale en PVC rouge gonflé, de 15 tonnes, d'une hauteur maximale de 37 m et d'un volume de 72 000 m3. Il s'agit à ce jour du plus grand succès public de Monumenta.

3. Pourquoi n'y a-t-il pas eu de nouvelle édition de Monumenta depuis Daniel Buren en 2012 ?

Initialement prévue pour 2013, l'exposition d'Emilia et Ilya Kabakov, les artistes de cette nouvelle édition, a été annulée en raison de contraintes budgétaires et reportée à 2014.

4. Qui sont les artistes de cette nouvelle édition de Monumenta ?

Cette sixième édition de Monumenta est confiée au couple Ilya et Emilia Kabakov, artistes russes résidant aux États-Unis. Ces deux artistes, qui collaborent depuis 1989, peuplent le monde de leurs installations nées de leur univers onirique, poétique et imprégné d'humour.

5. Quelle œuvre Ilya et Emilia Kabakov ont-ils conçu pour le Grand Palais ?

Dès le 10 mai, les visiteurs seront invités à parcourir une bien étrange cité conçue par les Kabakov pour le Grand Palais. Avec pour référence la Renaissance, le romantisme et la science moderne, cette cité imaginaire composée de huit grandes constructions, invitera au recueillement dans une atmosphère presque sacrée.

6. Une œuvre d'art ou un parcours initiatique ?

Plus qu'une œuvre d'art ou une installation, L'étrange cité a été conçue par les artistes comme une expérience. Une fois les portes du Grand Palais franchies, c'est à nos émotions, nos sens et nos souvenirs qu'il faudra faire appel pour parcourir le dédale de cette ville utopique, mystérieuse, voire mystique.

7. En quoi est-ce une performance ?

Apprivoiser les 1 500 m² de la nef du Grand Palais est un défi que peu d'artistes d'envergure peuvent relever. Créer une œuvre in situ dans un espace aussi considérable est en soi une performance.

8. Quels matériaux ont été utilisés pour cette Etrange cité ?

En chiffres, la quantité nécessaire à la construction de la cité des Kabakov est tout aussi considérable puisque 15 000 m² de panneaux de bois, 600 m² de parquet, 800 m² de moquette, 12 km de calicots (bandes pour joints de plaques bois), 1,5 tonnes de peinture, 1,5 tonnes d'enduit et 17 tonnes de crépis auront été nécessaires.

9. Est-ce la première fois que les Kabakov travaillent en France ?

Avec plus de 155 installations à travers le monde qui ont apporté aux artistes une reconnaissance internationale depuis une vingtaine d'années, Emilia et Ilya Kabakov n'en sont pas à leur coup d'essai dans l'hexagone. A Orly on doit aux artistes le très avant-gardiste monument consacré au régiment Normandie-Niémen, au Château d'Oiron un concerto pour mouche et à Bordeaux La Maison aux personnages.
Faisant écho à Monumenta, le Musée Maillol ouvre au public une des installations de Kabakov les plus abouties "La Cuisine communautaire" du 10 mai au 22 juin 2014.

10. Où peut-on voir les œuvres Emilia et Ilya Kabakov ?

En 2000, le magazine ARTnews consacre Ilya Kabakov comme un des "dix plus grands artistes vivants". Aujourd'hui on peut admirer ses installations dans plus de 40 musées et fondations à travers le monde, de l'Allemagne aux Pays-Bas en passant par les Etats-Unis. En France, Kabakov est exposé au Centre Georges Pompidou, au Musée Maillol à Paris ou au Musée d'Art Contemporain de Lyon.

 Dates : 10 mai - 22 juin 2014

 En savoir plus : www.grandpalais.fr

A la une

Annonces Google