Mis à jour le 

Château de Chinon

Château de Chinon Photo : Dominique OLIVA

Un voyage à : Château de Chinon

Château de Chinon sur nos forums
Construite sur un éperon rocheux qui achève un plateau calcaire, la forteresse royale de Chinon domine avec majesté la vallée de la Vienne. Du faubourg Saint-Jacques, la vue sur cette construction de près de 500 mètres de long et de 100 mètres de large est particulièrement impressionnante. Les remparts surplombent et couronnent la ville.

Un lieu chargé d'histoire
Si des témoignages de l'occupation du site remontent à l'Empire Romain, la construction du château débute vers le Xe siècle. Possession du comte de Blois, il passe aux mains des comtes d'Anjou au XIe siècle. A partir d'Henri II Plantagenêt, comte d'Anjou et roi d'Angleterre, le château se retrouve au cœur d'une histoire où s'imbriquent intimement les royaumes de France et d'Angleterre. Henri II est l'artisan d'importants travaux sur le château. Le 30 août 1200, le roi Jean Sans Terre y épouse Isabelle d'Angoulême. Mais en 1205, le roi de France Philippe Auguste décide de reprendre la main sur les territoires français. Il assiège le château pendant huit mois. Après sa victoire, il fait construire le Donjon du Coudray. Le 18 septembre 1214, c'est à Chinon que Jean sans Terre signe un traité dans lequel il renonce à ses possessions françaises.

Mais un événement imprègne profondément les lieux : il se déroule le 8 mars 1429 lorsque Jeanne d'Arc rencontre le dauphin Charles VII. C'est après cette rencontre que la pucelle et le roi partent à la rescousse d'Orléans et « boutent » les Anglais hors de France.

Un château sauvé des ruines
Après un passé faste, la forteresse est laissée à l'abandon à partir du milieu du XVe siècle et tombe progressivement en ruine. Richelieu acquiert le site pour mieux le démembrer : il y  puise les pierres nécessaire à la construction d'une vile à son nom à quelques kilomètres. Il faut attendre l'action de Prosper Mérimée pour que l'attention se porte à nouveau sur le château.

Propriété du département, il subit au XXe siècle d'importants travaux de réhabilitation, notamment de la Tour de l'horloge. Encore essentiellement constitué de ruines, il draine près de 100 000 visiteurs par an au début du XXIe siècle. C'est alors que le Conseil général d'Indre-et-Loire lance un ambitieux programme de restauration qui inclut notamment la couverture des Logis royaux et la reconstruction partielle du Fort Saint George, jusqu'alors délaissé.

Un joyau de l'architecture militaire médiévale
La forteresse est constituée de trois châteaux. A l'est, le Fort Saint-Georges constituait l'entrée naturelle du site (et donc la plus dure à défendre), du coté plateau. Réduit à ses fondations et longtemps exclu de la forteresse, il accueillera un bâtiment d'entrée dès la fin 2008.

Un pont sur les douves permet d'accéder au site principal : le Château du milieu. On y entre via la Tour de l'horloge, qui abrite le musée Jeanne d'Arc (voir ci-dessous). Des hauteurs de cette dernière, ainsi que le long des courtines, on peut admirer la ville traversée par la Vienne. Outre les Logis royaux où Jeanne d'Arc reconnut Charles VII, la Tour des Chiens et la Tour d'Argenton, retiennent l'attention. Chacune est constituée de plusieurs niveaux faits de petites salles percées de meurtrières.

Une passerelle enjambe les douves pour parvenir au Fort du Coudray. Celui-ci occupe l'extrémité de l'éperon rocheux. Le principal bâtiment est le donjon du Coudray qui fût édifié par Philippe Auguste. Les Templiers, et notamment Jacques de Molay, y furent emprisonnés par Philippe IV le Bel en 1308. Ils seraient à l'origine de graffiti encore visibles. Par ailleurs, la Tour du Moulin, au bord d'un coteau abrupte, domine l'extrémité sud-ouest de ses vingt mètres de haut.

Le musée Jeanne d'Arc
Au sein de l'étroite Tour de l'Horloge, le château abrite un musée dédié au parcours de la pucelle d'Orléans. Débutant par une projection, le musée s'attache au périple de la jeune femme en France, d'abord pour venir à Chinon rencontrer le dauphin, puis lors des batailles militaires. Si le film explique assez précisément son parcours, puis son procès, les autres salles sont essentiellement consacrées aux représentations de Jeanne d'Arc à travers les siècles. Ainsi, au-delà de cartes qui situent précisément ses pas, il est donné à voir de nombreux tableaux ou statuettes de Jeanne d'Arc.

Depuis juin 2006 et jusqu'à la fin 2008, le château subit un programme de restauration, l'un des plus importants actuellement en Europe : murailles remises en état, restauration du donjon du Coudray, restauration et couverture des logis royaux (à l'exception de la salle de la Rencontre) et enfin, réhabilitation du Fort saint Georges qui sera alors ouvert au public. L'entrée (anciennement au niveau de la Tour de l'horloge) sera déplacée au niveau de ce dernier. Pendant la durée des travaux, Château du milieu et Fort du Coudray restent partiellement accessible. Provisoirement, on entre par un souterrain à proximité de la Tour d'Argenton. A notre également la construction d'un ascenseur entre le château et le centre ville. Il devrait être opérationnel dès l'été 2008


Informations pratiques :
Le tarif d’entrée de la forteresse royale de Chinon est de 7 €.
Plus d'informations : http://www.forteressechinon.fr/

Partir à : Château de Chinon

Carte Château de Chinon

Latitude : 47.17 - Longitude : 0.24

Réserver vos vacances

Recherche d'hôtel

Ville

Arrivée

Départ

Booking.com

classement lycée 2016

Retrouvez gratuitement et en intégralité le classement des lycées à CHINON ou à proximité, mais aussi le classement des lycées en Indre-Et-Loire.

Magazine