DIRECT. Coronavirus en France : une recrudescence des cas, les dernières infos

Chargement de votre vidéo
"DIRECT. Coronavirus en France : une recrudescence des cas, les dernières infos"

DIRECT. Coronavirus en France : une recrudescence des cas, les dernières infos CORONAVIRUS. Bien que l'épidémie reste maîtrisée en France, plusieurs signaux indiquent un retour du Covid-19. Une possible seconde vague induirait un reconfinement à l'échelle nationale. Découvrez les dernières informations ci-dessous.

Durant cette dernière semaine, le taux de positivité a augmenté de plus de 30%. RTL indique que si l'indicateur R0 est au vert, les taux d'incidence et de positivité ont augmenté dans certains départements. Emmanuel Macron a annoncé sur BFMTV la tenue d’un nouveau Conseil de défense sur le Covid-19 "la semaine prochaine". "Je recommande la plus grande vigilance", "être masqué systématiquement dans un lieu clos" et "quand on ne peut pas tenir les distances de sécurité, de mettre un masque", a notamment indiqué le chef de l'État. "Je crois qu'il faut prendre l'habitude de porter ce masque", a-t-il ajouté dans cette interview.

Quelle est l'évolution du coronavirus en France ? Les chiffres

La Direction générale de la Santé l'a confirmé dans son dernier communiqué, la circulation du coronavirus demeure "soutenue" en France. Pour la quatrième semaine consécutive, le nombre de cas quotidiens est en hausse, et 8 203 nouveaux cas ont été confirmés en France en semaine 31 (du 27 juillet au 2 août 2020). Sur cette même semaine, le taux d'incidence a grimpé à +33%, et les jeunes (20-30 ans) sont de plus en plus touchés. Quinze départements ont été classés en situation de vulnérabilité. Face à ces indicateurs inquiétants d'une reprise de l'épidémie de Covid-19, le corps médical exhorte les Français à réagir au plus vite en cette période estivale, propice aux rassemblements. Voici les chiffres clés à retenir dans le nouveau bilan hebdomadaire du 7 août :

  • Le coronavirus se propage de plus en plus en France. Plusieurs indicateurs augmentent entre les semaines 30 et 31 : le nombre de nouveaux cas confirmés de Covid-19 (8 203 soit +33%), le taux de positivité des tests (1,6% contre 1,4%) et l'incidence des cas (le taux d'incidence national est de 12/100 000 habitants et est en augmentation ; 21 départements ont un taux d'incidence supérieur à 10/100 000 en S31). En S31, le taux de dépistage est en augmentation de 14%, avec 783/100 000 habitants (soit 581 779 tests effectués). Par ailleurs, Santé publique France explique que les personnes asymptomatiques représentaient 73% des personnes testées en S31 et étaient en augmentation par rapport à S30 (65%). Enfin, le nombre de cas a augmenté dans l’ensemble des classes d’âge mais l’augmentation est plus importante chez les 15-44 ans indique Santé publique France.
  • Le coronavirus est particulièrement actif dans 21 départements de l'Hexagone, avec des taux d'incidence supérieurs à 10 cas sur 100 000 habitants : la Mayenne (48/100 000 h), Paris (31/100 000 h), la Seine-Saint-Denis (28/100 000 h), le Val-de-Marne (28/100 000 h), la Haute-Savoie (27/100 000 h), les Bouches-du-Rhône (24/100 000 h), le Nord (23/100 000 h), les Hauts-de-Seine (23/100 000 h), l'Essonne (21/100 000 h), le Val-d’Oise (20/100 000 h), la Sarthe (18/100 000 h), la Seine-et-Marne (18/100 000 h), l'Ille-et-Vilaine (18/100 000 h), les Yvelines(17/100 000 h), les Alpes-Maritimes(17/100 000 h), la Meurthe-et-Moselle (17/100 000 h), la Haute-Garonne (16/100 000 h), la Loire (12/100 000 h), le Loiret (12/100 000 h), le Gard (11/100 000 h) et l'Ain (11/100 000 h). 
  • Le nombre de reproduction est aussi en hausse. Le "R effectif" (nombre moyen de personnes infectées par un cas) est de 1,32 selon Santé publique France. Une estimation en baisse par rapport à la semaine passée. Les R effectifs régionaux sont "significatifs" dans plusieurs régions : en Ile-de-France, en Auvergne-Rhône-Alpes, en Bretagne, en Centre-Val de Loire, dans le Grand-Est, les Hauts-de-France, l'Occitanie et la Provence-Alpes-Côte d’Azur, mais aussi en outre-mer : en Guadeloupe et en Martinique.
  • Le nombre de clusters est à la hausse, notamment en milieu familial élargi et lors de rassemblements. 91 nouveaux foyers de contamination ont été recensés en S31. Selon le point de Santé publique France, le nombre de clusters dépasse la situation à la levée du confinement en France. Parmi les 609 clusters identifiés, le milieu familial élargi (plusieurs foyers) et les événements publics/privés rassemblant de manière temporaire des personnes restent les types de collectivités les plus représentés (21%), avec les établissements de santé (ES) (17%) et les entreprises hors ES (22%).
  • Les taux hebdomadaires de décès (pour 100 000 habitants) restent stables entre les semaines 30 et 31 dans toutes les régions à l’exception de la Guyane où ils diminuent : 0,36/100 000 h en S31 contre 1,79/100 000 h en semaine 30.

Carte. Où sont situés les nouveaux cas de coronavirus en France ?

Santé Publique France est attentif à un indicateur qui permet de suivre l'évolution du Covid-19 en France : le taux d'incidence. Plus solide que le taux de positivité des tests qui donne un aperçu à un instant T, ce taux représente le nombre de nouveaux cas de coronavirus diagnostiqués par test PCR "survenus sur les 7 derniers jours dont les données sont consolidées", rapporté au nombre d’habitants. Le seuil d'alerte a été fixé à 50 pour 100 000 habitants. L’incidence hebdomadaire atteint les 9 cas / 100 000 habitants, selon le bilan du mardi 28 juillet. La carte ci-dessous rend compte de la situation dans tous les départements français.

Lire aussi

En direct

10:23 - Quand dois-je consulter un médecin ?

En cas de symptômes discrets, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) indique qu’il n’est généralement pas nécessaire de consulter un médecin. En cas de difficultés à respirer ou de douleur/d’oppression dans la poitrine, il convient néanmoins de consulter immédiatement un médecin. Si possible, l’OMS recommande d’appelez d’abord votre médecin afin qu’il puisse vous orienter vers l’établissement de santé le plus adapté.

10:02 - Au moins 723 000 morts dans le monde

La pandémie de coronavirus a fait au moins 723 000 morts dans le monde en huit mois, comme le rapporte les Dernières Nouvelles d’Alsace. Quelque 19,5 millions de cas ont été officiellement comptabilisés, précise le média. Il n'y a plus que deux ou trois jours entre chaque nouveau million de cas, contre plusieurs semaines au début de la pandémie de Covid-19.

Combien de cas et de morts du coronavirus en France ? Dernier bilan

Le dernier bilan quotidien de l'épidémie de coronavirus a été communiqué vendredi 7 août par le ministère de la Santé. Si le nombre de nouveaux cas diagnostiqués est en augmentation, celui des hospitalisations est en baisse, mais celui des patients transférés en réanimation augmente. Voici les derniers chiffres :

  • 197 921 cas confirmés par PCR, soit 2 288 de plus
  • 30 324 décès au total
  • 19 818 décès à l'hôpital, soit 12 de plus
  • 10 515 décès en Ehpad (bilan du 28 juillet)
  • 5 011 hospitalisations en cours, soit 136 de plus
  • 383 personnes en réanimation, soit 20 de plus
  • Taux de positivité des tests : 1,7%
  • 184 clusters en cours d'investigation, soit 21 de plus
  • 15 départements en situation de vulnérabilité 

NB : les données relatives aux personnes hospitalisées et en réanimation présentées ci-dessus correspondent au nombre de patients en cours de soins et non au cumul depuis le début de l'épidémie.

Faut-il s'attendre à un reconfinement en France ?

Alors que le regain d'activité du coronavirus en France inquiète, la question de l'arrivée d'une seconde vague épidémiologique, qu'elle touche l'ensemble du territoire ou seulement quelques zones, se pose de plus en plus. Et avec elle, les craintes de nouvelles restrictions des libertés de circulation. Pour enrayer la propagation du virus, le gouvernement n’exclut d'ailleurs pas un reconfinement partiel et la fermeture de certains bars. Mi-juillet, le Premier ministre Jean Castex a évoqué l’idée de nouvelles mesures contraignantes, mais il a insisté sur la volonté du gouvernement de limiter les conséquences d’une telle mesure sanitaire. "Ce qu’il faut éviter par-dessus tout, c’est le reconfinement général" qui serait "catastrophique" d'un point de vue économique et social. En cas de reconfinement, il s’agirait d’établir "des reconfinements très localisés", c'est-à-dire par villes ou zones délimitées. "Nous nous adapterons", a assuré Jean Castex, dans un entretien publié par Nice Matin. "Même si le nombre de cas repart à la hausse, les tests positifs restent dans des moyennes basses par rapport aux pays qui nous entourent. Et les hospitalisations restent à un niveau maîtrisé. (...) La priorité, c’est encore et toujours la prévention", a-t-il ajouté. 

Derniers articles sur le coronavirus